AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.07 /5 (sur 22 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : minsk , 1979
Biographie :

Boris Fishman naît à Minsk en 1979 et émigre aux États-Unis en 1988. C’est un journaliste remarqué et reconnu, dont Une vie d’emprunt est le premier roman.

Source : Buchet -chastel
Ajouter des informations
Bibliographie de Boris Fishman   (3)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Non merci, j’ai apporté mon propre repas. J’avais apporté des morceaux de merlan légèrement frit. Des escalopes de poulet cuites dans des œuf battus. Des tomates que je croquais comme des pommes. Du chou-fleur frit. De l’ail confit. Des poivrons marinés, même s’ils risquaient de couler. Des tranches de saumon fumé. Du salami. Si je me faisais de bons vieux sandwichs, j’y mettais des brochettes épicées là où d’autres les remplissaient de dinde. Les fruits à peau fine s’abîment vite, mais quoi de mieux comme collation que des pêches et des prunes ? (Il fallait une collation, au cas où.)
Commenter  J’apprécie          10
Il aimait particulièrement passer devant un bar aux baies vitrées ouvertes, où les clients se rassemblaient autour de petites tables et ne faisaient apparemment rien d’autre que discuter. Personne ne se retrouvait pour simplement discuter, dans un café soviétique. Le fait de sortir était en soi si inhabituel qu’on n’aurait pu envisager quelque chose d’aussi serein et prosaïque.
Commenter  J’apprécie          10
Cuisiner, c’est faire quelque chose là où il n’y avait rien. Ce quelque chose nous permet de rester en vie – on peut manger du chou cru, mais pas de la patate crue, en effet. C’est littéralement l’opposé de l’état de vide où vous plonge une dépression.
Commenter  J’apprécie          00
Je ne comprends pas comment l’eau se transforme en bortsch.
Commenter  J’apprécie          10
Ses repas étaient le sublime alibi qui permettait aux vieilles rancœurs bien ancrées de faire momentanément place à autre chose.
Commenter  J’apprécie          00
Tu viens d’un peuple qui mange.
Commenter  J’apprécie          00
"- Je n'ai pas souffert? - les yeux de Grand-père scintillèrent. J'ai déjà ma tombe, je n'ai pas souffert. Nom de Dieu! (...) Je voulais éviter que ma mère ne perde le seul homme qui lui restait, alors oui, je suis parti en Ouzbékistan. Pas pour vivre dans un palace, je volais à la tire et me pissais dessus dans la rue pour me faire réformer en jouant les attardés - il détourna la tête. Ecoute je suis revenu. Je me suis enroulé.

-Sur un navire en territoire libéré, dit Slava. Ecoute, c'est pas moi qui ai inventé les règles. Le document dit clairement: "Ghettos, colonnes de travail, camp de concentration".

-Tu te prends pour qui, le petits-fils de Lénine, J'ai peut-être pas tout à fait souffert comme j'aurais dû - il tapota l'enveloppe d'un doigt - mais ils ont fait en sorte de tuer tous les autres."
Commenter  J’apprécie          40
Ils trinquèrent, burent cul sec, et grignotèrent quelques fraises givrées en écoutant le silence. Slava se tenait debout à la fenêtre sombre. De l’autre côté, Brooklyn bruissait des doux bruits du sommeil. Le petit matin et la nuit, voilà quels étaient ses moments préfères, avant que tout commence et après que tout fut fini.
Commenter  J’apprécie          30
– Ta grand- mère n’est pas, dit- elle. Elle éclata en sanglots.
N’est pas. Pas de verbiage. En russe, on n’avait pas besoin d’adjectif pour compléter cette phrase, mais en anglais, si. En anglais, il n’était pas exclu qu’elle soit encore en vie.
Commenter  J’apprécie          30
"(yiddish) Fargedenk deveck: souviens-toi du chemin...En mettant fin au flou juridique autour des sans-abri, les députés déshabillent Saint-Pierre pour habiller Saint-Paul.on appelait ça la double peine, un cliché en plus d'une gaffe. Les députés en revanche, pourront continuer à s'habiller en Saint-Laurent...Qu'est ce que je suis sensé faire maintenant que j'ai recouvert le miroir?...On est en deuil pendant une semaine. Ensuite on arrive au bout. On s'assoit sur des petits tabourets. Pour ne pas s'asseoir confortablement. Pour se souvenir du mort. On nous apporte à manger pour nous éviter de faire la cuisine. On nous tient compagnie pour surmonter les moments les plus durs. .. Le judaisme vous demande d'être plus que vous-mêmes et vous rend service quand vous n'y arrivez pas...Il fait une chaleur démentielle. Août, tu es une hallucination érotique...Une information c'est ce qui est susceptible de foutre quelqu'un en rogne si c'est faux... Les jolies phrases, c'est comme une belle femme qui ne sait pas faire la cuisine...Tu parles pas pour ne rien dire. Tu observes. C'est un don. Les gens parlent trop. Ils aiment s'écouter parler
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur

Quiz Voir plus

Pretty little liars

Quel est le nom des 4 filles ?

Mona,Alison,Paige,Jenna
Hanna,Aria,Spencer,Emily
Melissa,Carolyn,Kate,Beth
Ella,Veronica,Ashley,Pam

10 questions
156 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur