AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.76 /5 (sur 51 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Indianapolis (Missouri, Etats-Unis) , 1956
Biographie :

Eddy L. Harris est né à Indianapolis. Poussé par son père, il fait des études dans un collège blanc catholique, premier pas vers la Stanford University.

À 30 ans, il décide de descendre le Mississipi en canoë et fait du récit de cette expérience la matière de son premier livre, A Mississipi Solo (1988).

Native Stranger (1992) raconte le voyage d’un Blackamerican au coeur de l’Afrique. Southern Haunted Dream (1993) naît de
sa traversée du Sud des Etats-Unis à moto, sur les traces de Amérique de l’esclavage et du racisme quotidien.

Still life in Harlem, qui paraît en 1996 (Harlem en traduction française, Liana Levi, 2000), mêle portraits et
réflexions au cours des deux années qu’il a choisi de vivre au coeur de ce quartier new-yorkais symbole de
l’espérance noire, passée et présente.

Jupiter et moi (Liana Levi, 2005), est une évocation
de la figure paternelle.

Aujourd’hui, Eddy L. Harris a quitté Harlem et élu domicile en France (à Paris puis aujourd’hui en Poitou-Charentes), tout en voyageant régulièrement à travers les États-Unis.
+ Voir plus
Source : Entre2noirs
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Vous pouvez vous abonner à notre chaîne et activer la petite cloche ? pour ne rater aucune vidéo ! Joana Hadjithomas et Khalil Joreige et Eddy l'HarrisPhilippe Collin et Jean Echenoz Musique : Claire Diterzi et Byung-Ki Kwang A B O N N E Z V O U S : https://culturebox.francetvinfo.fr/des-mots-de-minuit/ F A C E B O O K : https://www.facebook.com/desmotsdeminuit.fr/ T W I T T E R : @desmotsdeminuit ©Des mots de minuit - Mars 2006

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
carre   24 septembre 2012
Jupiter et moi de Eddy L. Harris
"Ce trottoir est réservé aux blancs, mon garçon", dirent 'ils, laissant entendre qu'il en était de même pour les WC publics, pour les fontaines et les salles d'attente des gares routières...

Mais mon père discerna la menace sous leurs sourires. Il la sentait à leurs regards sournois, et à la façon dont ils lui parlèrent juste après.

"Les négros sont censés marcher dans les caniveaux, lui dit l'un d'eux.Tu le sais, non ?"
Commenter  J’apprécie          250
carre   07 octobre 2012
Jupiter et moi de Eddy L. Harris
"Parfois on doit faire des trucs comme ça. Tordre un peu les règles pour arriver à ses fins. Tu peux appeler ça douce rébellion, si tu veux. Mais ça peut-être sacrément utile- surtout si les règles sont pourries dès le départ".
Commenter  J’apprécie          150
carre   11 mai 2012
Jupiter et moi de Eddy L. Harris
La vie d’un père et celle d’un fils se mêlent comme les branches de deux arbres côte à côte dans la forêt.
Commenter  J’apprécie          140
Austral   16 octobre 2015
Harlem de Eddy L. Harris
Le passé est un lieu dangereux à visiter. Il se présente sous des dehors sûrs, mais il est aussi traître que l'enfer. Il est beau. Il est pesant, aussi. C'est là que nous allons nombreux pour nous souvenir de qui nous sommes, parfois même le découvrir. C'est là que nous allons souvent quand le présent commence à nous submerger, à se flétrir, quand il se refuse à la moindre étincelle, au moindre éclat. Si nous n'y prenons pas garde, sa ronde hypnotique risque de nous engloutir dans un tourbillon d'illusions et de déconvenues.
Commenter  J’apprécie          120
sylvie   14 février 2009
Jupiter et moi de Eddy L. Harris
Malheureusement, mon père n'a jamais voulu que je sois son prolongement. Il ne voulait pas que je sois comme lui, refusait que je marche dans ses traces, me privant du même coup de la possibilité de me rebeller et de m'affirmer"....

..."Cela revenait à son vieil adage : sois toi-même mon garçon.

C'était son cri de guerre depuis que mon frère et moi étions enfants.

"Tu ne dois pas être comme moi!" disait-il.

Il souhaitait que ni moi ni mon frère ne nous construisions à se ressemblance. Je réalise maintenant que lorsqu'il se regardait dans la glace, il n'aimait pas ce qu'il voyait.

Mais à qui pouvais-je avoir envie de ressembler si ce n'est à lui ? Voilà ce que je voulais savoir. Je crois aussi qu'il ne désirait simplement pas que nous ressemblions à quiconque.

Ne sois pas comme tout le monde , ordonnait-il. Sois toi-même.
Commenter  J’apprécie          80
sylvie   04 mai 2009
Harlem de Eddy L. Harris
Elle me faisait soudain penser à mon père, qui, à présent qu'il prend mon écriture au sérieux, me voit lui aussi comme une sorte de témoin, quelqu'un qui dira ce qui doit être dit, car rien ne survit simplement parce que ça a existé autrefois; sans aucune trace les vies disparaissent. Ce sont les conteurs qui se souviennent et racontent leurs histoires, les écrivains qui les recréent et les maintiennent en vie. Et l'histoire de Harlem, tout comme celle de mon père, tout comme tant d'autres histoires, a besoin de survivre afin que les enfants de Harlem et nos enfants et les enfants de nos enfants sachent un jour ce que, pour eux, les gens ont enduré et surmonté. C'est ainsi qu'ils pourront un jour puiser leur force à la force de ceux qui les ont précédés, et tirer fierté de leur fierté, courage de leur courage. Ne serait-ce que pour cette raison, je sentais que j'avais besoin d'être là.
Commenter  J’apprécie          70
sylvie   04 mai 2009
Harlem de Eddy L. Harris
La vie est une question de choix, j'en ai pris le parti, la vie et les mauvaises passes où nous nous trouvons. Tout se réduit à ce que nous choisissons, et à ce que les autres choisissent pour nous. Que nous le sachions ou ne l'ayons jamais remarqué, quelqu'un fait pour nous - très souvent nous-mêmes et tout aussi souvent d'autres -les choix qui semblent affecter jusqu'à notre souffle, jusqu'à nos pensées, et tout ce que nous entreprenons ou cherchons à entreprendre, tout ce que nous sommes. Et il ne nous reste, après tous ces choix acceptés ou non, aucun choix, en somme.
Commenter  J’apprécie          70
sylvie   04 mai 2009
Harlem de Eddy L. Harris
C'était peut-être naïf d'espérer qu'on pourrait peut-être un jour - nous tous, pas seulement les noirs - être jugés d'après notre coeur, comme disait le Dr King, et pas d'après la couleur de notre peau. ça ne serait pas génial si on n'était pas coincé dans l'abjection, si notre destin n'était pas soumis au caprice des blancs ? Pourquoi on ne peut pas avoir le destin qu'on choisit, nous , Ce n'est pas ça qu'ils nous ont promis ? Qu'avec la bonne dose d'effort, la juste dose de persévérance, et même, ouais, la juste dose de chance, on pouvait s'élever et réussir, avoir n'importe qu'elle vie et être n'importe qui, si on était suffisamment déterminé ? Mais c'est un mensonge. Qui a persévéré davantage que le peuple noir ? Qui a travaillé plus dur et pour moins de récompense que nous autres ? Peut-être ça doit tenir à la dose de chance, parce qu'on a eu vraiment pas de chance
Commenter  J’apprécie          60
Austral   21 octobre 2015
Jupiter et moi de Eddy L. Harris
L'enfance était comme une année scolaire : elle durait une éternité.
Commenter  J’apprécie          70
de   30 novembre 2011
Jupiter et moi de Eddy L. Harris
Dans cette Amérique bornée, prompte à se voiler la face , certaines familles blanches sont stupéfiées de découvrir de surprenants ossements noirs dans les placards, tout comme des familles noires en découvrent des blancs
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Au ciné avec Elmore Leonard

A quelle heure part le train pour Yuma dans le film réalisé par Delmer Daves en 1957 d'après une nouvelle d'Elmore Leonard?

3 h 10 pour Yuma
10 h 30 pour Yuma
5 H15 pour Yuma

9 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , romans policiers et polars , littérature américaine , adapté au cinéma , cinema , cinéma americain , westernCréer un quiz sur cet auteur

.. ..