AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.59 /5 (sur 147 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : NEUILLY SUR SEINE , le 30/12/1951
Biographie :

BRIGITTE PESKINE commence à écrire à l'âge de 23 ans. lorsqu'elle quitte Paris où elle a toujours vécu. Déjà mère de famille, elle vient de déménager à Strasbourg, et travaille comme attachée de l'INSEE. Quatre ans plus tard, elle part avec ses enfants au Vénézuéla où son mari est coopérant.


De retour à Paris en 1981, Brigitte Peskine continue à mener de front son activité de statisticienne et de romancière. Elle publie en 1985 son premier roman, Le Ventriloque, aux éditions Actes Sud, ainsi qu'un ouvrage pour la jeunesse, Ça s'arrangera, à l'Ecole des Loisirs. D'autres livres suivent, tant en littérature adulte qu'en édition jeunesse.

Ses filles lui inspirent l’idée de la série télévisée La Famille Fontaine, dont elle co-signe les trente épisodes, diffusés sur FR2 et FR3 en 1989-90. Elle choisit alors de se consacrer entièrement aux activités d'écrivain et de scénariste.


L'acquisition d'une maison dans le Berry scelle ce nouveau départ. Aujourd’hui, Brigitte Peskine partage son temps entre la capitale et Massay, où elle écrit, sculpte, et reçoit sa nombreuse famille.
+ Voir plus
Source : http://www.brigittepeskine.com/Accueil.html
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleil   01 novembre 2014
Les jumeaux de l'île Rouge de Brigitte Peskine
Finalement, peu importe d'où on vient et où on vit.

C'est en nous que se trouve la seule richesse.
Commenter  J’apprécie          261
murielan   12 mai 2013
Moi, Delphine, 13 ans... de Brigitte Peskine
Les adultes, c'est vraiment des nuls : ils feraient mieux de réfléchir à ce qu'ils font au lieu de payer des psychologues pour réparer leurs bêtises !
Commenter  J’apprécie          220
zazimuth   30 juin 2020
Chantages de Brigitte Peskine
Quand Cécile va mal, elle appelle maman, papa ou mes grands-parents. Elle m'a lancé quelques S.O.S., mais je n'ai pas cédé. Même si je suis heureuse, comblée par une existence que j'ai choisie, je pense que je me dois avant tout à ceux que j'aime, et je ne veux pas risquer de compromettre notre équilibre, mon équilibre. peut-être la sagesse, la maturité sont-elles acquises quand on prend conscience de sa fragilité ? (p.194)
Commenter  J’apprécie          10
zazimuth   30 juin 2020
Chantages de Brigitte Peskine
- Coupable, pas forcément. Différente, à coup sûr. Parce que tu as vécu - et tu vivras encore, ce n'est jamais complètement fini - une expérience qui n'est pas partageable, pas communicable... Il faut avoir vécu avec une personne souffrant d'une maladie mentale pour comprendre l'enfer que ça représente... (p.189)
Commenter  J’apprécie          10
zazimuth   30 juin 2020
Chantages de Brigitte Peskine
Chez maman, sous prétexte qu'aucun sujet n'est tabou, j'étais noyée sous les mots, les phrases, les explications, les justifications...

Surtout depuis que Cécile était malade et fréquentait les psychiatres. Rien n'était laissé en suspens ou dans l'ombre, ou inachevé. Comme un champ qu'on aurait labouré et labouré encore. Évidemment, cette diarrhée verbale ne résolvait rien. Il y avait beaucoup de non-dit sous le trop-dit. Mais je me sentais soûlée, agressée, violée presque par ce flot de paroles soi-disant "assumées". (p.70)
Commenter  J’apprécie          00
zazimuth   30 juin 2020
Chantages de Brigitte Peskine
Il devrait y avoir des vocabulaires différents, un pour chaque type de personne.

Utiliser les mots de maman - anorexie mentale, culpabilité, refoulement, jalousie, autodestruction - c'était comme avaler les médicaments de Cécile : entrer dans la toile d'araignée. Et à défaut de pouvoir en sortir, s'y créer une petite place à soi. Pire : feindre de s'y sentir bien. Ce qu'avait fait maman. (p.122)
Commenter  J’apprécie          00
zazimuth   30 juin 2020
Chantages de Brigitte Peskine
Le sourire victorieux de Cécile me donnait envie de mordre. Tout était faux, truqué, et surtout la maladie de ma sœur. Une drôle de maladie qui guérissait du jour au lendemain. Du chantage, oui…

Un chantage dont on m’avait rendue complice, malgré moi, en ajoutant, pour faire bon poids, une menace de mort. (p.38)
Commenter  J’apprécie          00
zazimuth   30 juin 2020
Chantages de Brigitte Peskine
On ne me laissait aucun choix. Parce que ma soeur avait des problèmes (depuis avant ma naissance), je devais m'oublier, aider ma mère, et tenter de ne pas devenir folle. Je commençais, moi aussi, à jouer avec les mots qui font peur. Une maladie mentale, c'est bien de la folie, non ? (p.49)
Commenter  J’apprécie          00
zazimuth   30 juin 2020
Chantages de Brigitte Peskine
Quand j'ai dix-huit à mon contrôle de maths, c'est tout juste si on ne me plaint pas. "Tania est tellement adaptée au système scolaire", raconte maman à ses copines ; à l'entendre, on pourrait croire que c'est une tare. (p.18)
Commenter  J’apprécie          00
zazimuth   30 juin 2020
Chantages de Brigitte Peskine
Contrairement à ce qu'ils croient tous, je ne suis pas spécialement "adaptée au système scolaire". Mais quand je travaille, je ne pense à rien d'autre. Et c'est formidablement reposant. (p.26)
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Brigitte Peskine (258)Voir plus


Quiz Voir plus

En boucle ... avec la Castafiore

La Castafiore est le rossignol milanais qui enchante les albums de

Lucky Luke
Tintin
Asterix
Gaston

17 questions
44 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature jeunesse , littérature française , bande dessinée , écrivain , opéraCréer un quiz sur cet auteur

.. ..