AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.62/5 (sur 1326 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1966
Biographie :

Catherine Dufour est une écrivaine et ingénieure informatique française.

Elle commence à écrire à l’âge de 7 ans, attend d’en avoir 30 pour décider qu’elle a appris le métier. Elle jette alors tout ce qu’elle a écrit jusque-là et publie, chez Nestiveqnen, son premier roman : "Blanche-neige et les lance-missiles" (2001), début de la série de fantasy humoristique "Quand les dieux buvaient", qui obtient le prix Merlin 2002.

En 2005, Mnémos publie "Le goût de l’immortalité", roman de science-fiction, qui reçoit de nombreux prix dont le Grand Prix de l'Imaginaire 2007. Vient ensuite, chez Baleine, "Délires d’Orphée" (2007), court roman de commande pour la série Club Van Helsing, texte étonnamment contemplatif pour une collection d’horreur. En 2008, Richard Comballot choisit pour le Bélial’ ses nouvelles du recueil "L’accroissement mathématique du plaisir". Cette fois, Dufour est entrée dans le cercle des auteurs et autrices qu’on guette en librairie.

Fantasy déjantée ou science-fiction speedée, ses textes sont très personnels. Elle a perdu jeune son compagnon d'une "longue et douloureuse maladie". De cette expérience, elle conserve un rapport particulier à la mort, la souffrance, l’attachement, qui transparaît dans ses textes, au premier rang desquels "Le goût de l’immortalité". De l’autre côté du cycle, mais également marquante, l’expérience de la grossesse et de l’enfantement, à l’origine de la remarquable et longue nouvelle, lauréate du Grand Prix de l’Imaginaire 2008, "L’immaculée conception", initialement parue dans la revue "Lunatique". Elle entre en 2012 chez Fayard avec "L'histoire de France pour ceux qui n'aiment pas ça". "La vie sexuelle de Lorenzaccio", sorti en 2014, est son onzième ouvrage.

En 2018 et 2019, Catherine Dufour anime plusieurs atelier d'écriture collective du projet Bright Mirror qui a pour objectif de libérer un imaginaire positif, pour contrebalancer les tendances actuelles aux dystopies dans les fictions. À la rentrée 2019, Dufour signe la première biographie française de l'inventrice de l'informatique Ada Lovelace : "Ada, ou la beauté des nombres".

Chroniqueuse au "Monde diplomatique", elle fonde le collectif Zanzibar avec d'autres auteurs de science-fiction.

son site : https://kat.mecreant.org//
+ Voir plus
Source : Cafard Cosmique + Bright Mirror + Fayard
Ajouter des informations
Bibliographie de Catherine Dufour   (31)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Lecture de Catherine Dufour : une création originale inspirée par les collections de la BIS. Ce cycle est proposé depuis 2017 par la BIS en partenariat avec la Maison des écrivains et de la littérature (MéL). Un mois avant la restitution, l'écrivain est invité à choisir un élément dans les fonds de la BIS. Lors de la rencontre publique, « le livre en question » est dévoilé. Chaque saison donne lieu à la publication d'un livre aux éditions de la Sorbonne "Des écrivains à la bibliothèque de la Sorbonne".


Citations et extraits (367) Voir plus Ajouter une citation
Là-bas, les bonnes femmes vont à la messe, binent les haricots et prennent des cours de nœuds. Ouais, pour faire des nœuds aux rideaux, des nœuds aux coussins, des nœuds dans les cheveux de leurs gosses, des nœuds autour des couverts à salade, avec des rubans de toutes les couleurs : des cours de nœuds.
("Le cygne de Bukowski")
Commenter  J’apprécie          316
Simplement, c'est rare qu'on présente l'addition à un truc haut comme ça et large pareil. Mais Claquebec, le jour où il servira à manger gratuit, ça sera à des vers à viande, à la bonne auberge des Six pieds sous terre D'ici-là, pas moyen.
("Une troll d'histoire")
Commenter  J’apprécie          293
En ces temps, les hommes n'avaient pas peur de mourir.
Sitôt passé l'âge des premières sèves, quand la fatigue leur clouait les reins, que les dents commençaient à leur pourrir la bouche et que la vermine ne les quittait plus, ils pensaient à la mort comme à un renouveau. Une fois l'habit de chair ôté, ils savaient qu'ils passeraient dans un monde autre, jumeau du leur, mais moins âpre.
("Mater Clamorosum")
Commenter  J’apprécie          250
Le regard de Get s'est perdu par-delà le faux plafond du réfectoire. J'en ai profité pour lui piquer ses frites. Au lieu de m'empiffrer, j'aurais mieux fait de me méfier des idées romantiques de Get, et du XIXe siècle. Le XIXe n'est pas le XIVe. Le XIXe a été le "siècle d'airain", la montée du matérialisme et des cheminées d'usine; un truc aussi dénué d'onirisme que le Trident.
("Vergiss mein nicht")
Commenter  J’apprécie          250
Depuis la chute du mur, la Russie ne brade pas seulement ses petites filles et ses grands hôtels: elle dépouille ses églises pour orner, contre devises, les murs occidentaux. Je m'y connais un peu, assez pour savoir qu'une belle icône pré-XVIIeme rembourse très largement le voyage. Et aussi que l'export d'antiquités, fût-ce d'une balalaïka usinée des années cinquante, est rigoureusement interdit. Et encore qu'à l'aéroport de Saint-Pétersbourg, la fouille douanière s'effectue en deux temps: fouille des bagages (glisser l'icône dans sa ceinture, mettre un grand pull par dessus et présenter son passeport d'un air absent) puis fouille corporelle (profiter de la file d'attente entre les deux pour ranger l'icône dans une valise qui sera directement enregistrée).
("Valaam")
Commenter  J’apprécie          242
Je disais que parfois, je tombe sur un client qui vend des minerves en gel autochauffant, ou qui vient d'arrêter la production et qui veut liquider ses stocks. Alors je travaille pour lui avec un designer de jeux, le gars fait le jeu et moi, je me débrouille pour que les joueurs attrapent un torticolis, et mon client leur fait vingt pour cent sur les minerves. C'est ça que je veux dire.
("La liste des souffrances autorisées")
Commenter  J’apprécie          240
Élever un gosse, sourit Jip, ça tient de la navigation à vue sur côte déchiquetée. L'important, c'est que tout l'équipage en sorte vivant.
("Un soleil fauve sur l'oreiller")
Commenter  J’apprécie          230
Chez les riches, la socialisation endogame n'est pas une option. Se voir, se revoir, mélanger les loisirs, les intérêts, les sangs, les biens et en exclure le reste de l'humanité, est la condition sine qua non pour appartenir à la bonne société. C'est un lobbying à vie. Fréquenter d'autres gens, c'est se commettre, déchoir, devenir un "déclassé".
Commenter  J’apprécie          211
C'est marrant, plus on est pauvre, plus on doit se farcir d'incitation à dépenser. Ne jamais subir de pub est un signe extérieur de richesse. (Mémoires mortes)
Commenter  J’apprécie          210
Le directeur du cimetière essuya ses lunettes: c'était l'été, il faisait chaud, les capotes fleurissaient autour des stèles tels des liserons nocturnes, tout comme les croix gammées: ce n'était pas le moment de se faire planter par le principal agent d'entretien.
("Le sourire cruel des trois petits cochons")
Commenter  J’apprécie          190

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Catherine Dufour (1589)Voir plus

¤¤

{* *}