AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.5 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Catherine Simon est journaliste et écrivain.

Après des études de lettres et une formation de journaliste à Bordeaux, elle s'installe à Nairobi au Kenya et devient la correspondante locale de RFI, puis du "Monde" pour toute l'Afrique de l'Est. Journaliste freelance, elle collabore sur le même sujet avec différents titres comme "Libération", "Le Point" ou "La Croix".

En 1993, elle rejoint Alger et devient la correspondante attitrée du "Monde" dont elle a été l’une des grands reporters pendant plus de quinze ans.

En 1998, fort de son expérience de l'Afrique du Nord, elle crée le personnage d'Emna Saïd Saada, archéologue algérienne à la forte personnalité qu'elle inscrit en tant que détective privé dans son premier roman policier qui paraît à la Série Noire, "Un baiser sans moustache" (1998).

L'enquêtrice acariâtre dont le Campari est le principal carburant devient récurrente avec "Du pain et des roses" (2003) et passe au Mâcon blanc en même temps qu'elle visite les "bouchons" lyonnais. Retour en Afrique enfin pour une troisième aventure : "On ne quittera jamais le territoire des loups" (2004).

Elle a publié également des enquêtes, notamment "Algérie, les années pieds-rouges" (La Découverte, 2009).

En 2018, Catherine Simon est auteur de "Mangées: Une histoire des mères lyonnaises".

+ Voir plus
Source : http://www.polarnoir.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Catherine Simon - Mangées : une histoire des mères lyonnaises
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Puszi   20 mars 2018
Mangées : Une histoire des mères lyonnaises de Catherine Simon
Qu'elles aient basculé dans le luxe, façon Brazier, ou soient restées fidèles à une cuisine plus économe, les mères avaient nourri la ville entière. On passait de l'une à l'autre comme on change de chemise, se régalant ici d'une tarte légère à la praline, là d'un saint-marcellin crémeux ou d'une salade de cochonnailles. Souvent du solide, parfois de l'aérien. Toujours des produits frais. Pas de congélateur et quelquefois (chez les anciennes) pas de frigo. Elles formaient à elles seules une famille méconnue, hétéroclite et laborieuse, dessinant une géographie sociale de la ville, déroulant un siècle d'histoire. Elles avaient façonné les quartiers, les avaient bercés, accompagnés. C'est qu'elles avaient tenu des lustres ! Pas une qui ne soit restée à son restaurant, à son territoire moins de vingt ans, trente ans, parfois plus - une vie entière. Pas de turn-over chez les mères. Le piano, c'était pour la vie. p.98
Commenter  J’apprécie          10
Puszi   22 mars 2018
Mangées : Une histoire des mères lyonnaises de Catherine Simon
Et puis les Clerc, c'était quelque chose. La famille la plus riche du village. ça m'a tourné la tête. J'étais bien bête aussi ! ON me l'a fait payer cher. Le nerf de bœuf m'a laissé des traces partout sur le corps des semaines durant. Et les mots que j'ai entendus et ceux qui étaient en-dessous, ceux qu'on n'entendait pas, ça m'a laissé des traces aussi. Mais je n'ai pas pleuré. Même quand j'ai appris qu'il était mort, mon bel oiseau. Il a fait partie des premiers gazés, les premiers soldats tombés sur le front de la Grande Guerre. Au point où j'en étais, ça ne m'a rien fait, juste l'étonnement. Plus tard, son oncle Léon est venu me voir, c'était le seul gentil. p.49
Commenter  J’apprécie          10
Puszi   20 mars 2018
Mangées : Une histoire des mères lyonnaises de Catherine Simon
Regretter, c'est comme d'être jaloux, ça bouffe la tête pour pas un rond, ce n'était pas le genre de la maison. Surtout maintenant à quatre-vingt-six ans. p.122
Commenter  J’apprécie          20
Puszi   22 mars 2018
Mangées : Une histoire des mères lyonnaises de Catherine Simon
Une ville qui est au bord d'un fleuve, c'est une ville qui est auprès de quelque chose... de quelqu'un plutôt, je dirais qui est en train de partir. p.60
Commenter  J’apprécie          10
Puszi   20 mars 2018
Mangées : Une histoire des mères lyonnaises de Catherine Simon
- Le Lyonnais, il aime pas les légumes ! interrompit Marius sur un ton sans réplique. p.116
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur