AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.77 /5 (sur 5406 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Toulon , le 16/06/1967
Biographie :

Maylis de Kerangal est une femme de lettres.

Elle passe son enfance au Havre, fille et petite-fille de capitaine au long cours. Elle étudie en classe préparatoire au lycée Jeanne-d'Arc de Rouen et ensuite à Paris de 1985 à 1990 l'histoire, la philosophie et l'ethnologie.

Elle commence à travailler chez Gallimard jeunesse une première fois de 1991 à 1996, avant de faire deux séjours aux États-Unis, à Golden dans le Colorado en 1997. Elle reprend sa formation en passant une année à l'EHESS à Paris en 1998.

Elle publie son premier roman, "Je marche sous un ciel de traîne", en 2000, suivi en 2003 par "La Vie voyageuse", puis par "Ni fleurs, ni couronnes" en 2006, un recueil de nouvelles très remarqué dont l’une des nouvelles a été adaptée au cinéma ("Eaux troubles", court métrage de Charlotte Erlih, 2008).

Suivent "Dans les rapides" en 2007 et "Corniche Kennedy" en 2008. Ce dernier roman figure cette année-là dans la sélection de plusieurs prix littéraires comme le Médicis ou le Femina.

Elle crée en même temps les Éditions du Baron Perché spécialisées dans la jeunesse où elle travaille de 2004 à 2008, avant de se consacrer à l'écriture.

Le 3 novembre 2010, elle remporte au premier tour le prix Médicis pour son roman "Naissance d'un pont". Le livre est la même année en sélection pour les prix Femina, Goncourt et Flore. Elle reçoit en 2012 le prix Landerneau pour son roman "Tangentes vers l'est" (éditions Verticales).

En 2014, elle reçoit pour "Réparer les vivants" le prix Orange du livre, le Prix RTL-LIRE, le prix Relay des voyageurs et le prix des lecteurs de l’Express-BFM TV. Le roman est adapté au cinéma par Katell Quillévéré avec Tahar Rahim, Émmanuelle Seigner et Anne Dorval, en 2016.

Elle publie "À ce stade de la nuit" en 2014 (Éditions Guérin) puis "Un chemin de table" en 2016 (Éditions du Seuil) et "Un monde à portée de main" en 2018 (Éditions Verticales).

"Corniche Kennedy" est adapté au cinéma en 2017 par Dominique Cabrera et "Naissance d'un pont" est en tournage par Julie Gavras.

+ Voir plus
Source : divers + wikipedia, www.editions-verticales.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (76) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dans le cadre du banquet d'automne "Le travail de la langue" qui s'est déroulé à Lagrasse du 29 au 31 octobre 2016, s'est déroulé une table ronde avec les écrivains David Bosc, Maylis de Kerangal et Hélène Merlin-Kajman : Comment je travaille la langue.

Podcasts (15) Voir tous


Citations et extraits (772) Voir plus Ajouter une citation
blanchenoir   19 avril 2014
Réparer les vivants de Maylis de Kerangal
Que deviendra l'amour de Juliette une fois que le cœur de Simon recommencera à battre dans un corps inconnu, que deviendra tout ce qui emplissait ce cœur, ses affects lentement déposés en strates depuis le premier jour ou inoculé ça et là dans un élan d'enthousiasme ou un accès de colère, ses amitiés et ses aversions, ses rancunes, sa véhémence, ses inclinations graves et tendres ?



Que deviendront les salves électriques qui creusaient si fort son cœur quand s'avançait la vague ?
Commenter  J’apprécie          720
Maylis de Kerangal
LoloKiLi   01 juillet 2014
Maylis de Kerangal
Lire et écrire sont toujours le recto et verso d'une même présence au monde.
Commenter  J’apprécie          550
Nastie92   27 mars 2014
Réparer les vivants de Maylis de Kerangal
Car ce que Goulon et Mollaret sont venus dire tient en une phrase en forme de bombe à fragmentation lente : l'arrêt du cœur n'est plus le signe de la mort, c'est désormais l'abolition des fonctions cérébrales qui l'atteste. En d'autres termes : si je ne pense plus, alors je ne suis plus. Déposition du cœur et sacre du cerveau - un coup d’État symbolique, une révolution.
Commenter  J’apprécie          520
LoloKiLi   03 juillet 2014
Réparer les vivants de Maylis de Kerangal
Le cœur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps. Que subsistera-t-il, dans cet éclatement, de l’unité de son fils ? Comment raccorder sa mémoire singulière à ce corps diffracté ? Qu’en sera-t-il de sa présence, de son reflet sur Terre, de son fantôme ?
Commenter  J’apprécie          500
Piatka   21 août 2018
Un monde à portée de main de Maylis de Kerangal
Elle n’est pas en mesure de réaliser que la précarité est devenue la condition de son existence et l’instabilité son mode de vie, elle ignore à quel point elle est devenue vulnérable, et méconnaît sa solitude. Certes, elle rencontre des gens, oui, beaucoup, la liste de ses contacts s’allonge dans son smartphone, son réseau s’épaissit, mais prise dans un rapport économique où elle est sommée de satisfaire une commande contre un salaire d’une part, engagée sur des chantiers à durée limitée d’autre part, elle ne crée pas de relations qui durent, accumule les coups de coeur de forte intensité qui flambent comme des feux de paille sans laisser de trace, désagrégés en quelques semaines, chaleur et poussière.
Commenter  J’apprécie          484
Maylis de Kerangal
colka   05 février 2019
Maylis de Kerangal
... elle descend sur la plage déserte par un étroit chemin où des bestioles ensuquées détalent sur son passage,les lézards à ventre bleu, les scarabées d'un noir de vinyle, les gendarmes orange cuirassés d'un masque humain, tous dans leur fuite font bruire les taillis et chuinter les feuilles raidies sous un voile de poudre ; puis une fois sur le rivage, elle enfouit ses pieds nus dans le sable grisâtre tandis que face à elle, lente, épaisse, la mer répand ce bleu Majorelle où la jeune fille pénètre avec délice...
Commenter  J’apprécie          471
Nastasia-B   22 juillet 2016
Naissance d'un pont de Maylis de Kerangal
Summer aura le vertige en découvrant la démesure du paysage, […] elle soufflera longuement face vers le sol, les mains sur les genoux, crachera par terre à plusieurs reprises, une fois redressée, enjambera la glissière pour faire quelques pas dans la plaine rose, poudrée, presque lunaire dans la lumière rasante de l'aube, une peau. Elle se figera un court instant pour écouter le silence perforé par les rares voitures qui blindent dans son dos, silence minéral où chaque bruit sonne distinctement et pollinise l'espace — un caillou roule, une branche craque, un scorpion gratte le sol —, un vrai silence de chat sauvage, alors la nuit en levier fera monter le jour, étirant l'espace au plus loin, comme un écran qui se tend, et l'horizon sera soudain si proche que Summer avancera son bras pour y porter la main, touchée elle-même, et percevant soudain des bruits de pas humains elle sursautera, le chauffeur sera, c'est bon miss ? Ils retourneront à la voiture, Summer baissera la vitre puis se laissera aller contre la banquette.



Marcher dans la nuit violette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
Nastasia-B   31 août 2016
Naissance d'un pont de Maylis de Kerangal
De ce qui les attend, ils savent peu de chose. Les chômeurs autochtones qui avaient postulé s'étaient enquis des qualifications à faire valoir : c'est quoi les qualifs ? Et l'agent préposé à l'embauche, celui qui tapait les noms dans l'ordinateur avant de délivrer la carte magnétique qui donnait accès au chantier une fois introduite dans la pointeuse, s'était pincé le biceps : les qualifs, mon chou, c'est trois choses : du muscle, du muscle, du muscle. Personne n'avait ri et tous étaient venus.



Organiser le tâtonnement.
Commenter  J’apprécie          450
Nastasia-B   16 août 2016
Naissance d'un pont de Maylis de Kerangal
John Johnson […] s'empare de la mairie de Coca en janvier 2005. […] Or, loin de voir dans sa charge nouvelle une retraite avec vue imprenable sur les rentes paisibles de la corruption, il est soudain pris de grandeur. Il se souvient des slogans de sa campagne — des phrases concoctées par des professionnels, formules puissantes qui claquent comme des étendards dans les stades et sur les places, mots d'ordre à douze pieds qui lui font le verbe haut et un menton d'orateur.



Organiser le tâtonnement.
Commenter  J’apprécie          450
Nastasia-B   10 septembre 2016
Naissance d'un pont de Maylis de Kerangal
Ce sont des lettres assorties d'appels téléphoniques, sa mère — et son père derrière elle — sollicitant invariablement des réponses positives à des questions qui l'indiffèrent — manges-tu correctement, es-tu bien considéré ?, as-tu écrit à Augusta ?, mets-tu de l'argent de côté ? Des questions, des questions, toujours des questions. Comme si leur langage commun ne pouvait s'affranchir du régime interrogatoire, questionner signant le rappel de son bon droit de mère, de sa légitimité imprescriptible à être informée de sa vie, à le posséder, répondre signant de même la preuve de son amour filial.



De l'autre côté de l'eau.
Commenter  J’apprécie          430

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..