AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.98/5 (sur 75 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Darien Gee partage son temps entre Hawaï où elle vit avec son mari et ses trois enfants, et la côte Ouest des Etats-Unis.

Ajouter des informations
Bibliographie de Darien Gee   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
- Non, ce n'est pas une bonne idée, maintient Julia. Vous ne pouvez pas empoisonner votre mari.
De retour à l'hôtel, elles ont dévalisé le minibar. Jack Daniels pour Julia, vin blanc pour Hannah.
- Ex-mari, rectifie Hannah avec véhémence en compulsant La Joie de la Cuisine, à la recherche de la meilleure recette pour accomplir son noir dessein.
(...)
- Philippe adore les cailles. Pauvres petits oiseaux sans défense. Je pourrais faire des cailles rôties aux épices et au sirop d'érable. Les épices masqueront tout arrière-goût suspect.
Le regard de Hannah brille d'un éclat cruel et jubilatoire.
- Hannah, vous n'avez pas les idées claires.
- Parfaitement claires ! Je viens de voir mon mari en embrasser une autre ! En public !
Elle referme brusquement le livre, les yeux mouillés de rage.
- Toute ma vie, j'ai été une gentille petite fille. J'ai toujours appris mes leçons sur le bout des doigts, toujours terminé mon assiette de légumes, consacré tout mon temps libre à travailler le violoncelle. Je n'ai jamais fait de fugue, je ne me suis jamais saoûlée, je n'ai jamais désobéi à mes parents.
- Tout à votre honneur.
- Mais à quoi bon ? Au lieu de m'amuser, je restais enfermée à déchiffrer des partitions. Tout ça, pour quoi ? Pour me faire mal au dos et ne plus pouvoir jouer. J'ai toujours été fidèle à mon mari, et mon mari me trompe. Je fais du sport pour garder la ligne, et il s'en trouve une qui s'est fait refaire les nichons !
Hannah finit son verre et considère la petite bouteille de vin avec dégoût.
- Je n'arrive même pas à me saouler, dit-elle en la jetant dans la poubelle.
(...)
- Qui a dit que vous étiez obligée de finir ivre morte ? lui lance-t-elle.
Hannah referme la fiole de vodka.
- Dans ces circonstances, ca me parait approprié.
- Nous sommes tous différents, déclare Julia.
C'est ce qu'on me disait, au début, que le deuil est différent pour chacun.
Mais si vous ne suivez pas les étapes dans le bon ordre et dans le temps indiqué, les gens croient que vous n'êtes pas normal. Tout le monde a sa propre définition de ce qui est approprié dans des circonstances données.
N'écoutez pas les gens, Hannah, n'écoutez que votre coeur.
(...)
- Soyez vous-même, Hannah, dit-elle. Ma petite soeur a passé toute son adolescence à essayer de rentrer dans le moule. (...) Elle s'est pourri la vie pour rien.
Commenter  J’apprécie          90
Quatre boîtes et neuf tests plus tard, force leur est d'admettre qu'elles sont toutes les deux enceintes. Edie a presque dû prendre Livvy par la main pour qu'elle retourne au drugstore avec elle, où elles ont acheté quatre marques de tests différents, certains vendus par deux, d'autres par trois. Puis elles ont repris le chemin des toilettes, Edie de plus en plus sinistre, Livvy extatique, tandis que chaque test se révélait positif.
Et maintenant, que doivent-elles faire ?
Commenter  J’apprécie          60
LE PAIN DE L’AMITIÉ AMISH



Note : Ne pas réfrigérer le levain. La pâte va lever et fermenter. Chassez l’air qui pourrait pénétrer dans le sac. Afin de ne pas compromettre le processus de fermentation, ne pas utiliser d’ustensile en métal.


Jour 1 : ne faites rien.

Jour 2 : malaxez le sac.

Jour 3 : malaxez le sac.

Jour 4 : malaxez le sac.

Jour 5 : malaxez le sac.

Jour 6 : ajoutez dans le sac

1 tasse de farine,

1 tasse de sucre,

1 tasse de lait.

Malaxez le sac.

Jour 7 : malaxez le sac.

Jour 8 : malaxez le sac.

Jour 9 : malaxez le sac.

Jour 10 : versez le contenu du sac dans un saladier non métallique.

Ajoutez : 1 ½ tasse de lait, 1 ½ tasse de sucre, 1 ½ tasse de lait. Répartissez quatre tasses de pâte dans des sachets hermétiques, l’un que vous conserverez, les autres que vous offrirez à trois de vos amis avec la recette.


IMPORTANT : Si vous gardez tout votre levain, vous devrez le cuisiner au bout de dix jours. Ce pain est délicieux et fait un excellent cadeau.
Commenter  J’apprécie          50
Hannah admire Madeline, ce qu'elle a réussi à créer. Elle est seule, selon toute vraisemblance, mais ne semble pas en souffrir. Hannah espère qu'un jour elle appréciera son indépendance, elle aussi. Pour l'instant, toutefois, il est encore trop tôt.

- Comment faites-vous pour faire tout ce que vous faites, le salon de thé, tous ces gâteaux, tous ces bons petits plats ?
Madeline soupèse la question.
- Je crois que c'est naturel, chez moi. Quand je suis arrivée à Avalon, j'ai su que j'avais trouvé ma place, comme je vous l'ai déjà dit. Je n'ai pas réfléchi davantage. (...) Je ne voulais pas tenir un bed and breakfast (...) En revanche, l'idée de servir à manger ne me déplaisait pas. (...)
Je ne me doutais pas qu'un salon de thé donnerait autant de travail. Je commence juste à prendre le rythme, heureusement. (...)

Hannah sourit. Durant l'heure qui suit, elles discutent de musique, d'art, de littérature. Madeline et son mari, Steven, ont beaucoup voyagé, visité de nombreux musées. (...) Madeline est une femme cultivée. Hannah l'envie.
- Bah, il faut bien s'occuper, dit la vieille dame modestement. Quand le salon de thé tournait au ralenti, j'avais tout mon temps pour moi. Je n'aime pas m'abrutir devant la télé, alors je bouquine. Et je fais des gâteaux.
- Philippe dit que je ne sais pas cuisiner, déclare Hannah. J'avoue que je ne sais pas faire grand-chose, à part jouer du violoncelle.
Commenter  J’apprécie          40
Nous ne sommes pas maîtres de tout, dans nos vies. Nous ne choisissons pas notre date de naissance, ni les accidents, ni les maladies que nous subirons peut-être. Nous passons notre existence à essayer d échapper à la mort. En vain. Nous avons beau éviter les risques, la mort nous rattrapera toujours.
Commenter  J’apprécie          50
La saveur de l'amitié de Darien Gee
Hannah admire Madeline, ce qu'elle a réussi à créer. Elle est seule, selon toute vraisemblance, mais ne semble pas en souffrir. Hannah espère qu'un jour elle appréciera son indépendance, elle aussi. Pour l'instant, toutefois, il est encore trop tôt.
- Comment faites-vous pour faire tout ce que vous faites, le salon de thé, tous ces gâteaux, tous ces bons petits plats ?
Madeline soupèse la question.
- Je crois que c'est naturel, chez moi. Quand je suis arrivée à Avalon, j'ai su que j'avais trouvé ma place, comme je vous l'ai déjà dit. Je n'ai pas réfléchi davantage. (...) Je ne voulais pas tenir un bed and breakfast (...) En revanche, l'idée de servir à manger ne me déplaisait pas. (...)
Je ne me doutais pas qu'un salon de thé donnerait autant de travail. Je commence juste à prendre le rythme, heureusement. (...)
Hannah sourit. Durant l'heure qui suit, elles discutent de musique, d'art, de littérature. Madeline et son mari, Steven, ont beaucoup voyagé, visité de nombreux musées. (...) Madeline est une femme cultivée. Hannah l'envie.
- Bah, il faut bien s'occuper, dit la vieille dame modestement. Quand le salon de thé tournait au ralenti, j'avais tout mon temps pour moi. Je n'aime pas m'abrutir devant la télé, alors je bouquine. Et je fais des gâteaux.
- Philippe dit que je ne sais pas cuisiner, déclare Hannah. J'avoue que je ne sais pas faire grand-chose, à part jouer du violoncelle.
Commenter  J’apprécie          30
l'amitié est précieuse non seulement durant les passages sombres de la vie, mais aussi durant les éclaircies
Commenter  J’apprécie          40
La psychothérapeute se redresse.
- Vous avez envie de donner des coups de poing ?
- Oui ! dans un oreiller, ou ... à votre chauve-souris en peluche, là ...
Norma se lève et se dirige vers la kitchenette attenante à son cabinet, laissant derrière elle une Phyllis qui la regarde d'un air effaré. A son retour , elle lui tend un sachet de levain.
- Tenez, malaxez-le. Extériorisez votre frustration. Faites juste attention de ne pas percer le sac.
Perplexe, Phyllis observe la chose.
- Je dois le malaxer ?
- Oui, allez-y, défoulez-vous. Je vous rédige une ordonnance.
- C'est que je ne tiens pas à prendre des médicaments, proteste Phyllis sur un ton inquiet.
- Ce ne sont pas des médicaments, lui assure le Dr Meehan en lui remettant la recette du pain de l'amitié, au dos de laquelle elle a noté quelques instructions supplémentaires. Malaxez-le, frappez-le, torturez-le une fois par jour pendant dix jours. N'oubliez pas, le sixième jour, d'ajouter les ingrédients indiqués. Ca ne vous prendra pas plus d'une minute.
Phylllis semble de plus en plus sceptique.
- Le dixième jour, vous pourrez faire deux pains, si vous voulez, conclut Norma.
- En quoi cela va-t-il m'aider ?
Le Dr Meehan l'ignore, mais au moins elle s'est débarrassée d'un sachet de levain. (...)
- Je ne peux pas vous dévoiler tous mes secrets, répond-elle à Phyllis. Mais croyez-moi, ca vous fera du bien.
Elle a encore deux rendez-vous, cet après-midi. Deux sachets de levain qui ont d'avance trouvé preneur.
Commenter  J’apprécie          10
ce n'est pas parce que j'ai un petit retard que je suis en cloque, maugrée t'elle
méfie-toi...qu'est ce que tu préférerais avoir? une fille ou un garçon?
mes règles rétorque Edie
Commenter  J’apprécie          30
Philippe était furieux qu'elle n'ait pas suivi ses instructions à la lettre pour le déménagement. Un bref instant, elle [Hannah] s'en est voulu, puis s'est raisonnée. Pourquoi culpabiliser ? Qu'a-t-elle fait de mal ? Depuis qu'elle connaît Philippe, elle s'est toujours pliée à ses quatre volontés.
Quand il a voulu qu'ils s'installent ensemble, ils se sont installés ensemble.
Quand il a voulu qu'ils se fiancent, ils se sont fiancés, bien que personnellement, elle aurait préféré attendre un an ou deux. Quand il a voulu prendre un appartement à Chicago, elle n'a pas soulevé d'objection et pendant deux ans, c'est elle qui a fait des allers-retours en avion. Une fois mariée, elle a laissé Philippe diriger le ménage, choisir les meubles, leurs voitures, leurs destinations de vacances. C'est lui qui a décidé d'acheter une maison à Avalon, une idée qui a surpris Hannah, mais qui ne lui déplaisait pas.
Elle a toujours dit oui, et qu'y a-t-elle gagné ? Des regrets.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Darien Gee (121)Voir plus

Quiz Voir plus

Une "définition" = un personnage

Un homme (demi-dieux) presque invincible, il a combattu pendant la guerre de Troie, et sa faiblesse est employée comme expression :

Persée
Achille
Hercule

7 questions
84 lecteurs ont répondu
Thèmes : mythologie grecqueCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..