AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.88 /5 (sur 16 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bordeaux , 1967
Biographie :

Denis Moreau est professeur d'histoire de la philosophie classique (notamment Descartes et cartésianisme) et philosophie de la religion.
Outre des études spécialisées en histoire de la philosophie moderne, il a publié, chez Bayard, des essais plus personnels : Les Voies du salut. Un essai philosophique (2010), Dans le milieu d’une forêt. Essai sur Descartes et le sens de la vie (2012).

Source : Seuil
Ajouter des informations
Bibliographie de Denis Moreau   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Denis Moreau - Résurrections : traverser les nuits de nos vies


Citations et extraits (9) Ajouter une citation
Denis Moreau
genou   23 septembre 2020
Denis Moreau
« Je pense, donc je suis ». C'est vrai chaque fois que je le dis. Et quand je ne le dis plus ? Nous ne savons pas trop. Descartes n'a-t-il pas échoué dans son projet de trouver d'autres énoncés aussi certains que celui-là ? Assurément. Et les sceptiques ricanent ? Cela n'a rien d'étonnant. Mais je pense, donc je suis, cela est vrai. C'est certes peu de chose. Mais après tout, c'est déjà ça.
Commenter  J’apprécie          641
Denis Moreau
ChedevC   11 décembre 2021
Denis Moreau
« Je pense, donc je suis ». C'est vrai chaque fois que je le dis. Et quand je ne le dis plus ? Nous ne savons pas trop. Descartes n'a-t-il pas échoué dans son projet de trouver d'autres énoncés aussi certains que celui-là ? Assurément. Et les sceptiques ricanent ? Cela n'a rien d'étonnant. Mais je pense, donc je suis, cela est vrai. C'est certes peu de chose. Mais après tout, c'est déjà ça.



Denis Moreau (Je pense, donc je suis (Descartes)
Commenter  J’apprécie          310
ChedevC   03 mai 2022
Je pense donc je suis (Descartes) de Denis Moreau
Quand vient le temps des grandes décisions, les bonnets de nuit de la pensée ne sont jamais à cours de bonnes raisons pour tenter de repousser l'échéance, et de se rabattre sur des positions plus confortables et conciliantes, centristes et tièdes.
Commenter  J’apprécie          290
EricB   09 juin 2018
Comment peut-on être catholique ? de Denis Moreau
On me demande encore : dans tes convictions catholiques, ne connais-tu pas le doute ? Bien sûr que si ! Il ne se passe guère de semaine sans que je me demande : et si tu t'étais trompé ? et si tout cela n'était qu'une fumisterie , une supercherie, des contes ? Cruci-fiction ? En particulier : et s'Il n'était pas ressuscité ? Et si Feuerbach, Nietzsche, Marx, Freud et même tant qu'on y est Michel Onfray avaient raison ? Je peux donc faire mienne la boutade de Georges Bernanos : "Une journée de foi, c'est vingt-quatre heures de doute moins une minute d'espérance."
Commenter  J’apprécie          80
EricB   09 juin 2018
Comment peut-on être catholique ? de Denis Moreau
Tout comme on se grandit, dans sa vie personnelle, à reconnaître ses erreurs et à en demander pardon, j'estime que mon Eglise doit admettre qu'il lui est arrivé d'errer, parfois gravement, qu'elle doit savoir reconnaître ses torts, faire acte de repentance et, lorsque c'est encore possible, dédommager ses victimes.

Cela signifie-t-il que l'Eglise, la communauté des croyants, a des torts et commet des actes répréhensibles ?

La réponse est : oui, évidemment.

Il faut une conception de l'Eglise très naïve, dans laquelle communient catholiques idéalistes et anticatholiques mal informés, pour penser le contraire. Il serait extraordinaire qu'en deux mille ans d'histoire, une réalité qui a structuré la vie de plusieurs milliards d'êtres humains, avec leurs grandeurs mais aussi avec leurs inévitables faiblesses, lâchetés, cruautés, n'ait rien à se reprocher.
Commenter  J’apprécie          21
EricB   09 juin 2018
Comment peut-on être catholique ? de Denis Moreau
L'eutrapélie désigne la vertu qui consiste à s'accorder une légitime détente. L'eutrapélie est une vertu, c'est-à-dire une capacité à bien agir. Pour Thomas [d'Aquin], une vertu est toujours un moyen terme entre ces deux extrêmes que sont d'une part une exagération et d'autre part un manque (de là vient la locution latine in medio stat virtus, "la vertu se tient au milieu"). Ce moyen terme ne signifie pas une moyenne statistique ou un compromis médiocre, mais un optimum, la meilleure façon d'exercer nos capacités : par exemple, la vertu de courage est le juste milieu entre deux "vices", la couardise et la témérité ; la vertu de générosité est le juste milieu entre avarice et prodigalité ; etc. L'eutrapélie constitue quant à elle un cas particulier de cette grande vertu "cardinale" qu'est la tempérance, conçue comme la capacité à être modéré, à user sur le mode du ni trop ni trop peu des bonnes choses de la vie (la boisson, la nourriture, le sexe, le rire, etc.). C'est le juste milieu entre la paresse et l'agitation permanente, et elle consiste donc à accorder à l'esprit crispé, fatigué par le travail, la détente qui lui permet de ne pas se briser sous la tension accumulée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   21 novembre 2015
Je pense donc je suis (Descartes) de Denis Moreau
« Je pense, donc je suis ». C'est vrai chaque fois que je le dis. Et quand je ne le dis plus ? Nous ne savons pas trop. Descartes n'a-t-il pas échoué dans son projet de trouver d'autres énoncés aussi certains que celui-là ? Assurément. Et les sceptiques ricanent ? Cela n'a rien d'étonnant. Mais je pense, donc je suis, cela est vrai. C'est certes peu de chose. Mais après tout, c'est déjà ça.
Commenter  J’apprécie          20
pipige   17 novembre 2018
Comment peut-on être catholique ? de Denis Moreau
Quant à moi, j'ai lu Nietzsche, et c'est, d'un point de vue chrétien, autrement revigorant que la routine bien-pensante : sa charge contre le christianisme représente une des critiques les plus pertinentes adressées à cette religion. La confrontation avec Nietzsche constitue une épreuve de vérité à laquelle le christianisme et les intellectuels chrétiens ne sauraient se soustraire, s'ils ne refusent pas le débat par lâcheté ou isolement théorique. Un chrétien postnietzschéen qui réfléchit sur sa foi doit accepter de poser, avec Nietzsche, la question de l'évaluation du christianisme, de la" valeur de valeurs" qu'il défend et contribue à produire. Il peut de la sorte considérer le nietzschéisme comme une ressource efficace pour prémunir les chrétiens eux-mêmes contre le piège de la réactivité et les ténèbres de l'opposition permanente.

P18-19
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   21 novembre 2015
Je pense donc je suis (Descartes) de Denis Moreau
Quand vient le temps des grandes décisions, les bonnets de nuit de la pensée ne sont jamais à cours de bonnes raisons pour tenter de repousser l'échéance, et de se rabattre sur des positions plus confortables et conciliantes, centristes et tièdes.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Quiz sensuel ... 💋 👂🏻

En sortant du quiz de SZRAMOWO, je me rappelais "...?... des bananes frites" de Sophie Noël.

le bruit
la saveur
le remugle

12 questions
14 lecteurs ont répondu
Thèmes : baba yaga , livres , vue , gout , ouie , odorat , toucherCréer un quiz sur cet auteur