AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.24/5 (sur 43 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Maître de conférences à l’Université Paris Ouest Nanterre au département de philosophie, Emilie Hache est membre du laboratoire Sophiapol de l'Université Paris Ouest - La Défense. Elle est également Chercheuse associée au Groupe d'Études constructiviste (GECo), Université libre de Bruxelles, et participe au projet de recherche Athena (Alliance nationale des sciences humaines et sociales) dans le groupe de travail Environnement.

Ses recherches portent sur les questions écologiques et sur la philosophie pragmatique. Elle est notamment l’auteure de Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique (La Découverte, 2011).


Source : http://dep-philo.u-paris10.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Emilie Hache   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le monde que nous habitons n'est pas composé que de populations, d'activités économiques, de terres habitables et d'espaces inexplorés : il est aussi tissé de récits. Face à la crise écologique, nous devons fabriquer de nouveaux imaginaires, plaident les auteurs d'un livre collectif radical et inventif dirigé par la philosophe Émilie Hache : "De l'univers clos au monde infini".


Citations et extraits (9) Ajouter une citation
Comment envisager alors ce retour des préoccupations morales? On ne peut pas faire comme si elles étaient bienveillantes en soi, confondant ainsi morale et bonnes intentions alors que ces dernières font partie de ce qui a fait le plus de mal. De fait, elles peuvent servir aujourd'hui encore aux pires justifications, comme appeler à des efforts indifférenciés de tous en arguant que la crise écologique est la même pour tous, ou bien affirmer que la population humaine serait trop nombreuse, au nom de la défense de la nature. p.12
Commenter  J’apprécie          00
[...] si l’on observe des non-humains, des fourmis par exemple, on ne pense pas apprendre quelque chose aux fourmis elles-mêmes. On entame plutôt cette recherche dans le but d’apprendre soi-même, ainsi qu'aux autres entomologistes et à tout amateur de fourmis et/ou de sciences, quelque chose à propos des fourmis. Il en va de même pour les sciences humaines : le sociologue n’apprend pas quelque chose aux personnes qu’il étudie, mais cherche plutôt à apprendre d’elle comme à dire ce qu’elles font. p.36
Commenter  J’apprécie          00
Il nous faut alors cultiver une relation de “non-symétrie” avec Gaia : “La nature nous intéresse alors que nous n'intéressons pas la nature”. L’enjeu (moral) n’est pas de sauver la planète mais plutôt de nous protéger. Il s'agit de passer de l’idée que la Terre serait en danger à l’idée que c’est nous qui le sommes: si la planète est rendue inhabitable par notre faute, il y aura probablement évolution vers un régime qui sera plus favorable à la vie, mais pas obligatoirement à notre avantage. p.96
Commenter  J’apprécie          00
Pour reprendre les termes de I'une d'entre elles, c'est la même société qui valorise une culture de guerre dans laquelle les femmes peuvent être violées, insultées, agressées, aussi bien chez elles que dans la rue, c'est la même culture qui entretient un rapport de destruction à l'égard de la nature et de haine envers les femmes, c'est donc cette culture dans son ensemble qu'il s'agit de changer.
Commenter  J’apprécie          20
Oui, nous sommes hystériques, quand il est question de vie et de mort, en particulier la mienne et celle de mes enfants, je suis hystérique, et si les hommes ne le sont pas, c'est qu'ils ont un problème !
Commenter  J’apprécie          20
Emilie Hache
S'exercer à penser de manière complexe et indisciplinée est le travail d'une vie, nous devrions avoir la même exigence et la même attention à l'égard de nos sentirs, nous indiquant le chemin vers une pensée située, ancrée dans nos corps et dans la terre et en cela encore plus complexe et vivante. Mettons notre plaisir et notre jouissance au service d'un devenir terrestre et non de sa destruction.
Commenter  J’apprécie          12
Emilie Hache
Ce qui vient à l'esprit quand je pense à notre époque, c'est effectivement à cet "accélérationnisme" comme expérience propre de la modernité qui envahit tout, notre corps comme nos pensées.
Cette accélération me semble toucher autant nos vies propres que la vie intellectuelle et notre capacité de penser, en raison du flux d'informations, parutions d'articles, de livres, que l'on n'est plus en capacité d'absorber.
De toute évidence, il nous faut inventer des espaces de repos, des modes de vie alternatifs, pour ne pas se laisse écraser par ce temps fou du capitalisme, cette intrusion de l'intime, cette saturation du temps de la vie et du temps de la pensée.
Commenter  J’apprécie          00
Ce livre ne s'adresse pas quà un public académique, mais cherche à renouer avec la force de l'écoféminisme qui lui a valu d'intéresser et de concerner un public hétérogène.
Commenter  J’apprécie          10
Certaines affirmeraient que la Déesse n'est certainement pas "la haut" que le symbole de la divinité "là haut" fait partie de l'héritage de l'oppression patriarcale qui porte avec elle l'autoritarisme, la hiérarchie et la rigidité dogmatique associée aux religions monothéistes.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Emilie Hache (83)Voir plus

Quiz Voir plus

Fred Vargas ou Henning Mankell

La cinquième femme ?

Fred Vargas
Henning Mankell

10 questions
21 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}