AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.3 /5 (sur 22 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 03/01/1955
Biographie :

Éric Marty (né en 1955) est professeur de littérature française contemporaine à l’université Paris Diderot. Il est l'éditeur des œuvres complètes de Roland Barthes.

À l'occasion du trentième anniversaire de la disparition de Roland Barthes, en 2010, il a publié Roland Barthes, la littérature et le droit à la mort, issu d'une conférence donnée dans le cadre du séminaire d'Antoine Compagnon au Collège de France.

Enfin, l'activité éditoriale d'Éric Marty est marquée par un engagement fort dans le conflit israélo-palestinien, en faveur de l'État hébreu, tout d'abord par la parution de Bref séjour à Jérusalem, en 2003, puis en 2007 avec Une Querelle avec Alain Badiou, philosophe. Il a également pris position contre la campagne Boycott, désinvestissement et sanctions à l'encontre d'Israël. Par ailleurs, Éric Marty dirige les collections « Littera » et « Le marteau sans maître » aux éditions Manucius. Éric Marty est également écrivain, auteur d'un roman, Sacrifice, paru aux éditions du Seuil dans la collection Fiction et Cie, il a aussi écrit des poèmes et des nouvelles publiées dans la revue L'Infini, ainsi que des pièces radiophoniques diffusées sur France-Culture.
+ Voir plus
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Marty
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Eric Marty est professeur de littérature française à l’université Paris Diderot, membre du CERILAC (Centre d’Études et de Recherches Interdisciplinaires en Lettres Arts Cinéma). Histoire de lire, le magazine format poche diffusé tous les jeudis. Chaque semaine un chercheur est à l'honneur pour nous faire découvrir sa passion.

Podcasts (9) Voir tous


Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Annette55   10 août 2020
La fille de Eric Marty
«  C’est une voix sans timbre, sans résonance , inimitable, monocorde ,atonale , neutre comme un gaz sans odeur, épuisée, morte, gémissante d’ennui,aspirante,attirante comme un vent tiède arrivé avec retard du Sud lointain.

Je l’entends tout près de moi , ou bien venue du fond de la classe , répéter pour la quatrième fois la première phrase de la dictée que je n’ai pas encore pu écrire sur la page, tant les mots sont distants , noirs, interminables , comme issus d’un souterrain . »
Commenter  J’apprécie          100
laporte   09 mars 2011
René Char de Eric Marty
L'important c'est de faire la différence entre le préférable et le détestable.
Commenter  J’apprécie          40
Annette55   10 août 2020
La fille de Eric Marty
«  J’aime me confier, confier mon sort, aux plus improbables des hasards .Je manigance des conventions, des pactes, des plans secrets avec la chance.

S’est - elle aperçue que je trainais derrière elle?
Commenter  J’apprécie          30
SZRAMOWO   23 avril 2016
Pourquoi le XXème siècle a t-il pris Sade au sérieux ? de Eric Marty
Se mesurer à Sade n'est pas une opération qui laisse indemne, et ce sont les systèmes philosophiques, foucaldiens, lacaniens, deleuziens, qui, avec Sade, se sont engagés dans une remise en question, dont les conclusions demeurent nécessairement en suspens. C'est ce suspens qui est au cœur de notre analyse dans ces (...) chapitres qui ne cessent de se recouper, de dialoguer, de s'opposer, par exemple à travers la rencontre de Sade avec Kant, qui occupe simultanément Foucault par le jeu de la limite et de la transgression, Deleuze par le vide et la cruauté de la loi, Lacan par l'impératif catégorique sadien de la jouissance. (...)

Sade est le nom, le nom excessif, qui permet de forcer les apparences de la pensée, et de construire un véritable rationalisme, échappant à tout positivisme, un rationalisme pénétré, dans sa finitude même, par l'illimité de la folie, de la perversion, de la jouissance.
Commenter  J’apprécie          10
RITAB   17 décembre 2017
L'invasion du désert de Eric Marty
J’ai pris mon Leica. Je l’avais placé tout contre le verre presque translucide, maintenant que j’avais pris soin de décrasser la vitre avec un mouchoir humide. L’objectif était vraiment collé au carreau. Je visais l’arbre, au loin. Sur l’écran tactile derrière le boîtier, on voyait l’image bouger, grossir, s’étendre, se faire soudain fixe ou floue. Avec le pouce et l’index, je l’étirais, zoomant sur un détail, un relief, une ombre, puis je la rétrécissais comme on relâche une proie insignifiante .
Commenter  J’apprécie          10
RITAB   17 décembre 2017
L'invasion du désert de Eric Marty
Elle avait perdu, comme ses semblables, le sens de son cours, s’écartant de son propre flux, de l’influx premier, de sa dynamique vitale, attirée par une planète – la Terre – dont la puissance magnétique l’avait aimantée, captivée, et qu’elle avait rejointe pour y mourir, pour oublier, maintenant qu’elle était sur un sol et partiellement enfouie en lui, jusqu’à l’idée qu’elle avait été jadis en mouvement, et à une vitesse si vertigineuse qu’elle se situait d’une certaine manière hors du temps.
Commenter  J’apprécie          10
RITAB   17 décembre 2017
L'invasion du désert de Eric Marty
Je suis à côté de l’âtre.

Les herbes aromatiques tournaient en multiples tourbillons jusqu’à creuser la surface de l’eau et la rendre épaisse, profonde, et presque noire. J’ai plongé précautionneusement, et une à une, les cinq pattes de poulet dans la marmite. Elles ont aussitôt disparu tandis que par compensation un bel oignon blanc a lentement émergé, puis après avoir dansé quelques instants sous mes yeux, s’est évanoui à son tour.
Commenter  J’apprécie          10
RITAB   17 décembre 2017
L'invasion du désert de Eric Marty
Je la regardais par le viseur, puis sur l’écran au dos du Leica. Son corps construisait le cadre. Je jouais avec la distance, l’obscurité, la clarté. Je la voyais imperceptiblement moduler son corps sur des spirales, des cercles, des cubes.
Commenter  J’apprécie          10
RITAB   17 décembre 2017
L'invasion du désert de Eric Marty
Là, il faut prendre la plus petite des routes. Ni à gauche, ni à droite, ni en face, mais en oblique, passée une petite dépression, et vous n’êtes plus très loin alors du marché dont vous devinez l’existence sans même y penser.
Commenter  J’apprécie          10
Epistrophy   27 mars 2015
La fille de Eric Marty
La vérité, ce n'était pas que Claudie ne m'aimait pas. Et ce n'était pas non plus qu'elle avait un coeur de pierre. La vérité, c'était que Claudie n'existait pas. Tout simplement. Elle était aussi une illusion.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Le pouvoir rend fou !

Donald Trump n'est pas seul à être un dirigeant cinglé ! Qui, par exemple, a nommé son cheval aux plus hautes responsabilités ?

G.W. Bush a nommé son cheval gardien de la Constitution
Staline a nommé son cheval commissaire politique
Caligula a nommé son cheval sénateur
Joachim Murat a nommé son cheval général de brigade
Georges III d'Angleterre a épousé un poney Shetland

8 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , politique , folieCréer un quiz sur cet auteur

.. ..