AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.86 /5 (sur 110 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Cancon (Lot-et-Garonne) , le 14/05/1912
Mort(e) à : château de Belcastel (Aveyron) , le 24/07/1986
Biographie :

L'architecte et urbaniste français Fernand Pouillon fut un des grands bâtisseurs des années de reconstruction après la Seconde Guerre mondiale en France.

Il passe sa jeunesse à Marseille où il fréquente l'École des Beaux-arts avant de poursuivre de 1932 à 1934 des études d’architecture à Paris. Il construit son premier immeuble à vingt-deux ans en 1934 à Aix-en-Provence.

Fernand Pouillon entreprend un pari ambitieux à Aix-en-Provence : 200 logements à construire en 200 jours pour un budget de 200 millions de francs. Utilisant la pierre et des plans économiques mais de qualité, Pouillon gagne son pari. En 1953, il renouvelle ce genre de performance en réalisant l'ensemble d'immeubles de Diar-el-Mahçoul à Alger : 1 600 logements réalisés en 365 jours dans un parfait respect du style architectural local et surtout de la notion d'espace urbain. À Alger suivront les ensembles de Diar-es-Saada et Climat de France.

En 1961, alors que sont réalisés, sous sa conduite, quelques-uns des plus importants grands ensembles en périphérie de Paris, à Montrouge, au quartier du Point-du-Jour à Boulogne-Billancourt ainsi que la ville nouvelle de Meudon-la-Forêt, il est au cœur d'une affaire judiciaire retentissante suite à la révélation qu'il est également actionnaire de sociétés périphériques du CNL au moyen de prête-noms. En effet, un architecte n'a pas le droit d'être ni promoteur, ni entrepreneur, ou autre activité commerciale en rapport avec le bâtiment.

Exclu de sa profession, il s'exile en Algérie et réalise les plans de centaines de milliers de mètres carrés d'hôtels, de complexes touristiques, de préfectures, de bureaux de postes, de cités universitaires, etc. Amnistié en 1971 par Georges Pompidou, il regagne la France en 1984.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Fernand Pouillon   (6)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Fernand Pouillon "Le roman d'un architecte". Fim documentaire de Christian Meunier : A l'aide de témoignages de ses principaux collaborateurs et d'extraits de ses livres : Les mémoires d'un architecte et les pierres sauvages, c'est toute la singularité de Fernand Pouillon que ce film permet de découvrir.


Citations et extraits (74) Voir plus Ajouter une citation
Rouska   26 novembre 2009
Les pierres sauvages de Fernand Pouillon
Quelle que soit l'étendue de ton savoir, il te manquerait toujours, pour atteindre à la plénitude de la sagesse, de te connaître toi même....
Commenter  J’apprécie          130
Elisanne   27 février 2011
Les pierres sauvages de Fernand Pouillon
]L’évocation visuelle dans la permanence crée le destin des architectures.

L’acuité absolue permettrait d’éviter à un maître d’œuvre, esthète pur, de tenter l’aventure de la construction. Il garderait pour lui ses édifices imaginaires. Il n’en est jamais ainsi, tout bâtisseur aura sa part de surprise dans la réalisation du chantier. Cela est bien normal. Nul artiste ne fait absolument ce qu’il veut : le pinceau aide ou dessert le peintre, tantôt surpris par un effet imprévu, tantôt en butte aux tremblements de sa main, aux poils trop secs ou à la pâte trop liquide. Nous devons bien avouer que le chantier se réserve toujours de nous étonner, en bien ou en mal.

L’architecture garde une partie de son mystère, ne le découvre que par fragments et ne le livre que lorsque tous les volumes ont occupé leur place. L’œuvre en cours est une discussion, décevante ou pleine de promesses. Nous cherchons des arguments. Nous écoutons les résonances sans encore en connaître la fin. Toutes ces émotions ne peuvent être prévues et connues entièrement à l’avance. Cela est bon ; un chantier sans anxiété serait comme une vie sans souffrance […]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Elisanne   18 mai 2010
Les pierres sauvages de Fernand Pouillon
Toute ma vie j’ai quitté les chantiers, mais j’avais toujours un nouveau projet en tête, j’étais heureux. Et puis, souvent, je partais seulement pour quelques semaines ; j’allais retrouver d’autres travaux plus urgents. Ce soir ce n’est pas la même chose : au bout du voyage il n’y a plus rien, plus qu’à attendre le bon vouloir de la destinée, entouré de mes frères, et cet au-delà qui me fait peur

( page 195/196)
Commenter  J’apprécie          100
Jcequejelis   03 juillet 2015
Les pierres sauvages de Fernand Pouillon
« Mais alors, Socrate, quelle affaire est-ce donc que la tienne ? D'où sont venues ces calomnies répandues contre toi ? Tu prétends que tu ne fais rien de plus extraordinaire que les autres ; mais tu ne serais sûrement pas l'objet de tant de bruits et de racontars, si tu ne faisais pas autre chose que les autres. Dis-nous donc ce qui en est, afin que nous ne te jugions pas à la légère. » (Platon, Apologie de Socrate)



2676 – [p. 88]
Commenter  J’apprécie          90
Jcequejelis   29 juin 2015
Les pierres sauvages de Fernand Pouillon
Un autre groupe de frères qui, pour avoir une solide croyance, ne sont pas pour autant subjugués, ont pris pour les divers apprentissages un goût très fort. Ces hommes, entrés dans l'Ordre plus par besoin de tranquillité que par vocation, fils de serfs ou de vilains, ont naguère préféré à une vie de servitude un ordre divin. Ils sont convers n'ayant pu être moines, sont heureux de notre égalité, de notre fraternité dans une commune discipline, peut-être plus difficile, mais aucunement humiliante.



2673 – [p. 62/63]
Commenter  J’apprécie          80
Jcequejelis   30 juin 2015
Les pierres sauvages de Fernand Pouillon
La mode est une des formes de la décadence et de la médiocrité. Il est courant que l'artiste qui suit cette détestable pratique, constate de son vivant la sottise de son œuvre. Pour en guérir il emprunte à nouveau le chemin parcouru. Déçu de la mode passée, il croit encore à celle du présent. Il faudrait lui crier : « Ami, ne vous retournez jamais, vivez toujours tel l'âne et sa carotte. » La mode n'est bonne que pour ceux qui la lancent, une farce agréable pour celui qui en profite.



2674 - [78]
Commenter  J’apprécie          70
Elisanne   27 février 2011
Les pierres sauvages de Fernand Pouillon
[…] Il est exaltant de faire vivre une abbaye à l’avance en compagnie des moines.Pour moi les instants où je conçois réellement la vie de mes frères sont, peut-être, les seuls où j’exprime ma foi. Je les vois se lever, s’agenouiller, ils marchent vers l’église, autour du cloître, font les ablutions aux fontaines, rêvent devant le feu du chauffoir. Rythme lent, précis, mesuré. Je les vois réellement passer, je les suis du regard. Ils ne sont pas fantômes, je les entends respirer, murmurer, marcher, je sens leurs odeurs. Capuchons rabattus, têtes légèrement inclinées, mains dans les manches : ils passent. Je m’efface le dos au mur, pour leur laisser la place. Ils vont, poursuivent leurs évolutions, sans vaines agitations. La Règle exige cette vie sans mouvements inutiles : ils ne doivent pas perdre leur temps, ni essayer de le rattraper. L’architecture suit ces actes ; Chaque jour, chaque nuit, le passage des moines est comme un fil qui s’enroule, sans heurts, à petits bruits réguliers. Accompagnés des chants contenus, les offices canoniaux scandent la journée d’une aube à l’autre. […]



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Jcequejelis   05 juillet 2015
Les pierres sauvages de Fernand Pouillon
« Pourquoi, ai-je dit, n'as-tu pas expliqué ton plan aux convers ? Ils auraient travaillé plus volontiers.

- Je préfère les étonner ; sur d'autres chantiers j'ai observé que ma méthode a du bon. Après, je peux demander les pires efforts, ils s'imaginent de confiance qu'au bout il y a une astuce de récompense. Elle existe, souvent, mais quelquefois il n'y a que la peine sans satisfaction. Je préfère, dans tous les cas, garder pour moi mes mystères ; le rendement, dans l'ensemble, reste meilleur, le commandement plus facile. L'homme respecte davantage nos décisions s'il n'en connaît pas la fin.

- Peut-être as-tu raison ; pour moi, je préférerais ne pas étonner, donner l'impression que ma science et mon expérience sont d'abord nôtres, ensuite deviennent leurs.



2677 – [p. 157/158]
Commenter  J’apprécie          60
Jcequejelis   28 juin 2015
Les pierres sauvages de Fernand Pouillon
Tout artiste agissant, a, dans sa mine de plomb, son pinceau, son burin, non seulement ce qui rattache son geste à son esprit, mais à sa mémoire. Le mouvement qui parait spontané est vieux de dix ans ! De trente ans ! Dans l'art, tout est connaissance, labeur, et ce qui peut surgir en un instant a mis des années à cheminer.



2671 - [p. 22]
Commenter  J’apprécie          60
Wyoming   21 juin 2019
Les pierres sauvages de Fernand Pouillon
Architecte et maître d'oeuvre ne sont pas de simples appellations, mais bien des fonctions définies et absolues. Les formes, les volumes, les poids, les résistances, les poussées, les flèches, l'équilibre, le mouvement, les lignes, les charges et les surcharges, l'humidité, la sécheresse, la chaleur et le froid, les sons, la lumière, l'ombre et la pénombre, les sens, la terre, l'eau et l'air, enfin tous les matériaux sont, tous et toutes, contenus dans la fonction souveraine, dans l'unique cerveau de l'homme ordinaire qui bâtit. Cet homme sera tout : argile et sable, pierre et bois, fer et bronze. Il s'intégrera, s'identifiera à tous les matériaux, à tous les éléments, à toutes les forces apparentes et internes. Ainsi, il les portera, les évaluera, les auscultera, les verra avec son âme comme s'il les tenait dans ses mains.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Fernand Pouillon (190)Voir plus


Quiz Voir plus

Desserts miam...miam...

Le Kouglof est originaire de ..... ?

de Bourgogne
d’Alsace
de Normandie
des Charentes

15 questions
37 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..