AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 9 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Gironde , 1970
Biographie :

Florence Robert est bergère et écrivaine.

De 1993 à 2006, elle effectue de nombreux voyages à l’étranger, elle suit des études de loisirs sportifs, des randonnées à cheval, et exerce dans le Gers le métier de calligraphe.

Et puis Florence Robert décide de se consacrer à l’élevage de moutons. Cette aventure a débuté en 2008, où elle effectue un premier stage d’apprentie bergère.

Ensuite, elle se lance dans la création de la ferme des Belles Garrigues, située à Albas, près de Durban-Corbières, où elle mène sa vie de bergère.

Florence Robert a publié en 2015 "Bergère des Corbières", qui retrace cette aventure à partir des notes écrites tout au long de ces années.


Source : www.luciole-universite.fr
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
coco4649   21 mars 2020
Bergère des collines de Florence Robert
NOTES D’AGNELAGE, DU 20 MARS AU 25 AVRIL





Extrait 3



     Va-t-il respirer, s’est-il levé, a-t-il bu, n’ai-je pas oublié de désinfecter le cordon de celle-ci, de celui-ci, cent fois, les questions et les réponses se succèdent. Notre vigilance est intense. Nous n’arrêtons pas.



     Les placentas, qu’il faut absolument enlever du fumier, me font l’effet de serpents vigoureux mollement animés, et mes mains en gardent une sensation étonnamment présente et… mouvante, comme si je les tenais encore. Fouiller les brebis procure la même impression, au cœur même de l’animal, parfois très loin, jusqu’au deux tiers de l’avant-bras. Une fois la main engagée, yeux ouverts, les yeux au bout des doigts, je ne vois plus rien, tout est rouge. Rouge sang, rouge vivant. Un agneau est là et je ne sens que ses os. Chair et liquide amniotique se mélangent, je ne peux distinguer que les os du crâne et des pattes avant, et, parfois, de façon inquiétante, un œil mou sous la pression.



[…]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
coco4649   21 mars 2020
Bergère des collines de Florence Robert
NOTES D’AGNELAGE, DU 20 MARS AU 25 AVRIL





Extrait 2



     Il faudra de quoi les nourrir, un liquide facile à digérer, complet, riche en protéines pour grandir vite, facilement accessible, à la douce température du corps, distribué à volonté, et riche en anticorps. Il faut du colostrum puis du lait dans un pis à deux trayons. Ça tombe bien, la nature est bien faite. Les plus vigoureux, encore tout humides, font leur première tétée en moins de quinze minutes. D’autres auront besoin d’aide à plusieurs reprises. Et quelle histoire parfois pour mettre enfin le trayon dans la bouche avide et maladroite. Surtout que les agneaux détestent qu’on leur touche la tête. Quelle patience, quelle expertise, quand l’agneau est humide, froid maintenant, tout collant et qu’on est très fatigué. Il est arrivé à chacun d’avoir envie de laisser tomber, il boira plus tard, ou jamais, cet imbécile. Si l’agneau est très faible, il faut tout de même le faire téter en asseyant la brebis, en le couchant entre ses jambes, en déclenchant la succion par l’envoi d’un petit jet de lait sur la langue, mais pas trop de lait, qui risque de l’engorger e de le dégoûter de téter, puis introduire le trayon dans la bouche. Si l’agneau tète, il est sans doute sauvé. Sinon, il est mal parti. Un coup à prendre, dit-on. Il est hors de question de s’énerver, l’impatience est bannie de notre maternité !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
coco4649   21 mars 2020
Bergère des collines de Florence Robert
NOTES D’AGNELAGE, DU 20 MARS AU 25 AVRIL





Extrait 1



     Naissances. Boursouflures, sang, liquides visqueux, poches, chairs outrées, outrancières, sanguines, ce qui s’est savamment construit en cinq mois se détache, travail des hormones et des chairs profondes, le miracle est tout entier sous mes yeux, dans mes mains, l’agneau qui arrive a l’air mort, blafard et mou, couvert de sa poche, puis, un hoquet, ça part, un faible bêlement parfois, ça commence au grand air après cinq mois de refuge dans la plus douce des grottes. Les agneaux naissent déjà malaxés par la vie du troupeau, les rythmes, les rots de rumination, la presse des ventres, ils connaissent. Et c’est toute la fragilité d’être dehors qui est troublante, après ces mois de brassage maritime. Comme il est sec, l’air. Comme est dur le sol, comme est lourde la mère qui se couche trop près de son petit. Chaque matière a sa consistance, rude, éprouvée. Après l’indéfini du liquide amniotique, après le long sommeil du venir au Monde, la mortelle subtilité des choses se prononce. La vie profère sa vérité simple et sans appel. Il faut y aller, ou non. Un hoquet, la tête se redresse, le mucus s’écoule et libère les naseaux, la mère lèche avidement le liquide qui couvre son dernier-né. Premières secondes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Florence Robert(1)Voir plus


Quiz Voir plus

Qui a dit....

Les femmes c'est charmant, mais les chiens c'est tellement plus fidèles

Sacha Guitry
Collette
Sim
Philippe Bouvard

10 questions
54 lecteurs ont répondu
Thèmes : Citations, maximes, etc.Créer un quiz sur cet auteur