AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.23 /5 (sur 101 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Saint-Jérôme , le 16/04/1893
Mort(e) à : Terrebonne , le 21/08/1968
Biographie :

Germaine Guèvremont, de son vrai nom Germaine Grignon, est une romancière québécoise surtout connue pour le roman "Le Survenant".
Elle a travaillé pour la radio québécoise.
Germaine Guèvremont meurt le 21 août 1968 à la suite d'une intervention chirurgicale, avant d'avoir pu compléter ses mémoires.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le mardi 11 juin 2019, BAnQ réunissait des experts renommés des domaines de l'intelligence artificielle et de la culture au Forum économique international des Amériques - Conférence de Montréal. Certaines parties de cette conférence sont en anglais. *** Animé par Jean-Louis Roy, pdg de BAnQ. Panélistes : - Jade Leung, responsable de la recherche et des partenariats, Centre pour la gouvernance en intelligence artificielle, Oxford University; - Marc-Antoine Dilhac, professeur agrégé au Département de philosophie et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en éthique publique et théorie politique, Université de Montréal, instigateur du projet de Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l'intelligence artificielle en 2017; - Véronique Guèvremont, professeure titulaire à la Faculté de droit et titulaire de la Chaire UNESCO sur la diversité des expressions culturelles, Université Laval; - Hughes Sweeney, producteur exécutif du studio interactif, Office national du film du Canada; - Éric Marcoux, vice-président, architecture et innovations TI, La Capitale groupe financier.

+ Lire la suite

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Cielvariable   07 avril 2013
Le survenant de Germaine Guèvremont
Aimer ce n'est pas tant d'attendre quoi que ce soit de l'autre que de consentir à lui donner ce qu'on a de meilleur.
Commenter  J’apprécie          140
ieo9   28 juin 2012
Le survenant de Germaine Guèvremont
- Des maldisances, tout ça, rien que des maldisances ! Comme de raison un étrangère, c'est une méchante : elle est pas du pays.



Soudainement il sentit le besoin de se détacher sa chaise du rond familier. Pendant un an il avait pu partager leur vie, mais il n'était pas des leurs ; il ne le serait jamais. Même sa voix changea, plus grave, comme plus distante, quand il commença :



- Vous autres...



Dans un remuement de pieds, les chaises se détassèrent. De soi par la force des choses, l'anneau se déjoignait.



- Vous autres, vous savez pas ce que c'est d'aimer à voir du pays, de se lever avec le jour, un beau matin, pour filer fin seul, le pas léger, le coeur allègre, tout son avoir sur le dos. Non ! vous aimez mieux piétonner toujours à la même place, pliés en deux sur vos terres de petite grandeur, plates et cordées comme des mouchoirs de poche. Saint bénite, vous aurez donc jamais rien vu, de votre vivant !
Commenter  J’apprécie          80
leonce   08 octobre 2018
Le survenant de Germaine Guèvremont
___Vous autres, vous savez pas ce que c'est d'aimer à voir du pays, de se lever avec le jour, un beau matin, pour filer fin seul , le pas léger, le coeur allège, tout son avoir sur le dos. Non ! vous aimez mieux piétonner toujours à la même place , pliés en deux sur vos terres de petite grandeur, plates et cordées comme des mouchoirs de poche. Sainte bénite, vous aurez donc jamais rien vu de votre vivant ! Si un oiseau dépareillé vient à passer, vous restez en extase devant, des années de temps.
Commenter  J’apprécie          80
Moan   01 avril 2012
Le survenant de Germaine Guèvremont
--- Ce qu'on donne, Amable, est jamais perdu. Ce qu'on donne à un, un autre nous le remet. Avec une autre sorte de paye. Et souvent au moment où on s'attend à rien. J'ai connu un matelot nègre qui jetait toujours à l'eau la première tranche de pain qu'il recevait sur le bateau. Il disait que, dans un naufrage, c'était grâce à un goéland s'il n'était pas mort de faim... Cast your bread...

Ah! neveurmagne !
Commenter  J’apprécie          60
Cielvariable   07 avril 2013
Le survenant de Germaine Guèvremont
Ceux du Chenal ne comprennent donc point qu'il porte à la maison un véritable respect qui va jusqu'à la crainte? De jour en jour, pour chacun d'eux, il devient davantage le Venant à Beauchemin: au cirque, Amable n'a même pas protesté quand on l'a appelé ainsi. Le père Didace ne jure que par lui. L'amitié bougonneuse d'Alphonsine ne le lâche pas d'un pas. Z'Yeux-ronds (le chien) le suit mieux que le maître. Pour tout le monde il fait partie (sic) de la maison. Mais un jour, la route le reprendra...
Commenter  J’apprécie          50
Pixie_dust   08 octobre 2018
Le survenant de Germaine Guèvremont
...si tu donnes et que tu prends plaisir à t'en vanter, que t'es toujours à le renoter à tous les vents, pour moi c'est comme si tu donnais rien, puisque des deux, t'es celui à en avoir le plus de profit.
Commenter  J’apprécie          50
Moan   01 avril 2012
Le survenant de Germaine Guèvremont
L'homme se coupa une large portion de rôti chaud, tira à lui quatre patates brunes qu'il arrosa généreusement de sauce grasse et, des yeux, chercha le pain. Amable, hâtivement, s'en taillait une tranche de deux bons doigts d'épaisseur, sans s'inquiéter de ne pas déchirer la mie. Chacun de la tablée que la faim travaillait l'imita. Le vieux les observait à la dérobée, l'un après l'autre. Personne , cependant, ne semblait voir l'ombre de mépris qui, petit à petit, comme une brume d'automne, envahissait les traits de son visage austère. Quand vint son tour, lui, Didace, fils de Didace, qui avait le respect du pain, de sa main gauche prit doucement près de lui la miche rebondie, l'appuya contre sa poitrine demi-nue encore moite des sueurs d'une longue journée de labour, et, de la main droite, ayant raclé son couteau sur le bord de l'assiette jusqu'à ce que la lame brillât de propreté, tendrement il se découpa un quignon de la grosseur du poing.
Commenter  J’apprécie          30
Pixie_dust   05 octobre 2018
Le survenant de Germaine Guèvremont
Dans le ciel uni, sans une brise, un seul nuage rougeoyait vers l'est, dernière braise vive parmi les cendres froides.
Commenter  J’apprécie          50
leonce   03 décembre 2016
Le survenant de Germaine Guèvremont
Un soir d'automne,au Chenal du Moine, comme les Beauchemin s'apprêtaient à souper, des coups à la porte les firent redresser. C'était un étranger de bonne taille, jeune d'âge, paqueton au dos, qui demandait à manger.

-Approche de la table . Approche sans gêne, Survenant, lui cria le père

Didace.

D'un simple signe de la tête, sans même un mot de gratitude, l'étranger accepta. Il dit seulement :

- Je vas commencer par nettoyer le cochon.
Commenter  J’apprécie          30
Qanniq   24 juin 2017
Le survenant de Germaine Guèvremont
Ainsi donc la vie est comme la rivière uniquement attentive à sa course, sans souci des rives que son passage enrichit ou dévaste ? Et les êtres humains sont les roseaux impuissants à la retenir, qu'elle incline à sa loi : des joncs bleus pleins d'élan, un matin, et le soir, de tristes rouches desséchées, couleur de paille ? De jeunes joncs repousseront à leur place. Inexorable, la rivière continue de couler : elle n'y peut rien. Nul n'y peut rien.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
165 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..