AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.73 /5 (sur 582 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier , le 01/08/1916
Mort(e) à : Montréal , le 22/01/2000
Biographie :

Poète et romancière, Anne Hébert a étudié à Québec, au Collège Notre-Dame de Bellevue et au Collège Mérici.

Elle publie dès 1939 ses premiers poèmes et, en 1942, son premier livre, "Les Songes en équilibre", pour lequel elle reçoit le Prix Athanase-David (1943).

De 1950 à 1954, elle écrit des textes pour la Radio-Canada et travaille comme scénariste et rédactrice à l'Office national du film.

De 1954 à 1957, elle séjourne à Paris, partage ensuite son temps entre Montréal et Paris, avant de s'installer en France en 1967. Après la publication de son deuxième roman, Kamouraska en 1971, elle connaît enfin le succès.Les Enfants du sabbat, un troisième roman, paraît en 1975.

En 1980, elle publie un quatrième roman, Héloïse. L’écrivaine devient ensuite la quatrième Canadienne-française et la deuxième Québécoise à obtenir un grand prix littéraire français. En effet, elle obtient le prix Femina pour son cinquième roman, les Fous de Bassan en 1982.
En 1983, un doctorat honoris causa lui est remis par l'Université Laval. Il s'ajoute aux précédents : Université de Toronto en 1969, Université de Guelph en 1970, UQAM en 1979 et McGill en 1980.

En 1988, son sixième roman, Le Premier Jardin, rend hommage aux femmes qui ont fondé la Nouvelle-France. Un septième roman, L’Enfant chargé de songes, paraît en 1992. En 1995, âgée de 79 ans, elle publie Aurélien, Clara, Mademoiselle et le Lieutenant anglais, une histoire à mi-chemin entre la poésie et la prose. Son cinquième et dernier recueil Poèmes pour la main gauche est publié deux ans plus tard.

Au début de 1998, celle qui demeurait à Paris depuis 32 ans, revient à Montréal. En 1999 paraît son dernier roman, Un habit de lumière. Elle décède à Montréal le 22 janvier 2000.

+ Voir plus
Source : http://www.anne-hebert.com/p.php?i=183
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Anne HÉBERT – Biographie : 1916-2000 (DOCUMENTAIRE, 2000) Un documentaire de Jacques Godbout réalisé en l’an 2000.


Citations et extraits (239) Voir plus Ajouter une citation
Harioutz   15 avril 2020
Poèmes de Anne Hébert
La page blanche

Devant moi

N'espère que toi

Sur la feuille nue
Commenter  J’apprécie          630
Sachenka   08 mai 2015
Le Torrent de Anne Hébert
En dehors des leçons qu'elle me donna jusqu'à mon entrée au collège, ma mère ne parlait pas. La parole n'entrait pas dans son ordre. Pour qu'elle dérogeât à cet ordre, il fallait que le premier j'eusse commis une transgression quelconque. C'est-à-dire que ma mère ne m'adressait la parole que pour me réprimander, avant de me punir.
Commenter  J’apprécie          290
domisylzen   12 décembre 2016
Aurélien, Clara, Mademoiselle et le lieutenant anglais de Anne Hébert
Sur la rivière, les champs et les bois règnent la naissance et la mort, à part égale, sans commencement ni fin, depuis les minuscules éphémères qui patinent sur l'eau avec de longues pattes fines aussitôt résorbés dans l'air bleu, jusqu'aux enfants des hommes qui s'étonnent de la vitesse de la lumière en marche vers les ténèbres.
Commenter  J’apprécie          250
Anne Hébert
sabine59   19 mai 2018
Anne Hébert
Chats ( extrait)



Leurs yeux

Ont les profondeurs glauques

Où l'or se mêle au vert

Des étangs les plus secrets.



Leurs yeux

Sont des rets mouvants,

Fascinants

Comme la flamme.
Commenter  J’apprécie          223
Anne Hébert
sabine59   11 mai 2017
Anne Hébert
La nuit

Le silence de la nuit

M'entoure comme de grands courants sous-marins.



Je repose au fond de l'eau muette et glauque.

J'entends mon coeur



Qui s'illumine et s'éteint

Comme un phare.



Rythme sourd

Code secret

Je ne déchiffre aucun mystère.



A chaque éclat de lumière

Je ferme les yeux

Pour la continuité de la nuit

La perpétuité du silence

Où je sombre.





("Poèmes")
Commenter  J’apprécie          211
araucaria   19 juillet 2014
Est-ce que je te dérange? de Anne Hébert
On était aux premiers jours de septembre. La pensée de Delphine me suivait pas à pas comme un chat perdu qui se colle à vos jambes et qu'on se refuse à regarder de crainte d'avoir à l'adopter.
Commenter  J’apprécie          210
araucaria   18 juillet 2014
Est-ce que je te dérange? de Anne Hébert
Je l'ai suivi, de gare en gare, de train en train, de ville en ville, d'hôtel en hôtel. Toujours j'étais là qui l'attendais et il a cru devenir fou. Et j'ai cru devenir folle. Toujours il y avait des gens qu'il connaissait aux alentours. Il ne fallait pas qu'on nous voie ensemble. Faire semblant de ne pas se connaître dans les gares et les hôtels. Moi avec mon manteau ample jusqu'aux talons. Lui avec ses valises et ses yeux de biche qui guettaient partout si on le voyait avec moi. Vers trois heures du matin, quand il n'y avait plus personne pour le prendre en flagrant délit d'adultère dans les corridors, il venait vers moi, tout ému et en chaussettes sur les tapis des corridors.
Commenter  J’apprécie          180
Christw   18 janvier 2013
Le premier Jardin de Anne Hébert
Au moment de réciter un poème en classe ou d'expliquer un texte, elle se prenait à aimer follement les sons et les paroles qui se formaient dans sa bouche, sur sa langue et sur ses dents. Il lui arrivait de croire que c'était sa vocation de parler et de chanter, et que rien au monde n'était plus beau que sa parole ronde et sonore. Elle chantait des cantiques ou des chansons, tour à tour comme une sainte du ciel ou comme une amoureuse romantique. Elle fermait les yeux, et son visage resplendissait. L'espace de quelques instants, elle possédait la terre.
Commenter  J’apprécie          170
Anne Hébert
leonce   10 juillet 2019
Anne Hébert
Tu lis trop , mon petit Julien. Tu écris trop aussi . de trop longues lettres romantiques. J'aime les poètes dans les livres , pas dans la vie.
Commenter  J’apprécie          183
domisylzen   01 décembre 2016
Aurélien, Clara, Mademoiselle et le lieutenant anglais de Anne Hébert
Au fond de ces yeux-là, la rivière est profonde et tous les cheveaux du roi pourraient y boire ensemble.

Commenter  J’apprécie          172

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
162 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..