AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.85 /5 (sur 27 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Guillaume Evin est journaliste indépendant.

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont "Je n'aime pas les riches" (Éditions du Moment, 2012) et "Le livre noir du CSA" (Éditions du Moment, 2011).

Source : atlantico
Ajouter des informations
Bibliographie de Guillaume Evin   (35)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

#jamesbond #guillaumeevin #m6 LA BIOGRAPHIE DU PLUS CÉLÈBRE AGENT SECRET On connaît son nom. On connaît son numéro. Mais connaît-on l'homme qui se cache derrière l'espion de Sa Majesté ? Que sait-on vraiment du personnage né de l'imagination foisonnante d'un dandy anglais misogyne nommé Ian Fleming ? 007 aime les petits déjeuners copieux, regrette d'avoir dû abandonner son Beretta .25, pense que la femme idéale sait faire l'amour aussi bien que la béarnaise, déplore devoir tuer dans l'exercice de ses fonctions… mais s'en accommode aisément pour l'Angleterre. Méfiant par nature, il ne se lie pas facilement, sauf quand sa mission l'exige. Méticuleux, parfois cynique, il se montre professionnel en toutes circonstances. Non seulement l'un des meilleurs éléments du MI6, mais l'un des plus dévoués. S'appuyant sur les douze romans et deux recueils de nouvelles d'Ian Fleming, Guillaume Evin rouvre le « dossier 007 » et nous offre la première biographie – non autorisée – du héros au tuxedo. Une personnalité complexe, vulnérable et attachante, à qui bien des hommes rêvent de ressembler… et que bien des femmes rêvent de séduire. * Guillaume Evin, journaliste et « bondologue » reconnu (Bons baisers du monde, Dunod, 2020) lève le voile sur l'un des héros de fiction les plus célèbres de tous les temps, incarné pour la 25e fois au cinéma dans Mourir peut attendre.

+ Lire la suite

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
Pecosa   02 mai 2021
Quel scandale ! de Guillaume Evin
A propos de Salò ou les 120 Journées de Sodome de Pasolini



Ce film, qui porte à "son paroxysme la dimension perverse du nazisme", selon l'historien Michel Marie, esquisse un horizon indépassable sur ce qu'il est possible de montrer ou non à l'écran, hors cinéma de genre. En Italie, Salò est interdit pour obscénité. En France, il frôle le classement X nouvellement instauré par le président Giscard d'Estaing, avant d'écoper finalement de la seule interdiction aux moins de seize ans. Malgré tout, le distributeur prend peur. En vérité, on apprendra plus tard que le ministère de la Culture a fait pression sur lui. Le film sort en catimini dans une seule salle parisienne, la Pagode. Mais là, surprise: en une seule journée, Salò pulvérise tous les records. Du coup, la semaine suivante, le film bénéficie de quatre grandes salles supplémentaires (Champs-Elysées, Montparnasse, Quartier Latin). Là encore, Jackpot. A cet instant, le ministère redoute un phénomène d'ampleur. Il intime au distributeur de réduire la voilure et de revenir à 'accord initial de la salle unique. Avec le temps, le succès rattrape cette oeuvre hautement scandaleuse. Au point que le film testament de Pasolini réunira en fin de parcours près d'un million de spectateurs, dont 400.000 à Paris!"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Pecosa   01 mai 2021
Quel scandale ! de Guillaume Evin
A propos de Zéro de conduite de Jean Vigo (1933):

"La commission de censure va donc sévir. Zéro de conduite est aussitôt interdit au motif qu'il demeure "anti-français". Banni pour "dénigrement de l'instruction publique".
Commenter  J’apprécie          222
manU17   18 mars 2016
L'histoire fait son cinéma en 100 films : De La guerre du feu à Démineurs de Guillaume Evin
[à propos d'Une journée particulière]



Dans cette métaphore du fascisme ordinaire, Ettore Scola livre une comédie tragique poignante. Il "met à nu les structures mentales qui portent à l'exclusion de tous ceux qui ne correspondent pas aux normes, de tous ceux qui sont jugés inférieurs", analyse Jean A. Gili. Sa mise en scène d'une sobre élégance, tout comme sa photo volontairement terne, presque grise, sert son propos.
Commenter  J’apprécie          130
tristantristan   25 avril 2018
James Bond est éternel de Guillaume Evin
Il y a des jours où j'ai hai James Bond. Ian n'aurait pas dû écrire son dernier livre. Je l'avais supplie de se reposer. Les medecins avaient multiplié les avertissements. Ce travail était trop éprouvant pour un homme qui venait de subir un grave infarctus.(...) Il n'était pas poussé par le besoin d'argent. Mais, les éditeurs, les producteurs de films, la presse et le public semblaient insatiables. Et, sous ces pressions, la rédaction d'un nouveau Bond, puis d'un autre encore, était devenue pour Ian une obsession. (...) Il refusait categoriqcatégo de ralentir son activité, même de la ramener simplement à la normale. Je suppose que c'était un parti pris de suicide délibéré.
Commenter  J’apprécie          80
Davalian   17 mai 2013
James Bond est éternel de Guillaume Evin
Imagine-t-on Star Wars sans George Lucas, Indiana Jones sans Steven Spielberg ou plus récemment Pirates des Caraïbes sans Johnny Depp ? Difficile, sinon impossible. Pour les Bond, en revanche, tout est possible...
Commenter  J’apprécie          70
Bazart   30 novembre 2013
L'encyclopédie Belmondo de Guillaume Evin
autant le dire de suite : Jean Paul est cultivé sans être pédant.
Commenter  J’apprécie          70
Radwan74   29 juillet 2019
L'anti-guide du foot de Guillaume Evin
« J’espère que la routourne va vite tourner », énonçait benoîtement Franck Ribéry. « Il faut rendre César à César », prophétisait Patrice Évra. « Ça nous a remis les épaules sur la tête », philosophait Bacary Sagna. C’est sûr que de telles saillies n’aident pas à considérer les footballeurs comme plus intelligents qu’ils ne sont.
Commenter  J’apprécie          10
Radwan74   29 juillet 2019
L'anti-guide du foot de Guillaume Evin
La Squadra Azzurra a choisi son bleu azur en 1911 en hommage à la maison de Savoie, la dynastie qui régna longtemps en Italie. Les hollandais ont opté pour l’orange en souvenir d’une autre maison royale, celle d’orange-Nassau, qui mena le pays à l’indépendance. L’Allemagne, elle, a gardé le blanc prussien de l’empereur Guillaume II, refusant les couleurs de la défaite et de l’humiliation (noir, rouge, jaune), adoptées par la République de Weimar en 1919.
Commenter  J’apprécie          00
Bazart   30 novembre 2013
L'encyclopédie Belmondo de Guillaume Evin
Jean Paul a toujours tourné avec ses amis.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Harry Potter 8

Comment s'appelle le deuxième enfant de Harry ?

James
Albus
James Severus
Albus Severus

8 questions
18 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur