AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.19 /5 (sur 103 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon , le 14/07/1942
Biographie :

Jacques Ancet est un poète et traducteur français.

Après des études secondaires et supérieures dans cette même ville, il fut lecteur de français à l'université de Séville, puis agrégé d'espagnol. Il a enseigné depuis plus de trente ans dans les classes préparatoires aux Grandes Écoles avant de se consacrer à son travail d'écrivain et de traducteur près d'Annecy, où il réside.

Au cours de sa carrière, il a reçu ces distinctions :

le prix Apollinaire en 2009
le prix de poésie Charles Vidrac de la Société des gens de lettres en 2006
le prix Hérédia de l'Académie française en 2006
la bourse de traduction du prix européen Nathan Katz en 2006
le prix Rhône-Alpes du Livre en 1994
le prix de traduction Nelly Sachs en 1992

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Jacques Ancet   (68)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

POÉSIE HISPANIQUE – l’Espagne contemporaine : de l'Ultraísmo à Sanchez Ortiz (France Culture, 1982) Une compilation des émissions « Albatros », par Gérard de Cortanze, diffusées les 3, 10, 17, 24 et 31 janvier 1984 sur France Culture. Invités : Jacques Ancet, Saül Yurkievich, Claude Miniere et Severo Sarduy. Poètes évoqués : José Angel Valente, Pere Gimferrer, Andres Sanchez Robayna, Julian Rios et Emilio Sanchez Ortiz.

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (205) Voir plus Ajouter une citation
Jacques Ancet
Écrire c’est être traversé.
Commenter  J’apprécie          490
Jacques Ancet
UN MORCEAU DE LUMIÈRE
J’écris des dates
le temps les traverse
ne laisse qu’un peu de poudre humide
parfois les feuilles remuent
le ciel n’est pas le ciel
le jour est un reste de regard.
Commenter  J’apprécie          450
Jacques Ancet
Je me demande encore ce qu'est l'amour
cette folie de faire tourner le monde
autour d'un même centre rose et mortel
je sais qu'il n'est pas de réponse je sais
que c'est se vouer à la perte et aux larmes
mais malgré tout j'ouvre les bras je dis oui.
( " La brûlure " in " Lettres vives" 2002)
Commenter  J’apprécie          400
Tu te dis qu'il faut se dépêcher, qu'il faut garder
ce qui peut l'être encore, un après-midi de mars,
par exemple, avec un ciel gris et des primevères,
un marché, peut-être aussi, comme il y a longtemps,
la lumière, les cris, les odeurs et ce silence
où tout soudain s'arrête sans pourtant s'arrêter,
tu vois chaque visage, chaque geste figé
dans l'éclat d'un instant suspendu, une explosion
immobile qu'on entend partout dans la douceur
de l'heure qui sonne, un roucoulement de pigeon,
sous les paroles, les sourires, les mains serrées,
tu te dis qu'est-ce qu'on peut faire, la vie continue,
mais la vie c'est quoi au juste....
(Extrait du douzième chant)
Commenter  J’apprécie          330
Ni sport ni exploit technique. Il ne s'agit ici ni de vaincre un sommet, ni même, comme on dit, de se « dépasser ». Plutôt d'entrer dans un rapport où sujet et objet confondus ne sont plus qu'un seul continu de pierre, de chair, de regard, de lumière, de mémoire, d'espace, de pensée et de vide. Et ce rapport ne peut avoir lieu que dans l'emportement d'un mouvement. La montagne écrase quand on l'affronte dans la fixité du regard; elle accueille si l'on marche vers elle, si l'on s'y oublie. L'expérience à laquelle elle invite est celle d'une dépossession. Du temps, de l'espace et de soi-même. Gravir pas à pas sa grande forme à la fois inquiétante et accueillante, massive et aérienne, c'est entrer dans un présent qui ouvre à l'instant des choses. Dans la lenteur de l'ascension s'établit un contact d'ordre... ontologique. J'hésite à écrire ce mot, tant il recouvre de facilités et de prétentions. Je veux parler de cette manière d'être ensemble où, aux moments les plus forts de l'ascension, le temps de l'homme et le temps du monde se rencontrent. Alors, on est là, totalement. Dans l'éclat unanime - anonyme. Où chaque parcelle d'espace et de temps reflète l'infini du monde. Une expérience d'être, effectivement. Je marche, et chaque pas réaffirme la vie. L'intensifie. Face à la mort. Qui, un instant recule. Dans l'oubli de soi-même. Dans l'affirmation de tout.
Commenter  J’apprécie          162
Jacques Ancet
J’attends
– Qu’est-ce que tu fais ?
– J’attends.
– Quoi ?
– Si je savais.
Commenter  J’apprécie          170
Le temps s'étire comme, mot à mot, une phrase si lente qu'elle semble immobile. Et c'est peut-être dans cette lenteur qu'on voudrait entrer. Pour y trouver ce qui pousse et à la fois appelle. Ce passage comme d'une eau obscure, silencieuse, qui coulerait on ne sait où pour resurgir soudain, miroitante et sonore, ouvrant la vie - un espace si clair qu'il serait sans limite.
p. 62
Commenter  J’apprécie          140
Qu'est-ce qu'un lieu - ce qu'on appelle un lieu ? Non pas l'en face du paysage, la distance du panorama, mais cette configuration singulière où, sans qu'on l'ait ni prévu ni voulu on se découvre soudain là, au centre. De quoi on ne le sait pas. Mais on est dans un espace où habiter, où découvrir, une fois encore, que quelque chose commence, ne cesse de commencer et qu'on commence avec.
Comme parfois au détour de tel chemin, la surprise d'un jardin entrevu - l'obscur d'un tronc, le vert liquide de l'herbe et des feuillages - par la porte entrebâillée d'un mur. Ou, plus simplement, ce coin de place au soleil, ce banc à l'ombre de trois peupliers sur lequel on attend. Car c'est peut-être l'attente qui fait le lieu. Tout ce que le corps et le regard y mettent de vie pressentie et promise. En ce sens, n'importe quel morceau d'espace peut devenir un lieu, pour peu que l'habite l'intensité d'une attente qui est moins peut-être celle de ce qui vient que de ce qui revient. Quelque chose comme un grain d'enfance. Et tout se met à briller.
Pp. 11-12
Commenter  J’apprécie          110
[...]
cette sorte d'impatience parfois minuscule,
toujours présente, même si c'est un jour de plus,
le même jour toujours, toujours différent, et l'air
qui bouge dans les feuilles, la lumière un peu grise
autour du tronc obscur qui semble ne pas bouger
mais qui bouge, imperceptiblement, au plus profond
de sa matière, on ne voit rien et pourtant il bouge
autant qu'herbe, nuages, corneilles, tout autour,
mais dans un temps trop lent pour qu'y entre le regard
et trop rapide pour l'attente de la montagne,
chacun son rythme, disait l'autre, puisque le monde
est un faisceau de rythmes croisés entrecroisés
jamais synchrones, celui de l'étoile et du sang,
du mur et du vent, du silex et de l'araignée,
rien ne vibre à l'unisson comme le croient les sens,
tout s'enfuit, tout diverge, se disperse, s'efface
dans l'apparente immobilité, le feu crépite
sous les arbres, on voit les flammes rouges, la fumée
qui penche avec le vent, on entend le bruit de l'eau,
celui des feuilles ou des pas qui ressemble à la pluie,
[... ]
(extrait du "Chant IX") pp. 56-57
56
Commenter  J’apprécie          102
S’immobiliser. Entrer dans la lenteur des choses,
disait-il. Perdre la voix et ce qui va avec.
Convoquer les ombres pour en tirer une lumière.
Peu importe ce qu’elle révèle. L’important
tient dans ce presque rien — un silence, un bruit de pages
et, de l’un à l’autre, la navette du désir.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Dans quelle région du Royaume Uni se passe l'enquête ?

"L'affaire Prothero" de Agatha Christie. Miss Marple originaire de St Mary Mead, village fictif...

Angleterre
Ecosse
Irlande du Nord
Pays de Galles

16 questions
17 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , anglais , humourCréer un quiz sur cet auteur