AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070576973
Éditeur : Gallimard (07/06/2007)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 1259 notes)
Résumé :
Ah! Si les sorcières portaient vraiment de grandes robes noires, des chapeaux pointus, une verrue sur le nez et qu'elles se promenaient sur des balais magiques, les choses seraient tellement plus simples !

La réalité est beaucoup moins folklorique et beaucoup plus inquiétante, Roald Dahl nous l'apprend : les sorcières sont pratiquement impossibles à identifier dans une foule.

Seuls de petits signes peuvent les trahir et il vaut mieux ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (133) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
  28 avril 2013
Il y a longtemps que je veux découvrir Roald Dahl et je n'en ai jamais eu l'occasion. C'est pas faute d'avoir offert ses livres aux enfants de mon entourage mais je n'avais jamais pris le temps d'en lire un.
Et je peux vous dire que je regrette de ne pas l'avoir fait plus tôt car j'ai tout simplement adoré!
J'aime les livres jeunesse car il y a une certaine magie, qui donne l'impression que tout est possible et l'univers de l'auteur ne déroge pas à la règle. Avec Sacrées Sorcières, il met en avant ces méchantes créatures et leurs terribles sorts et potions. Je pense que certains passages feront frissonner les plus jeunes. L'humour est omniprésent et j'ai franchement ri avec certains passages mais la tendresse entre ce petit garçon et sa grand mère m'a aussi beaucoup touché.
L'intrigue m'a beaucoup plu et plaira sans hésiter à tous les enfants car elle est riche en rebondissements. Toutes ces sorcières qui détestent les enfants ne sont pas au bout de leur surprise car elles ont trouvé un adversaire redoutable.
Ce petit garçon est un héros très attachant et très rusé et j'ai beaucoup aimé le suivre dans ses aventures.
Enfin la couverture du livre est vraiment réussie (mon édition est folio junior), ce jaune tape à l'oeil et les illustrations de Quentin Blake colle à merveille avec le texte.
Il me tarde de découvrir d'autres livres de l'auteur qui je suis sur me plairont tout autant!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          538
darko
  15 mai 2013
J'ai adoré! Un roman où se mélange humour et frisson!
Les deux personnages principaux sont très attachants et très malins.
Les sorcières sont pourries jusque au trognon! C'est jubilatoire!
Une lecture à recommander aux enfants comme aux adultes!
Commenter  J’apprécie          361
claireo
  14 janvier 2019
Excellent. Un roman où les sorcières sont vues avec humour, et quelques moments de frayeur. Pour les bons lecteurs.
Commenter  J’apprécie          370
iz43
  29 septembre 2018
Moche, méchante comme une teigne, mauvaise, toujours prête à répandre le malheur, sale, dangereuse... mais c est bien sûr une sorcière. La vraie sorcière qui s est jurée de débarrasser la terre de ces encombrants et puants enfants. La vraie sorcière qui parvient à se dissimuler sous les traits de madame tout le monde.
Et quand vous avez le malheur de tomber non pas sur une sorcière mais sur des dizaines dans un congré , vous avez bien du souci à vous faire.
C est jubilatoire, farfelu, effrayant par moment, émouvant, surprenant.
Une jolie découverte que j avais trop repoussée.
Commenter  J’apprécie          320
c.brijs
  24 janvier 2012
Oh! Oui! Voilà un livre IN-DIS-PEN-SA-BLE si vous êtes un enfant et que vous ne voulez pas être transformé en souris! Qui sait... "votre voisine de palier peut être une sorcière. Ou bien la dame aux yeux brillants, assise en face de vous dans le bus, ce matin. Ou même cette femme au sourire éblouissant qui vous a offert un bonbon, au retour de l'école. Ou encore (et ceci va vous faire sursauter!) votre charmante institutrice qui vous lit ce passage en ce moment même..."
Avec cet ouvrage, vous ne vous laisserez pas aussi facilement embobiner! Vous apprendrez à être à l'affût de tous les petits signes qui permettent d'identifier les sorcières, les VRAIES!

Je vous renvoie au chapitre "Comment reconnaitre une sorcière?(1)" où la grand-mère du narrateur lui refile tous les trucs pour les repérer. Je ne peux que vous conseiller de vous y plonger au plus vite. Il en va peut-être de votre SURVIE comme de celle du narrateur d'ailleurs... En effet, celui-ci aura fort à faire lorsqu'il se retrouvera par hasard en vacances dans l'hôtel choisi par les Sorcières pour y tenir secrètement leur colloque annuel!

J'ai retrouvé avec bonheur le style inimitable de Roald Dahl et son humour décalé qui nous conte une histoire à la fois drôle et terrifiante! Celle-ci est enrichie à merveille par les illustrations en noir et blanc de Quentin Blake. Coutumier des potions magiques, Roald Dahl nous livre ici une recette pour déjouer les plans des sorcières qui ne cessent de "comploter et conspirer, mitjoter et mitonner, finasser et fignoler des projets sanglants" pour faire disparaitre les enfants un à un. Mais, au-delà de cette histoire de sorcière-madame-tout-le-monde, quelque part, il met aussi les enfants en garde contre les personnes mal intentionnées qui tenteraient de les appâter avec des sucreries et des paroles mielleuses! A ce titre, il pourrait s'agir d'un conte de fées moderne!

Un petit livre jeunesse que je vous recommande!
(1)Bon, comme vous êtes sages, en primeur, je vous livre deux premiers indices:
1. Les sorcières portent toujours des gants (parce qu'elles n'ont pas d'ongles mais des griffes comme les chats).
2. Elles sont chauves et portent des perruques qui provoquent chez elles de terribles démangeaisons!

Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
LefsoLefso   27 décembre 2011

Une vraie sorcière déteste les enfants d’une haine cuisante, brûlante, bouillonnante, qu’il est impossible d’imaginer. Elle passe son temps à comploter contre les enfants qui se trouvent sur son chemin. Elle les fait disparaître un par un, en jubilant. Elle ne pense qu’à ça, du matin jusqu’au soir. Qu’elle soit caissière dans un supermarché, secrétaire dans un bureau ou conductrice d’autobus.
Son esprit est toujours occupé à comploter et conspirer, mijoter et mitonner, finasser et fignoler des projets sanglants.
« Quel enfant, oui, quel enfant vais-je passer à la moulinette ? » pense-t-elle, à longueur de journée.
Une vraie sorcière éprouve le même plaisir à passer un enfant à la moulinette qu’on a du plaisir à manger des fraises à la crème. Elle estime qu’il faut faire disparaître un enfant par semaine ! Si elle ne tient pas ce rythme, elle est de méchante humeur. Un enfant par semaine, cela représente cinquante-deux enfants par an !
Un tour, deux tours de moulinette, et hop !… plus d’enfant !
Telle est la devise des sorcières.
Mais la victime est souvent choisie avec soin. Voilà pourquoi une sorcière traque un enfant comme un chasseur traque un petit oiseau dans la forêt. La sorcière marche à pas feutrés… elle bouge lentement, au ralenti… de plus en plus près… puis enfin, elle est prête et pfroutt !… elle fonce sur sa victime comme un faucon. Des étincelles crépitent, des flammes jaillissent, des rats rugissent, des lions fulminent… Et l’enfant disparaît !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
AelleAelle   02 novembre 2014
Nous restâmes silencieux pendant quelques minutes. Grand-mère rejetait la fumée de son cigare noir et moi, je somnolais douillettement, bien au chaud.
— Puis-je te poser une question, Grand-mère ? demandai-je.
— Ce que tu veux, mon petit.
— Combien de temps vit une souris ?
— Ah… dit-elle. J’attendais cette question.
Il y eut un silence. Elle s’assit, tout en continuant à fumer, les yeux fixés sur le feu qui flambait dans la cheminée.
— Alors, répétai-je, combien de temps vivons-nous, nous autre souris ?
— J’ai lu des livres sur les souris, répondit Grand-mère. Je voulais tout savoir à leur sujet.
— Alors, raconte-moi !
— Si tu veux vraiment savoir, dit-elle, une souris ne vit, hélas, pas très longtemps.
—Combien de temps ? demandai-je.
— Eh bien, une souris ordinaire vit environ trois ans. Mais ce n’est pas ton cas. Tu es un souriceau-enfant, ce qui est fort différent.
— Combien de temps vit une souriceau-enfant, Grand-mère ?
— Plus longtemps, dit-elle. Beaucoup plus longtemps.
— C’est-à-dire ?
— Un souriceau-enfant devrait vivre trois fois plus longtemps qu’un souriceau ordinaire. C'est-à-dire neuf ans.
—Formidable ! m’écriai-je. C’est formidable ! Voilà la meilleure nouvelle de la journée !
— Pourquoi donc . demanda Grand-mère, étonnée.
— Parce que je ne veux pas vivre plus longtemps que toi. Je ne supporterai pas que quelqu’un d’autre s’occupe de moi.
Il y eut un petit silence. Puis elle me gratta derrière les oreilles, du bout des doigts. C’était délicieux.
—Quel âge as-tu, Grand-mère ?
— Quatre-vingt-six ans.
— Tu vas vivre huit ou neuf ans de plus ?
— C’est possible, dit-elle. Avec un peu de chance.
— Il le faut, insistai-je. Avec huit ou neuf ans, je serais un très vieux souriceau et tu seras une très vieille grand-mère. Alors nous pourrons mourir ensemble.

[…]

Nous restâmes un long moment silencieux, en rêvant devant le feu qui flambait dans la cheminée.
— Mon petit, dit enfin Grand-mère, tu es sûr que ça ne t’ennuie pas d’être une souris pour le restant de ta vie ?
— ça m’est absolument égal, dis-je. Du moment que quelqu’un m’aime, peu importe qui je suis ni à quoi je ressemble.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
c.brijsc.brijs   13 décembre 2011
Maintenant, vous savez que votre voisine de palier peut être une sorcière.
Ou bien la dame aux yeux brillants, assise en face de vous dans le bus, ce matin.
Ou même cette femme au sourire éblouissant qui vous a offert un bonbon, au retour de l'école.
Ou encore (et ceci va vous faire sursauter!) votre charmante institutrice qui vous lit ce passage en ce moment même. Regardez-la attentivement. Elle sourit sûrement, comme si c'était absurde. Mais ne vous laissez pas embobiner. Elle est très habile.
Je ne suis pas, bien sûr, mais pas du tout, en train d'affirmer que votre maîtresse est une sorcière. Tout ce que je dis, c'est qu'elle peut en être une. Incroyable?... mais pas impossible!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
LydiaBLydiaB   03 décembre 2010
Une vraie sorcière déteste les enfants d'une haine cuisante, brûlante, bouillonnante, qu'il est impossible d'imaginer. Elle passe son temps à comploter contre les enfants qui se trouvent sur son chemin.
Commenter  J’apprécie          482
OliphantOliphant   07 juillet 2013
Tu ne sembles pas très bien comprendre que les sorcières ne sont pas de vraies femmes ! Elles ressemblent à des femmes. Elles parlent comme des femmes. Elles agissent comme des femmes. Mais ce ne sont pas des femmes ! En réalité, ce sont des créatures d’une autre espèce, ce sont des démons déguisés en femmes. Voilà pourquoi elles ont des griffes, des crânes chauves, des grandes narines et des yeux de glace et de feu. Elles doivent cacher tout cela, pour se faire passer pour des femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Roald Dahl (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roald Dahl
La mère de Billy lui avait bien dit de ne jamais ouvrir la barrière du jardin pour aller explorer le grand bois sombre et profond. Pourtant, un jour, c'est exactement ce qu'il a fait...
Découvrez "Billy et les Minuscules", le tout dernier texte de Roald Dahl, illustré pour la première fois par Quentin Blake !
Lire un chapitre : https://bit.ly/2q6UPlD Plus d'infos sur le livre : https://bit.ly/2GEtOfX
autres livres classés : sorcièresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Sacrées sorcières

Vrai ou faux ? Les sorcières portent des chapeaux et des manteaux noirs, et volent à califourchon sur des balais.

Vrai
Faux

8 questions
181 lecteurs ont répondu
Thème : Sacrées sorcières de Roald DahlCréer un quiz sur ce livre
.. ..