AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070576975
240 pages
Éditeur : Gallimard (07/06/2007)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 1403 notes)
Résumé :
Ah! Si les sorcières portaient vraiment de grandes robes noires, des chapeaux pointus, une verrue sur le nez et qu'elles se promenaient sur des balais magiques, les choses seraient tellement plus simples !

La réalité est beaucoup moins folklorique et beaucoup plus inquiétante, Roald Dahl nous l'apprend : les sorcières sont pratiquement impossibles à identifier dans une foule.

Seuls de petits signes peuvent les trahir et il vaut mieux ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (149) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
  28 avril 2013
Il y a longtemps que je veux découvrir Roald Dahl et je n'en ai jamais eu l'occasion. C'est pas faute d'avoir offert ses livres aux enfants de mon entourage mais je n'avais jamais pris le temps d'en lire un.
Et je peux vous dire que je regrette de ne pas l'avoir fait plus tôt car j'ai tout simplement adoré!
J'aime les livres jeunesse car il y a une certaine magie, qui donne l'impression que tout est possible et l'univers de l'auteur ne déroge pas à la règle. Avec Sacrées Sorcières, il met en avant ces méchantes créatures et leurs terribles sorts et potions. Je pense que certains passages feront frissonner les plus jeunes. L'humour est omniprésent et j'ai franchement ri avec certains passages mais la tendresse entre ce petit garçon et sa grand mère m'a aussi beaucoup touché.
L'intrigue m'a beaucoup plu et plaira sans hésiter à tous les enfants car elle est riche en rebondissements. Toutes ces sorcières qui détestent les enfants ne sont pas au bout de leur surprise car elles ont trouvé un adversaire redoutable.
Ce petit garçon est un héros très attachant et très rusé et j'ai beaucoup aimé le suivre dans ses aventures.
Enfin la couverture du livre est vraiment réussie (mon édition est folio junior), ce jaune tape à l'oeil et les illustrations de Quentin Blake colle à merveille avec le texte.
Il me tarde de découvrir d'autres livres de l'auteur qui je suis sur me plairont tout autant!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          658
RosenDero
  17 octobre 2019
Tout le monde le sait, les sorcières n'existent pas. Et d'un certain côté vous avez raison, car les vieilles pustuleuses chevauchant des balais magiques ne sont que des légendes.
Mais tout bon sorciérologue pourrait vous mettre dans la confidence : les vraies sorcières existent, elles se cachent, elles sont quasiment indétectables, elles nous entourent et elles mettent un point d'honneur à éliminer au moins un enfant par semaine !
Alors attention à vous !
---
Ce livre reste, pour l'instant, un de mes Roald Dahl préférés, à la fois effrayant et drôle.
Certaines scènes sont tout simplement géniales (je pense notamment à la chanson de la grandissime sorcière, avec un grand bravo au traducteur) et d'autres font froid dans le dos.
Sans trop dévoiler de l'intrigue, je dirai simplement qu'il est extrêmement plaisant de suivre les aventures de notre jeune héros et de sa fringante grand-mère, des Fjord de Norvège aux hôtels luxueux de Grande-Bretagne.
Destiné à un public assez jeune, ce roman aborde aussi, sous couvert de fantastique garni de potions improbables, d'ingrédients loufoques et de phénomènes autant effrayants qu'incroyables, des thèmes importants et forts.
Tout d'abord, la mort et le statut d'orphelin, car comme souvent avec les héros de Roald Dahl, les jeunes n'ont pas la vie facile. Ici, le jeune garçon, dont on ne saura pas le nom, perd ses parents dans un accident de voiture. Et l'auteur ne passe pas sous silence la tristesse et les sentiments que peuvent ressentir adultes et enfants face à de tels événements. Il ne laisse pas sous silence, non plus, les problèmes de grandes personnes (héritage, testament, succession et autres tracas) même s'il ne fait que les évoquer.
Ensuite, le simple “ne parle pas aux inconnus” est au centre des événements et permettra aux parents d'aborder (à nouveau) le sujet.
“Tu veux un bonbon ? Niark niark niark”
La manière dont l'auteur en parle n'est pas dénuée d'humour et la partie initiale ciblant l'institutrice en train de lire le livre est très amusante.
On abordera ensuite les questions de confiance et de relations entre enfants et adultes (avec comme souvent des parents indignes et des enfants exécrables) et les bonnes idées issues d'un jeune esprit non bridé.
Enfin, on retiendra également un beau passage philosophique sur la mort, encore. Sans angélisme, notre petit héros fait preuve d'une maturité et d'une lucidité étonnante et de bon aloi, dont certains adultes sont même dénués. Au lieu de s'apitoyer sur son sort et celui de sa grand-mère, il compte bien profiter de tous les instants qui leur restent à vivre ensemble. C'est très touchant et cela permet de relativiser bon nombre de choses.
Voilà pour les thèmes sous-jacents qui devraient permettre discussion entre petits et grands (je doute que ce genre de livre ait le même effet en lecture seule qu'en lecture à voix haute / explications / discussions avec un adulte).
Mais si vous trouvez tout ça noir voire anxiogène, rassurez-vous, tout ceci est habilement dilué et enrobé d'une large couche de fantastique, de grotesque, d'humour (parfois même de pipi-caca pour décompresser) et de suspense qui plairont sans nul doute à tous.
Deux détails simplement m'ont turlupiné : premièrement, l'auteur n'appuie pas assez sur le fait que la grandissime sorcière se trompe lorsqu'elle décrit les effets de la potion souris à retardement. du coup, je pensais à un rebondissement qui n'est jamais venu, mais c'est un détail. Ensuite, j'ai été mal à l'aise avec la manière dont la grand-mère assume son tabagisme, affirmant à son petit-fils de 7 ans “si tu fumes le cigare, tu ne prendras jamais froid”... et même si par la suite le médecin s'évertue à faire stopper la grand-mère qui fume comme un pompier, le procédé est douteux. Mais cela reste des détails qui ne changent pas mon avis positif sur ce livre.
La version livre audio est tout bonnement excellente, avec notamment les mises en voix des sorcières, l'accent magnifique de la grandissime et le fameux cri d'orfraie des sorcières humant la présence d'un enfant… “Le caca de chien !” XD
Avec une adaptation cinématographique prévue pour 2020, ce roman ressortira peut-être de vos étagères ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          416
Ileauxtresors
  23 mai 2020
Ce roman est sans aucun doute l'une des lectures d'enfance qui m'ont le plus marquée (car voyez-vous, Sacrées sorcières et moi, on a le même âge !). La preuve en image ? Mon exemplaire d'époque dont l'état témoigne d'une vie de livre accomplie (en photo sur mon blog ci-dessous !). Cette Grandissime sorcière, croquée avec tout le génie de Quentin Blake… Il me suffit de la voir pour retomber en enfance et avoir de nouveau le coeur qui bat à tout rompre en tournant les pages.
« Une vraie sorcière déteste les enfants d'une haine cuisante, brûlante, bouillonnante, qu'il est impossible d'imaginer. Elle passe son temps à comploter contre les enfants qui se trouvent sur son chemin. Elle les fait disparaître un par un, en jubilant. Elle ne pense qu'à ça, du matin au soir. ».
Roald Dahl a un talent inégalé pour nouer son intrigue en quelques mots, en l'occurrence avec une révélation fracassante : contrairement aux idées reçues, les sorcières ne sont pas des femmes vêtues de noir, aisément reconnaissables à leur balai ou à leur verrue sur le nez. Vous n'êtes pas dans un conte de fées. La vérité sur le point de vous être dévoilée est implacable : si les sorcières sont si dangereuses, c'est qu'elles ressemblent à n'importe quelle femme. À quelques détails près que vous apprendrez à discerner si vous avez le réflexe salutaire de lire ce livre. L'histoire captivante d'un garçon et de sa grand-mère qui affrontent le complot le plus épouvantable jamais conçu…
Quel personnage que cette grand-mère norvégienne enveloppée de dentelles, qui fume le cigare et chasse les sorcières ! Son petit-fils n'est pas en reste. Leur ingéniosité est réjouissante, leur complicité merveilleuse.
L'intrigue est portée par l'imagination stupéfiante de Roald Dahl. Cet auteur semble jouer avec les mots avec une malice qui lui appartient. J'aime particulièrement ces passages où il surenchérit tellement qu'il parvient à nous faire passer du frisson au rire.
« Jamais je n'avais vu visage si terrifiant, ni si effrayant ! le regarder me donnait des frissons de la tête aux pieds. Fané, fripé, ridé, ratatiné. On aurait dit qu'il avait mariné dans du vinaigre. Affreux, abominable spectacle. Face immonde, putride et décatie. Elle pourrissait de partout, dans ses narines, autour de la bouche et des joues. Je voyais la peau pelée, versicotée par les vers, asticotée par les asticots… »
Ce livre a conquis mes enfants, même s'ils ont été moins impressionnés que moi petite. Je ne compte plus les relectures. Grandissime !
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          346
darko
  15 mai 2013
J'ai adoré! Un roman où se mélange humour et frisson!
Les deux personnages principaux sont très attachants et très malins.
Les sorcières sont pourries jusque au trognon! C'est jubilatoire!
Une lecture à recommander aux enfants comme aux adultes!
Commenter  J’apprécie          451
iz43
  29 septembre 2018
Moche, méchante comme une teigne, mauvaise, toujours prête à répandre le malheur, sale, dangereuse... mais c est bien sûr une sorcière. La vraie sorcière qui s est jurée de débarrasser la terre de ces encombrants et puants enfants. La vraie sorcière qui parvient à se dissimuler sous les traits de madame tout le monde.
Et quand vous avez le malheur de tomber non pas sur une sorcière mais sur des dizaines dans un congré , vous avez bien du souci à vous faire.
C est jubilatoire, farfelu, effrayant par moment, émouvant, surprenant.
Une jolie découverte que j avais trop repoussée.
Commenter  J’apprécie          410

critiques presse (1)
BDZoom   27 mars 2020
Les 300 pages de ce thriller fantastique décalé se lisent d’une traite. Le récit est rythmé, fluide, porté par le dessin dynamique, rond et coloré, d’une Pénélope Bagieu inspirée. Le roman l’avait énormément impressionnée, elle a même avoué que ce fut la première fois à 8 ans qu’elle eut peur en lisant un livre.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
IleauxtresorsIleauxtresors   23 mai 2020
Jamais je n’avais vu visage si terrifiant, ni si effrayant ! Le regarder me donnait des frissons de la tête aux pieds. Fané, fripé, ridé, ratatiné. On aurait dit qu’il avait mariné dans du vinaigre. Affreux, abominable spectacle. Face immonde, putride et décatie. Elle pourrissait de partout, dans ses narines, autour de la bouche et des joues. Je voyais la peau pelée, versicotée par les vers, asticotée par les asticots…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
AelleAelle   02 novembre 2014
Nous restâmes silencieux pendant quelques minutes. Grand-mère rejetait la fumée de son cigare noir et moi, je somnolais douillettement, bien au chaud.
— Puis-je te poser une question, Grand-mère ? demandai-je.
— Ce que tu veux, mon petit.
— Combien de temps vit une souris ?
— Ah… dit-elle. J’attendais cette question.
Il y eut un silence. Elle s’assit, tout en continuant à fumer, les yeux fixés sur le feu qui flambait dans la cheminée.
— Alors, répétai-je, combien de temps vivons-nous, nous autre souris ?
— J’ai lu des livres sur les souris, répondit Grand-mère. Je voulais tout savoir à leur sujet.
— Alors, raconte-moi !
— Si tu veux vraiment savoir, dit-elle, une souris ne vit, hélas, pas très longtemps.
—Combien de temps ? demandai-je.
— Eh bien, une souris ordinaire vit environ trois ans. Mais ce n’est pas ton cas. Tu es un souriceau-enfant, ce qui est fort différent.
— Combien de temps vit une souriceau-enfant, Grand-mère ?
— Plus longtemps, dit-elle. Beaucoup plus longtemps.
— C’est-à-dire ?
— Un souriceau-enfant devrait vivre trois fois plus longtemps qu’un souriceau ordinaire. C'est-à-dire neuf ans.
—Formidable ! m’écriai-je. C’est formidable ! Voilà la meilleure nouvelle de la journée !
— Pourquoi donc . demanda Grand-mère, étonnée.
— Parce que je ne veux pas vivre plus longtemps que toi. Je ne supporterai pas que quelqu’un d’autre s’occupe de moi.
Il y eut un petit silence. Puis elle me gratta derrière les oreilles, du bout des doigts. C’était délicieux.
—Quel âge as-tu, Grand-mère ?
— Quatre-vingt-six ans.
— Tu vas vivre huit ou neuf ans de plus ?
— C’est possible, dit-elle. Avec un peu de chance.
— Il le faut, insistai-je. Avec huit ou neuf ans, je serais un très vieux souriceau et tu seras une très vieille grand-mère. Alors nous pourrons mourir ensemble.

[…]

Nous restâmes un long moment silencieux, en rêvant devant le feu qui flambait dans la cheminée.
— Mon petit, dit enfin Grand-mère, tu es sûr que ça ne t’ennuie pas d’être une souris pour le restant de ta vie ?
— ça m’est absolument égal, dis-je. Du moment que quelqu’un m’aime, peu importe qui je suis ni à quoi je ressemble.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LefsoLefso   27 décembre 2011

Une vraie sorcière déteste les enfants d’une haine cuisante, brûlante, bouillonnante, qu’il est impossible d’imaginer. Elle passe son temps à comploter contre les enfants qui se trouvent sur son chemin. Elle les fait disparaître un par un, en jubilant. Elle ne pense qu’à ça, du matin jusqu’au soir. Qu’elle soit caissière dans un supermarché, secrétaire dans un bureau ou conductrice d’autobus.
Son esprit est toujours occupé à comploter et conspirer, mijoter et mitonner, finasser et fignoler des projets sanglants.
« Quel enfant, oui, quel enfant vais-je passer à la moulinette ? » pense-t-elle, à longueur de journée.
Une vraie sorcière éprouve le même plaisir à passer un enfant à la moulinette qu’on a du plaisir à manger des fraises à la crème. Elle estime qu’il faut faire disparaître un enfant par semaine ! Si elle ne tient pas ce rythme, elle est de méchante humeur. Un enfant par semaine, cela représente cinquante-deux enfants par an !
Un tour, deux tours de moulinette, et hop !… plus d’enfant !
Telle est la devise des sorcières.
Mais la victime est souvent choisie avec soin. Voilà pourquoi une sorcière traque un enfant comme un chasseur traque un petit oiseau dans la forêt. La sorcière marche à pas feutrés… elle bouge lentement, au ralenti… de plus en plus près… puis enfin, elle est prête et pfroutt !… elle fonce sur sa victime comme un faucon. Des étincelles crépitent, des flammes jaillissent, des rats rugissent, des lions fulminent… Et l’enfant disparaît !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
c.brijsc.brijs   13 décembre 2011
Maintenant, vous savez que votre voisine de palier peut être une sorcière.
Ou bien la dame aux yeux brillants, assise en face de vous dans le bus, ce matin.
Ou même cette femme au sourire éblouissant qui vous a offert un bonbon, au retour de l'école.
Ou encore (et ceci va vous faire sursauter!) votre charmante institutrice qui vous lit ce passage en ce moment même. Regardez-la attentivement. Elle sourit sûrement, comme si c'était absurde. Mais ne vous laissez pas embobiner. Elle est très habile.
Je ne suis pas, bien sûr, mais pas du tout, en train d'affirmer que votre maîtresse est une sorcière. Tout ce que je dis, c'est qu'elle peut en être une. Incroyable?... mais pas impossible!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
LydiaBLydiaB   03 décembre 2010
Une vraie sorcière déteste les enfants d'une haine cuisante, brûlante, bouillonnante, qu'il est impossible d'imaginer. Elle passe son temps à comploter contre les enfants qui se trouvent sur son chemin.
Commenter  J’apprécie          522
Videos de Roald Dahl (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roald Dahl
Pénélope Bagieu vous présente son adaptation BD du conte de Roald Dahl "Sacrées Sorcières", publiée aux Éditions Gallimard BD.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2387794/penelope-bagieu-sacrees-sorcieres
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : sorcièresVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Sacrées sorcières

Vrai ou faux ? Les sorcières portent des chapeaux et des manteaux noirs, et volent à califourchon sur des balais.

Vrai
Faux

8 questions
220 lecteurs ont répondu
Thème : Sacrées sorcières de Roald DahlCréer un quiz sur ce livre
.. ..