AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.26 /5 (sur 211 notes)

Nationalité : Liban
Né(e) à : Marwaniyé , 1951
Biographie :

Jihad Darwiche est un conteur bilingue (francophone et arabophone) participant activement au renouveau du conte en occident depuis le début des années 1980.

L’enfance de Jihad Darwiche au Sud-Liban, a été bercée par les contes, la poésie et les récits traditionnels de l’Orient que racontaient sa mère et les femmes du village.

Après des études scientifiques, Jihad prend la parole comme journaliste de radio à Paris et à Beyrouth, puis comme enseignant d’arabe à l’Université de Provence et enfin, comme conteur.

Depuis 1984, il anime des veillées de contes où s’entremêlent le merveilleux des Mille et une nuits, la sagesse et le sourire. Il intervient dans les bibliothèques, écoles, centres de formation... Il anime également des ateliers d’écriture et de création de contes.

On lui confie régulièrement la direction artistique de grands festivals de Conte : Le Festival du Conte des Alpes Maritimes, le Festival du conte et de la Parole (Saint Denis, Ile de la réunion) ou le Festival du conte et du Monodrame (Beyrouth, Liban).

En parallèle de son métier de conteur, il intervient régulièrement comme formateur et a publié plus de 30 livres traduit dans plusieurs langues et 10 disques ou livre-cd.

Jihad et ses deux filles, les conteuses Layla et Najoua Darwiche, ont créé un spectacle de contes traditionnels, qui a été joué au festival Arabesques à Montpellier le 25 mai 2014.

+ Voir plus
Source : www.clio.org
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

ÉPOPÉE GILGAMESH – L’Universelle Épopée 4/4 : l’invention linguistique (France Inter, 2014) Émission de radio « L’heure des rêveurs », par Zoé Varier, diffusée le 19 juin 2014 sur France Inter. Dernier temps d’une série de quatre émissions. Invité : Jean-Jacques Glassner.


Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Beatrice64   11 mars 2011
Sagesses et malices de Nasreddine, le fou qui était sage de Jihad Darwiche
Un soir que Nasreddine revenait de son travail dans les champs avec des vêtements sales et crottés, il entendit chanter et rire et il comprit qu’il y avait une fête dans les environs.

Or, chez nous, quand il y a une fête, tout le monde peut y participer. Nasreddine poussa donc la porte de la maison et sourit de bonheur: une bonne odeur de couscous se dégageait de la cuisine. Mais il ne put aller plus loin: il était tellement mal habillé qu’on le chassa sans ménagement.

En colère, il courut jusqu’à sa maison, mit son plus beau manteau et revint à la fête. Cette fois on l’accueillit, on l’installa confortablement et on posa devant lui à manger et à boire.

Nasreddine prit alors du couscous, de la sauce et du vin, et commença à les verser sur son manteau. Et il disait: « Mange mon manteau! Bois, mon manteau! »

L’homme assis à son côté lui dit: « Que fais-tu, malheureux, es-tu devenu fou ? »

« Non, l’ami, lui répondit Nasreddine. En vérité, moi je ne suis pas invité; c’est mon manteau qui est invité. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
murielan   17 avril 2013
Graine de grenade : Conte palestinien de Jihad Darwiche
La mère en fut jalouse. Même son mari lui disait : C'est vrai, tu es très belle, mais Graine de Grenade est plus belle que toi.
Commenter  J’apprécie          140
roadinette   24 mars 2015
Sagesses et malices de Nasreddine, le fou qui était sage de Jihad Darwiche
Nasreddine dit à son fils : "As-tu bien entendu ? Quoi que tu fasses dans ta vie, les gens trouveront toujours à redire et à critiquer. Il ne faut pas écouter ce que disent les gens"
Commenter  J’apprécie          110
l-ourse-bibliophile   12 mars 2016
Sagesses et malices de Nasreddine, le fou qui était sage de Jihad Darwiche
A l'époque où les ponts étaient encore rares sur le fleuve, Nasreddine travaillait comme passeur. Avec sa petite barque, il faisait traverser les gens d'une rive à l'autre contre quelques misérables piécettes.

Un jour, un grand savant, les bras chargés de livres, prit place dans la barque. Nasreddine lui souhaita la bienvenue et parla avec lui de choses et d'autres. Le savant se rendit compte que Nasreddine ne maîtrisait pas bien la grammaire, et que sa façon de parler n'était pas très recherchée. Il lui demanda :

- Mon ami, n'es-tu jamais allé à l'école ?

- Non, lui répondit timidement Nasreddine en continuant de ramer.

- Alors, mon ami, sache que tu as perdu la moitié de ta vie.

Nasreddine fut vexé mais garda le silence.

Lorsque la barque fut parvenue au milieu du fleuve, un courant rapide la renversa, et les deux hommes se retrouvèrent à l'eau, assez loin l'un de l'autre.

Nasreddine vit le savant qui se débattait pour ne pas se noyer. Il lui cria :

- Est-ce que tu as appris à nager, maître ?

- Non, répondit le savant en continuant à se débattre.

- Alors, mon ami, tu as perdu ta vie toute entière !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MarinetteB   26 septembre 2014
La tortue et le crapaud de Jihad Darwiche
Il parlait, il parlait et la tortue écoutait, heureuse. Elle fermait à moitié les yeux et imaginait le monde merveilleux qui existait au-delà de l'oasis. A la fin, le crapaud s'endormait.
Commenter  J’apprécie          90
kanarmor   26 mars 2014
Le derviche et le marchand de Jihad Darwiche
Mon fils, nos chemins se séparent ici. Toi, tu vas vers la ville de Bagdad, moi, je vais dans l’autre sens. Alors nous allons partager comme convenu. Choisis donc vingt chameaux, je prendrai les vingt autres. Le marchand était malin. Il choisit les vingt chameaux qui étaient les mieux chargés, les attacha les uns derrière les autre et prit la route de Bagdad, alors que le vieux derviche partait avec les vingt chameaux qui restaient, dans l’autre sens.

Mais lorsque le marchand eut fait cinquante pas, il réfléchit et se dit : « Lui, c’est un vieux derviche qui passe sa vie à faire la prière ; que va-t-il faire avec tout ce trésor ? »

Commenter  J’apprécie          70
AntoineLMA   15 novembre 2018
Sagesses et malices de Nasreddine, le fou qui était sage de Jihad Darwiche
Nasreddine vint frapper un jour à la porte de

sa vieille voisine Fatima

Ma soeur ! Peux-tu me prêter une de tes

marmites ? J'en ai besoin pour faire mon repas.

Bien sûr, lui dit-elle, je vais te la chercher.

La voisine revint avec une marmite de taille

moyenne qu'elle donna à Nasreddine.

Le lendemain, Nasreddine posa une petite

marmite à l'intérieur de la première et frappa

a la porte de sa voisine.

- Merci beaucoup, ma soeur. Voilà ta mar­mite,

elle m'a rendu un grand service.

- Mais, Nasreddine, la petite n'est pas à moi

- Mais si! La nuit, ta marmite a accouché

d'une petite. C'est sa fille, donc elle te revient

de droit.

La voisine se moqua de la crédulité de

Nasreddine, mais fut contente de gagner une

petite marmite.

Trois jours plus tard, Nasreddine Hodja

frappa à nouveau à la porte de sa voisine.

Petite soeur, peux-tu encore me prêter une

de tes marmites?

- Avec joie, lui répondit-elle. Je m'en vais te

prêter la plus grande et la plus belle.

La voisine espérait, en son for intérieur,

récupérer une deuxième belle marmite.

Nasreddine prit la grande marmite, remercia

sa voisine et rentra chez lui.

Deux jours passèrent, puis quatre, puis sept,

sans aucune nouvelle de Nasreddine.

La voi­sine commença à s'inquiéter sérieusement.

Elle finit par frapper à la porte de son voisin.

- Petit frère, lui dit-elle, tu as oublié de me

rendre ma marmite.

- Je n'ai point oublié, mais je ne savais pas

comment t'annoncer la mauvaise nouvelle.

En vérité, alors qu'elle accouchait, ta belle

marmite est morte la nuit dans des souffrances

abominables.

- Ne serais-tu pas en train de te moquer de

moi, Nasreddine ? Où a-t-on entendu parler de

marmite qui meurt ?

- Malheureusement, voisine, dans la vie.

tous ceux qui enfantent meurent un jour. Tu as

bien accepté que ta première marmite

accouche, il faudra bien admettre maintenant

que la seconde est morte.

Et le Hodja garda la grande marmite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lesmiscellaneesdepapier   04 décembre 2015
Graine de grenade : Conte palestinien de Jihad Darwiche
Mais Graine de Grenade avait peur. Elle dit : « je ne dormirai que si j’attache mes cheveux aux tiens, si je couds ma robe à la tienne et si je mets ma tête sur ton bras, et ta tête sur le mien. »



Gaine de Grenade tressa ensemble ses cheveux et les cheveux de sa mère, elle cousit sa robe à la robe de sa mère, elle posa sa tête sur le bras de sa mère et elle s’endormit.



Elle était très fatiguée. Elle ne sentit rien lorsque sa mère défit la tresse, lorsqu’elle décousit la robe et lorsqu’elle retira son bras. Graine de Grenade dormait et rêvait."
Commenter  J’apprécie          60
alicejo   13 décembre 2011
La mare aux aveux de Jihad Darwiche
Je jure par toi, mare aux aveux, si j'ai mangé le blé, je tombe en ton milieu.
Commenter  J’apprécie          70
Kawane   12 septembre 2017
Oreille du Loup Gris de Jihad Darwiche
Il est dit, dans la sagesse des sages, que pour chaque maladie il y a remède, sauf pour la bêtise car elle a rendu malade celui qui a tenté de la guérir.

Proverbe arabe
Commenter  J’apprécie          61

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Titres gruyère (2)

La ...... au bois dormant

Séduisante
Belle
Princesse
Magnifique

18 questions
66 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature jeunesse , contes , titresCréer un quiz sur cet auteur

.. ..