AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.64/5 (sur 94 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Wrington, Somerset , le 29/08/1632
Mort(e) à : Oates, Essex , le 28/10/1704
Biographie :

John Locke est un philosophe anglais, l'un des principaux précurseurs des Lumières. Sa théorie de la connaissance est qualifiée d'empiriste car il considère que l'expérience est l'origine de la connaissance. Sa théorie politique est l'une de celles qui fondèrent le libéralisme et la notion d' "État de droit". Son influence fut considérable dans ces deux courants de pensée.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Locke
Ajouter des informations
Bibliographie de John Locke   (21)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
Dans un État formé, qui subsiste, et se soutient, en demeurant appuyé sur les fondements, et qui agit conformément à sa nature, c'est-à-dire, par rapport à la conservation de la société, il n'y a qu'un pouvoir suprême, qui est le POUVOIR LÉGISLATIF, auquel tous les autres doivent être subordonnés ; mais cela n'empêche pas que le POUVOIR LÉGISLATIF ayant été confié, afin que ceux qui l'administreraient agissent pour certaines FINS, le peuple ne se réserve toujours le pouvoir souverain d'abolir le gouvernement ou de le changer, lorsqu'il voit que les conducteurs, en qui il avait mis tant de confiance, agissent d'une manière contraire à la FIN pour laquelle ils avaient été revêtus d'autorité.

Chapitre XIII.
Commenter  J’apprécie          370
John Locke
Les hommes oublient toujours que le bonheur est un état d'esprit et non le fruit des circonstances.
Commenter  J’apprécie          372
John Locke
La nécessité de rechercher le véritable bonheur est le fondement de notre liberté.

Essai sur l'entendement humain
Commenter  J’apprécie          360
John Locke
Bien que la terre et toutes les créatures inférieures appartiennent en commun à tous les hommes, chaque homme est cependant propriétaire de sa propre personne. Aucun autre que lui-même ne possède un droit sur elle, le travail de son corps et l’ouvrage de ses mains lui appartiennent en propre. Il mêle son travail à tout ce qu’il fait sortir de l’état dans lequel la nature l’a laissée, et y joint quelque chose qui est sien. Par là, il en fait sa propriété. Cette chose étant extraite par lui de l’étant commun où la nature l’avait mise, son travail lui ajoute quelque chose, qui exclut le droit commun des autres hommes
Commenter  J’apprécie          152
Il ne saurait y avoir d'injure, où il n'y a point de propriété.
Commenter  J’apprécie          150
John Locke
Le peuple est le juge suprême de la façon dont les gouvernants remplissent leur mission puisqu’il est la personne qui leur a donné le pouvoir et qui garde à ce titre, la faculté de les révoquer
Commenter  J’apprécie          130
J'avoue qu'il me paraît fort étrange (et je ne crois pas être le seul de mon avis), qu'un homme qui souhaite avec ardeur le salut de son semblable, le fasse expirer au milieu des tourments, lors même qu'il n'est pas converti. Mais il n'y a personne, je m'assure, qui puisse croire qu'une telle conduite parte d'un fond de charité, d'amour ou de bienveillance.
Commenter  J’apprécie          90
Celui dont l'entendement est ainsi plongé dans les ténèbres, est sans doute le plus esclave et le plus dépendant de tous les hommes.
Commenter  J’apprécie          90
La liberté naturelle de l'homme, consiste à ne reconnaître aucun pouvoir souverain sur la terre, et de n'être point assujetti à la volonté ou à l'autorité législative de qui que ce soit; mais de suivre seulement les lois de la nature.
Commenter  J’apprécie          60
Supposé que je perde entièrement le souvenir de quelques parties de ma vie, sans qu’il soit possible de le rappeler, de sorte que je n’en aurai peut-être jamais aucune connaissance ; ne suis-je pourtant pas la même personne qui a fait ces actions, qui a eu ces pensées, desquelles j’ai eu une fois en moi-même le sentiment positif, quoique je les aie oubliées présentement ? Je réponds à cela que nous devons prendre garde à quoi ce mot « je » est appliqué dans cette occasion. Il est visible que dans ce cas, il ne désigne pas autre choses que l’homme. Et comme on présume que le même homme est la même personne, on suppose aisément qu’ici le mot « je » signifie aussi la même personne. Mais s’il est possible à un même homme d’avoir en différents temps une conscience distincte et incommunicable, il est hors de doute que le même homme doit constituer différentes personnes en différents temps, et il paraît par des déclarations solennelles que c’est là le sentiment du genre humain. Car les lois humaines ne punissent pas l’homme fou pour les actions que fait l’homme de sens rassis, ni l’homme de sens rassis pour ce qu’a fait l’homme fou, par où elles en font deux personnes. Ce qu’on peut expliquer en quelque sorte par une façon de parler dont on se sert communément en français, quand on dit, un tel n’est plus le même [one is not himself], ou il est hors de lui-même [beside himself]. Expressions qui donnent à entendre en quelque manière que ceux qui s’en servent présentement, ou du moins qui s’en sont servis au commencement, ont cru que le soi était changé, que ce soi, dis-je, qui constitue la même personne, n’était plus dans le même homme.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de John Locke (288)Voir plus

¤¤

{* *} .._..