AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.07 /5 (sur 4645 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Röcken , le 15/10/1844
Mort(e) à : Weimar , le 25/08/1900
Biographie :

Friedrich Wilhelm Nietzsche est un philologue, philosophe, poète et musicien allemand.

Fils d'un pasteur, Nietzsche, après ses études, est appelé à la chaire de philologie classique de l'université de Bâle. En 1870, il s'engage comme volontaire dans le conflit franco-allemand. De retour à Bâle, il entre en relation avec le milieu intellectuel bâlois et rend de fréquentes visites au compositeur Richard Wagner qui réside aux environs de Lucerne.

Son premier ouvrage, "La naissance de la tragédie", paraît en 1872 et suscite de vives polémiques dans les milieux universitaires germaniques. De 1873 à 1876, il publie les quatre essais des "Considérations inactuelles", puis, en 1878, "Humain, trop humain". La même année intervient la rupture avec Wagner.

Gravement malade, Nietzsche demande à être relevé de ses fonctions de professeur. Dès lors commence sa vie errante entre Sils-Maria, Nice, Menton et plusieurs villes italiennes.

En 1882, il fait la connaissance de Lou Andréas Salomé, avec qui il vit sa seule véritable et platonique histoire d'amour. Lou a en commun avec Nietzsche d'avoir réfléchi à la mort de Dieu. Tous deux passent trois semaines d’errance à discuter de philosophie. Mais la sœur du philosophe, maladivement jalouse, s'ingénie à briser cette relation, ce que le frère ne lui pardonnera pas !

Pendant cette période les livres se suivent à un rythme rapide ("Aurore" (1881), "Le Gai Savoir" (1882 et 1887), "Ainsi parlait Zarathoustra", (1885), "Par-delà bien et mal" (1886), "Généalogie de la morale" (1887), "Le Cas Wagner" (1888), "Crépuscule des idoles" (1888, publié en janvier 1889), "Nietzsche contre Wagner" (publié en février 1889), "L'Antéchrist" (1888, publié en novembre 1894), "Ecce homo" (1888, publié en avril 1908)). Au début de 1889, il s'effondre dans une rue de Turin, puis il sombre dans la démence et passe les dix dernières années de sa vie dans un état mental quasi végétatif.

L'œuvre de Nietzsche est essentiellement une critique de la culture occidentale moderne et de l'ensemble de ses valeurs morales (issues de la dévaluation chrétienne du monde), politiques (la démocratie, l'égalitarisme), philosophiques (le platonisme et toutes les formes de dualisme métaphysique) et religieuses (le christianisme).

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Friedrich Nietzsche   (125)Voir plus


Dossier et informations sur cet auteur

Pourquoi lire Nietzsche ?


Souvent condamnée, récupérée, exploitée, la pensée de Nietzsche n'a finalement été que rarement étudiée pour elle-même et sans arrière-pensée. Si son style poétique, s'exprimant souvent par aphorismes et métaphores, a de quoi surprendre, tant il est loin du cliché du philosophe au vocabulaire technique et aux tournures ardues, Nietzsche n'en est pas moins l'un des penseurs les plus révolutionnaires de son temps. Ni systématique, ni uniforme, son œuvre déploie des thèmes récurrents qui s'assemblent dans une direction : celle d'une pensée neuve et énergique qui détruit les « idoles », telles que Platon, pour mieux envisager l'avenir.

Inspiré par Arthur Schopenhauer dans sa jeunesse, Nietzsche tient de lui le pessimisme qui conduit au nihilisme. Mais en affirmant que « Dieu est mort », le philosophe ne se contente pas d'un constat désabusé. S'il n'y a rien hors de l'humain, c'est en lui-même que celui-ci doit chercher l'espoir d'une vie meilleure. Pour cela, il doit devenir fort et libre, capable de détruire les postulats de la métaphysique depuis ses fondements platoniciens mais aussi de rejeter le christianisme et son héritage moral, qui, selon Nietzsche, bride à tort les instincts vitaux. En abolissant l'idée d'un être transcendant, Nietzsche entend réhabiliter la réalité concrète. Sa philosophie n'est pas prisonnière des sphères de l'esprit, contrairement à ce que son style poétique pourrait laisser croire : le penseur a les pieds sur terre, et la conscience tournée vers le monde qui l'entoure.

C'est d'ailleurs la confrontation au monde de son époque qui lui vaut des dépressions et crises nerveuses, mais aussi la rupture avec ceux qui ont le plus compté pour lui. Très proche de sa sœur Élisabeth et du couple Wagner, Nietzsche rompt avec eux lorsque leur antisémitisme devient prégnant. Ironie de l'Histoire, sa pensée est partiellement récupérée par l'idéologie nazie, qui fait du concept du Surhomme le modèle de l'Aryen. Mais le Surhomme n'est en aucun cas une espèce biologiquement supérieure. Ce que prône Nietzsche, c'est le dépassement des fictions consolantes alimentées par la religion et la capacité à observer la réalité en face et à l'affronter.

Car le réel n'est pas donné comme tel, et de ce fait, la vérité n'est pas une et absolue. La réalité demande à être saisie et ordonnée par l'esprit humain, qui, pour connaître, doit faire l'effort de se l'approprier et de l'organiser. La vérité est une valeur en tant qu'elle contribue à l'organisation du réel. Elle est un outil pour la volonté de puissance. De ce concept clé de la philosophie nietzschéenne, nous ne saurons jamais tout ce que le penseur avait à nous dire : son grand œuvre, La Volonté de puissance, qui devait synthétiser ses idées, n'a jamais été achevé. La maladie puis la folie viennent l'empêcher de poursuivre sa carrière universitaire puis sa réflexion. Il reste de son œuvre un style inimitable, rare en philosophie, une énergie irrépressible, une volonté d'amélioration du sort de l'humain et de dépassement des présupposés du christianisme. Sa pensée reste aujourd'hui encore moderne, dynamique et inspirante.

Chronologie


15 octobre 1844 : naissance à Röcken de Friedrich Wilhelm Nietzsche, fils d'un pasteur.

1846 : naissance d'Élisabeth, sœur de Friedrich.

1848 : naissance de Joseph, frère de Friedrich.

1849 : mort du père de Friedrich.

1850 : mort de Joseph.

1858 : Friedrich Nietzsche entre au collège de Pforta.

1864 : Nietzsche s'inscrit en faculté de théologie à Bonn, il envisage de devenir pasteur comme son père.

8 novembre 1869 : Nietzsche rencontre Richard Wagner à Leipzig, où il vient d'achever son service militaire.

1869 : Nietzsche est nommé professeur de philologie à Bâle.

1872 : publication de La Naissance de la tragédie.

1973 : Nietzsche rencontre Paul Rée, qui devient son ami.

Novembre 1876 : rupture avec ses amis les Wagner, en partie due à l'antisémitisme croissant de Cosima, l'épouse du compositeur.

1878 : parution de Humain, trop humain.

1879 : malade, Nietzsche démissionne de son poste de professeur.

1880 : parution du Voyageur et son ombre.

1881 : publication d’Aurore.

1882 : lors d'un voyage en Italie, Paul Rée présente Lou Salomé à Nietzsche, qui la demande en mariage à deux reprises, mais elle refuse. La même année paraît Le Gai Savoir.

1883-1885 : parution d'Ainsi parlait Zarathoustra en quatre volumes. Séjours en Italie, en Suisse et en France.

Avril 1884 : Nietzsche rompt avec sa sœur et son beau-frère à cause de leur antisémitisme.

1884 : rédaction de La volonté de puissance.

1886 : publication de Par-delà Bien et Mal.

1887 : parution de La généalogie de la morale.

1888 : Nietzsche publie Le Cas Wagner, Le Crépuscule des idoles, et rédige Nietzsche contre Wagner.

3 janvier 1889 : Nietzsche s'effondre à Turin. En proie à la folie, il est rapatrié par un ami et interné à Iéna.

1894 : parution de L’Antéchrist. Création des Archives Nietzsche, dirigées par Élisabeth.

Juillet 1897 : Nietzsche est emmené à Weimar.

25 août 1900 : décès de Nietzsche à Weimar.

1908 : parution de Ecce Homo, écrit en 1888.

Le saviez-vous ?


• Peu après la mort de son père, le jeune Friedrich Nietzsche fait un rêve étrange dans lequel son père, vêtu de son linceul, sort de sa tombe et traverse une église où résonne une marche funèbre en portant un enfant dans ses bras. Quelques jours plus tard, son petit frère Joseph décède d'une mystérieuse maladie.
• À l'adolescence, Nietzsche crée un « théâtre des Arts » où il joue avec des amis les tragédies qu'il a écrites sur les dieux de l'Olympe.
• À 14 ans, il s'intéresse à la légende de Mucius Scaevola et, pour en prouver la véracité à ses camarades dubitatifs, saisit dans un poêle allumé un charbon brûlant.
• Malgré ses grandes qualités intellectuelles, Nietzsche faillit rater l'examen équivalent à notre baccalauréat à cause de ses mauvaises notes en mathématiques.
• Nietzsche était un très bon pianiste et aimait improviser ou composer. Il envoya une de ses œuvres au chef d'orchestre Hans von Bülow qui la jugea « épouvantable » et « nuisible ».
• A Gustave Flaubert qui affirmait "On ne peut penser et écrire qu’assis" Nietzsche répondra dans Le Crépuscule de Idôles : "Je te tiens nihiliste. Etre cul de plomb, voilà par excellence le péché contre l’esprit ! Seules les pensées qu’on a en marchant valent quelque chose"
• Malade depuis les années 1875, Nietzsche sombre dans la folie en 1889 à Turin en voyant un cocher martyriser un cheval. Il se jette au cou de l'animal et fond en larmes, bloquant la circulation. Dans les jours qui suivent, il s'identifie à des figures mythiques comme Dionysos.
• L'origine de sa maladie reste encore floue. Alors qu'on a cru pendant longtemps qu'il était atteint de la syphilis, d'autres théories lui prêtent des troubles psychologiques héréditaires, ou encore une tumeur au cerveau.

Inspirateurs et héritiers


À l'adolescence, c'est d'abord la poésie qui séduit Nietzsche. Fasciné par Friedrich von Schiller, Friedrich Hölderlin et surtout Lord Byron, il trouve sans doute dans ces lectures l'inspiration de son style métaphorique et aphoristique. Sa première grande rencontre philosophique est celle des œuvres de Schopenhauer, qui l'influencent dans sa jeunesse mais qu'il critique par la suite dans Humain, trop humain. Il s'intéresse ensuite à Démocrite, Empédocle et Héraclite, cherchant chez les présocratiques des arguments pour contrer le platonisme.

La pensée de Nietzsche, et en particulier le concept de Surhomme, ont souvent été récupérés, notamment par l'idéologie nazie, ce qui a valu au philosophe d'être longtemps décrié. Parmi ses premiers disciples importants, on peut citer Jules de Gaultier et Alphonse Chide. Par la suite, sa pensée a eu une influence indéniable sur l'existentialisme, la philosophie postmoderne et une branche de la philosophie analytique.

Ils ont dit de Nietzsche…


Georges Bataille : « Nietzsche s'adressait à des esprits libres, incapables de se laisser utiliser. »
André Gide : « Ce que j'aime surtout en Nietzsche, c'est sa haine de la fiction. »
Catherine Golliau : « Lire Nietzsche, c'est se faire à bon compte une injection d'intelligence et d'énergie. »
Louis Weber : « La philosophie de Nietzsche porte en elle un flambeau de discorde qui ne s'éteindra jamais. »

Lire la suite

étiquettes
Videos et interviews (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"[…] les auteurs d'aphorismes, surtout lorsqu'ils sont cyniques, irritent ; on leur reproche leur légèreté, leur désinvolture, leur laconisme ; on les accuse de sacrifier la vérité à l'élégance du style, de cultiver le paradoxe, de ne reculer devant aucune contradiction, de chercher à surprendre plutôt qu'à convaincre, à désillusionner plutôt qu'à édifier. Bref, on tient rigueur à ces moralistes d'être si peu moraux. […] le moraliste est le plus souvent un homme d'action ; il méprise le professeur, ce docte, ce roturier. Mondain, il analyse l'homme tel qu'il l'a connu. […] le concept « homme » l'intéresse moins que les hommes réels avec leurs qualités, leurs vices, leurs arrière-mondes. […] le moraliste joue avec son lecteur ; il le provoque ; il l'incite à rentrer en lui-même, à poursuivre sa réflexion. […] On peut toutefois se demander […] s'il n'y a pas au fond du cynisme un relent de nostalgie humaniste. Si le cynique n'est pas un idéaliste déçu qui n'en finit pas de tordre le cou à ses illusions. […]" (Roland Jaccard.) 0:14 - Bernard Shaw 0:28 - Julien Green 0:45 - Heinrich von Kleist 1:04 - Georges Henein 1:13 - Ladislav Klima 1:31 - Michel Schneider 1:44 - Hector Berlioz 1:55 - Henry de Montherlant 2:12 - Friedrich Nietzsche 2:23 - Roland Jaccard 2:37 - Alphonse Allais 2:48 - Samuel Johnson 3:02 - Henrik Ibsen 3:17 - Gilbert Keith Chesterton 3:35 - Gustave Flaubert 3:45 - Maurice Maeterlinck 3:57 - Fiodor Dostoïevski 4:08 - Aristippe de Cyrène 4:21 - Générique Vous aimerez peut-être : DICTIONNAIRE DU PARFAIT CYNIQUE #3 : https://youtu.be/A6¤££¤86S'IL N'Y AVAIT DE BONHEUR QU'ÉTERNEL83¤££¤ DICTIONNAIRE DU PARFAIT CYNIQUE #1 : https://youtu.be/PAkTz48qZrw NI ANGE NI BÊTE : https://youtu.be/aBUASQxO9z4 S'IL N'Y AVAIT DE BONHEUR QU'ÉTERNEL... : https://youtu.be/bHCEHBhdLLA LES CHIENS CÉLESTES : https://youtu.be/zZ-0H1qTlJg PETITE FOLIE COLLECTIVE : https://youtu.be/Ge4q_tfPWjM AD VITAM AETERNAM : https://youtu.be/YjvEBidvMXM QUE SUIS-JE ? : https://youtu.be/sbWh58UeGvE LA LUCIDITÉ POUR LES NULS : https://youtu.be/mMXwZq9N2kk Philosophie : https://www.youtube.com/playlist?list=PLQQhGn9_3w8pT0¤££¤55Attribution-NonCommercial95¤££¤9ptGAv Référence bibliographique : Roland Jaccard, Dictionnaire du parfait cynique, Paris, Hachette, 1982. Images d'illustration : Marquise de Lambert : https://de.wikipedia.org/wiki/Anne-Thérèse_de_Marguenat_de_Courcelles#/media/Datei:Anne-Thérèse_de_Marguenat_de_Courcelles.jpg George Bernard Shaw : https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Bernard_Shaw#/media/Fichier:G.B._Shaw_LCCN2014683900.jpg Julien Green : https://www.radiofrance.fr/franceculture/le-siecle-d-enfer-de-l-ecrivain-catholique-et-homosexuel-julien-green-8675982 Heinrich von Kleist : https://fr.wikipedia.org/wiki/Heinrich_von_Kleist#/media/Fichier:Kleist,_Heinrich_von.jpg Georges Henein : https://www.sharjahart.org/sharjah-art-foundation/events/the-egyptian-surrealists-in-global-perspective Ladislav Klima : https://www.smsticket.cz/vstupenky/13720-ladislav-klima-dios Michel Schneider : https://www.lejdd.fr/Culture/Michel-Schneider-raco

+ Lire la suite
Podcasts (28) Voir tous


Citations et extraits (3442) Voir plus Ajouter une citation
Friedrich Nietzsche
L'amour ne veut pas la durée, il veut l'instant et l'éternité.
Commenter  J’apprécie          3370

A certains hommes tu ne dois pas donner la main, mais seulement la patte. Et je veux que ta patte ait aussi des griffes.

Commenter  J’apprécie          2482
Friedrich Nietzsche

Et la vie elle-même m’a dit ce secret : « Vois, dit-elle, je suis ce qui doit toujours se surmonter soi-même ».

Commenter  J’apprécie          2451
Friedrich Nietzsche

Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges.

Commenter  J’apprécie          2219
Friedrich Nietzsche
Souviens-toi d'oublier.
Commenter  J’apprécie          2225
Friedrich Nietzsche
Il faut avoir une musique en soi pour faire danser le monde.
Commenter  J’apprécie          2185

L’homme a besoin de ce qu’il y a de pire en lui s’il veut parvenir à ce qu’il a de meilleur.

Commenter  J’apprécie          2101

L'un va auprès de son prochain, parce qu'il se cherche lui-même, et un autre parce qu'il aimerait se perdre. Votre mauvais amour pour vous-même fait pour vous de la solitude une prison.

Commenter  J’apprécie          1972
Friedrich Nietzsche

La croyance que rien ne change provient soit d'une mauvaise vue, soit d'une mauvaise foi. La première se corrige, la seconde se combat.

Commenter  J’apprécie          1951

Médecin, guéris-toi toi-même; tu guériras ton malade par surcroît. Ta meilleure cure sera de lui montrer un homme qui s'est guéri lui-même.

Commenter  J’apprécie          1760

Acheter les livres de cet auteur sur
FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Quiz Voir plus

Simone Veil Une jeunesse au temps de la Shoah

Comment s’appelle les parents de Simone ?

André Jacob et Denise Streinmetz
Yvonne Jacob et Antoine Veil
Yvonne Streinmetz et André Jacob
Jean Jacob et Isabelle Haussier

15 questions
619 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.._..