AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.56 /5 (sur 24 notes)

Nationalité : Iles Féroé
Né(e) à : Tórshavn, îles Féroé , le 29/11/1900
Mort(e) à : Vejlefjord, Danemark , le 24/05/1938
Biographie :

Jørgen-Frantz Jacobsen (né le 29 novembre 1900 à Tórshavn, aux îles Féroé, mort le 24 mars 1938 à Vejlefjord, au Danemark) est l'un des plus célèbres écrivains féroïens.

L'œuvre de Jacobsen est écrite en danois et n'a été traduite qu'ultérieurement dans sa langue maternelle, le féroïen. Sa renommée repose essentiellement sur son roman Barbara, paru en 1939 et inspiré des traditions féroïennes entourant le personnage de Beinta Broberg (c. 1667-1752), qui épousa successivement trois pasteurs de l'archipel.

Diplômé d'histoire et de français de l'Université de Copenhague et féru d'histoire scandinave, Jørgen-Frantz Jacobsen mena également une activité de journaliste, rédigeant pour divers journaux, en particulier le quotidien Politiken, une série de chroniques et d'articles, auxquels s'ajoutent deux ouvrages sur les relations politiques des îles Féroé avec la Scandinavie et le Danemark.
Il avait à peine 21 ans lorsqu'il contracta la tuberculose pulmonaire, qui le contraignit à effectuer de longs séjours en sanatorium. Jørgen-Frantz Jacobsen nourrissait des ambitions littéraires. C'est en 1934 qu'il entama la rédaction de son chef-d’œuvre, le roman historique Barbara. Écrit en danois et paru un an après sa mort, l'ouvrage atteignit d'emblée la célébrité et fut traduit dans un grand nombre de langues.
Il mourut à 37 ans, le 24 mars 1938, au sanatorium Vejlefjord, à Stouby, dans le Jutland central.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
art-bsurde   02 septembre 2014
Barbara de Jørgen-Frantz Jacobsen
Les hommes, qui interrogeaient le ciel plein d'étoiles, estimaient que le beau temps allait certainement tenir toute la journée, et tiraient les rames avec vigueur. Des deux côtés ils voyaient défiler sous leur yeux la côte découpée, dont les sombres rochers étaient couverts de givre. Quand ils atteignirent l'embouchure du fjord, ils distinguèrent à la faible lueur des étoiles la lointaine silhouette de Myggenaes dont le cimes neigeuses surgissaient solitaires dans l'immensité de l'Océan. Sur les côtes noires et abruptes, la neige n'avait pas de prise.

Peu après, les étoiles commencèrent à pâlir et quand la barque eut atteint la pleine mer, le jour se leva. Vers l'avant, en un spectacle grandiose et terrifiant, la silhouette de Myggenaes grossissait à chaque instant, découpant ses rochers sauvages sur les lueurs rouges de ce matin d'hiver.
Commenter  J’apprécie          70
art-bsurde   07 octobre 2014
Barbara de Jørgen-Frantz Jacobsen
- Je ne sais que vous dire. Notre pauvre raison est bien notre unique recours, et c'est justement pour cela qu'on lit Holberg, Bayle et Locke. Mais si, dans mon ignorance, je me permet de critiquer un peu ces auteurs, c'est uniquement en ce qu'ils oublient avec tous leurs raisonnements que l'homme est foncièrement déraisonnable et ne peut pas vivre hors de l'égarement. Je ne suis pas très loin de croire, comme mon frère, au pêché originel !

- Au pêché originel ?

- Oui, ou si vous voulez à la déraison originelle. Pêché et folie ne sont au fond que deux noms pour désigner la même chose. Cette folie irrite cruellement mon frère Wenzel. Il l'appelle pêché. Il se livre sur ce chapitre à de longues jérémiades et prend le ciel à témoin de la profonde misère de son cœur. Je ne me sens pas, croyez-moi, meilleur que lui d'un cheveu, et me considère comme un malheureux égaré. Tout bien considéré, mon cher Monsieur Aggerso, que sommes-nous d'autre que des bêtes perpétuellement possédées par la rancœur, la cupidité, le désir et la vanité – oui, surtout par la vanité? Il secouait la tête en riant. Hélas ! Telle est notre nature, que ce soit du diable ou de quiconque que nous tenions cette âme de singe stupide.

Vous avez raison, dit Monsieur Paul, que ne serions-nous pas si Dieu, dans son amour, ne nous avait donné la grâce qui nous lave de tous nos pêchés ?

La grâce, dit le juge, peuh ! La grâce. Pardon. Qu'est-ce donc que la grâce, sinon une cassolette qu'on respire quand la puanteur du pêché devient trop âcre ?

[...]

- Voyez-vous, dit Johan-Hendrik, le démon, nous ne le chassons jamais de notre cœur, que nous soyons chrétien ou athée. Avez-vous lu Pascal ? Non. Mon frère Wenzel non plus ne l'a pas lu. Mais il a lu Kingo, et dit volontiers avec lui : « O monde d’ici-bas, je t'ai longtemps servi, mais je suis triste et las. » Il n'est bien entendu ni triste ni las, il n'est qu'un pauvre diable comme nous tous. Moi, je ne sais vraiment pas comment le Seigneur arrive à faire entre nous la différence. Ma pauvre petite raison m'a bien conduit jusqu'à connaître ma folie, mais jamais jusqu'à vouloir améliorer mon cœur indocile. Cette raison ne m'a pas aidé plus que la grâce. Je ne crois pas pouvoir honorer Dieu autrement qu'en utilisant la lumière qu'il m'a donnée, en dépistant le mal en moi, en tachant de me rendre utile dans la sphère où j'ai été placé. Dans ma condition, il y a peu à apprendre et moins encore à faire. Mais vous, mon ami, vous devez savoir que les hommes qui rencontrent la véritable grâce sont justement ceux-là dont se joue le Destin, à condition, bien entendu, qu'ils daignent en tirer une leçon.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
art-bsurde   03 septembre 2014
Barbara de Jørgen-Frantz Jacobsen
Chacun gardait le silence. On savait qu'il serait téméraire de rebrousser chemin, et qu'il ne s'agissait plus désormais que d'essayer de progresser lentement contre le vent, en longeant la côte aussi près que possible, et en gardant l'espoir de pouvoir aborder à Velbestad. Encore trois milles jusque-là. Il y avait maintenant trois bonnes heures qu'ils ramaient. Sur leurs têtes, l'immense rocher de « la Tête de Femme » surgit tout à coup des nuages, tel un cri qui se serait fait pierre. Les lambeaux de brume, qui passaient rapidement devant la montagne, cachaient, puis dévoilaient les gigantesques silhouettes rocheuses, les enveloppaient comme d'une cape pour les engloutir à nouveau, dansaient et s'envolaient comme de la fumée.On eût dit, le long des ravins humides et des failles obscures, quelque orgue gigantesque qui eût joué une musique de silence faite de formes sauvages et tourmentées.
Commenter  J’apprécie          10
Melopee   11 juin 2011
Barbara de Jørgen-Frantz Jacobsen
Elle lui tendit la feuile. Les grandes lettres désordonnées dansaient le long des lignes qui montaient vers le coin droit du papier. L'orthographe était douteuse, mais malgré tout c'était lisible. Soudain, cessant de lire, il s'exclame douloureusement :

- Jésus !

Barbara ne comprit pas tout de suite ce qu'il voulait dire. Puis tout à coup, elle rougit violemment.

Barbara, tu ne sais même pas écrire Jésus ! [...]

Elle lui arracha prestement la feuille, s'assit de nouveau et, la langue entre les lèvres, la plume éclaboussante, elle raya violemment son "Gésu" et écrivit au-dessus, sans fautes cette fois.
Commenter  J’apprécie          10
Dandylion   18 avril 2020
Barbara de Jørgen-Frantz Jacobsen
— Elle est si gracieuse, dit Anne-Sophie.

— C'est une femme dangereuse, dit l'Intendant Royal avec beaucoup de dignité.

— Oui, déclara Monsieur Wenzel, comme le dit le psaume : "Et les plus belles fleurs distillent le poison." Que Barbara soit gracieuse, cela n'empêche pas que les bons chrétiens doivent se garder de ses pompes et de ses œuvres.
Commenter  J’apprécie          10
Melopee   11 juin 2011
Barbara de Jørgen-Frantz Jacobsen
Monsieur Paul qui, tout le jour, avait eu l'impression de se trouver dans les ténèbres, se sentait maintenant inondé de lumière. Celle-ci ne venait ni de l'éclat du bois blanc de la table, ni du linge que cousait Barbara, ni de ses mains éblouissantes, mais de ses yeux qui jetaient un éclat si vif qu'elle devait comme les reprendre après chaque regard. On eût dit qu'ils avaient montré trop d'abandon et qu'ils en avaient honte.
Commenter  J’apprécie          00
Anassete   19 mars 2012
Barbara de Jørgen-Frantz Jacobsen
Et, tandis que la tempête recouvrait la ville comme un cauchemar, deux femmes, la tête emplie des splendeurs aperçues et les bras chargés de butin, rentraient, furtives et peureuses, à travers les ruelles fouettées par la pluie.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Jørgen-Frantz Jacobsen(1)Voir plus
Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Jørgen-Frantz Jacobsen (30)Voir plus


Quiz Voir plus

Quiz sur 14-14 de Silène Edgar et Paul Beorn

Qui vit en 1914 ?

Adrien
Hadrien

10 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre mondiale , voyage dans le tempsCréer un quiz sur cet auteur