AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.29 /5 (sur 21 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Clayton Green, Lancashire (G-B) , le 06/04/1917
Mort(e) à : Mexico , le 25/05/2011
Biographie :

Animaux doués de paroles, hybrides loufoques (être mi homme mi loup garou, mi vampire dans La Fête de l'Agneau), alchimie culinaire, univers onirique, Léonora Carrington est une de ses femmes surréalistes dont on connait peu le nom. Sa production picturale est nettement plus connue que sa production littéraire.
Elle naît en 1917, à Clayton Green. Issue d'une famille bourgeoise aisée, Léonora est une enfant rebelle. Elle refuse de se plier aux codes et exigences de la bonne société. Dans "la Débutante", un de ses récits les plus connus que Breton ajoute à son Anthologie de l'humour noir, elle nous livre une vision fantasmée du bal des Débutantes: L'héroïne de ce court texte est amie avec une hyène qui lui propose d'aller à sa place à ce fameux bal, à condition qu'elle la laisse manger la servante. La jeune femme accepte. La hyène garde alors le visage de la servante pour s'en faire un masque et finit par dévorer l'assemblée venue assister au bal.
La jeune Carrington convainc ses parents de la laisser intégrer une école d'art à Londres. Peu de temps après, elle rencontre Max Ernst et part vivre avec lui en France, à Saint Martin d'Ardèche. Ils partagent une histoire d'amour passionnelle, jusqu'à ce que Ernst soit arrêté par les nazis. Il restera prisonnier tout au long de la guerre.
Pour Léonora, c'est une lente descente aux enfers. Elle part en Espagne où elle se sent terriblement isolée. La jeune femme est internée pour dépression (elle relate cet épisode dans "En Bas"). Elle finit par s'enfuir de l'hôpital et quitte l'Espagne pour le Mexique.
Au Mexique, c'est une seconde naissance. Elle se lie d'amitié avec des grands noms du surréalisme et se marie avec Imre « Chiqui » Weisz . Léonora a deux enfants: Pablo et Gabriel . Elle rédige Le Cornet Accoustique et Porte de Pierre durant cette période. Alejandro Jodorowsky met en scène sa pièce de théâtre Pénélope, l'un des quatre textes de sa production dramatique.
Beaucoup de ses proches disent d'elle qu'elle est une sorcière... Sans doute en raison de sa passion pour l'alchimie, la kabbale et le mysticisme tibétain. Elle se livre également à de drôle de recettes, comme ce lièvre farci aux huîtres qu'elle sert à ses invités. La nourriture occupe une place importante dans son oeuvre, faisant partie intégrante d'un système de symboles complexes et passionnants.

Elle meurt en 2011 à Mexico.



On trouvera un récit romancé de sa vie, ici:
http://www.babelio.com/livres/Poniatowska-Leonora/405761

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Le choix des libraires vous invite à la rencontre de deux femmes Alice Schneider et Julia Mahler, les propriétaires de la librairie « La Régulière » dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Avec elles, partagez leurs coups de c?ur et leurs auteurs favoris comme Leonora Carrington, Comité invisible ou encore Clément Paurd.
Podcasts (1)


Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Alice_   07 janvier 2017
Le cornet acoustique de Leonora Carrington
Je suis sûre que ce serait très agréable et très salutaire pour les humains de n'être soumis à aucune autorité. Il leur faudrait penser par eux-mêmes au lieu que ce soit la publicité, le cinéma, la police et les parlements qui leur disent ce qu'il convient de faire et de penser.
Commenter  J’apprécie          130
steka   09 juin 2013
En bas de Leonora Carrington
Lettre à Henri Parisot

Cher Henri, merci de votre lettre – Je suis d’accord qu’on publie En Bas MAIS croyez moi qu’il n’y a eut aucune « mal entendu » entre nous – Vous n’avez peut-être pas compris mon irritation que je ressent encore, Je ne suis plus la jeune fille Ravissante qui a passér par Paris, amoureuse -



Je suis une vieille dame qui a vecue beaucoup et j’ai changée – si ma vie vaut quelque chose je suis le resultat du temps – Donc je ne reproduirais plus l’image d’avant – Je ne serait jamais petrifiée dans une « jeunesse » qui n’existe plus – J’accepte L’Honorable Décrépide actuelle – ce que j’ai à dire maintenant est dévoilé autant que possible – Voir à travers Le monstre – Vous comprenez ça? Non? Tant pis. En tout cas faites ce que vous voulez avec cette fantôme -



avec le condition

que vous publiez

cette lettre comme préface -



Comme une vieille Taupe qui nages sous les cimetières je me rends compte que j’ai toujours étais aveugle – je cherche à connaître Le Mort pour avoire moins peur, je cherche de vider les images qui m’ont rendus aveugle -



Je vous envoie encore beaucoup d’affection et je vous embrasse à travers mon Ratelier (que je garde a côté de moi la nuit dans une petite boite bleu ciel en plastique)



JE N’A PLUS UNE SEUL DENT



Leonora



P.S. Si les jeunes me disent maintenant qui j’ai l’esprit jeune je m’offence -



J’ai l’ESPRIT VIEILLE



Tachez de comprendre ça -
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          65
Alice_   06 janvier 2017
Le cornet acoustique de Leonora Carrington
Pour ma part, j'estime que le temps est sans importance et quand je pense aux feuilles d'automne et à la neige, au printemps et à l'été, aux oiseaux et aux abeilles, je me rends compte que le temps est effectivement sans importance ; et pourtant les gens attachent une telle importance aux horloges. Par contre, je crois à l'inspiration ; une conversation inspirée entre deux personnes ayant entre elles une mystérieuse affinité, peut apporter plus de joie dans la vie que ne le ferait la pendule la plus coûteuse.
Commenter  J’apprécie          70
Alice_   05 janvier 2017
Le cornet acoustique de Leonora Carrington
Le jour où Carmella me fit présent d'un cornet acoustique, elle aurait pu prévoir les conséquences de sa générosité. Carmella n'est pas ce que j'appellerais une fille malicieuse ; il se trouve seulement qu'elle possède un curieux sens de l'humour.
Commenter  J’apprécie          70
batlamb   21 octobre 2019
En bas de Leonora Carrington
Three days perhaps after my second Cardiazol injection, I was given back the objects which had been confiscated on my entering the sanatorium, and a few others besides. I realised that with the aid of these objects I had to set to work, combining solar systems to regulate the conduct of the World. I had a few French coins, which represented the downfall of men through their passion for money; those coins were supposed to enter into the planetary system as units and not as particular elements; should they join with other objects, wealth would no longer beget misfortune. My red-and-black refill pencil (leadless) was Intelligence. (…) A box of Tabu powder with a lid, half grey and half black, meant eclipse, complex, vanity, taboo, love. Two jars of face cream: the one with a black lid was night, the left side, the moon, woman, destruction; the other, with a green lid, was man, the brother, green eyes, the Sun, construction. My nail buff, shaped like a boat, evoked for me a journey into the Unknown, and also the talisman protecting that journey: the song ‘El barco velero’. My little mirror was to win over the Whole. As for my Tangee lipstick, I have but a vague memory of its significance; it probably was the meeting with colour and speech, painting and literature: Art.



Happy with my discovery, I would group these objects around each other; they wandered together on the celestial path, helping each other along and forming a complete rhythm. I gave an alchemical life to the objects according to their position and their contents. (My face cream Night, in the black-lidded jar, contained the lemon, which was an antidote to the seizure induced by Cardiazol).



Lucid and gay, I waited impatiently for Don Luis. I said to myself: ‘I have solved the problems he set before me. I shall certainly be led Down Below.’ So I was horrified when, far from appreciating my labour, he gave me a second injection of Cardiazol.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
steka   31 mai 2019
La débutante de Leonora Carrington
Quand j'étais débutante j'allais souvent au jardin zoologique. J'y allais si souvent que j'ai mieux connu les animaux que les jeunes filles de mon âge. C'était même pour échapper au monde que je me trouvais chaque jour au Zoo. La bête que j'ai le mieux connue était une jeune hyène. Elle me connaissait aussi ; elle était fort intelligente ; je lui appris le français et en retour elle m'apprit son langage. Nous passâmes ainsi beaucoup d'heures agréables.
Commenter  J’apprécie          40
steka   09 juin 2013
Le cornet acoustique de Leonora Carrington
Que pensez-vous du Puits de la lumière Fraternelle, demandais-je. Il me fait peur.

LE PUITS DE LA LUMIÈRE FRATERNELLE, est évidemment quelque chose de d'extrêmement sinistre. Non pas, je le suppose, un lieu de réunion pour vieilles dames occupées à moudre les céréales de leur petit déjeuner, mais quelque chose d'inamicalement sinistre.
Commenter  J’apprécie          20
oliviersavignat   03 juin 2020
La porte de pierre de Leonora Carrington
Ceci n'est pas une lettre d'amour, à moins que ce ne soit une lettre d'amour adressée à un cauchemar. Toutes les violentes passions ressenties à l'intérieur de mon être s'insinuaient dans l'encre et combattaient comme des chiens enragés derrière mes prunelles.
Commenter  J’apprécie          20
Madraykin   28 août 2013
La porte de pierre de Leonora Carrington
Amour, chèvre noire, tigre noir... velu, lascif et délicieux.

Femme aux yeux bandés, dis-moi quelque chose de l'avenir ?

En quel temps, à quelle date, la réalité rejoindra-t-elle mes rêves ?

" A minuit ", répond la femme aux yeux bandés.

" Sous quel signe, Femme aux yeux bandés ? "

" Sous le signe du Feu et de l'Air, du sommeil d'Ivoire et du Lait. "

" Combien seront-ils à voir le Signe ? "

" Quatre, la Lune. "

" Et comment le saurons-nous ? "

" Par l'Urine, miniature d'océan. "

D'une manière mystérieuse ces mots entreront dans la vie.
Commenter  J’apprécie          10
steka   09 juin 2013
Le cornet acoustique de Leonora Carrington
Nous n'étions pas plus tôt assises devant notre ration de confitures de fraises et nos deux tranches de pain, qu'Anna Wertz se lançait dans quelque chose qui risquait bien d'être un discours.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Leonora Carrington (28)Voir plus


Quiz Voir plus

Littérature anglaise : XVIIIème ou XIXème siècle ?

Orgueil et préjugés - Jane Austen

18ème siècle
19ème siècle

20 questions
13 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature anglaise , 19ème siècle , 18ème siecleCréer un quiz sur cet auteur

.. ..