AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.11/5 (sur 924 notes)

Nationalité : Égypte
Né(e) à : Le Caire , le 03/11/1913
Mort(e) à : Paris , le 22/06/2008
Biographie :

Albert Cossery est un écrivain égyptien de langue française.

Né d'un père rentier et d'une mère illettrée, il poursuit sa scolarité dans les écoles chrétiennes du Caire. Il est très tôt initié à la littérature française, et commence à écrire poèmes et romans dés l'âge de dix ans.

La rencontre de Henry Miller lors d'un voyage aux États-Unis aide Cossery à publier son premier ouvrage en 1941, "Les Hommes oubliés de Dieu", avec lequel il fait véritablement son entrée dans le monde littéraire. En 1945, l'écrivain égyptien décide de s'installer à Paris, dans un modeste hôtel, "La Louisiane", de Saint-Germain-des-Prés (où il a vécu jusqu'à sa mort).

Il publie ensuite environ un livre tous les dix ans. En 1948, paraît "Les fainéants dans la vallée fertile", l'histoire d'une famille qui cultivait sa paresse comme une plante rare...

En 1955, paraît "Mendiants et orgueilleux", qui sera souvent considéré comme son chef-d’œuvre. Suivent "La violence et la dérision" (1964), Grand prix du roman de la Société des gens de lettres 1965, "Un complot de saltimbanques" (1975), "Une ambition dans le désert" (1984), et enfin "Les Couleurs de l'infamie" (1999), Prix Méditerranée 2000, après lequel Cossery déclare arrêter d'écrire.

En 1990, Il obtient le Grand prix de la francophonie pour l’ensemble de son œuvre.

Les livres d'Albert Cossery font l'éloge du dénuement et de la paresse, et érigent ces deux caractéristiques en une véritable philosophie. Ils mettent en scène le peuple du Caire, avec un sarcasme et une ironie rendus élégants par la plume de l'auteur. Il s'agit, dans chacune de ces histoires, de faire entendre en France la voix de "l'arabe égyptien", et d'interpeller avec humour sur les dérives des hommes et du politique.
+ Voir plus
Source : http://partageonsnoslectures.over-blog.com/2019/04/albert-cossery-le-voltaire-du-caire.html
Ajouter des informations
Bibliographie de Albert Cossery   (14)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'écrivain égyptien Albert Cossery a accepté de rencontrer le journaliste Pierre-Pascal Rossi à Saint-Germain-des-Prés, où il vit dans une modeste chambre d'hôtel, et de retourner au Caire, sa ville natale, pour un reportage exceptionnel diffusé dans Hôtel, le 30 mai 1991 sur la TSR.

Podcasts (10) Voir tous


Citations et extraits (319) Voir plus Ajouter une citation
Albert Cossery
“- pourquoi écrivez vous ?
- pour que quelqu’un qui vient de me lire n’aille pas travailler le lendemain”
Commenter  J’apprécie          6911
Assis à la terrasse du café, Teymour se sentait aussi malchanceux qu'un pou sur la tête d'un chauve.
Commenter  J’apprécie          536
- Dieu est grand ! répondit le mendiant. Mais qu’importe les affaires. Il y a tant de joie dans l’existence. Tu ne connais pas l’histoire des élections ?
- Non, je ne lis jamais les journaux.
- Celle-là n’était pas dans les journaux. C’est quelqu’un qui me l’a racontée.
- Alors je t’écoute.
- Eh bien ! Cela s’est passé il y a quelque temps dans un petit village de Basse-Égypte, pendant les élections pour le maire. Quand les employés du gouvernement ouvrirent les ruines, ils s’aperçurent que la majorité des bulletins de vote portaient le nom de Barghout. Les employés du gouvernement ne connaissaient pas ce nom-là ; il n’était sur la liste d’aucun parti. Affolés, ils allèrent aux renseignements et furent sidérés d’apprendre que Barghout était le nom d’un âne très estimé pour sa sagesse dans tout le village. Presque tous les habitants avaient voté pour lui. Qu’est-ce que tu penses de cette histoire ?

Gohar respira avec allégresse ; il était ravi. « Ils sont ignorants et illettrés, pensa-t-il, pourtant ils viennent de faire la chose la plus intelligente que le monde ait connue depuis qu’il y a des élections. » Le comportement de ces paysans perdus au fond de leur village était le témoignage réconfortant sans lequel la vie deviendrait impossible. Gohar était anéanti d’admiration. La nature de sa joie était si pénétrante qu’il resta un moment épouvanté à regarder le mendiant. Un milan vint se poser sur la chaussée, à quelques pas d’eux, fureta du bec à la recherche de quelque pourriture, ne trouva rien et reprit son vol.

- Admirable ! s’exclama Gohar. Et comment se termine l’histoire ?
- Certainement il ne fut pas élu. Tu penses bien, un âne à quatre pattes ! Ce qu’ils voulaient, en haut lieu, c’était un âne à deux pattes.
Commenter  J’apprécie          480
Il n'était pas gêné par sa misère. Elle était grande et large et il s'y promenait librement. Elle était comme une prison spacieuse ; il était libre d'aller d'un mur à l'autre de sa misère sans demander la permission à personne. Il était seulement gêné de la sentir si abondante. C'était une misère riche. Il ne savait comment la dépenser.
Commenter  J’apprécie          450
Albert Cossery
Je ne peux pas écrire une phrase qui ne contienne pas une dose de rébellion. Sinon elle ne m'intéresse pas.
Commenter  J’apprécie          460
Albert Cossery
Quand quelqu'un te parle de progrès dis-toi qu'il veut t'asservir.
Commenter  J’apprécie          422
– Maître, je ne comprends pas. Comment peux-tu rester insensible aux agissements des salauds qui abusent de ce peuple ?

Gohar éleva la voix pour répondre :

– Je n’ai jamais nié l’existence des salauds, mon fils !

– Mais tu les acceptes. Tu ne fais rien pour les combattre.

– Mon silence n’est pas une acceptation. Je les combats plus efficacement que toi.

– De quelle manière ?

– Par la non-coopération, dit Gohar. Je refuse tout simplement de collaborer à cette immense duperie.

– Mais tout un peuple ne peut pas se permettre cette attitude négative. Ils sont obligés de travailler pour vivre. Comment peuvent-ils ne pas collaborer ?

– Qu’ils deviennent tous mendiants. Ne suis-je pas moi-même un mendiant ? Quand nous aurons un pays où le peuple sera uniquement composé de mendiants, tu verras alors ce que deviendra cette superbe domination. Elle tombera en poussière. Crois-moi.
Commenter  J’apprécie          360
- Dis moi Rafik, mon frère, ce n'est pas vrai ce que tu viens de me dire ?
- Quoi donc !
- Que dans certains pays, les hommes se réveillent à quatre heures du matin pour aller travailler dans les mines.
- C'est vrai, dit Rafik. Ici nous n'avons pas encore de mines, mais ça viendra. On en découvrira. On découvrira n'importe quoi pour faire travailler les hommes et les abrutir.
Commenter  J’apprécie          330
"L'amertume le rongeait. Il poussa quelques soupirs d'une profondeur insoupçonnée, regarda autour de lui dans le vague. Les soupirs de l'oncle Mustapha donnaient toujours l'impression d'une fatalité inique et redoutable, qui assombrissait l'existence au delà des limites de l'ennui.
- Oncle Mustapha, dit Rafik, tu devrais te faire engager à la radio. Tes soupirs auront ainsi une résonance mondiale. J'aime tes soupirs ; c'est comme si le monde entier s'ennuyait en toi."
Commenter  J’apprécie          292
Ils approchent de la ville. Les réverbères se font plus nombreux et plus éclatants.
La civilisation se fait sentir comme ça, aux lumières qu'elle prodigue autour d'elle pour aveugler les gens.
Commenter  J’apprécie          260

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Albert Cossery (830)Voir plus

Quiz Voir plus

Albert Cossery, l'Egyptien de Saint-Germain des Prés

Il faisait terriblement chaud. Rue de la femme-Enceinte, le facteur s'arrêta, comme il le faisait chaque matin, devant la boutique de Hanafi le repasseur.

Les hommes oubliés de Dieu
Le Dieu oublié des hommes

10 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : Albert CosseryCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..