AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.16 /5 (sur 28 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Aurum (Nevada) , le 5/12/1901
Mort(e) à : Phoenix (Arizona) , le 25/03/1980
Biographie :

Milton Hyland Erickson est né le 5 décembre 1901 à Aurum (Nevada). Décédé 25 mars 1980 à Phoenix (Arizona).
Erickson est un psychiatre et psychologue américain qui a joué un rôle fondamental dans le renouvellement et le retour de l'hypnose clinique. Il a également consacré de nombreux travaux sur l'hypnose thérapeutique.
Son approche innovante et géniale en thérapie se fonde sur la conviction incassable que le patient possède en lui-même les ressources pour aborder et résoudre de manière appropriée les situations qu'il vit : le travail est donc d'utiliser ses compétences et ses possibilités d'adaptation personnelles.
Touché par la poliomyélite à l'âge de dix-sept ans, Erickson a utilisé cet handicap pour expérimenter sur lui-même, lors de sa rééducation, certains phénomènes qu'il met ensuite en application dans son travail d'hypnothérapeute.

Les différentes rencontres avec des professionnels divers jalonnent sa vie et ont permis des réengagements successifs dans sa croyance thérapeutique et eu un impact notable dans l'évolution de nombreux courants thérapeutique. Notons le psychiatre Clarck L. Hulle, Gregory Bateson, Margaret Mead, les éléments fondateurs de l'Ecole de Palo Alto, Bandler et Grinder...
Il est encore aujourd'hui une véritable légende, à qui beaucoup de thérapeutes et hypnothérapeutes vouent un véritable culte...
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Interview: Conseils de Milton H. Erickson aux hypnothérapeutes. Traduction sous-titrée Française. Durée 6 minutes.

Citations et extraits (133) Voir plus Ajouter une citation
Bruno_Cm   02 mai 2016
L'hypnose thérapeutique : Quatre conférences de Milton Erickson
[Commentaire d'Ernest Rossi] Erickson utilise souvent ses propres infirmités et ses propres histoires, à propos du développement et des processus de guérison dans sa famille ou pour d'autres patients, afin d'activer des processus de guérison comparables chez ses sujets. En même temps que ces histoires de guérison peuvent être considérée comme des métaphores, il est important de voir qu'Erickson habituellement ne les inventait pas - ses histoires et ses exemples étaient véridiques. Ceci est en contraste total avec certains étudiants qui prétendent utiliser des approches ericksoniennes lorsqu'ils inventent ce qu'ils espèrent être des métaphores thérapeutiques.



Commenter  J’apprécie          150
Bruno_Cm   04 mai 2016
L'hypnose thérapeutique : Quatre conférences de Milton Erickson
Trop de thérapeutes essayent de rassurer leurs patients ; ils essaient de déposséder leurs patients de la réalité de leurs symptôme plutôt que d'accepter et de travailler avec cette réalité.





Commenter  J’apprécie          150
Bruno_Cm   02 mai 2016
L'hypnose thérapeutique : Quatre conférences de Milton Erickson
... il vous faut garder à l'esprit que l'inconscient prend certaines positions vis-à-vis de la personnalité entière ; vous devez compter avec cela et vous devez réaliser que votre but, en vous servant de l'hypnose, n'est pas de faire de la magie. Votre but, en vous servant de l'hypnose, est de communiquer des idées et des compréhensions ainsi que d'amener le patient à utiliser les compétences qui existent en lui à la fois au niveau psychologique et au niveau physiologique.



Commenter  J’apprécie          140
Bruno_Cm   12 mai 2016
L'hypnose thérapeutique : Quatre conférences de Milton Erickson


Les différentes interprétations de l'expérience douloureuse sont d'une importance marquée dans la détermination d'une approche hypnotique effective du problème de la diminution de la douleur de votre patient : chaque interprétation conduit à différents cadres de référence psychologique - à des idées et à des associations variables - et ainsi offre des occasions spéciales et uniques pour une intervention hypnothérapique.







En vous occupant de la douleur, vous devez être très, très attentif à éviter d'utiliser des mots nuisibles. Une seule mention est suffisante pour montrer que vous savez réellement qu'il y a une douleur ; que vous connaissez réellement tous les attributs de la douleur ; et que vous connaissez toutes les distributions anatomiques de cette fouleur. Dès que le patient réalise que vous savez tout sur sa douleur - que vous la connaissez aussi bien que son nom -, vous pouvez alors laisser tomber la question de nommer la douleur et de nommer ses attributs.







... vous pouvez utiliser la dissociation hypnotique afin d'induire indirectement une anesthésie pour des patients qui ne peuvent pas l'apprendre par suggestion directe. Faites-les simplement se déplacer dans une autre partie de la pièce, en laissant la douleur là où ils étaient, et vous pouvez obtenir une anesthésie indirecte. Don Colcum, un obstétricien, aime envoyer ses patientes au bord de l'Océan pour regarder les vagues et les mouettes, alors qu'il travaille sur leur corps dans la salle d'accouchement à Bangor, dans le Maine. Quand c'est le moment, les patientes reviennent du bord de la mer et il leur montre leurs bébés ! C'est très simple.





Si vous pouvez déplacer la douleur en un endroit du corps où il n'y a pas, pour lui, de cause organique, vous êtes alors en position de produire une anesthésie hypnotique dans sa vraie localisation. Vous déplacez chez le patient l'expérience subjective de sa douleur vers une fausse localisation, au niveau du corps, car vous pouvez ainsi à cet endroit plus facilement lma corriger ; le patient manifeste peu de résistance à accepter des suggestions dans une zone bien portante.





Vous pouvez utiliser n'importe laquelle ou toutes les méthodes suivantes ;:: l'amnésie, l'analgésie hypnotique, l'anesthésie hypnotique, le remplacement ou la substitution hypnotique, la dissociation hypnotique, la distorsion du temps, la désorientation corporelle, la réinterprétation de la douleur, le changement d'emplacement de la douleur et la diminution de la douleur. Vous ne savez jamais quelle méthode sera bonne, ni à quel degré n'importe laquelle d'entre elles sera utile. Mais vous devez les avoir toutes en main, c'est une façon de parler, de façon à pouvoir passer facilement de l'une à l'autre. Vous pourriez utiliser la désorientation pour diminuer une douleur brûlante, alors qu'une douleur coupante semble appeler le déplacement ou la dissociation. Vous ne pouvez jamais connaître à l'avance la façon de faire pour prendre en main les aspects individuels de la douleur.







... plus vous obtenez des patients qu'ils disent "Oui, oui, oui, oui, oui", plus vous les mettez de façon adéquate sur le chemin de l'hypnose.





... je veux simplement utiliser [l'hypnose] de la façon dont je conduirais une voiture - avec prudence. Quand vous discutez des dangers avec un patient, vous mettez vraiment l'accent sur le fait qu'il y a des dangers. Su vous l'admettez, simplement et si vous en rendez ridicule la discussion, vous avez prévenu la nécessité d'une discussion ultérieure. Le point est que presque tout peut être utilisé de façon négative ou dangereuse ; vous ne niez pas ou vous ne diminuez pas le potentiel de danger, mais vous le mettez simplement dans une perspective correcte - et avec l'aide d'un exemple direct.





Encore et encore, après qu'un patient eut quitté votre bureau, vous devez revoir en détail chaque élément de comportement. Vous devez noter ces types de comportement, et peut-être alors même les répéter à haute voix, pour vous-même, afin d'apprendre ainsi à construire vos remarques. Vous devez mentionner vos observations comme si le patient était véritablement là parlant avec vous, et vous devez répéter l'énoncé des commentaires que vous feriez au patient à propos de son type particulier de résistance.





"Cela vous gênerait-il de laisser votre main en lévitation", fait surgir une réponse négative, mais quand vous ajoutez : "d'abord lentement" - eh bien, nous aimons tous les compromis. Et vous construisez ainsi une situation où, effectivement, la personne peut résister,n et elle peut résister dans la mesure où elle le fait d'abord lentement. D'abord lentement. Et qu'est-ce que ça implique ? - eh bien, rapidement ensuite ! Une personne n'essaye pas d'analyser ce que vous avez dit.







Avez-vous entendu le changement dans l'inflexion de ma voix ? Vous devez apprendre à lier votre intonation et vos inflexions de voix à la réponse hypnotique souhaitée, et utiliser un ton de voix banal en parlant de ces comportements que vous ne voulez pas inclure dans le comportement de transe. Ainsi, vous parlez des résistances dans un ton ordinaire de voix, et vous pouvez alors parler d'une façon qui évoque la réponse hypnotique. Et vous utilisez un ton de voix distinctif que la personne relie inconsciemment au comportement de réponse.

Apprendre à faire ceci demande une grande pratique, mais vous devez vraiment faire des exercices simplement pour le plaisir et la satisfaction. Il y a pas mal d'années, je me suis simplement exercé en analysant un compte rendu dactylographié de ce que je pensais devoir dire. Actuellement, vous avez l'avantage d'utiliser un magnétophone ; vous pouvez écouter ce que vous avez dit, la façon dont vous l'avez dit, et la façon dont vous avez fait des pauses.





Q. - Beaucoup d'entre nous considèrent que vous êtes le premier psychiatre de notre temps. Pouvez-vous nous faire un commentaire à propose de l'endroit où vous avez appris la psychiatrie ?

E. - J'ai appris presque toute ma psychiatrie - non pas en salle de conférence, non pas en écoutant des professeurs - mais en écoutant mes patients, en observant mes patients.





Ce que vous devez réaliser est qu'il n'est pas nécessaire pour un patient de manifester tous les phénomènes de l'hypnose pour être considéré comme étant dans une transe profonde, dans une transe moyenne, même dans une transe légère. Si vous pouvez obtenir simplement un phénomène caractéristique de l('état de transe, vous avez construit une situation de façon à ce que le patient puisse répondre à un nombre croissant de phénomènes et de suggestions hypnotiques.



[Concernant la profondeur de la transe]

Mon sentiment est que les patients ne devraient pas entrer plus profondément en transe que ce qui leur est utile.







[Concernant la profondeur de la transe]

Si vous avez peur d'une eau profonde, pourquoi ne pas nager en eau peu profonde ? Après tout, vous pouvez nager aussi bien dans une eau qui vous arrive au cou que dans une eau de dix mètres de profondeur ! Pourquoi ne pas laisser à vos patients cette même liberté ?





Quand on arrive à l'autohypnose, vous devez rendre vos patients conscients du fait qu'ils ne peuvent pas faire consciemment quelque chose qui devrait être fait inconsciemment.







L'insomniaque est allongé sur son lit et dit : "Maintenant, il faut que je m'endorme - Il faut que je m'endorme - Il faut que je me repose - Il faut que je m'endorme - Il faut que je m'endorme - IL FAUT QUE JE ME REPOSE - J'AI BESOIN DE REPOS !" Et que se passe-t-il ? Il reste tout à fait éveillé. Il reste tout à fait éveillé car il se diot constamment à lui-même ce qu'il doit faire. Mais la personne habile qui veut une bonne nuit de sommeil, dit : "Bien, je suis ici au lit et je vais me réveiller demain matin." elle laisse simplement le sommeil survenir pour elle. Et sûrement, le sommeil va survenir.





Q. - Au cours de la régression des patients par la technique de confusion, ne les aidez-vous pas également à organiser un bon nombre de souvenirs subconscients qu'ils ont dans ces intervalles ?

E.- A chaque niveau, à chaque date, je les laisse se remémorer certains apprentissages, certains souvenirs ; je les amène à penser de plus en plus aux événements du passé et aux apprentissages du passé de leur vie. Et ils les organisent, et ils accordent de moins en moins d'attention aux événements du passé.





... vous devez faire d'une habitude un inconvénient pour le patient.







Cela n'est vraiment pas important pour moi de spécifier à quel moment 'j'utilise l'hypnose et il n'est pas nécessaire pour moi de spécifier à quel moment je ne l'utilise pas. Je ne viens pas vous dire à quel moment j'utilise un mot polysyllabique et à quel moment j'utilise un mit de deux syllabes. Ce n'est pas nécessaire pour autant simplement que vous me comprenez.







Vous devriez simplement ne pas avoir toute autre attitude envers les patients que la sympathie, l'amour et le respect. C'est bien d'avoir une aversion pour le cancer, mais c'est une aversion impersonnelle. Vous n'avez pas à aimer le germe de la tuberculose. J'aime Dave Cheek, mais je n'aime aucun germe de la tuberculose, et peu m'importe s'il est bien coloré !





Vous ne contrôlez pas le comportement d'une quelconque autre personne. Vous apprenez à le connaître, vous aidez les patients en l'utilisant, vous aidez les patients en le dirgeant de telle façon qu'il rencontre leurs besoins ; mais vous ne travaillez pas avec les patients pour atteindre vos propres buts. Le but est leur bien-être, et si vous réussissez à obtenir leur bien-être, vous touchez indirectement votre propre bien-être.







des patients [...] : "Eh bien,n oui, c'est mon inconscient qui punit mon esprit conscient, et c'est la raison pour laquelle j'ai cette tendance névrotique."







Lorsqu'en hypnose vous levez le bras, le sujet sait cependant où vous avez mis son bras, sauf, bien sûr, si vous lui avez spécifiquement demandé de l'oublier. M
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Bruno_Cm   12 mai 2016
L'hypnose thérapeutique : Quatre conférences de Milton Erickson
Si vous pouvez déplacer la douleur en un endroit du corps où il n'y a pas, pour lui, de cause organique, vous êtes alors en position de produire une anesthésie hypnotique dans sa vraie localisation. Vous déplacez chez le patient l'expérience subjective de sa douleur vers une fausse localisation, au niveau du corps, car vous pouvez ainsi à cet endroit plus facilement la corriger ; le patient manifeste peu de résistance à accepter des suggestions dans une zone bien portante.

Commenter  J’apprécie          110
Bruno_Cm   09 mai 2016
L'hypnose thérapeutique : Quatre conférences de Milton Erickson
Je dis à beaucoup de patients alors qu'ils rentrent dans mon cabinet : "N'entrez pas en transe, s'ils vous plaît, jusqu'à ce que vous soyez assis confortablement dans le siège." Qu'est-ce que contient vraiment cette simple demande ? Il y a ici deux tâches séparées : la première est de s'asseoir dans le siège et la seconde est qu'une sensation de confort s'installe. Les patients ne réalisent pas qu'il y a deux tâches séparées dans la demande. Et que se passe-t-il lorsqu'ils remplissent ces deux tâches ?

[...]

... j'exprime négativement la demande car alors il n'y a aucune raison pour que les patients résistent puisque la résistance est indirectement déchargée par mon usage de la négation, ainsi la demande satisfait le patient et répond à la situation de façon très adéquate.
Commenter  J’apprécie          100
Bruno_Cm   02 mai 2016
L'hypnose thérapeutique : Quatre conférences de Milton Erickson
[Commentaire d'Ernest Rossi]

Il est habituellement difficile pour des étudiants débutants en hypnose de réaliser pleinement l'étendue avec laquelle l'esprit conscient ne reconnaît pas son propre vécu d'expérience altéré. Notre culture extravertie ne nous demande rien au sujet de nos états intérieurs ; normalement nous avons seulement besoin de laisser les autres savoir si nous sommes éveillés ou endormis. Nous sommes tellement ignorants de nous-mêmes que nous ne reconnaissons même pas les tensions évidentes ainsi que les réponses corporelles par lesquelles nous créons nos propres maladies psychosomatiques. Même la façon de nous relaxer, ce qui correspond à une fonction psychophysiologique normale et qui se développe naturellement tous les quatre-vingt-dix à cent vingt minutes, est perdue pour la plupart d'entre nous.



Commenter  J’apprécie          90
Bruno_Cm   12 mai 2016
L'hypnose thérapeutique : Quatre conférences de Milton Erickson
En vous occupant de la douleur, vous devez être très, très attentif à éviter d'utiliser des mots nuisibles. Une seule mention est suffisante pour montrer que vous savez réellement qu'il y a une douleur ; que vous connaissez réellement tous les attributs de la douleur ; et que vous connaissez toutes les distributions anatomiques de cette fouleur. Dès que le patient réalise que vous savez tout sur sa douleur - que vous la connaissez aussi bien que son nom -, vous pouvez alors laisser tomber la question de nommer la douleur et de nommer ses attributs.



Commenter  J’apprécie          90
Bruno_Cm   07 mai 2016
L'hypnose thérapeutique : Quatre conférences de Milton Erickson
En parlant aux patients, nous faisons très souvent des lapsus - nous disons une chose incorrecte, et nous paniquons à l'idée d'avoir dit une chose incorrecte au patient. Vous devez vous-même considérer que vous êtes absolument humain, vous êtes sujet à l'erreur et quelque fois vous êtes obligé de parler incorrectement.
Commenter  J’apprécie          90
Bruno_Cm   02 mai 2016
L'hypnose thérapeutique : Quatre conférences de Milton Erickson
[Commentaire d'Ernest Rossi]

Baisser la voix constituait pour Erickson le moyen d'utiliser un indice familier à notre propre enfance pour la plupart d'entre nous, lorsque la mère baisse la voix pour bercer et endormir. Les voix semblent aussi baisser et devenir moins perceptibles, dans la vie de chaque jour, lorsque nous sommes absorbés sur nous-mêmes et juste avant de nous endormir.



Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..