AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.78 /5 (sur 162 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : Kyôto , le 02/11/1949
Biographie :

Mineko Iwasaki (岩崎峰子, Iwasaki Mineko), de son vrai nom Masako Tanaka est née le 2 novembre 1949 à Kyôto. Elle a été une des plus grande geiko (geisha) du quartier de Gion à Kyôto.

Issue d'une famille nombreuse, d'origine noble mais ruinée, Masako avait déja deux de ses sœurs maiko (apprentie geisha). Dès l'âge de trois ans, ses parents sont sollicités pour en faire une apprentie. Elle est très belle mais très timide.

Elle accepte de quitter ses parents à l'âge de 5 ans pour les sauver de la misère. Elle est intégrée dans l'okiya (maison de geisha) Iwasaki et destinée à devenir la future patronne (atotori). à 10 ans, elle passe devant un juge et devient légalement la fille adoptive de la maison Iwasaki. Elle se nomme désormais Mineko Iwasaki et ses parents n'ont plus aucune autorité sur elle. On lui apprend la danse, la musique, la calligraphie, la discipline.

À 15 ans elle endosse l'habit de maiko et commence à pouvoir danser en public et accompagner les geiko dans leurs activités. Pour ses 21 ans elle reçoit le col blanc des geikos. Elle connait alors un succès considérable, multiplie les activités et gagne des sommes colossales, dont seulement une faible part lui revient. Elle rencontre des personnages prestigieux dont le prince Charles, la reine Elizabeth 2 et Henry Kissinger. Mais elle découvre peu à peu, derrière les kimonos de soie et les réceptions prestigieuses, où magnats de l'industrie, monstres sacrés du cinéma et têtes couronnées se disputent sa compagnie, que la condition des geishas, peu instruites et soumises au bon vouloir de leurs clients, n'évolue pas depuis le Japon post-féodal.

À 29 ans, elle se retire pour se marier et pour marquer sa réprobation devant le système bloqué et archaïque, le "Karyukai", qui régit les activités de Gion. Elle se marie avec le peintre Jinichiro Sato et donne naissance à une fille Kosuke.

En 1997, elle est consultée par l'auteur américain Atrhur Golden qui souhaite avoir son témoignage pour l'élaboration de son roman "Geisha". Plus tard, elle regrettera ces confidences et attaquera Golden en justice pour violation de confidentialité.

Mineko décide alors de publier son propre livre, aidé par l'américain Rande Brown. Il parait en 2002 sous le titre Geisha, A Life et en français "Ma vie de Geisha".
+ Voir plus
Source : nezumi.dumousseau.free.fr
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Sachka   04 mai 2020
Ma vie de geisha de Mineko Iwasaki
Mon père avait deux maximes préférées. La première était une sorte de noblesse oblige à l'usage du samouraï : même affamé, un samouraï doit feindre d'être rassasié - la règle d'or étant qu'on ne doit à aucun prix se départir de sa fierté et qu'il ne faut jamais avouer sa faiblesse face à l'adversité. La seconde tient dans l'expression hokori o motsu : cramponne-toi à ta dignité. Il répétait ces adages si souvent et avec une telle conviction que nous finissions par y croire dur comme fer.
Commenter  J’apprécie          264
Sachka   05 mai 2020
Ma vie de geisha de Mineko Iwasaki
À Gion-Kobu, on était très pieux. La profession de geisha était étroitement liée à la religion et aux valeurs spirituelles qui sont le fondement de notre culture. Notre vie quotidienne se trouvait ainsi au fil de l'année balisée de cérémonies et de festivals.

Chaque matin, au réveil, après avoir pris soin de se laver la figure, tata Oïma disait ses prières devant l'autel. Je m'efforçais toujours de finir mes tâches à temps pour l'accompagner. Cela demeure encore aujourd'hui ma première action de la journée.
Commenter  J’apprécie          256
Lorraine47   30 avril 2016
Ma vie de geisha de Mineko Iwasaki
Je suis pleine de reconnaissance pour les grands et les petits bonheurs qui m'ont été prodigués sur les chemins imprévisibles de la vie.

Si j'ai réussi à atteindre ces rivages paisibles, c'est grâce à la fierté et à l'intégrité que m'a inculquées mon père, à l'esprit d'indépendance et de liberté que j'ai acquis au contact de mère Sakaguchi, de tata Oïma et de maman Masako. (P279)
Commenter  J’apprécie          180
Lorraine47   23 avril 2016
Ma vie de geisha de Mineko Iwasaki
Dans mon pays, le Japon, il existe des quartiers consacrés aux arts du divertissement et au plaisir esthétique, où vivent et travaillent des artistes à la formation d'une impeccable rigueur. On les appelle des karyukai.

Karyukai signifie "monde des fleurs et des saules", car si la geisha est une fleur parmi les fleurs, elle possède aussi la grâce, la souplesse et la force d'un saule. (P7)
Commenter  J’apprécie          130
Stemilou   21 mai 2013
Ma vie de geisha de Mineko Iwasaki
«Dans mon pays, le Japon, il existe des quartiers consacrés aux arts du divertissement et au plaisir esthétique, où vivent et travaillent des artistes à la formation d’une impeccable rigueur. On les appelle des karyukai.

Karyukai signifie « monde des fleurs et des saules », car si la geisha est une fleur parmi les fleurs, elle possède aussi la grâce, la souplesse et la force d’un saule. »
Commenter  J’apprécie          90
Readirl   11 janvier 2015
Ma vie de geisha de Mineko Iwasaki
Il paraît que certains êtres sont doués du pouvoir de lire dans le cœur d'autrui, sans distinction d'âge ou de sexe.
Commenter  J’apprécie          80
HurricaneAndBooks   30 avril 2011
Ma vie de geisha de Mineko Iwasaki
On a dit de moi que j'étais la plus grande geisha de ma génération. Certes, j'ai recueilli les plus beaux succès. Mon destin a été jalonné d'extraordinaires défis et de merveilleuses gratifications. Et pourtant les astreintes de ce qui est plus qu'une profession - un véritable sacerdoce - m'ont finalement poussée à l'abandonner... Il est temps de lever les voiles du mystère qui plane autour de la vie des geishas. Je veux briser un silence vieux de trois cents ans. Je vous invite à me suivre dans le monde des fleurs et des saules, le monde de Gion-Kobu.
Commenter  J’apprécie          50
vallalectrice   06 mai 2017
Ma vie de geisha de Mineko Iwasaki
Apres mon omisedashi, je fus emportée par un courant irrésistible dans un tourbillon d’obligations et de taches plus ardues les unes que les autres.
Commenter  J’apprécie          60
HurricaneAndBooks   30 avril 2011
Ma vie de geisha de Mineko Iwasaki
Dans mon pays, le Japon, il existe des quartiers consacrés aux arts du divertissement et au plaisir esthétique, où vivent et travaillent des artistes à la formation d'une impeccable rigueur. On les appelle des karyukai.

Karyukai signifie « monde des fleurs et des saules », car si la geisha est une fleur parmi les fleurs, elle possède aussi la grâce, la souplesse et la force d'un saule.
Commenter  J’apprécie          50
Readirl   11 janvier 2015
Ma vie de geisha de Mineko Iwasaki
Je sais qu'elle n'a pas très bon caractère, mais elle a le cœur généreux. Les gens qui la croient austère et froide ont tort. Elle ne laisse jamais personne dans la difficulté.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Mineko Iwasaki(1)Voir plus
Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-21810: culture générale - série 'Jaune'

Quel idiot porte un t-shirt jaune pour mieux nous casser?

Charly de Paris
Milhous de Toulouse
Brice de Nice
Marcel de Marseilles

12 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinéma français , sport , société française , publicité , marine , Jeux de cartes , musique , technologieCréer un quiz sur cet auteur