AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.93 /5 (sur 55 notes)

Nationalité : Danemark
Né(e) à : Copenhague , le 10/03/1970
Biographie :

Morten Brask, né en 1970 à Copenhague, est un publicitaire, journaliste, chroniqueur et auteur danois. Avec des débuts dans la presse danoise et norvégienne, il se tourne ensuite vers l'écriture de nouvelles. Il reçoit en 1987 son premier prix pour un recueil de nouvelles, qui lui permettra d'être publié.
Pendant ses études, il écrit avec Siri Aronsen “The Jew and the Aryan – in the Nazi film propaganda”. Diplômé en 1995 d'un Master en Art cinématographique et Histoire, il part en Indonésie et écrire un roman de voyage “Rainy Season Journey”.
En 1998, il reçoit un Golden Award au ITVA Festival. En 2006, il part vivre au Mozambique où il écrit le roman “Theresienstadt Sea”, publié en 2007.
Morten Brask a co-fondé l'agence Tabula Rasa Communications, pour laquelle il travaille encore aujourd'hui.


+ Voir plus
Source : Babelio
Ajouter des informations
Bibliographie de Morten Brask   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Moan   23 février 2014
Terezin plage de Morten Brask
Quand un enfant mâle naissait dans la famille , on ne disait pas :"Comme il ressemble à son papa ou à sa maman!" On disait: "Regardez ce joli nez! Il a déjà un profil de juge."
Commenter  J’apprécie          120
Ziliz   05 avril 2012
Terezin plage de Morten Brask
Les limites du macabre sont repoussées pour un étudiant en médecine dès sa première année d'études. Il s'habitue à voir des morts. Il ne réagit plus à la vue d'un bras coupé ou au fait de tenir un coeur humain entre ses mains. Il peut rester devant une table de dissection, penché sur un vagin éclaté ou un ganglion lymphatique. Le macabre devient son lot quotidien.

A Theresienstadt c'est la même chose. La promiscuité, la misère, les rêves perdus et le désespoir constituent des tableaux macabres que je n'aurais jamais cru regarder dans une vie comme la mienne. Pendant les premières semaines, j'ai l'impression d'être devenu un personnage dans une réprésentation de l'enfer peinte par Jérôme Bosch. Mais les jours passent, et peu à peu les teintes du grotesque se fanent. Theresienstadt devient la norme. Un quotidien avec sa routine, ses repères, ses schémas, son indifférence. (p. 70)
Commenter  J’apprécie          60
Aproposdelivres   23 septembre 2014
Terezin plage de Morten Brask
Je suis de nouveau au bord de la mer. Tout est exactement comme je me le rappelle. L’océan et la plage, le soleil et la grande maison en rondins noircis au goudron avec sa longue véranda ; je me souviens de tout dans les moindres détails. L’escalier qui mène à la galerie, et sa rampe étroite. La troisième marche qui grince quand on descend vers la grève. La digue de pierres polies par les marées sur lesquelles je me suis blessé en tombant à la fin de l’été 1924. Les rochers sont comme dans mon souvenir. Le sable, le sable chauffé par le soleil et qui va de la digue jusqu’au rivage. Les oiseaux de mer aux pattes raides et aux becs allongés, qui picorent dans les congères d’algues échouées. Les vagues qui lèchent le rivage, s’étirent, essayant en vain d’atteindre les oiseaux, puis refluent, déçues, et meurent sous la lame suivante. Je n’ai rien oublié. Je suis revenu sur cette plage d’hier, et je cours, heureux bondissant au-dessus des goémons. Je me jette à l’eau, les embruns me giflent de leurs gouttelettes glacées. Je nage, je nage, le plus loin possible, au-delà de la troisième lagune où mon père m’interdit d’aller, et me laisse tomber dans l’océan froid et salé. Il m’embrasse, m’immerge dans son astringente verdure. Je nage, je plonge dans sa froidure, frotte mon ventre contre son fond sablonneux, traverse les rais de lumière oblique, brasse jusqu’à ce que mes poumons crient grâce et m’obligent à remonter. J’explose le miroir de la surface où se reflète le soleil. Le sel me brûle les yeux, je les ferme et jouis de la chaleur de l’air sur ma poitrine. Je suis là, les yeux fermés, et autour de moi je sens l’océan et le soleil et l’écume des brisants et les vagues qui me font osciller d’avant en arrière, d’arrière en avant.



Quand je m’éveille, l’océan n’est plus là. Le fracas que j’entends est celui des roues du train à bestiaux, le flux et le reflux du wagon qui grince et tangue. Chaque embranchement des rails se répercute à travers les lattes du plancher et martèle ma colonne vertébrale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Ziliz   06 avril 2012
Terezin plage de Morten Brask
Je suis surpris de voir à quel point les SS tiennent à leurs putains et combien ils les adorent. Ils les traitent exactement comme ils doivent traiter leur propre femme en Allemagne. (p. 221)
Commenter  J’apprécie          40
EmmaHanna   17 avril 2013
Terezin plage de Morten Brask
La maison est pleine de gens. Apparemment quelqu’un a organisé un petit concert, car à travers les fenêtres du premier étage, je vois le violoniste debout et un public assis autour de lui. Je reste là et j’écoute. D’autres personnes viennent me rejoindre pour écouter le violoniste. Quand il lève son archet et que la dernière note s’évanouit le silence est total. Personne n’applaudit. Tout le monde attend un nouveau morceau. Une femme d’une soixantaine d’années qui était assise derrière le violoniste, se met debout , se met debout à côté de lui. Le violoniste pose à nouveau son archet sur les cordes et entame un morceau son archet sur les cordes et entame un morceau lent et triste. La femme a une voix grave. Un homme à côté de moi se penche et me dit à l’oreille en désignant la femme d’un geste du menton

- C’est la plus grande.Quand elle était jeune, elle chantait pour l’empereur .

-Qu’est-ce qu’elle interprète?

Une pièce de Gustav Mahler. Kindertotenlieder, les chants sur la mort des enfants.

La voix grave de la cantatrice fait exploser la petite pièce, traverse murs et boiseries, envahit toute la maison, s’échappe dans Seestrasse et se répand dans le ghetto tout entier.

Oft denk’ ich sie sind nur ausgegangen !

Bald werden sie wieder nach Hause gelangen !

Der Tag ist shcön, o sei nicht bang !

Sie machen nur einen weitern Gang !

Souvent, je me dis qu’ils sont juste sortis!

Qu’ils vont bientôt rentrer à la maison !

Il fait beau, Ne t’en fais pas !

Ils font juste un grand tour !

:
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ziliz   06 avril 2012
Terezin plage de Morten Brask
Dans le ghetto, personne n'a le droit de se laver plus d'une fois par mois. Nous faisons toujours une queue interminable pour avoir le droit de rester quelques secondes sous le jet. (p. 207)
Commenter  J’apprécie          30
Plumisa   08 septembre 2011
Terezin plage de Morten Brask
Certaines choses sont immuables à Terezin ; les disputes dans les files d’attente quand on distribue la soupe, la puanteur des latrines, les regards envieux des vieillards quand ils nous voient manger. Mais quand la lumière du matin éclaire doucement la ville, quand le soleil vient se refléter sur une vitre, que le vent joue avec un morceau de papier en le faisant tournoyer en l’air, qu’un ami vous salue dans la rue et que le ciel est bleu et immense au-dessus de Theresienstadt, on arrive parfois à oublier l’horreur et à se sentir tout simplement heureux.
Commenter  J’apprécie          10
Ziliz   06 avril 2012
Terezin plage de Morten Brask
- (...) C'est si différent maintenant. Il paraît qu'ils vont construire des bibliothèques et des jardins d'enfants et des cafés dans lesquels on jouera du jazz. Et aussi des terrains de football.

- Comme s'ils voulaient faire de Theresienstadt une vraie ville.

- Oui, c'est ça, une fausse-vraie ville.

- Aves des cafés imaginaires et des crèches imaginaires et des terrains de football imaginaires. (p. 205)
Commenter  J’apprécie          10
angelebb   30 septembre 2011
Terezin plage de Morten Brask
Les limites du macabre sont repoussées pour un étudiant en médecine dès sa première année d'études. Il s'habitue à voir des morts. Il ne réagit plus à la vue d'un bras coupé ou au fait de tenir un coeur humain entre ses mains. Il peut rester devant une table de dissection, penché sur un vagin éclaté ou un ganglion lymphatique. Le macabre devient son lot quotidien.



A Theresienstadt c'est la même chose. La promiscuité, la misère, les rêves perdus et le désespoir constituent des tableaux macabres que je n'aurais jamais cru regarder dans une vie comme la mienne.



Pendant les premières semaines, j'ai le sentiments d'être devenu un personnage dans une représentation de l'enfer par Jérôme Bosch. Mais les jours passent, et peu à peu les teintes du grotesque se fanent. Theresienstadt devient la norme. Un quotidien avec sa routine, ses repères, ses schémas, son indifférence.
Commenter  J’apprécie          00
Latornadeblonde   15 novembre 2012
Terezin plage de Morten Brask
Un matin, l'air est plein de gros flocons. Theresienstadt s'est transformée en l'espace d'une nuit en un paysage immaculé. Les toits sont blancs. Les rues sont blanches. Une couverture blanche a été jetée sur le ghetto et en a fait disparaitre la boue et la saleté..
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Star wars

Qui est le maître de Darth Sidious ?

Darth Tyrannus
Darth Malgus
Darth Plagueïs
Obi-Wan Kenobi

8 questions
19 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur