AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.91 /5 (sur 216 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Bruxelles , le 19 nov. 1974
Biographie :

Scénariste et ecrivain.
Elle est l’epouse De Stéphane de Groodt pour qui elle co-écrivait ses chroniques à Canal +
A obtenu Le prix de la Closerie des Lilas 2018 pour "Les déraisons"

Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (101) Voir plus Ajouter une citation
Ladybirdy   12 décembre 2019
Les déraisons de Odile d'Oultremont
- Flaubert disait, et j’aime beaucoup Flaubert : « Rien n’est sérieux en ce bas monde que le rire. »
Commenter  J’apprécie          330
Ladybirdy   11 décembre 2019
Les déraisons de Odile d'Oultremont
–Qu’avez-vous fait pendant un an si vous n’alliez plus au bureau Monsieur Bergen ?

–Oh.

Cette question met Adrien en joie.

–Nous dansions, ma femme et moi, Monsieur le juge.

–Vous dansiez ? Vous avez dansé pendant un an ? !

–Quand elle en avait la force physique, acquiesce Adrien.

–Et c’est pour cette raison que vous avez renoncé à aller travailler ?

–Vous en connaissez une meilleure ?
Commenter  J’apprécie          280
Ladybirdy   13 février 2020
Baïkonour de Odile d'Oultremont
Un jour, l’esprit tout entier est dévolu à quelqu’un ou quelque chose, et l’autre, tout se perd. Sont tombées avec moi les reliques autant que les racines les plus profondes, il ne reste plus aucun espace ni pour la mémoire ni pour ses espoirs.
Commenter  J’apprécie          240
Seraphita   01 juin 2020
Baïkonour de Odile d'Oultremont
… l’imprévisible outrance de ces quelques mots, reprendre le Baïkonour. La voilà précédée par la main tendue du langage qui maintenant la tracte avec la force robuste d’un chenillard et contre lequel elle ne peut rien. D’une certaine manière, elle se sent protégée par cet embouteillage de mots inattendus qui ont foncé tout seuls vers la sortie. Déraisonnables, certes, mais qui lui semblent liés, pour la première fois, à un sentiment congrûment fondé, établi à bon endroit, quasiment familier. (p. 172.)
Commenter  J’apprécie          00
Seraphita   01 juin 2020
Baïkonour de Odile d'Oultremont
- Ça vous est arrivé d’avoir peur d’être ici ?

Il est étonné par la question, il le sait, lui, que c’est précisément parce qu’il craint ce qui l’attend chaque matin au sommet de cet arc d’acier qu’il y revient autant, avec la rage et la passion, l’envie de posséder ce qui le fait frémir, d’exister dans une forme suprême et excessive, et c’est ainsi, et seulement de cette manière, bardé de ces extrêmes, qu’il se sent advenir à la vie. (p. 217-218.)
Commenter  J’apprécie          00
mumuboc   02 mai 2018
Les déraisons de Odile d'Oultremont
Même si je le voulais, je ne saurais pas où aller chercher les larmes. Je pleure pour les autres. Pour moi, j'invente. (p62)
Commenter  J’apprécie          190
Seraphita   01 juin 2020
Baïkonour de Odile d'Oultremont
Vladimir mord dans sa tartine, la bouche encore pleine il enchaîne :

- Ma mère était maraîchère, je t’ai déjà raconté ça ?

Anka hausse les épaules, bien sûr que non, il ne lui a jamais raconté, il ne parle de son enfance que pour y poser des silences.

- Elle en faisait pousser aux kilos. (p. 101.)
Commenter  J’apprécie          00
Seraphita   01 juin 2020
Baïkonour de Odile d'Oultremont
A intervalles réguliers, une sonorité brève et aiguë rappelle à tous la constance de son cœur. […]

Plus aucun bruit. Le silence à nouveau, rompu uniquement par le signal cardiaque. Le moindre tintement est suturé, les bruits sont vidés. (p. 126.)
Commenter  J’apprécie          00
Seraphita   01 juin 2020
Baïkonour de Odile d'Oultremont
Et je suis seul à nouveau, reclus sur l’hémorragie de mes souvenances et jusqu’à ma vitre entrouverte vient gémir l’aquilon. (p. 202.)
Commenter  J’apprécie          00
hcdahlem   25 janvier 2018
Les déraisons de Odile d'Oultremont
À l’aube, le lendemain, Louise se leva d’un bond, saisit le visage d’Adrien à pleines mains et l’embrassa avec force. Elle fonctionnait parfois avec agressivité, c’était une manière d’imposer aux traces laissées dans son sillage de demeurer vivaces, sa façon maladroite de se rappeler à lui.

Elle annonça une fois debout comme on déclame un poème :

– Aujourd’hui, journée en O !

– Encore?

– Bon dodo?

– Ramollo. Et toi mon angelot?

– Oui ! Excitée par ma première chimio!

Et voilà, malgré la nuit sans fermer l’œil, malgré le poids de l’anxiété, elle le ramassait comme le sucre en poudre dans une petite cuillère, il n’y avait plus qu’à embrayer, c’était presque une obligation morale: on ne laisse personne seul avec une telle quantité de bonne volonté.

– T’es dingo...

Il l’embrassa.

– Je t’accompagne à l’hosto.

Louise se cabra, licorne grognon, gamine indignée.

– Tu vas au bureau!

– No...

– So !

Une heure plus tard, à l’arrêt de bus, Adrien profita des dernières hésitations de la porte pour s’embarquer à bord.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

En boucle ... avec la Castafiore

La Castafiore est le rossignol milanais qui enchante les albums de

Lucky Luke
Tintin
Asterix
Gaston

17 questions
21 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature jeunesse , littérature française , bande dessinée , écrivain , opéraCréer un quiz sur cet auteur
.. ..