AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.85/5 (sur 2108 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Heyd , le 24/06/1948
Biographie :

Armel Job est un écrivain belge de langue française.

Après ses études, il est engagé comme professeur de latin et de grec au séminaire de Bastogne. Il y enseigne pendant vingt-trois ans et en 1993, il en devient le directeur.
Durant ses années de professorat, Armel Job publie à plusieurs reprises des articles spécialisés dans les Revues de l’enseignement catholique belge et poursuit des travaux de traduction du latin et du grec.

Armel Job a reçu le prix du jury Giono en 2005 pour "Les Fausses Innocences", un roman qui se déroule dans la partie germanophone de la Belgique.

Armel Job a reçu le Prix de la Personnalité Richelieu 2007. Ce prix, attribué par l'ensemble des clubs belges et luxembourgeois du Richelieu international, récompense une personnalité pour sa contribution à la promotion de la langue et de la culture françaises.

En 2011, il reçoit les deux prix en jeu, le Prix des délégués et le Prix des lycéens pour son roman paru en 2009 "Tu ne jugeras point." Il est ainsi, avec Bernard Tirtiaux, l'un des rares auteurs à avoir été primé deux fois par les jeunes lecteurs du Prix des lycéens.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Armel Job   (34)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Interview d'Armel Job, principalement à propos de son roman "Une drôle de fille". Il répond également à quelques questions sur son processus d'écriture.


Citations et extraits (712) Voir plus Ajouter une citation
En Ardenne, le vétérinaire n'est pas le doux praticien en blouse blanche, équipé d'une lampe frontale, qui fait tirer la langue au chien-chien et au canari, c'est une armoire à glace qui débarque en bottes dans les fermes, qui ouvre en deux coups de scalpel le flanc d'une vache et y plonge les bras jusqu'au coude, pour en extirper l'obligatoire cul-de-poulain de la race blanc bleu. Au savoir-faire, il ajoute la force et la fatigue, qui sont les deux vertus cardinales du campagnard.
Commenter  J’apprécie          390
J'ai songé à maman. Elle était seule à Moulin-Kreuzer et affreusement malade sans doute. Bien que nous vivions ensemble depuis si longtemps, je ne m'étais jamais soucié de ce qui se passait en elle. Je la quittais le matin et je la retrouvais le soir, comme les objets de la maison dont on ne sait pas trop s'ils continuent à exister quand on n'est pas là.
Commenter  J’apprécie          370
Devant le chagrin, tout le monde s'incline. Le chagrin exalte, il transforme en saints ceux qui souffrent. Mais le chagrin est pervers. Il fait de nous des égoïstes qui n'ont même pas honte de l'être, puisque c'est en son nom qu'on nous isole sur un piédestal, offert à la vénération. Et de là-haut, avec la palme du martyre à la main, on ne pense plus à baisser les yeux sur son compagnon d'infortune, qui pleure tout autant sans doute, mais dont les larmes tombent pudiquement à l'intérieur. 
Commenter  J’apprécie          360
Beaucoup de femmes passent leur vie à essayer de comprendre les hommes, mais les hommes, eux, se fatiguent rarement à comprendre les femmes.
Commenter  J’apprécie          3411
L’âme ne réside pas, comme on le croit communément, dans quelque repli inaccessible de l’être humain ; l’âme habite le corps tout entier, elle peut, le cas échéant, le faire frémir de la nuque aux talons. 
Commenter  J’apprécie          312
Une demi-vérité est pire que le silence. Une demi-vérité, c’est déjà un mensonge complet, et il n’y a pas de chemin plus difficile à rebrousser que celui du mensonge. 
Commenter  J’apprécie          312
La joie est parfois contagieuse, la tristesse toujours. 
Commenter  J’apprécie          300
Armel Job
Mais, tout de suite, il avait dû constater qu’une demi-vérité est pire que le silence. Une demi-vérité, c’est déjà un mensonge complet, et qu’il n’y a pas de chemin plus difficile à rebrousser que celui du mensonge.
Commenter  J’apprécie          282
Quand on rapporte ces histoires somme toute banales de personnes qui s'évertuent à s'empoisonner l'existence en lâchant la bride à leurs médiocres passions, ceux à qui l'on pense le moins, en général, ce sont les enfants. Car ces gens la plupart du temps ont aussi des enfants qui assistent impuissants et navrés à la programmation du malheur de la famille. Les enfants accueillent la vie comme elle se présente, ils n'essaient pas d'en contrarier le cours naturel.
Commenter  J’apprécie          270
Nous croyons naïvement que le mal que nous avons subi nous incite d’autant plus à faire le bien. En fait, le mal pervertit au point que ses victimes bien souvent deviennent ses alliés. Parce qu’on nous a offensés, nous n’avons plus qu’un méchant souhait, que les autres subissent les mêmes offenses que nous. 
Commenter  J’apprécie          270

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Armel Job (1548)Voir plus

Quiz Voir plus

tu ne jugeras point

qui est le tueur?

Denise
Antoine
Mme Maldague

9 questions
355 lecteurs ont répondu
Thème : Tu ne jugeras point de Armel JobCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..