AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.09 /5 (sur 22 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Périgné , le 30/01/1953
Biographie :

Pascal Mérigeau est un critique de cinéma français né le 30 janvier 1953 à Périgné dans les Deux-Sèvres.

Après avoir travaillé successivement aux Nouvelles littéraires, au Point et au Monde, il officie actuellement au Nouvel Observateur.

Il participe à la sélection des films pour le Festival de Cannes.

Il est l'auteur de livres sur Joseph L. Mankiewicz, Josef von Sternberg et Maurice Pialat.

Il a aussi écrit des nouvelles, dont Quand Angèle fut seule, écrite en 1983.



Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Au cours de la Première Guerre mondiale, l'avion du lieutenant Maréchal et du capitaine de Boeldieu, de l'escadrille MF902, est abattu par le commandant allemand von Rauffenstein. Dans le camp de prisonniers, les deux français retrouvent leurs compatriotes déjà internés et bien décidés à s'échapper. Mais, alors que le trou qu'ils creusent depuis deux mois est sur le point de les mener vers la liberté, ils sont transférés dans un autre camp, Maréchal et Boeldieu se retrouvant à Wintersborn, forteresse médiévale où ils retrouvent von Rauffenstein, à la fois « enchanté » et « désolé » de les revoir...
Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Bazart   01 novembre 2012
Jean Renoir de Pascal Mérigeau
Cette volupté, Jean Renoir la recherchera tout au long de sa vie, avides de rencontres et de partages, révant de ne plus s'appartenir au point de ne sentir qu'une goutte parmi celles qui forment la vague.
Commenter  J’apprécie          40
Pascal Mérigeau
lolo13   05 avril 2016
Pascal Mérigeau
Quand Angèle fut seule :

" Cécile était partie maintenant. La nuit était tombée. Angèle fit un peu de vaisselle. Elle lava quelques tasses, puis la vieille cafetière blanche, maintenant inutile, puisqu'Angèle ne buvait jamais de café. Elle la rangea tout en haut du bahut. Sous l'évier, elle prit quelques vieux pots à confiture vides. À quoi bon faire des confitures, elle en avait un plein buffet. Elle prit également quelques torchons, un paquet de mort-aux-rats aux trois-quarts vide, et s'en alla mettre le tout aux ordures. Il y avait bien vingt ans qu'on n'avait pas vu un rat dans la maison."
Commenter  J’apprécie          20
Pascal Mérigeau
lolo13   05 avril 2016
Pascal Mérigeau
Quand Angèle fut seule :



"Plusieurs fois au cours des mois qui suivirent, Cécile fit quelques autres " discrètes " allusions. Puis elle n'en parla plus. Mais alors Angèle savait. Elle ne disait rien. Peu à peu elle s'était habituée. Sans même avoir eu à y réfléchir, elle avait décidé de ne jamais en parler à Baptiste, ni à personne. C'était sa dignité. Cela avait duré jusqu'à ce que Baptiste tombe malade pour ne plus jamais se relever. Cela avait duré près de vingt ans. Son seul regret, disait-elle parfois, était de n'avoir pas eu d'enfants. Elle ne mentait pas. Encore une raison de détester la Germaine Richard d'ailleurs, car elle, elle avait un fils, né peu de temps après la mort de son père; Edmond Richard, un colosse aux yeux et aux cheveux noirs avait été emporté en quelques semaines par un mal terrible, dont personne n'avait jamais rien su. Le fils Richard, on ne le connaissait pas à Sainte-Croix. Il avait été élevé par une tante, à Angers. Un jour cependant, c'était juste avant que Baptiste ne tombe malade, il était venu voir sa mère. Cécile était là, bien sûr, puisque Cécile est toujours là où il se passe quelque chose. Elle lui avait trouvé un air niais, avec ses grands yeux bleus délavés. Angèle en avait semblé toute retournée. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pascal Mérigeau
lolo13   05 avril 2016
Pascal Mérigeau
"Quand Angèle fut seule", la magnifique nouvelle publié en 1983 par Pascale Mérigeau me paraît être la plus parfaite illustration de la pensée d'Umberto Eco, dans Lector in fabula (Grasset , 1979 ,p. 66):



« Le texte est un tissu d’espaces blancs, d’interstices à remplir, et celui qui l’a émis prévoyait qu’ils seraient remplis et les a laissés en blanc pour deux raisons.



D’abord parce qu’un texte est un mécanisme paresseux (ou économique) qui vit sur la plus-value de sens qui y est introduite par le destinataire [...].

Ensuite, au fur et à mesure qu’il passe de la fonction didactique à la fonction esthétique, un texte veut laisser au lecteur l’initiative interprétative [...].



Un texte veut que quelqu’un l’aide à fonctionner. »
Commenter  J’apprécie          10
Bazart   01 novembre 2012
Jean Renoir de Pascal Mérigeau
Que resterait il de Jean Renoir si le cinéma ne s'était mis à parler?
Commenter  J’apprécie          30
Pascal Mérigeau
lolo13   05 avril 2016
Pascal Mérigeau
Quand Angèle fut seule :



"Souvent Cécile venait lui tenir compagnie. Elle apportait sa couture, et en même temps les dernières nouvelles du village. C'est ainsi qu'un jour elle lui dit, sur le ton de la conversation bien sûr, qu'il lui semblait bien avoir aperçu Baptiste discutant avec Germaine Richard, près de la vigne."
Commenter  J’apprécie          10
Pascal Mérigeau
lolo13   05 avril 2016
Pascal Mérigeau
Quand Angèle fut seule.



"Pendant les premières années de leur mariage elle l'accompagnait aux champs pour lui donner la main. Mais depuis bien longtemps, elle n'en avait plus la force. Alors elle l'attendait veillant à ce que le café soit toujours chaud, sans jamais être bouillant."
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Sale temps !

Poème de Pierre Corneille

Orage, Oh désespoir !
Orage et désespoir !
Ô rage ! ô désespoir !

12 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , fables , littérature , films , chanson françaiseCréer un quiz sur cet auteur