AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.74 /5 (sur 20 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1937
Mort(e) à : Paris , le 21/06/2016
Biographie :

Pierre Pachet, né en 1937 , professeur des universités, est un écrivain et essayiste français d'origine russe. Il s’est fait connaître comme critique littéraire et traducteur (La République de Platon), et comme l’auteur de livres singuliers comme Nuits étroitement surveillées (Gallimard, 1981), Autobiographie de mon père (Autrement, 1994), Conversation à Jassy (Maurice Nadeau, 1997), L’œuvre des jours (Circé, 1999) l’Amour dans le temps (Calmann-Lévy, 2005), Loin de Paris (Denoël, 2006) et Devant ma mère (Gallimard, 2007). Une partie de son œuvre est autobiographique (Autobiographie de mon père, Adieu).

Il est par ailleurs, depuis les années 1970, membre du comité de rédaction de La Quinzaine littéraire, bimensuel au format tabloïd fondé par Maurice Nadeau.

Outre des compte-rendus de livres, il y publie une chronique mensuelle intitulée Loin de Paris.
L'écrivain Colombe Schneck est sa nièce.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Pierre Pachet Sans amour : où Pierre Pachet tente de dire quel est le sujet de son livre "Sans amour" publié aux éditions Denoël , et quel n'est pas son sujet, et où il est question notamment de chasteté et de renoncement, de mariage et de veuvage, de "La Princesse de Clèves" et de "la Nuit de l'iguane", de Richard Burton et de Deborah Kerr, à l'occasion de la fête du livre de Nyons (Drôme) le 4 juin 2011 Les dames âgées ne sont pas nées telles. Elles furent des jeunes filles, qui attiraient le regard des hommes et le regard en général. Pour les regarder comme elles le méritent, je dois opérer une conversion de mon regard : le forcer à cesser de se tourner vers ces jeunesses attirantes, pleines de vie et de charme, dont le sourire heureux, conquérant, ravageur, s'atténuera puis s'effacera avec l'âge, sans qu'elles perdent pour autant leur beauté ou leur attrait...
+ Lire la suite
Podcasts (8) Voir tous

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Tandarica   15 septembre 2019
Conversations à Jassy de Pierre Pachet
Un panneau pédagogique donne les chiffres de la population juive de Jassy. J’ai pris quelques secondes, avant de sortir, pour les noter au passage, pour moi, pour vous : 1803 : 2420 chefs de famille. 1831:17570 personnes. 1899 : 39 400 personnes. 1921 : 43 500 personnes. 1941 : 35 400 personnes. 1947 : 30 000 personnes. 1980 : 1800. 1996 : 600 personnes. Forte expansion entre 1803 et 1831, et surtout à la fin du siècle vers 1870–1880 (c’est l’époque de l’urbanisation) ; forte émigration vers l’Occident en 1899, puis vers Israël dans les années 1960, aboutissant à la situation actuelle.

(p. 73)
Commenter  J’apprécie          230
fanfanouche24   16 octobre 2014
Devant ma mère de Pierre Pachet
(...) Vous [singulier-moi son fils?-ou pluriel-le médecin et moi ?] m'avez transformée en quelqu'un qui ne sait plus rien.

(...)

Comment l'aurions-nous transformée ? Je réponds à sa place : en nous occupant d'elle, en faisant à sa place ce qu'elle ne parvenait plus à faire: les courses, la préparation des repas, le change des couches, si humiliant, en lui imposant la présence chez elle d'une dame qui y passait la nuit et tenait la maison. Plus généralement en nous interposant entre elle et le monde, en la privant de cette vigilance, de ce sens des responsabilités autour duquel elle avait construit sa vie (p.47)

Commenter  J’apprécie          190
Tandarica   22 juillet 2015
Conversations à Jassy de Pierre Pachet
Pour remercier nos amis de ces promenades et de ces conversations, après qu'ils nous ont régalés de fromages parfumés et de vin rouge de Moldavie, je leur offre ma traduction de "La République" de Platon, dont je suis naïvement fier. Le médecin accepte volontiers, tout en s'empressant de me dire –j'en suis d'abord un peu désappointé– qu'il a déjà lu ce dialogue : il a été traduit en roumain par un grand philosophe, persécuté sous le régime communiste, qui avait été contraint de faire paraître cette traduction sous le nom d'un de ses étudiants. J'ai compris plus tard : il s'agissait de Constantin Noica, qui avait été disciple de Heidegger, et était en effet nourri de philosophie grecque. Pour certains intellectuels roumains, sous le règne de Ceaușescu, comme pour cet ami médecin aujourd'hui, Noica représentait un espoir, le surgissement contemporain d'une pensée authentiquement nationale, développée dans une solitude hautaine et rompant avec la dégradation spirituelle de l'Occident. Il proposait des fondements philosophiques, "ontologiques", au nationalisme. Notre ami ne voulait pas que j'ignore cela, que je méconnaisse cette actualité –pour lui en tout cas, pour les Roumains cultivés– de Platon. Face à ces perspectives grandioses, ma traduction pouvait lui paraître frivole, facultative. Je n'avais rien à proposer au lecteur, sinon de partager le plaisir que j'avais pris à lire le philosophe grec. L'ami roumain, vivant là où il vivait, voulait que je sache de quoi le dialogue de Platon était pour lui le signe. J'espère qu'à présent il acceptera de lire le texte pour lui-même.

(page 43-44)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
fanfanouche24   24 octobre 2014
Devant ma mère de Pierre Pachet
un exemple parlant de ce que la solitude a changé en elle ces dernières années: elle pose une question, n'attend pas la réponse, mais répond elle-même (comme jouant le rôle de l'interlocuteur espéré, insespéré, définitivement absent). J'ai le sentiment qu'en se laissant aller de plus en plus à ce jeu dangereux, elle s'est dépersonnalisée, ou a cessé d'habiter personnellement sa parole. (p.66)
Commenter  J’apprécie          130
Tandarica   15 septembre 2019
Conversations à Jassy de Pierre Pachet
C'est à Jassy, selon une note de bas de page du livre des souvenirs d'Alexandre Safran, qui fut grand rabbin de Roumanie de 1940 à 1947, que fut écrit par Naftali Herz Imber, en 1878 le poème en hébreu, « Hatikvah », « L'espoir », qui fut mis en musique en 1882 par Samuel Cohen sur une mélodie moldave, et devint un chant sioniste connu, puis l’hymne national Israël.

(p.56-57)
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24   15 octobre 2014
Devant ma mère de Pierre Pachet
L'exemple de ma mère me montre autre chose, et même le contraire. Lorsque nous sommes privés de la compagnie d'autrui, de ce qu'il active ou réactive en nous par ses questions et ses réponses, par l'urgence que nous impose sa seule présence, c'est l'une des bases de la vie intérieure comme "dialogue" qui nous est retirée. (p.65)
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24   16 octobre 2014
Devant ma mère de Pierre Pachet
Ce que la conversation avec les autres vous donne (peut-être le donne-t-elle même s'ils restent silencieux, même si ce sont des animaux? ) , c'est de maintenir, enrichir, ranimer la possibilité même de parler, qui n'est pas installée en soi une fois pour toutes comme un appareil inusable. (p.74)
Commenter  J’apprécie          100
Tandarica   15 septembre 2019
Conversations à Jassy de Pierre Pachet
Je n'aimais pas poser les questions qui poussaient mes interlocuteurs à se moquer en soupirant de notre crédulité d'Occidentaux survitaminés et sous-informés.

(p. 18)
Commenter  J’apprécie          100
Tandarica   15 septembre 2019
Conversations à Jassy de Pierre Pachet
Occidental que je suis dans l’âme, confortablement installé sur cinquante années de prospérité écoulées depuis la fin de la guerre (avec un généreux plan Marshall pour commencer), j’ai tendance à regarder ces bizarreries sans indulgence. Qu’attend-on pour réparer la chaussée, les routes, pour réparer en général ?

(p. 32)
Commenter  J’apprécie          90
Tandarica   22 juillet 2015
Conversations à Jassy de Pierre Pachet
26 avril (1996). {Les lieux, les dates et les personnages évoqués dans les pages qui suivent sont aussi authentiques que possible.} Les souvenirs sont encore là, les impressions plutôt (les chiens la nuit, les trottoirs et la chaussée crevée après l'hiver, les sons de la langue roumaine…) qui ne sont pas encore des souvenirs, mais semblent disponibles, mobilisées, présentes. Ce n'est pas que je me souviens : je sais comment faire pour descendre au rez-de-chaussée après le réveil, traverser le terrain qui sépare la Casa de Oaspeți [la Maison d'hôtes de l'Université] de la rue, entre les voitures abandonnées (un car allemand immobilisé là sans doute depuis longtemps) ou en cours de réparation sur un pont rudimentaire, passer devant l'Academia de Arte devant laquelle de bon matin sont déjà rassemblés des étudiants en musique, à côté du robinet vissé à un simple tuyau planté dans le sol, et qui coule toujours (les chiens viennent périodiquement y boire). Tout cela m'est présent. Mais je sens aussi comment ces diverses sensations s'écartent les unes des autres, se désolidarisent déjà : certaines prennent de l'importance aux dépens des autres, forment de petits groupes, s'organisent en "souvenirs" aptes à entrer dans la mémoire profonde.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur
.. ..