AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.8 /5 (sur 8528 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Newark, New Jersey , le 19/03/1933
Mort(e) à : Manhattan, New York , le 22/05/2018
Biographie :

Philip Roth est un écrivain américain.

Petit-fils d’immigrés juifs, originaires de Galicie arrivés aux États-Unis au tournant du XXe siècle, il grandit dans le quartier de la petite classe moyenne juive de Newark. Après des études à l'université Rutgers de Newark, à l'université Bucknell en Pennsylvanie, puis à l'université de Chicago, il y enseigne les lettres, puis la composition à l'université de l'Iowa jusqu'au début des années 1960. Il reprend ses activités d'enseignant de manière intermittente, en littérature comparée, à Princeton et l'université de Pennsylvanie, jusqu'en 1992.

Il publie avec succès un premier recueil de nouvelles, "Goodbye, Columbus", en 1959 (National book Award 1960). Dix ans plus tard, il obtient une célébrité phénoménale et crée le scandale avec "Portnoy et son complexe" (Portnoy's Complaint, 1969), longue confession de son héros, aux prises avec sa judéité et ses pulsions sexuelles. Le personnage réapparaît dans nombre de ses œuvres, "L’Écrivain des ombres" (The Ghost Writer, 1979), "La Leçon d'anatomie" (The Anatomy Lesson, 1983) et "La Contrevie" (The Counterlife, 1986), romans sur l'impuissance et la frustration.

Jusqu'au milieu des années 1980, il partage sa vie entre les États-Unis et Londres, avec sa compagne, l'actrice britannique Claire Bloom. Ils ont été mariés de 1990 à 1995.

Sarcastique et lucide, Philip Roth ressasse les mêmes thèmes, le sexe, les juifs, l'autofiction, et sa psychanalyse. Dans sa trilogie américaine : "Pastorale américaine" (American Pastoral, 1997), "J'ai épousé un communiste" (I Married a Communist, 1998) et "La Tache" (The Human Stain, 2000), il opère une démythification de l'American dream, et fustige le politiquement correct ambiant. Il aborde la révolution sexuelle des années 1960 dans "La bête qui meurt" (The Dying Animal, 2001).

En 2006, il publie "Un homme" (Everyman), qui est suivi d'"Indignation" (2008). Ce dernier sera adapté au cinéma en 2016 par James Schamus avec Logan Lerman et Sarah Gadon. "Le Rabaissement" (The Humbling, 2009) est porté sur grand écran en 2014 par Barry Levinson, avec Al Pacino, et "American Pastoral" en 2016 par Ewan McGregor.

En octobre 2012, il annonce, lors d'un entretien qu'il arrête l'écriture et que "Némésis" (2010) sera son dernier roman.

Philip Roth a reçu de nombreux prix prestigieux dont le prix Pulitzer 1998, pour "Pastorale américaine", le prix Médicis étranger 2002 pour La "Tache" et le prix Princesse des Asturies 2012.

+ Voir plus
Source : livres.fluctuat.net
Ajouter des informations
Bibliographie de Philip Roth   (44)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

4/4 Philip Roth : Le refus de l'idylle (2016 - La compagnie des auteurs / France Culture). New York, le 17 septembre 2010. Portrait de Philip Roth, écrivain américain à son domicile new-yorkais. Photo Pascal PERICH. Diffusion sur France Culture le 10 novembre 2016. Production : Matthieu Garrigou-Lagrange. Avec la collaboration de Corinne Amar, Didier Pinaud et Anne-Vanessa Prévost. Réalisation : Laurence Millet. Réaliste, satirique, sarcastique, voire érotique, Philip Roth écrit des romans complexes dans lesquels il se joue des clichés. Guy Scarpetta et Alain Finkielkraut analysent dans ce dernier volet les grandes thématiques rothiennes et son rapport à la politique américaine. Philip Roth s'emploie à mettre en évidence les dérives du politiquement correct et joue de l'artificialité de certaines représentations. Guy Scarpetta, romancier et critique, et Alain Finkielkraut, philosophe et académicien, nous parlent dans ce dernier temps de la poétique de Philip Roth ainsi que de son rapport à la politique. « L'histoire est toujours là. Mais ce qui intéresse Roth ce n'est pas l'histoire en tant que telle, (...) ce sont les effets qu'elle produit sur les subjectivités et les effets d'incertitude, de paradoxes, d'ambiguïtés, qui peuvent être révélés dans l'expérience humaine de certaines circonstances historiques. » Guy Scarpetta « Si le roman de Philip Roth nous dit quelque chose, c'est à travers précisément cette critique du politiquement correct, de cet antiracisme devenu fou, parce que précisément Donald Trump a joué sur cette idéologie. Il est en quelque sorte la Némésis du politiquement correct. Toute une part de l'Amérique étouffe sous le poids de cette bien-pensance idéologique et le malheur est qu'elle se soit choisi comme porte-parole un homme comme lui. Le politiquement correct est une calamité politique et morale, mais ce que Donald Trump combat sous ce nom c'est le tact, la nuance, la complexité, la civilisation elle-même. » Alain Finkielkraut sur “La tache”. À 15h30, Bernard Geniès de “L'Obs” nous parle de l'exposition “L'histoire commence en Mésopotamie” qui se tient du 2 novembre 2016 au 23 janvier 2017 au Louvre-Lens. Et à 15h55, Jacques Bonnaffé lit W.B. Yeats. Musique générique : “Panama” de The Avener (Capitol) fin : “Dwaal” de Holy Stays (Something in Construction) Musique chronique : “Self portrait” de Chilly Gonzales. Intervenants : Guy Scarpetta, romancier, essayiste, critique d'art Alain Finkielkraut, philosophe, académicien, et producteur de l'émission “Répliques” sur France Culture Bernard Géniès, journaliste Jacques Bonnaffé, comédien Source : France Culture

+ Lire la suite
Podcasts (24) Voir tous


Citations et extraits (1201) Voir plus Ajouter une citation
michemuche   06 juin 2018
Le complot contre l'Amérique de Philip Roth
C'était la première fois que je voyais mon père pleurer. C'est un tournant, dans une enfance, le jour où les larmes de quelqu'un d'autre vous paraissent plus insupportables que les vôtres.
Commenter  J’apprécie          974
Piatka   16 août 2016
La bête qui meurt de Philip Roth
Pourvu qu’on ne soit pas en manque, la solitude peut être en soi un plaisir fort.
Commenter  J’apprécie          7813
le_Bison   20 mars 2012
La tache de Philip Roth
Ce fut l’été du marathon de la tartuferie : le spectre du terrorisme, qui avait remplacé celui du communisme comme menace majeure pour la sécurité du pays, laissait la place au spectre de la turlute ; un président des États-Unis, quadragénaire plein de verdeur, et une de ses employées, une drôlesse de vingt-un ans folle de lui, batifolant dans le bureau ovale comme deux ados dans un parking, avaient rallumé la plus vieille passion fédératrice de l’Amérique, son plaisir le plus dangereux peut-être, le plus subversif historiquement : le vertige de l’indignation hypocrite.
Commenter  J’apprécie          730
mariech   22 janvier 2013
Némésis de Philip Roth
Mais ce qu'il n'avait plus c'était une conscience qui le laissât en repos
Commenter  J’apprécie          590
araucaria   17 février 2013
Un homme de Philip Roth
Sa mère était morte à quatre-vingts ans, son père à quatre-vingt-dix. Il leur dit à haute voix : "J'ai soixante et onze ans. Votre petit garçon a soixante et onze ans. - Tant mieux, répondit sa mère. Tu as vécu." Et puis son père lui dit : "Penche-toi sur ton passé, répare ce que tu peux réparer, et tâche de profiter de ce qui te reste."
Commenter  J’apprécie          570
Eve-Yeshe   20 mars 2015
La tache de Philip Roth
« Mais combien de temps l'homme peut-il passer à se rappeler le meilleur de l'enfance ? Et s'il profitait du meilleur de la vieillesse ? A moins que le meilleur de la vieillesse ne soit justement cette nostalgie du meilleur de l'enfance »



. Traduit de l’américain par Josée Kamoun
Commenter  J’apprécie          572
carre   08 juillet 2012
La bête qui meurt de Philip Roth
L’amour, la seule obsession que tout le monde désire.
Commenter  J’apprécie          580
michemuche   30 mai 2018
Le complot contre l'Amérique de Philip Roth
C'est la peur qui préside à ces Mémoires, une peur perpétuelle. Certes, il n'y a pas d'enfance sans terreurs, mais tout de même : aurais-je été aussi craintif si nous n'avions pas eu Lindbergh pour président, ou si je n'étais pas né dans une famille juive ?
Commenter  J’apprécie          560
michemuche   06 octobre 2014
La tache de Philip Roth
Je sais pas lire les mots, mais je sais qui était Shakespeare. Je sais qui était Einstein. Je sais qui a gagné la guerre de Sécession. Je suis pas débile, seulement illettrée
Commenter  J’apprécie          540
Harioutz   08 juin 2018
La tache de Philip Roth
Ce que je veux dire, c'est qu'en m'installant ici je m'étais délibérément retiré de la sarabande du sexe, et cela, non pas parce que mes pulsions ni même mes érections auraient faibli de manière significative, mais parce que je n'arrivais plus à faire face aux exigences exorbitantes du sexe, à trouver l'esprit, la force, la patience, l'illusion, l'ironie, l'ardeur, l'égoïsme, la résistance - ou bien la solidité, l'astuce, la malhonnêteté, la dissimulation, la duplicité, le professionnalisme érotique nécessaires pour vivre avec ses implications déroutantes et contradictoires.
Commenter  J’apprécie          522

CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Philip Roth Voir plus
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Kamo l'agence Babel de Daniel Pennac par Léa

Qui est le personnage principal ?

Kamo
Manon
Catherine
La mère de Kamo

10 questions
276 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..