AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.61/5 (sur 178 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Castelsarrasin , le 09/07/1934
Biographie :

Son certificat d'études en poche, Pierre Perret, saxophoniste, rejoint le conservatoire de musique de Toulouse et forme son premier orchestre avec quatre musiciens.

Puis, il s'installe à Paris et partage un appartement avec la chanteuse Sophie Makhno. Un soir, alors qu'il l'accompagne à la guitare dans un cabaret, il se met à chanter quelques-unes de ses compositions. Il est remarqué par Boris Vian et un agent artistique. Eddy Barclay, le patron de la maison de disques éponyme, lui signe un contrat. Il sort un premier 45 tours puis en 1960, son premier album, 'Le Bonheur conjugal', sans grand succès. En 1963, sa carrière décolle avec le titre 'Le Tord Boyaux', vendu à 100.000 exemplaires. Le tube 'Les Jolies Colonies de vacances' assoit sa popularité. Ce bon vivant à la frimousse réjouie mêle dans ses chansons poésie, argot, érotisme et amour pour la langue française. En 1971, il signe la célèbre 'Cage aux oiseaux' et trois ans plus tard, atteint des records de vente avec le 'Zizi', une chanson pleine d'humour. Artiste engagé, il compose des textes contre le racisme avec 'Lily' en 1977, et sur l'avortement avec 'Elle attend son petit'. En 1979, sort l'album 'Mon p'tit loup' avec la tendre chanson du même nom. En 2002, Pierre Perret, chanteur populaire, sort l'opus assez sombre intitulé 'Cui Là' et en 2005, 'Le Monde de Pierrot', un double album dans lequel il reprend ses plus grand succès. Renouant avec la variété des années soixante-dix, il sort en 2006 l'album 'Mélangez-vous'. C'est dans le registre des chansons paillardes que son public le retrouve en 2007 avec l'album 'Le Plaisir des Dieux'.
+ Voir plus
Source : evene.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Pierre Perret   (42)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Pierre Perret - Ma vie en vin


Citations et extraits (64) Voir plus Ajouter une citation
Pierre Perret
« Savoir être jeune est un art qu'on apprend toujours trop tard. »
Commenter  J’apprécie          730
Pierre Perret
Celui qui parle a cœur ouvert est souvent inviter à fermer sa gueule !
Commenter  J’apprécie          321
Pierre Perret
(…)
Elle a déchargé des cageots, Lily
Elle s'est tapé les sales boulots, Lily
Elle crie pour vendre des choux-fleurs
Dans la rue ses frères de couleur
L'accompagnent au marteau-piqueur...
Et quand on l'appelait Blanche-Neige, Lily
Elle se laissait plus prendre au piège, Lily
Elle trouvait ça très amusant
Même s'il fallait serrer les dents
Ils auraient été trop contents...
Elle aima un beau blond frisé, Lily
Qui était tout prêt à l'épouser, Lily
Mais la belle-famille lui dit nous
Ne sommes pas racistes pour deux sous
Mais on veut pas de ça chez nous
(…)

■ pour cette interprétation de Féfé et des Ogres de Barback avec le clip Playmobil en stop motion :
https://www.youtube.com/watch?v=Ug60OzWH84s
Commenter  J’apprécie          262
Pierre Perret
T'en fais, pas mon petit loup
C'est la vie, ne pleure pas
T'oublieras, mon petit loup
Ne pleure pas
Je t'amènerai sécher tes larmes au vent des quat' points cardinaux
Respirer la violett' à Parme et les épices à Colombo
On verra le fleuve Amazone et la vallée des Orchidées
Et les enfants qui se savonnent le ventre avec des fleurs coupées
T'en fais, pas mon petit loup
C'est la vie, ne pleure pas
T'oublieras, mon petit loup
Ne pleure pas
Allons voir la terre d'Abraham, c'est encore plus beau qu'on le dit
Y a des Van Gogh à Amsterdam qui ressemblent à des incendies
On goûtera les harengs crus et on boira du vin d'Moselle
J'te raconterai l'succès qu'j'ai eu un jour en jouant Sganarelle
T'en fais, pas mon petit loup
C'est la vie, ne pleure pas
T'oublieras, mon petit loup
Ne pleure pas
Je t'amènerai voir Liverpool et ses guirlandes de Haddock
Et des pays où y a des poules qui chantent aussi haut que les coqs
Tous les livres les plus beaux, de Colette et d'Marcel Aymé
Ceux de Rabelais ou d'Léautaud, je suis sûr qu'tu vas les aimer
T'en fais, pas mon petit loup
C'est la vie, ne pleure pas
T'oublieras, mon petit loup
Ne pleure pas
J't'apprendrai, à la Jamaïque, la pêche de nuit au lamparo
Et j't'emmènerai faire un pique-nique en haut du Kilimandjaro
Et tu grimperas sur mon dos pour voir le plafond d'la Sixtine
On sera fasciné au Prado par les Goya ou les Menine
T'en fais, pas mon petit loup
C'est la vie, ne pleure pas
T'oublieras, mon petit loup
Ne pleure pas
Connais-tu, en quadriphonie, le dernier tube de Mahler
Et les planteurs de Virginie qui ne savent pas qu'y a un hiver
On en a des choses à voir, jusqu'à la Louisiane en fait
Où y a des types qui ont tous les soirs du désespoir plein la trompette
T'en fais pas, mon petit loup
C'est la vie, ne pleure pas
Oublie-les, les petits cons
Qui t'ont fait ça
T'en fais pas, mon petit loup
C'est la vie, ne pleure pas
J't'en supplie, mon petit loup
Ne pleure pas
T'en fais pas, mon petit loup
C'est la vie, ne pleure pas
T'oublieras, mon petit loup
Ne pleure pas
T'en fais pas, mon petit loup
Commenter  J’apprécie          245
Pierre Perret
Ce hall de gare pavoisé, de rouges à lèvres et de hasards
Où bat le cœur des banlieusards plein de sanglots et de baisers
N'aura jamais su me griser
Ce hall de gare pavoisé, de solitudes à plein tarif
Et de marques d'apéritifs et de bonheurs synthétisés
Je m'en suis désapprivoisés
.... Prenez ma nouvelle adresse
.... Je vis dans le vent sucré des îles nacrées
.... Et à ma nouvelle adresse
.... Une fille s'amuse à rire de mes souvenirs
Et ce boulot qui m'usait tant, qui me laissait tant épuiser
Devant ma machine à fraiser que j'en suais l'eau et le sang
N'aura jamais su me griser
Et de ce patron si charmant et du banquet de fin d'année
Et des médailles arrosées, et de mes copains militants
Je m'en suis désapprivoisés
.... Prenez ma nouvelle adresse
.... Je vis dans le vent sucré des îles nacrées
.... Et à ma nouvelle adresse
.... Une fille s'amuse à rire de mes souvenirs
Les fins d'mois, les repas bâclés, devant le match à la télé
Les infos chloroformisées et les pubs de mousse à raser
N'auront jamais su me griser
De cet air de robot content, de cette course avec le temps
De ces amours en pointillés qui mourraient avant d'être nées
Je m'en suis désapprivoisés
.... Prenez ma nouvelle adresse
.... Je vis dans le vent sucré des îles nacrées
.... Et à ma nouvelle adresse
.... Une fille s'amuse à rire de mes souvenirs
Oui mes amis, j'ai largué tout, pour l'archipel des Tuamotu
Où quel que soit le cours du franc, on offre son poisson vivant
Pour une poignée de riz blanc
Mon copain Jacques a mis les bouts, toutes voiles dehors et vent debout
Il chante dans les Alizés quelques chansons dont le succès
N'aura jamais su le griser
.... Prenez sa nouvelle adresse
.... Il vit dans le vent sucré des îles nacrées
.... Et à sa nouvelle adresse
.... Une fille s'amuse à rire de ses souvenirs
Source : Musixmatch
Paroliers : Pierre Perret
Commenter  J’apprécie          232
Pierre Perret
Le Cul de Lucette

Quelquefois je me glace
J'aime mieux remettre les choses en place
Et j'en veux à ces gens
Qui s'expriment comme des glands
Vous messieurs dans la rue
Quand vous matez un beau cul
Vous murmurez bon sang de bois
Quel beau derrière elle a

Dieu que ce langage-là me blesse
Parler ainsi d'une belle paire de fesses
Laissez-moi glorifier sans façons
De nos dames ce noble tronçon

Y a d'abord le cul rond
Le cul qui se fait pas de mouron
Très à l'aise dans la mouise
Autant que chez la marquise
Y a le cul bas le misérable
C'ui qui fait des trous dans le sable
Et y a le cul rebondi
Qui marque toujours midi

Mon préféré c'est celui de Lucette
Son merveilleux p'tit cul en trompette
C'est la mappemonde du bonheur
C'est vraiment lui le cul de mon cœur

Y a le cul un peu teigne
Qui aurait besoin d'un coup de peigne
Pis y a le cul de Renée
Qui souhaite la bonne année
Y a le cul prolétaire
Faut être deux pour le faire taire
Et le cul aristo
Qui dit jamais de gros mots

Mon préféré c'est celui de Lucette
Le seul qui ait des senteurs de violette
Quand je le vois pas d'une semaine je pleure
C'est vraiment lui le cul de mon cœur

Y a le cul de Florence
Qui dit toujours ce qu'il pense
Puis y a le cul de Maguy
C'ui qui est fermé le mardi
Quand il pleut celui qui frise
C'est le gentil cul de Maryse
Qui résonne comme un tambour
Et gagne tous les concours

Mon préféré c'est celui de Lucette
Le seul qui se monte jamais la tête
Qui sait être là dans le malheur
C'est vraiment lui le cul de mon cœur

Y a les culs à moustache
Les coiffeurs se les arrachent
Et les culs les plus cotés
Ceux qui ont la raie de côté
Les culottés les cupides
Y a les culs qui prennent le bide
Les culs fanés de jadis
En forme de fleur de lys

Mon préféré c'est celui de Lucette
C'est le paradis en chemisette
C'est un cul classé de grand seigneur
C'est vraiment lui le cul de mon cœur

J'ai couru j'ai bien vécu
J'ai vu des milliers de culs
Mais y a que le cul brésilien
Dont l'arôme se retient
J'ai vu les culs des moukères
Qui ont besoin d'une moustiquaire
J'ai vu le cul d'Ashi Moto
Cui qui prend des photos

Mais je préfère quand même celui de Lucette
Ne le frôlez pas de vos fourchettes
Vous les taste-fesses amateurs
Car c'est vraiment le cul de mon cœur

Paroliers : Pierre Perret
Commenter  J’apprécie          220
Pierre Perret
On la trouvait plutôt jolie, Lily
Elle arrivait des Somalies, Lily
Dans un bateau plein d'émigrés
Qui venaient tous de leur plein gré
Vider les poubelles à Paris
Elle croyait qu'on était égaux, Lily
Au pays d'Voltaire et d'Hugo, Lily
Mais, pour Debussy, en revanche
Il faut deux noires pour une blanche
Ça fait un sacré distinguo
Elle aimait tant la liberté, Lily
Elle rêvait de fraternité, Lily
Un hôtelier, rue Secrétan
Lui a précisé, en arrivant
Qu'on ne recevait que des Blancs
Elle a déchargé des cageots, Lily
Elle s'est tapée les sales boulots, Lily
Elle crie pour vendre des choux-fleurs
Dans la rue, ses frères de couleur
L'accompagnent au marteau-piqueur
Et quand on l'appelait Blanche-Neige, Lily
Elle se laissait plus prendre au piège, Lily
Elle trouvait ça très amusant
Même s'il fallait serrer les dents
Ils auraient été trop contents
Elle aima un beau blond frisé, Lily
Qui était tout prêt à l'épouser, Lily
Mais, la belle-famille lui dit
"Nous n'sommes pas racistes pour deux sous
Mais on veut pas de ça chez nous"
Elle a essayé l'Amérique, Lily
Ce grand pays démocratique, Lily
Elle aurait pas cru sans le voir
Que la couleur du désespoir
Là-bas, aussi ce fût le noir
Mais, dans un meeting à Memphis, Lily
Elle a vu Angela Davis, Lily
Qui lui dit "viens, ma petite sœur"
"En s'unissant, on a moins peur"
"Des loups qui guettent le trappeur"
Et c'est pour conjurer sa peur, Lily
Qu'elle lève aussi un poing rageur, Lily
Au milieu de tous ces gugus
Qui foutent le feu aux autobus
Interdits aux gens de couleur
Mais, dans ton combat quotidien, Lily
Tu connaîtras un type bien, Lily
Et l'enfant qui naîtra, un jour
Aura la couleur de l'amour
Contre laquelle on ne peut rien
On la trouvait plutôt jolie, Lily
Elle arrivait des Somalies, Lily
Dans un bateau plein d'émigrés
Qui venaient tous de leur plein gré
Vider les poubelles à Paris
Pierre Perret
Commenter  J’apprécie          206
Pierre Perret
On n'a plus grand-chose à dire quand on a trouvé à qui parler.
Commenter  J’apprécie          190
Pétrifié, tonton Étienne la regarda sans rien dire. Puis, abandonnant soudain son attitude d'arbre foudroyé, il tourna les talons, s'engouffra dans le salon qu'il traversa tel une fusée et s'enferma dans les toilettes. Au bout d'un bon quart d'heure, il revint, rayonnant, se planter devant mémé et formula d'un trait cette phrase historique que trois générations de la famille ne cesseraient de répéter au terme des repas de mariage et jusqu'au jour où on enterra ce grand philosophe : "l'amour, c'est fort, mais l'envie de chier, c'est encore plus fort !"
Commenter  J’apprécie          150
Sur le vaste échiquier de not' mond' de misère,
Un agnelet nature, qui tétait l'onde claire,
Se gourait pas un poil, éclusant la lancequine,
Qu'un loup l' cherchait partout pour en faire un tajine.
- Viens ici p'tit loubard, qui t'a filé l' condé
De tremper ton gros blair dans mon sirop d'ablette ?
- Mais sire, je savais pas, j'en ai sifflé qu'un dé.
Ça n'est pas pour si peu que vous m' faites la courette ?
Le loup à toute bubure enjambe le cresson,
Poursuivant l'innocent qui a plus un poil de sec.
Le loup certes est plus fort, mais en guise de leçon
On verra qu'un teigneux peut tomber sur un bec.
Finalement comm' chez nous,
Y a des moutons bêlants,
Y a des faibles et des forts, y a des noirs et des blancs ...
Le roi, lui, il s'en tape, il est pas dans l' troupeau.
Il compte en s'endormant ceux qui paient des impôts.
Moralité
Tuer un p'tit agneau
sans défense ? ...
C'est bien laid ...
Mais c'est pas dégueulasse
avec des flageolets !
Commenter  J’apprécie          141

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Pierre Perret (325)Voir plus

Quiz Voir plus

Le Parler des Métiers

De quel métier parle-t-on quand on parle de "fromage"?

fromager
diététicien
cadreur
les trois

15 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : Le parler des métiers. Dictionnaire thématique des métiers de Pierre PerretCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..