AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.98 /5 (sur 28 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1970
Biographie :

Pierre Tevanian, né en février 1970 à Paris, est un militant associatif français.

Fondateur avec Sylvie Tissot du collectif Les Mots sont importants, co-animateur du site de ce collectif, il est aussi connu pour ses nombreuses publications théoriques et militantes.

Ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, professeur agrégé de philosophie en Seine-Saint-Denis (Drancy).



Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Pierre Tevanian (4) immigration et partis politiques

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
CalamityJah   06 août 2015
Dévoilements : du Hijab à la Burqa de Pierre Tévanian
L'idée d'espace public neutre peut en effet être entendue de deux manières radicalement différentes. Une première conception consiste à dire qu'un espace est neutre lorsque le droit d'expression est le même pour tout le monde, sans privilèges ni discriminations, et que les autorités y veillent. La neutralité réside alors dans le fait qu'aucune majorité, ou aucune force sociale en position de domination, ne monopolise la parole ou l'occupation de l'espace public, et que rien n'empêche les minoritaires de s'exprimer. Selon cette conception, ce qui, de l'espace public, doit être neutre, c'est l'espace, pas le public. On peut même dire que l'espace doit être neutre justement pour que le public puisse ne pas l'être. Une femme peut alors porter son foulard sans que la neutralité de l'espace public soit remise en cause : au contraire, la neutralité de cet espace réside justement dans le fait que cette femme puisse porter le foulard si elle le souhaite tandis que d'autres femmes peuvent ne pas le porter si tel est leur choix. Ce qui porterait atteinte à la neutralité de l'espace public serait à l'inverse un parti pris de l'État ou une pression sociale qui obligerait toutes les femmes à se plier à une norme unique : porter le foulard, ou ne pas le porter.L'autre conception, celle qui a été développée de plus en plus fréquemment au cours du débat sur le voile, consiste au contraire à imposer la neutralité au public, c'est-à-dire aux individus qui traversent l'espace public. Dans ce cas, la femme musulmane qui se singularise en portant un foulard porte effectivement atteinte à la neutralité de l'espace public, mais il faut bien mesurer ce qu'implique cette seconde conception: ni plus ni moins que la suspension de la liberté d'expression. Un espace public dama lequel les individus seraient tenus de rester neutres correspond même à ce qu'on a coutume d'appeler un espace totalitaire. La loi anti-foulard n'a certes pas fait de la France une société totalitaire, mais la version de la nécessaire neutralité de l'espace public qui s'est imposée à la faveur du débat sur le voile obéit bel et bien à une logique totalitaire. Le législateur ne lui a heureusement pas donné force de loi en dehors du cadre scolaire, mais ce penchant totalitaire a trouvé dans le débat sur le voile à l'école l'occasion de se constituer et de se diffuser bien au-delà des cercles d'extrémistes dans lesquels il aurait dû rester confiné. Ce discours proprement délirant, inacceptable en tout cas aux yeux de n'importe quel démocrate, est devenu dicible, et c'est sans doute lui qui a inspiré les multiples agressions et discriminations qui, depuis, ont été commises dans une large impunité à l'encontre des femmes voilées - dans des universités, des banques, des mairies, des préfectures ou des transports en commun... Et c'est bien dans tout l'espace public que s'applique la loi anti-niqab de 2010.



Si les innombrables déclarations sur la nécessaire neutralité de l'espace public entendue comme une neutralité du public n'ont pas été perçues comme liberticides et inacceptables, c'est que tout le monde sentait bien, au moins confusément, que ce devoir de neutralité ne concernait en fait que les femmes voilées et qu'il était hors de question d'y soumettre l'ensemble de la population. Il allait de soi depuis le commencement de l'affaire que le seul public qui devait désormais s'astreindre à la neutralité était le public musulman - ou au moins le public musulman pratiquant, portant barbe ou foulard. En d'autres termes, la doctrine qui a pris corps dans le camp prohibitionniste n'est que partiellement totalitaire : elle laisse la majorité de la population jouir du droit d'expression reconnu par la Convention européenne des droits humains, mais elle applique à une minorité particulière une autre conception de la neutralité de l'espace public, en l'obligeant à devenir elle-même neutre, c'est-à-dire invisible et silencieuse, dès qu'elle entre dans l'espace public.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
CalamityJah   06 août 2015
Dévoilements : du Hijab à la Burqa de Pierre Tévanian
Cette perte de confiance dans l'acte éducatif est liée pour une part aux préjugés, au mépris de classe ou aux représentations coloniales qui font apparaître certains élèves comme des incapables, mais elle est liée également à une perte d'estime et de confiance en soi chez les enseignants, dont les causes sont multiples et profondes, en interne (au sein de l'espace scolaire) comme en externe (dans le rapport du corps enseignant au reste de la société française). En interne, de nombreux enseignants font face à de réels problèmes d'autorité, liés essentiellement au public nouveau auquel ils sont confrontés du fait de la massification de l'enseignement secondaire. Ce public moins docile - au sens usuel d'obéissant, mais aussi au sens étymologique: disposé à écouter et à apprendre - et cette indocilité, qu'il faudrait comprendre et canaliser, s'explique par plusieurs facteurs. Elle est tout d'abord liée à une caractéristique culturelle très ancienne des classes populaires: ce que le sociologue Richard Hoggart appelle le je-m'en-fichisme - ce point d'honneur mis par " le pauvre " à ne s'étonner de rien et à afficher en toute occasion de la distance et de l'indifférence. Ce je-m'en-fichisme, explique Hoggart, est une forme de résistance dans la mesure où il permet aux dominés de mettre à distance le sentiment d'indignité qui les menace et de ne pas perdre la face devant les classes supérieures. La dimension vitale et positive de cet " orgueil du pauvre " est souvent méconnue par les enseignants, qui ne voient le je-m'en-fichisme de leurs élèves que sous un jour négatif: passivité, manque d'enthousiasme et de curiosité, manque de reconnaissance à l'égard de leur travail d'enseignant. En d'autres termes, la confrontation avec un public massivement issu des classes les plus populaires met en crise le mythe du professeur charismatique dont les élèves boivent les paroles - et ce qui rend la relation pédagogique d'autant plus tendue, c'est l'inconscience dans laquelle ce processus a lieu, la figure du professeur charismatique structurant encore l'idéal du moi des jeunes enseignants qui débarquent en ZEP.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
de   27 février 2013
Chronique du racisme républicain de Pierre Tévanian
La recherche d’une identité a pour fonction premier d’évacuer la demande d’égalité, tandis que la dimension nationale évacue la dimension sociale
Commenter  J’apprécie          70
CalamityJah   06 août 2015
Dévoilements : du Hijab à la Burqa de Pierre Tévanian
S'il a fallu ce débat sur le voile pour dévoiler le racisme qui peut exister dans le milieu enseignant, c'est que ce milieu est fortement structuré par un surmoi antiraciste qui fait par exemple que le vote Le Pen ou les propos orduriers du type " les bougnoules à la mer " sont nettement moins fréquents que dans la plupart des autres catégories socioprofessionnelles. Le monde enseignant est en somme l'un des milieux pour lequel l'analyse de Pierre Bourdieu fonctionne le mieux : du fait que " la question latente " (" Peut-on accepter en France des immigrés maghrébins ? ") ait été reformulée sous une forme sublimée (" Peut-on accepter à l'école le port du foulard islamique ? ") et adossée à des " grands principes " progressistes (la " laïcité " et le " droit des femmes "), le rejet de l'autre a pu devenir honorable, légitime et donc dicible dans des franges de la population pour lesquelles il est par ailleurs inconcevable de se dire - et même de se penser - comme racistes.
Commenter  J’apprécie          40
de   27 février 2013
Chronique du racisme républicain de Pierre Tévanian
Le racisme n’est en effet pas une simple opinion se situant sur un terrain strictement psychologique et individuel, mais un rapport de domination, voire un mode de gouvernement
Commenter  J’apprécie          40
philubi   27 mai 2010
Stop quelle violence? de Pierre Tévanian
(...) la violence des émeutiers, comme celle des canuts au XIX ème siècle, ne provient pas, comme beaucoup le laissent entendre, d'une sauvagerie congénitale des classes populaires, ni d'une incapacité à mettre en mots leur révolte. Si ces jeunes, individuellement ou collectivement, usent plus volontiers du langage de la violence que du langage des mots, ce n'est pas qu'ils ne savent pas parler, c'est que lorsqu'ils parlent, on ne les écoute pas.
Commenter  J’apprécie          30
MlleAmel   22 septembre 2013
La mécanique raciste de Pierre Tévanian
[...] pour une femme, un homo, un prolo, un Noir, un Arabe, le simple fait de s'autoriser à penser, imaginer, prétendre à tel ou tel titre de prestige, est une conquête qui exige des efforts considérables.
Commenter  J’apprécie          30
MlleAmel   22 septembre 2013
La mécanique raciste de Pierre Tévanian
[...] être Blanc en France, en 2008, c'est être un dominant - même si, comme pour tout dominant, être Blanc c'est aussi être élevé dans l'idée que l'on n'est pas dominant, que l'on est comme tout le monde, que l'on vit dans une société globalement égalitaire et que notre réussite n'est que le fruit de nos dons et de nos efforts personnels.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur