AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.86 /5 (sur 262 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Serge Halimi est un universitaire et journaliste Français d'origine tunisienne.

Il collabore à "Le Monde diplomatique" depuis 1992. Depuis mars 2008, il en est directeur de la rédaction.

Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, il a un DEA d'histoire contemporaine et un PhD en sciences politiques de l’Université de Berkeley.

Il a enseigné les sciences politiques à l'Université de Californie à Santa Cruz en 1988 puis a été professeur associé à l’université Paris-VIII de 1994 à 2000. Serge Halimi est un spécialiste des États-Unis.

Auteur d’essais à succès, il décline la plupart des invitations dans les médias. Il est parfois invité dans l’émission Là-bas si j’y suis, sur France Inter.

Serge Halimi fait une apparition dans les films de Pierre Carles Pas vu pas pris, Enfin pris ? et La sociologie est un sport de combat. Il collabore au journal de critique des médias PLPL, devenu Le Plan B depuis mars 2006 suite à sa fusion avec Fakir. Adhérent de Attac, il participe à la commission "médias" de cette organisation altermondialiste et contribue fortement à l'élaboration de la plate-forme de ses relations avec la presse.

Il est le fils de la célèbre avocate Gisèle Halimi.


+ Voir plus
Source : Editeur, Wiki
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
Serge Halimi
Nastasia-B   06 décembre 2015
Serge Halimi
M. Obama s’opposera-t-il très longtemps à la « guerre imbécile » que réclame l’Élysée ? La pression qu’il subit est d’autant plus forte que l’OEI poursuit le même dessein que Paris… Comme l’expliquait le chercheur Pierre-Jean Luizard il y a quelques mois, tout s’est passé dans une première étape « comme si l’État islamique avait consciencieusement listé tout ce qui peut révulser les opinions publiques occidentales : atteintes aux droits des minorités, aux droits des femmes, avec notamment le mariage forcé, exécutions d’homosexuels, rétablissement de l’esclavage, sans parler des scènes de décapitation et d’exécution de masse (1) ».

Lorsque l’exhibition de ce catalogue macabre n’a plus suffi, ou plus tout à fait, l’OEI a décidé d’égorger un otage américain, en veillant à diffuser les images de la scène ; puis elle a organisé plusieurs fusillades meurtrières à Paris. La riposte des « croisés » ne pouvait plus tarder.

De fait, un chef d’État est presque contraint de réagir à des actions spectaculaires de ce genre. La pression politique l’invite à annoncer aussitôt quelque chose, y compris parfois n’importe quoi. Ordonner la destruction d’un hangar, d’un dépôt de munitions, le bombardement d’une ville. Afficher sa détermination. Promettre de nouvelles lois encore plus sévères, fustiger les « munichois ». Entrelarder ses phrases de termes martiaux, parler de « sang », et assurer qu’on sera « impitoyable ». Récolter des ovations debout, puis dix points dans les sondages. Au final, tout cela se révèle souvent déraisonnable, « imbécile » ; mais seulement quelques mois plus tard. Et ce piège de la surenchère semble de plus en plus irrésistible, en particulier en régime d’information continue, haletante, frénétique, quand aucun acte, aucune déclaration ne doit demeurer sans réplique immédiate.



(1) Pierre-Jean Luizard, Le Piège Daech. L’Etat islamique ou le retour de l’Histoire, La Découverte, Paris, 2015.



LE MONDE DIPLOMATIQUE, décembre 2015 : L'art de la guerre imbécile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
colimasson   24 juin 2015
Les nouveaux chiens de garde de Serge Halimi
Parlant des journalistes de son pays, un syndicaliste américain a observé: "Il y a vingt ans, ils déjeunaient avec nous dans des cafés. Aujourd'hui, ils dînent avec des industriels." En ne rencontrant que des "décideurs", en se dévoyant dans une société de cour et d'argent, en se transformant en machine à propagande de la pensée de marché, le journalisme s'est enfermé dans une classe et dans une caste. Il a perdu des lecteurs et son crédit. Il a précipité l'appauvrissement du débat public. Cette situation est le propre d'un système: les codes de déontologie n'y changeront pas grand-chose. Mais, face à ce que Paul Nizan appelait "les concepts dociles que rangent les caissiers soigneux de la pensée bourgeoise", la lucidité est une forme de résistance.
Commenter  J’apprécie          300
Iansougourmer   11 juillet 2013
Les nouveaux chiens de garde de Serge Halimi
Au tamis de la " guerre de civilisation ", l'information internationale passe mal. Et, sans cette écriture automatique, intellectuellement peu exigeante, elle prend trop de temps. Les radios privées l'ont bien compris : RTL ne compte que quatre correspondants permanents à l'extérieur de l'Europe.
Commenter  J’apprécie          210
ErnestLONDON   02 mai 2018
Quand la gauche essayait de Serge Halimi
Tout au long du XXe siècle, [la gauche] a accédé au pouvoir grâce à la puissance des passions collectives, dont celle de l’égalité. Et puis elle a accepté de les tamiser, avant de les étouffer sous une couverture de rationalité technique. Cette retraite bureaucratique, cette nouvelle conscience qui ne voit dans le monde que moyens et machines ont forgés les barreaux de sa cage de fer.
Commenter  J’apprécie          190
Lybertaire   07 novembre 2012
Les nouveaux chiens de garde de Serge Halimi
Notre public devra se contenter, le plus souvent, de pensée prêt-à-porter, d’“images dramatiques”, de la langue de bois des têtes d’affiche de la politique et de l’économie. De vedettes du show-biz ou du cinéma venues assurer la promotion de leur dernier chef-d’œuvre en direct à 20 heures… sans parler du record du plus gros chou-fleur de Carpentras ou des vaches envoûtées dans une étable des Hautes-Pyrénées. Au nom de la concurrence, chacun court pour copier l’autre.
Commenter  J’apprécie          180
colimasson   20 janvier 2016
Les nouveaux chiens de garde de Serge Halimi
Les médias adorent relayer ces grandes causes associant tout et chacun sans déranger rien ni personne. Le consensus "humanitaire" a la même utilité que les "débats" entre journalistes. Ils brassent du vent pour détourner l'orage.
Commenter  J’apprécie          180
colimasson   27 janvier 2016
Les nouveaux chiens de garde de Serge Halimi
Guerre du Golfe et du Kosovo, traités européens, accords de libre-échange, privatisations, mise en cause du niveau des retraites et de l'assurance sociale: sur tous ces sujets qui exigeaient une vraie confrontation des points de vue et qui engageaient l'avenir du pays, la quasi-totalité des quotidiens, des hebdomadaires, des radios, des télévisions ont, chaque fois, battu le même tambour avec les mêmes arguments. Au service de la guerre, au service de l'argent, au service du commerce.
Commenter  J’apprécie          170
Iansougourmer   14 juillet 2013
Les nouveaux chiens de garde de Serge Halimi
En Françe, la marque de succès pour les directeurs de l'information demeure d'obtenir d'un décideur quelconque qu'il exprime ce qu'il veut et une ça lui chante, mais en exclusivité dans les organes de presse dont il a la charge. Il paraît que cette dissémination d'une voix officielle s'appelle " tenir un scoop ".
Commenter  J’apprécie          170
Maldoror   27 janvier 2017
Les nouveaux chiens de garde de Serge Halimi
A la fois parce qu'ils n'ont guère de compétences économiques et que la relégation hors champ d'un sujet comme le partage des revenus correspond à leurs intérêts de caste, les grands éditorialistes rêvent d'un affrontement politique circonscrit aux sempiternelles "questions de société" dont la maîtrise approximative n'exige aucun travail régulier : valeurs, violence, famille, religion, télévision, racisme, jeunesse, naturellement chaque fois dépouillées de leur contexte social. Si on ajoute à cela l'industrie increvable des échos de boutique (UMP contre UDF) et des perfidies exclusives (Fabius contre Strauss-Kahn), on concevra qu'une telle pitance n'informe pas beaucoup sur la marche du monde. Mais elle suffit à nourrir les billets de nos illustres commentateurs. Les marchés ne se chargent-ils pas du reste ?
Commenter  J’apprécie          130
paulotlet   06 août 2012
Les nouveaux chiens de garde de Serge Halimi
La censure est cependant plus efficace quand elle n'a pas besoin de se dire, quand les intérets du patron miraculeusement coincident avec ceux de "l'information" Le journaliste est alors prodigieusement libre. Il est heureux. On lui octroie en plus le droit de se croire puissant.
Commenter  J’apprécie          140
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur
.. ..