AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.76 /5 (sur 38 notes)

Né(e) à : Budapest , 1988
Biographie :

Rachel Vanier est née à Budapest en 1988. Après avoir grandi à Lille, fait ses études à Paris, s’être échappée à Boston puis avoir crapahuté au Cambodge, elle tient aujourd’hui un blog et travaille dans le monde non moins dépaysant de l’innovation et des startups. Hôtel International est son premier roman.

Source : Editions Intervalles
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"Signes intérieurs de richesse" de Rachel Vanier, à découvrir en librairie. « Assise au milieu de voyageurs pressés, ignorant tout du drame à l'oeuvre sous leurs yeux, je me refais le film de ces derniers mois. Comment j'ai appris le trading, comment je suis passée à la télé, comment je me suis endettée jusqu'au cou, comment j'ai failli épouser un auteur raté, et surtout, surtout, comment je suis presque devenue millionnaire. » Anita, vingtenaire, n'a pas la vie qu'elle espérait. Célibataire et « cheffe de projets », elle gagne à peine de quoi payer le loyer de son studio-cagibi et ses pâtes au beurre. Jusqu'au jour où tout bascule : c'est décidé, elle va devenir riche, très riche ! Rachel Vanier nous offre avec "Signes intérieurs de richesse" une comédie tendre et décapante qui interroge notre rapport à la richesse et au désir dans une société en perte de sens.

+ Lire la suite

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Analire   20 janvier 2015
Hôtel international de Rachel Vanier
J'arrive toujours à me convaincre que ce que je fais est la meilleure solution. En réalité, je crois surtout que je n'en fais qu'à ma tête.
Commenter  J’apprécie          90
Analire   21 janvier 2015
Hôtel international de Rachel Vanier
La vraie vie ne tolère pas qu'on écarte d'un revers de la main les problèmes, les coups durs et les traumatismes. La vraie vie nous fout des crochets du gauche dans l'estomac, nous balance des uppercuts à nous enfoncer le menton dans le crâne, elle nous tape dessus, elle insiste sur nos blessures mal refermées, elle rouvre les cicatrices et enfonce malignemenet ses ongles dans nos plaies ouvertes, jusqu'à nous vaincre par K.O. On n'a pas droit au temps mort dans la vraie vie, il n'y a pas d'arbritre qui décide pour nous si on est autorisé à reprendre son souffle, à s'asperger d'eau fraîche ou à entendre les encouragements de son coach. C'est un match continuel et injuste, un remake de David contre Goliath avec une fin malheureuse.
Commenter  J’apprécie          40
Analire   21 janvier 2015
Hôtel international de Rachel Vanier
Arthur aime beaucoup expliquer aux gens comment se passe la vie au Cambodge. Il me dit que les bars sont bourrés de putes, que les rues sont bourrées de pauvres, que les routes sont bourrées d'accidents et que les touristes sont bourrés tout court.
Commenter  J’apprécie          50
Analire   20 janvier 2015
Hôtel international de Rachel Vanier
Le "grand saut" ne serait en fait qu'un détail, l'aboutissement d'années et d'années de petits sauts, des préparatifs. La pendaison, cet acte si violent et si glauque, si répulsif qu'il a fini par être interdit, refusé par la société, ne serait que le point final. La dernière chose à faire mourir, c'est le corps, mais le reste est mort depuis longtemps.
Commenter  J’apprécie          40
Analire   20 janvier 2015
Hôtel international de Rachel Vanier
Le cinéma, c'est la vie mais en mieux, ou en différent, c'est celle qu'on s'imagine ou dont on rêve, voire celle qu'on craint, ce n'est jamais le trajet pour aller vider ses poubelles ni les rendez-vous avec le conseiller Pôle emploi.
Commenter  J’apprécie          40
Aerys   11 février 2015
Hôtel international de Rachel Vanier
En rentrant je fais défiler ma page de nouvelles Facebook, divers statuts s’enchaînent. Marine, qui était dans ma classe en 5èm, et de fait tout naturellement mon amie Facebook aujourd'hui, a changé sa photo de profil et tous ses amies la complimentent sur ce qui semble être sa plus grande réussite sociale: être bonne.
Commenter  J’apprécie          20
Analire   20 janvier 2015
Hôtel international de Rachel Vanier
La vraie vie, c'est ce décalage aberrant entre le drame d'une situation et la banalité du quotidien qui continue son chemin, impassible, autour de nous. Le contrôleur contrôle, le mendiant mendie, le Parisien parisie.
Commenter  J’apprécie          20
lesmiscellaneesdepapier   14 juin 2017
Écosystème de Rachel Vanier
“Marianne, que peu de défis effraient, s’assied sur le rebord du canapé en position d’oratrice, époussette les miettes de croissants collés à ses doigts, et s’élance dans une tirade:



Alors, tu veux te lancer dans la grande aventure de création de société? gare à toi, jeune inconscient, elle est plus remplie de périls que tu pourrais imaginer. Chaque étape du voyage est semée d’embûches, les passeurs que tu croiseras tes alliés te trahiront sans vergogne, et chaque décision que tu prendras aura un impact irréversible sur la santé de ton entreprise.”
Commenter  J’apprécie          10
YvPol   22 février 2015
Hôtel international de Rachel Vanier
Un mec, un peu nul, met en place des plans machiavéliques pour se vider les couilles, sur les précieux conseils de ses meilleurs amis les gros blaireaux. Il passe par un chemin semé d'embuches -comme éjaculer dans son pantalon, se faire surprendre par les voisins en train de se masturber dans la cuisine, ou avoir une méga-chiasse pendant un rendez-vous galant. Mais à la fin il finit toujours par obtenir ce qu'il veut : baiser la bonnasse avec de gros seins. (p.204)
Commenter  J’apprécie          10
Analire   22 janvier 2015
Hôtel international de Rachel Vanier
Seul le temps peut faire passer la douleur. Encore faut-il accepter de laisser le temps faire son oeuvre : le plus difficile est de s'accorder à soi-même la paix de l'âme.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

À en perdre son latin !! 🙃 🐇

Bella matribus detestata :

(on peut ne pas) détester sa belle-mère
la guerre dont les mères ont horreur

12 questions
35 lecteurs ont répondu
Thèmes : expressions , latin , Faux amis , humour , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..