AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.12 /5 (sur 62 notes)

Nationalité : Canada
Biographie :

Sarah Barmak est une autrice et journaliste canadienne. Elle enseigne le journalisme à la Munk School of Global Affairs à l’université de Toronto. Ses sujets de prédilection sont la sexualité, la santé des femmes et la justice sociale.





Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Libérée, la sexualité des femmes d?aujourd?hui ? On serait tenté de croire que oui. Pourtant, plus de 50 % d?entre elles se disent insatisfaites, que ce soit à cause d?un manque de désir ou de difficultés à atteindre l?orgasme. Si tant de femmes ordinaires sont concernées, peut-être qu?elles n?ont rien d?anormal et que ce n?est pas à la pharmacie qu?il faut aller chercher la solution. le remède dont elles ont besoin est plus certainement culturel, et passe par une réorientation de notre approche androcentrée du sexe et du plaisir. Tour à tour reportage, essai et recueil de réflexions à la première personne, cet ouvrage enquête sur les dernières découvertes scientifiques ayant trait à l?orgasme féminin. On y apprend ainsi qu?une chercheuse en psychologie clinique a recours à la méditation de pleine conscience pour traiter les troubles à caractère sexuel. On y découvre aussi diverses façons dont les femmes choisissent de redéfinir leur sexualité. Cette aventure aux confins de la jouissance nous emmène jusqu?au festival Burning Man, où l?orgasme féminin est donné à voir sur scène, ou encore dans le cabinet feutré d?une thérapeute qui propose de soigner les traumatismes liés au viol à l?aide de massages sensuels. Jouir. En quête de l'orgasme féminin de Sarah Barmak Traduit de l?anglais (Canada) par Aude Sécheret Préface de Maïa Mazaurette En librairie le 3 octobre ! Zones éditions ? https://www.editions-zones.fr/livres/jouir/

+ Lire la suite

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Ogrimoire   14 novembre 2019
Jouir de Sarah Barmak
Que veulent les femmes ? Ça, personne ne le sait, pas même les femmes elles-mêmes ! Peut-être faut-il en fait aborder la sexualité féminine comme un domaine qui s’apprend, se cultive, et dans lequel on s’améliore grâce à nos connaissances – comme la cuisine ou le jardinage. Le plaisir féminin est-il vraiment beaucoup plus compliqué que le mode d’emploi de votre IPad ou votre déclaration d’impôt ?
Commenter  J’apprécie          100
Allily   29 mars 2020
Jouir de Sarah Barmak
A bien des égards, cette "découverte" a été un pas de géant pour les femmes de cette planète. Cependant, le fait que cet élément - somme toute banal - de notre anatomie soit resté aussi longtemps méconnu nous rappelle, de manière assez déconcertante, le peu d'efforts consentis par notre société pour étudier l'anatomie féminine lorsque celle-ci ne semble pas indispensable à la procréation. Comme l'ont fait remarquer biologistes et féministes, le clitoris, avec ses huit mille terminaisons nerveuses (minimum), est sans doute le seul organe humain dont le plaisir soit la seule raison d'être - ce qui n'est pas le cas du pénis, qui sert également à la procréation et à la miction. Rien de tout cela n'est conforme à l'image de la femme adulte telle qu'elle est véhiculée par l'Occident, encore pétri de christianisme, et cela transparaît dans le corpus scientifique de notre civilisation.
Commenter  J’apprécie          40
Olivia-A   02 février 2020
Jouir de Sarah Barmak
Grâce à la pornographie, nous avons également appris à mobiliser en priorité la vue au moment des rapports sexuels, et ce au détriment des quatre autres sens, tant et si bien que les stimuli érotiques reçus par le toucher et le goût perdent de leur influence. Et nous l'avons fait avec tellement d'application que certaines personnes en oublient tout bonnement que le sexe n'est pas un acte principalement visuel. S'il doit être classé, il s'apparente sans doute bien davantage à un acte de toucher à l'aveugle, à un dialogue entre masses et postures, positions et textures, zones humides et sèches, convexe et concave. C'est l'animal en nous qui s'éveille, ses sens qui s'aiguisent, sa vue qui se brouille et ses yeux qui se ferment, ses mollets qui se tendent, sa poitrine qui s'élargit. C'est le sang dans nos veines qui se met à gronder. La vidéo nous empêche de vivre le sexe de manière profonde. Ce qu'elle nous offre, c'est du safe sex, du sexe protégé, qui se déroule dans un laboratoire cérébral exempt de toute vulnérabilité, loin de l'espace instable qui s'insinue entre deux corps humains. C'est du sexe flanqué de termes comme "haute définition", "amateur" ou "caméra cachée", qui cherchent à donner à l'affaire un semblant de vérité et l'illusion de l'immédiateté. Mais, ce sexe-là, il ne prépare ni les hommes, ni les femmes à la rencontre avec un être humain, un être vrai et vulnérable. Il ne les prépare ni à se révéler dans leur corps imparfait, ni à se délecter de tous les plaisirs que ce même corps imparfait peut leur offrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mathilda99   29 mars 2020
Jouir de Sarah Barmak
Pour Naomi Wolf, l’orgasme est quelque chose de bien plus positif : selon elle, il a le potentiel d’exalter « l’euphorie, la créativité et l’amour de soi ». Elle a d’ailleurs sa théorie bien à elle sur la question : des rapports sexuels de qualité stimuleraient la pensée des femmes en tant que femmes, et cette créativité-là engendrerait à son tour des rapports sexuels encore meilleurs, et ainsi de suite. Pour elle, l’orgasme est féministe.
Commenter  J’apprécie          20
martineden74   13 septembre 2020
Jouir de Sarah Barmak
Après avoir minutieusement éliminé tous les termes susceptibles de révéler le sexe des participants, Vance et Wagner ont réuni un jury composé de gynécologues, de psychiatres et d’étudiants en médecine, hommes et femmes, et leur ont demandé d’essayer de deviner le sexe des auteur·e·s à partir de leurs descriptions hautement personnelles de l’orgasme. Mais ils n’y sont pas parvenus, y compris sur les descriptions les plus imagées. Dès lors que les chercheurs avaient éliminé les termes sexospécifiques tels que « vagin » et « pénis », et abstraction faite de quelques orgasmes multiples évoqués çà et là, le vécu des femmes en matière d’orgasme ne semblait pas si différent de celui des hommes.

Dans l’histoire de la recherche en sexologie, la leçon à tirer de cette étude a quelque chose de révolutionnaire. Grâce à elle, l’orgasme devient le grand unificateur : nos orgasmes nous rapprochent.”
Commenter  J’apprécie          10
marionlyon   24 juin 2020
Jouir de Sarah Barmak
Alors non, en effet, la priorité des priorités, ce n’est pas de se battre pour que les femmes jouissent aussi souvent et aussi agréablement que les hommes. C’est plutôt, au choix, l’égalité des revenus, l’abolition des violences faites aux femmes, l’accès à l’avortement légal et sécurisé, les allocations familiales, la création de crèches dans tout le pays, la fin des discriminations envers les lesbiennes, le femmes racisées et les femmes trans, et le secours qu’il faut porter à toutes le femmes et toute les filles de ce monde à qui l’on refuse les plus basiques des droits humains.

Tout cela est très vrai. Mais l'existence de besoins vitaux ne doit pas occulter ceux qui le sont moins. Le droit de chercher son propre bonheur est bien plus soudé aux autres droits qu’on ne le pense. Tous ces droits sont éléments d’une même totalité.
Commenter  J’apprécie          10
prettyrosemary   02 mars 2020
Jouir de Sarah Barmak
… cette ignorance nourrit la croyance selon laquelle la sexualité féminine serait mystérieuse, sinon carrément opaque. Que veulent les femmes ? Ça, personne ne le sait, pas même les femmes elles-mêmes ! Peut-être faut-il en fait aborder la sexualité féminine comme un domaine qui s’apprend, se cultive, et dans lequel on s’améliore grâce à nos connaissances – comme la cuisine ou le jardinage. Le plaisir féminin est-il vraiment beaucoup plus compliqué que le mode d’emploi de votre iPad ou votre déclaration d’impôts ? Le problème ne viendrait-il pas plutôt du fait que nous ayons ignoré la profusion de connaissances accumulées sur le corps des femmes au fil des siècles, pour pouvoir mieux prétendre ensuite, comme l’a fait Freud en son temps, que nous ne savons pas ce que veulent les femmes ?
Commenter  J’apprécie          10
martineden74   12 septembre 2020
Jouir de Sarah Barmak
Si cet éventail sexuel augmente le champ des possibles, il augmente aussi celui du légitime.

Cette question de la légitimité est cruciale parce que les femmes sont encore souvent placées dans une situation qui leur dénie une relation autonome à leur corps et leur sexualité. Parce qu’on leur a répété que leurs plaisirs étaient fondamentalement émotionnels ou irrationnels, parce que Freud a déclaré qu’il n’y avait qu’un seul bon orgasme, passant par un seul bon pénis, parce que même nos contes de fées nous montrent des princesses attendant d’être éveillées par le désir d’un preux chevalier, il perdure jusqu’à nos jours l’idée que ce soit aux hommes d’apporter l’orgasme aux femmes.

Une telle préconception n’est sympathique ni pour les femmes… ni pour les hommes.
Commenter  J’apprécie          10
martineden74   12 septembre 2020
Jouir de Sarah Barmak
Léonard de Vinci esquissait déjà amoureusement des coupes transversales de l’anatomie génitale masculine en 1493. En comparaison, l’anatomie féminine n’a vraiment pas bénéficié de la même attention. Pour le dire autrement, nous sommes parvenus à cartographier l’intégralité du génome humain en 2003, soit des années avant d’avoir pris la peine de faire une échographie détaillée du clito humain ordinaire.

(…)

Mais tout n’est pas qu’affaire d’ignorance. Pendant des millénaires, nous avons réuni tout un corpus de connaissances sur la sexualité des femmes. Le problème, c’est que nous sommes passé·e·s maîtres dans l’art d’en faire abstraction. Même si la structure clitoridienne complète – dont les nombreuses connexions à l’urètre et à l’utérus ont conduit plusieurs spécialistes à le considérer comme un élément d’un ensemble encore plus vaste, le complexe clito-urétro-vaginal (CUV) – n’a été modélisée qu’en 2009, elle avait été décrite en détail dix ans plus tôt, dans un article publié par O’Connell et ses trois coautrices dans le Journal of Urology. Et ce n’est pas tout : des illustrations détaillées des structures clitoridiennes internes sont apparues bien plus tôt, notamment dans l’œuvre classique de l’anatomiste allemand Georg Ludwig Kobelt, De l’appareil du sens génital des deux sexes dans l’espèce humaine et dans quelques mammifères, fruit de son travail de dissection de cadavres… ce livre date de 1844 !

Vous avez bien lu : en 1844, on en savait plus sur le Vrai Clitoris que, disons, en 1995. Et, malheureusement, même après toutes ces « découvertes » isolées, tout le monde ne connaît pas le Vrai Clitoris, alors que le nombre d’études portant sur cet organe ou sur le CUV depuis 2009 ne cesse d’augmenter, et lui confère davantage de visibilité dans les médias, mais toujours sous l’angle de la perplexité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Olivia-A   02 février 2020
Jouir de Sarah Barmak
Le fait que les filles aient vraiment besoin de développer leurs connaissances en matière de sexe, alors qu'elles parlent de sexe très ouvertement et traînent sur Tinder, semble difficile à croire. Mais ce n'est pas parce qu'on est à l'aise par rapport au sexe qu'on l'est par rapport à son propre plaisir.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Bibliographie de Sarah Barmak(1)Voir plus
Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Quiz Harry Potter (difficile:1-7)

De quoi la famille Dursley a-t'elle le plus peur?

des voisins curieux
des hiboux
de Harry
de tout ce qui peut les faire paraître étranges

20 questions
3230 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..