AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.17 /5 (sur 68 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Parme , 1942
Biographie :

Silvia Federici, née en 1942 à Parme en Italie, est une universitaire, enseignante et militante, qui s’inscrit dans la tradition du féminisme marxiste autonome.

Elle est professeur émérite de l’Université Hofstra, à Long Island dans l’état de New York, où elle enseigne les sciences sociales.

Elle a enseigné précédemment au Nigéria pendant plusieurs années. Elle est aussi cofondatrice du Committee for Academic Freedom in Africa (CAFA), et elle est membre du collectif Midnight Notes.

L’œuvre la plus connue de Federici, "Caliban et la sorcière : Femmes, corps et accumulation primitive", prolonge le travail de Leopoldina Fortunati. Dans cet ouvrage, elle remet en cause l’affirmation de Marx, selon laquelle l’accumulation primitive serait le précurseur nécessaire du capitalisme. Elle fait au contraire valoir que l’accumulation primitive est une caractéristique fondamentale du capitalisme lui-même : le capitalisme, afin de se perpétuer, nécessite un apport permanent de capital exproprié.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Silvia Federici   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Silvia Federici présente "Le capitalisme patriarcal", La fabrique, 2019. Librairie l'Atelier, le 16 mai https://lafabrique.fr/le-capitalisme-patriarcal/

Citations et extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
ErnestLONDON   18 octobre 2019
Caliban et la sorcière de Silvia Federici
Le corps a été pour les femmes dans la société capitaliste ce que l’usine a été pour les travailleurs salariés : le terrain originel de leur exploitation et de leur résistance, lorsque le corps féminin a été exproprié par l’État e les hommes et contraint de fonctionner comme moyen de reproduction et de l’accumulation du travail
Commenter  J’apprécie          140
ErnestLONDON   24 octobre 2019
Caliban et la sorcière de Silvia Federici
La chasse aux sorcières anéantit tout un monde de pratiques féminines, de rapports collectifs et de systèmes de connaissances qui avait constitué le fondement du pouvoir des femmes dans l’Europe précapitaliste, ainsi que la condition de leur résistance dans la lutte contre le féodalisme. Un nouveau modèle de féminité émergea à la suite de cette défaite : la femme et l’épouse idéale, passive, obéissante, économe, taiseuse, travailleuse et chaste. Ce changement s’opéra à partir de la fin du XVIIe siècle, après que les femmes aient été soumises à « deux siècles de terrorisme d’État. »
Commenter  J’apprécie          90
ErnestLONDON   05 février 2021
Une guerre mondiale contre les femmes de Silvia Federici
La tolérance institutionnelle de la violence domestique crée une culture de l’impunité qui contribue à normaliser la violence publique infligée aux femmes.
Commenter  J’apprécie          100
ErnestLONDON   02 octobre 2019
Caliban et la sorcière de Silvia Federici
Si l’on regarde le contexte historique dans lequel la chasse aux sorcière s’est déroulé, le genre et l’origine de classe des accusés, ainsi que les effets de la persécution, on est amené à conclure que la chasse aux sorcières en Europe était une attaque contre la résistance des femmes à la progression des rapports capitalistes, contre le pouvoir dont elles disposaient en vertu de leur sexualité, de leur contrôle de la reproduction, et de leur aptitude à soigner.

La chasse aux sorcières était aussi un instrument pour la construction d’un nouvel ordre patriarcal où le corps des femmes, leur travail, leurs pouvoirs sexuel et reproductif étaient mis sous la coupe de l’État et transformé en ressources économiques. 
Commenter  J’apprécie          81
9illes   29 mars 2019
Caliban et la sorcière de Silvia Federici
A tous points de vue, socialement, économiquement, culturellement, politiquement, la chasse aux sorcières constitua un tournant dans l’existence des femmes […] Un nouveau modèle de féminité émergea à la suite de cette défaite : la femme et l’épouse idéale, passive, obéissante, économe, taiseuse, travailleuse et chaste. […]

L’ampleur du massacre aurait dû éveiller quelques soupçons, des centaines de milliers de femmes ayant été brûlées, pendues et torturées en moins de deux siècles. […]

Il ne fait aucun doute que la chasse aux sorcières anéantit les méthodes que les femmes avaient employées pour contrôler la procréation, les qualifiant de diaboliques, et institutionnalisa le contrôle de l’état sur le corps des femmes, ce qui était la condition préalable à sa subordination en faveur de la reproduction de la force de travail.
Commenter  J’apprécie          40
steka   17 décembre 2017
Caliban et la sorcière de Silvia Federici
L'éradication de ces pratiques était une condition nécessaire à la rationalisation capitaliste du travail, parce que la magie apparaissait comme une forme illicite de pouvoir et un instrument pour obtenir ce que l'on voulait sans travail, c'est à dire le refus du travail en action. (...) En outre , la magie reposait sur une conception qualitative de l'espace et du temps qui excluait une régulation du procès de travail. Comment les nouveaux entrepreneurs pouvaient-ils imposer des cadres réguliers de travail à un prolétariat ancré dans la croyance qu'il y a des jours favorables et d'autres pas, autrement dit, des jours où l'on peut voyager et d'autres où l'on ne doit pas sortir de chez soi, des jours où se marier et d'autres où toute initiative doit être soigneusement évitée ?
Commenter  J’apprécie          30
ErnestLONDON   22 octobre 2019
Caliban et la sorcière de Silvia Federici
Avec la disparition de l’économie de subsistance qui prédominait dans l’Europe précapitaliste, l’unité entre production et reproduction, typique de toutes les sociétés reposant sur une production pour l’usage, prit fin. (…) Dans le nouveau régime monétaire, seule la production de valeur pour le marché était définie comme activité créatrice de valeur, alors que la reproduction du travailleur commençait à être perçue comme étant sans valeur d’un point de vue économique, et même cessait d’être prise comme un travail. (…) L’importance économique de la reproduction de la force de travail effectuée dans le foyer et sa fonction dans l’accumulation du capital devint invisible, mythifiée comme aspiration naturelle et qualifiée de « travail de femme ».
Commenter  J’apprécie          30
steka   20 novembre 2017
Caliban et la sorcière de Silvia Federici
Le capitalisme fut la contre-révolution qui réduisit à néant les possibilités ouvertes par la lutte anti-féodale. Ces possibilités, si elles étaient devenues réalités, nous auraient épargné l'immense destruction de vies humaines et de l'environnement naturel qui a marqué la progression des rapports capitalistes dans le monde entier. Il faut bien le souligner, parce que cette croyance en une "évolution" depuis le féodalisme vers le capitalisme, tenu pour une forme supérieure de vie sociale, n'a toujours pas disparu.
Commenter  J’apprécie          30
steka   10 décembre 2017
Caliban et la sorcière de Silvia Federici
Aujourd'hui, on sait peu de choses sur les nombreuses sectes hérétiques (cathares, vaudois, Pauvres de Lyon, spirituels, apostoliques) qui pendant plus de trois siècles se développèrent parmi les "classes inférieures" d'Italie, de France, des Flandres et d'Allemagne, dans ce qui fut indubitablement le plus important mouvement oppositionnel du Moyen Age. La cause en est principalement la férocité avec laquelle ils furent persécutés par l’Église, qui n'épargna pas ses efforts pour effacer toute trace de leurs doctrines.
Commenter  J’apprécie          20
steka   20 novembre 2017
Caliban et la sorcière de Silvia Federici
On voit aussi que la promotion de l'augmentation de la population par l’État va de pair avec une destruction massive de la vie: en de multiples occasions historiques (voir l'histoire de la traite des esclaves), l'une est la condition de l'autre. Dans un système où la vie est soumise à la production de profit, l'accumulation de la force de travail ne peut être réalisée qu'avec le maximum de violence, de sorte que la violence elle-même devient la principale force productive.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Pourquoi j'ai mangé mon père

Comment le père d'Ernest surnomme-t-il le feu ?

Petit volcan
Petit écair
Petit soleil

10 questions
264 lecteurs ont répondu
Thème : Pourquoi j'ai mangé mon père de Roy LewisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..