AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.92/5 (sur 32 notes)

Nationalité : Tunisie
Né(e) à : Tunis , 1947
Biographie :

Sophie Bessis est une historienne et journaliste franco-tunisienne.

Elle est issue d'une famille de la grande bourgeoisie juive tunisienne. Sa mère, Juliette Bessis, (1925-2017), était née Saada à Gabès et vivait à Paris. Son père Aldo (décédé en 1969), fut un responsable communiste et militant syndicaliste de l’USTT aux côtés de Hassen Saadaoui. Le grand-père de Sophie était le bâtonnier Albert Bessis qui fut ministre au second gouvernement Ben Ammar en 1955-1956, puis député tunisien à l’Assemblée constituante (de 1956 à 1959) et à l’Assemblée  nationale (de 1959 à 1969).

Elle a occupé le poste de rédactrice en chef dans plusieurs magazines et revues (Jeune Afrique, Vivre Autrement, Le Courrier de l’Unesco…) avant de devenir consultante auprès d’organisations internationales dans plusieurs pays africains.
Elle est chercheuse associée à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) de Paris, spécialiste des relations Nord/Sud, des questions africaines et du Maghreb.

Elle également le secrétaire générale adjointe de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH).

Elle a longtemps enseigné l'économie politique du développement au département de science politique de la Sorbonne et à l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO). Consultante pour l'Unesco et l'Unicef, elle a mené de nombreuses missions en Afrique.

Agrégée d'histoire, elle a écrit une douzaine d’ouvrages traitant des questions de développement, du Maghreb et du monde arabe, ainsi que de la condition des femmes dans ces deux régions.
Elle est l'auteur d'une biographie de l'ex-président tunisien Habib Bourguiba, "Habib Bourguiba : biographie en deux volumes" (1988) et de "Bourguiba" (2012), écrit en collaboration avec Souhayr Belhassen.
+ Voir plus
Source : Wikipedia, divers
Ajouter des informations
Bibliographie de Sophie Bessis   (20)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Alors que la Tunisie connaît une grave crise financière, de nombreuses manifestations ont éclaté dans le pays pour contester la dérive autoritaire du chef de l'État et demander des mesures économiques rapides. Comment ce pays, qui a vu naître en 2011 une démocratie inédite dans la région, peut-il aujourd'hui se relever ? Que reste-t-il des espoirs du Printemps arabe ? Guillaume Erner reçoit : - Sophie Bessis, historienne, spécialiste de l'Afrique subsaharienne et du Maghreb - Guy Sitbon, journaliste, écrivain et homme d'affaires, conseiller de la rédaction du magazine Marianne - Ezzedine Saidane, économiste, expert financier pour DirectWay, ancien vice-président de la Banque internationale arabe de Tunisie (Biat) et ancien directeur général de la filiale de l'Arab Banking Corp #tunisie #politique #printempsarabe __________ Découvrez tous les invités des Matins de Guillaume Erner ici https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDroMCMte_GTmH-UaRvUg6aXj ou sur le site https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture

+ Lire la suite

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Si, à partir du XIIIe siècle, le règne hafside dessine les contours de ce qui serait une proto-Tunisie, le IXe siècle aghlabide a aussi fait de l’Ifriqiya une province différente des autres régions de l’Afrique du Nord. Cette singularité s’origine sans nul doute dans le riche legs de son millénaire et demi d’Antiquité punique et romaine qui lui a laissé en héritage une urbanisation sans équivalent dans le reste du Maghreb, et l’on peut voir dans la permanence de ce trait la racine d’une personnalité particulière. Pourtant, mis à part la période aghlabide, l’historiographie classique a présenté ces quelque cinq siècles comme une sorte de revanche de la berbérité sur les occupations successives qu’a connues le Maghreb. C’est en effet de la Berbérie profonde que sont sorties les dynasties qui l’ont gouverné et qu’ont surgi les mouvements politico-religieux qui l’ont marqué de leur empreinte. Mais cette berbérité a été pourvue de deux faces, et les historiens ont résumé l’histoire de ces siècles à un affrontement entre nomades et sédentaires, les seconds tentant de sauver une civilisation urbaine et une ruralité villageoise – à bien des égards synonymes pour les commentateurs de civilisation tout court – constamment menacées par les premiers.
Commenter  J’apprécie          120
La fille de Manoubia a passé deux mois en Israel (...). Elle est allée. Elle a vu, écouté, rencontré beaucoup de monde, Arabes et Juifs, il n'y a pas grand-chose d'autre. Ils ne se parlent pas, n'habitent pas les mêmes villes. Ils s'épient. Ils ont peur (...). Ils construisent des murailles et creusent des fossés, des gouffres. Ils ne savent plus sortir de leurs prisons. Ils ont perdu les clefs.
Commenter  J’apprécie          130
Partout il y a la mer dans ce pays. Il y en a tant d'ailleurs qu'on la vend, avec le sable (...). On leur vend aussi des horreurs, des grands plats avec des dromadaires et des palmiers dessinés.
Commenter  J’apprécie          110
Dans ce pays, il faut demeurer humble devant l'autorité pour les affaires bénignes, et ne sortir sa colère que pour ce qui importe. Autant se mettre en danger pour ce qui en vaut la peine.
Commenter  J’apprécie          110
Combien de rires, de cris, de courses, de fêtes, y résonnent encore ! Nos parents, croyants ou non, athées ou bigots, superstitieux ou mécréants avaient cru que la force de l'amitié vaincrait tous les préjugés. Dieu nous avait fait le don d'ignorer le sens tragique de la vie. (Hélé Béji)
Commenter  J’apprécie          60
J'étais alors élève dans une école française à Bad Godesberg, en Allemagne, où mon père était ambassadeur de Tunisie à Bonn. Nous jouions dans la cour de récréation. Brusquement, j'entendis un de mes camarades me lancer en criant : "Retourne dans les écoles de ton Bourguiba, on ne sait même pas s'il en a !". Il répétait sans doute, bêtement, sans le comprendre, ce qu'il avait entendu chez ses parents. Je me rappelle cette phrase mot à mot. J'avais neuf ans. Nous étions en 1957. Puis, un attroupement d'élèves se fit autour de moi, et toute la classe s'en prit à moi. Avant même que je ne comprenne ce qui m'arrivait, une des filles, alors ma meilleure amie, me frappa.
Commenter  J’apprécie          50
Été d'enfance... La sieste a l'avantage de ne pas être une maltraitance solitaire. Elle est injuste mais nous faisons front collectivement pour en réduire l'infamie. (Sophie Bessis)
Commenter  J’apprécie          61
Tout se passe comme si, dans les mémoires collectives et officielles, les entreprises de domination occidentales lavaient l'histoire arabe de ses propres turpitudes, comme si les misères subies permettaient d'occulter les exactions commises. La posture arabe rappelle à cet égard la conviction dominante en Israël selon laquelle l'oppression historique subie par les juifs les immuniserait contre toute possibilité de devenir à leur tour des oppresseurs.
Commenter  J’apprécie          40
Ne nous y trompons pas, ici coexistent deux mondes. Qu'ils se dénudent l'un et l'autre, ce n'est pas la même humanité qui, se côtoyant, a garde de se mélanger. Les uns, les conquistadors, se voulant d'une essence supérieure, plus raffinée, plus élevée (puisque l'âme, éthérée, plane au-dessus de la chair, brassée dans une pâte plus grossière, corruptible, qui s'abaisse vers la boue et abaisse) et les autres, pétris dans un limon moins pur, mêlé de croyances archaïques (comment peut-on d'un Aïd l'autre faire carnage d'entiers troupeaux de moutons se demandait-on, oublieux, sans doute, des ripailles de Noël et de la Saint-Sylvestre, hécatombes de porcs, de dindes, de poulardes et de chapons). [...] Ainsi deux mondes se regardent-ils sur la place de mon enfance. [...] Une enfance qui, écartelée entre deux mondes, cherche ses mots.
Commenter  J’apprécie          30
à l'uniformisation du monde répondent, de toutes les façons possibles, des tentatives de créer ou de retrouver du particulier. La mondialisation, porteuse pour les plus fragiles d'insécurité sociale, crée partout de l'affolement identitaire.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Auteurs proches de Sophie Bessis
Lecteurs de Sophie Bessis (65)Voir plus

Quiz Voir plus

Le jeu des titres

Quel animal est élégant pour Muriel Barbery ?

Le chat
Le hérisson
La taupe
L'écureuil

12 questions
9552 lecteurs ont répondu
Thèmes : littératureCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..