AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.38/5 (sur 55 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris
Biographie :

Né à Paris, Stéphane Pair est journaliste radio pour la chaîne publique Franceinfo. Il traite depuis près de dix ans les faits divers, les questions de justice et de société. Élastique nègre est son premier roman.

Source : Fleuve
Ajouter des informations
Bibliographie de Stéphane Pair   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Stéphane Pair est journaliste pour la chaîne publique France Info. Il traite depuis près de dix ans les faits divers, les questions de justice et de société. Élastique nègre est son premier roman.
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Pour les flics de la BAC de Pointe-à-Pitre, quoi qu'ils disent, l'arrière du quartier de Carénage, c'est un labyrinthe de cases, de ruelles et de tôles froissées où il ne faut pas mettre les pieds la nuit tombée. Chaque recoin, chaque angle abrite un bar clandestin où l'on trouve les 3P: pétards, punani, punch. L'herbe vient d'en face, de la Dominique, directement par bateau. Les pêcheurs de Portsmouth et de Roseau l'amènent jusqu'ici, comme on livre le pain, à l'arrière de la gare de Darboussier. La dope voyage cachée dans le ventre des poissons ou dans les bidons d'huile ou de mélasse. Les punani, elles, descendent tout droit de Saint-Domingue. Des noires et des mulâtresses bien en chair que l'on surnomme ici les "Espagnoles". Elles attendent le client sur des chaises pliantes rouillées en jacassant dans leur langue à tiroirs. Le punch, le rhum, c'est le seul bien local. Et c'est lui qui tient les hommes soudés dans l'ennui et la galère. A Carénage, il y a aussi toutes sortes de familles normales, et sans histoires qui ont fait l'erreur d'investir ici. Le jour, le quartier n'est pas pire qu'un autre en réalité. L'esprit de lakou' est toujours là. Mais la nuit, c'est comme si tous les paumés s'étaient donné rendez-vous.
Commenter  J’apprécie          110
Au même moment, répondant au même ordre du ­palais, trois transports partent de la capitale, Port-au-Prince, pour rejoindre la même destination. Trois ­camions bâchés remplis, eux aussi, de petits tontons ­macoutes hargneux. Bérets sombres en travers du crâne, fusil ou machette sur les ­genoux, des billes remuant à la place des yeux, des garçons aussi terrifiés au-dedans qu’ils se donnent cet air terrifiant au-dehors. Des ­jeunes prélevés dans les campagnes les plus reculées et formés en quelques semaines à mordre le mollet qu’on leur désigne, la République indépendante d’Haïti en fabrique chaque mois des centaines, des milliers. Mais, ce jour-là, il n’en faut pas plus de soixante-deux pour pousser Jérémie [une ville de l’ouest du pays] dans l’abîme.
Commenter  J’apprécie          90
Le chef ne se trompe pas. Et quand il se trompe, il a tout de même raison.
Commenter  J’apprécie          60
Cette nuit, dans la mangrove, les hommes de Tavares que je guidais jusqu’à l’entrée du canal n’ont rien trouvé. Pas de trace du corps de Lize et je ne sais plus si je dois être soulagé ou non. Je ne ressens plus rien que de la haine pour le Bahaméen. Et cette haine dirigée, putain, voilà ce qui me soulage désormais. De retour au squat de La Havane, une bière à la main, je regarde Mélo et Frite cuisiner torse nu le crack. Il est 4 heures du matin. Face à face, les deux sont silencieux et concentrés. Ils portent des masques de chirurgien et des gants en latex. En vrac, devant eux, une boîte éventrée de bicarbonate, des flacons d’ammoniaque et d’alcool à 90 %, des sachets de levure Alsa, de la poudre de lait, quelques cachetons de Doliprane, mais surtout, au centre de la table, un petit tas de coke dans un bol en porcelaine dans lequel ils piochent chacun leur tour. Mélo fait une pause pour fumer une clope avec moi tandis que Frite lance une fournée. Le Dominicais a tellement fait ça toute sa vie qu’il pourrait baser sa coke en dormant. Il place d’abord sa blanche dans l’une des trois grandes cuillères qu’il a alignées devant lui. Il couvre la merde d’ammoniaque puis il fait aller et venir le métal sous la flamme pour faire apparaître le caramel au centre de sa cuillère. Dans la pénombre de la pièce, ses gants blancs dansent, précis, sous la flamme et jettent des ombres. De temps en temps, Frite rince la merde d’un peu d’alcool pour chasser l’ammoniaque et le dépôt, puis il recommence encore et encore. Il ajoute un peu de levure pour donner du volume. Le visage en biais, il observe de près le caillou et, si c’est assez, il finit par rincer dans un bol d’eau et dépose sa petite pépite cramoisie de crack avec les autres dans une boîte en plastique. La merde que Frite fabrique, je peux t’en parler, elle est très forte. Elle te défonce trois heures durant et les jumpy, c’est la clé, en redemandent. À la revente, je prends 200 % sur le moindre caillou produit ici. À Pointe-à-Pitre, il faut moins de trois heures à un de mes gars pour écouler cent vingt galettes. Ils dealent à La Havane mais surtout à « Washington », la cité Henri IV, où j’ai planté mon drapeau. Des points de vente sur les quatre barres qui cashent en toute saison, de jour mais surtout la nuit. Les cousins vendent la merde trente francs l’unité, jamais moins. Ils se protègent les uns les autres. Ils surveillent les accès grâce aux petits du quartier et, malgré l’envie de faire toujours plus d’oseille, je leur impose de tourner la vente d’une barre à l’autre. De la AA à la AD, c’est chaque jour, un hall différent. Aux camés de s’y retrouver.
Commenter  J’apprécie          20
Je ne sais pas si vous avez un jour ressenti ça avec quelqu'un mais j'ai l'impression que je fais partie de lui ou bien qu'il fait parti de moi. J'ai peur parfois de devenir lui. Il est sale parce qu'il vient droit du garage. Et cette odeur autour de lui, et qu'il amène jusqu'ici, c'est aussi le garage. Valvoline. Et cette farine ? Valvoline.
Commenter  J’apprécie          20
Mais quand la vieille femme blanche vient parmi nous, elle envoie du respect à la meute et ça calme tout le monde. J'ai jamais vu ça. Un frisson vient loin de mon enfance. Il me dresse les poils un à un sur la peau. Aujourd'hui, je le sais, j'ai trouvé plus fort que moi. Une petite femme ridée peut changer ma vie.
Commenter  J’apprécie          20
Les cousins vendent la merde trente francs l’unité, jamais moins. Ils se protègent les uns les autres. Ils surveillent les accès grâce aux petits du quartier et, malgré l’envie de faire toujours plus d’oseille, je leur impose de tourner la vente d’une barre à l’autre. De la AA à la AD, c’est chaque jour, un hall différent. Aux camés de s’y retrouver.
Commenter  J’apprécie          10
À Pointe-à-Pitre, il faut moins de trois heures à un de mes gars pour écouler cent vingt galettes. Ils dealent à La Havane mais surtout à « Washington », la cité Henri IV, où j’ai planté mon drapeau. Des points de vente sur les quatre barres qui cashent en toute saison, de jour mais surtout la nuit.
Commenter  J’apprécie          10
Ma Zoé en Haïti l’obscurité s’étend sur l’intelligence. En Haïti la bêtise défie le jour. Mais il me suffit de savoir que des gens comme toi continuent à faire le bien pour me redonner espoir.
Commenter  J’apprécie          10
En Haïti, la mort en mouvement, la répression, disent les historiens, n’est alors que le transport de troupes et rendez-vous nocturnes non consignés. De simples traits reliant des causes à leurs effets. A l’origine, invariable, il y a la volonté d’un homme réfugié sous l’écorce du pouvoir. A l’autre extrémité, des diables enivrés de leur propre importance et libérés du poids de la loi.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Stéphane Pair (61)Voir plus

Quiz Voir plus

Vendredi ou La Vie sauvage, Michel Tournier

L'aventure de Robinson et Vendredi se déroule:

Au XVIe siècle
Au XVIIIe siècle
Au XIXe siècle

20 questions
3580 lecteurs ont répondu
Thème : Vendredi ou La Vie sauvage de Michel TournierCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..