AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.1 /5 (sur 911 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris
Biographie :

Nicolas Lebel est linguiste, traducteur et enseignant.

Il est également auteur de romans policiers.

Nicolas Lebel a fait des études de Lettres et d’anglais puis il s'est orienté vers la traduction. Il est parti en Irlande quelque temps avant de devenir professeur d’anglais. Il enseigne aujourd’hui dans un lycée parisien.

Passionné de littérature et de linguistique, il publie en 2006 une première fiction, une épopée lyrique en alexandrins: "Les Frères du serment".

En 2013, il publie aux Éditions Marabout "L’Heure des fous", en 2014, "Le Jour des morts", en 2015, "Sans pitié, ni remords" puis, en 2017, "De cauchemar et de feu", quatre romans policiers caustiques où histoire, littérature et actualités se mêlent, des romans noirs qui interrogent et dépeignent la société française contemporaine avec humour et cynisme, dont le ton est souvent engagé, et le propos toujours humaniste. Ces trois romans mettent en scène le capitaine Mehrlicht.

Finaliste de la Plume de Cristal du FIFP Liège 2013 et finaliste du Prix du meilleur polar francophone Montigny 2013, il vit à Paris.

page Facebook: https://www.facebook.com/pages/Nicolas-Lebel-Polars/485293481534883
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
5 questions à Nicolas Lebel
Citations et extraits (320) Voir plus Ajouter une citation
marina53   26 mai 2016
L'heure des fous de Nicolas Lebel
Latour en avait vu, des veuves accablées et des veufs éplorés, se mollifier comme des méduses à la vue de l'être aimé sur la table d'inox, se raidir au contraire et fuir la salle en couinant. Elle en avait vu des crises de nerf, des cheveux arrachés, des rognures d'ongle, des geysers de larmes et des torrents de bave. (…) Elle en avait entendu des hurlements de bête blessée, des promesses tardives et des souvenirs en sursis, quand tout prenait sens trop tard ou n'en avait plus. La mort, ça secoue les humeurs, ça bouscule les molécules. On est peu de chose.
Commenter  J’apprécie          371
marina53   21 juin 2017
De cauchemar et de feu de Nicolas Lebel
[après les attentats de Bruxelles en mars 2016]

- Ils sont pas les musulmans qui font les bombes. Ils sont les assassins, reprit-il.

- Je sais, Jebril.

- Ils pensent que c'est le Dieu qui dit de faire la bombe, mais c'est l'imam fou !

Jebril s'agitait, clairement révolté par les récentes attaques.

- Je sais...

- Mais pourquoi elle dit pas, elle ?

Il désigna la journaliste de la main.

- Parce qu'elle a des ordres, certainement, pour orienter son débat ou pour apaiser les foules. Ou parce que, comme tout le monde, elle est perdue, abattue par les événements ; elle voudrait être en sécurité, mais pressent que ce ne sera plus jamais possible. Parce qu'elle se dit qu'elle a peur mais refuse de l'admettre pour qu'ils gagnent jamais. Parce qu'elle y pense dès que son mari ou ses enfants sortent dans la rue, dès qu'elle entend un pétard ou un cri, parce qu'il faut vivre avec ça désormais, et que c'est inhumain...
Commenter  J’apprécie          330
marina53   03 juin 2017
Sans pitié ni remords de Nicolas Lebel
- Hugo, récupère une pelle ! (…) T'as vu Le bon, la Brute et le Truand ? Le moment avec Clint Eastwood et la pelle ?

Hugo soupira.

- Non, commissaire. Mais ça veut dire que je creuse, c'est ça ?

- T'es balaise, Hugo. T'es sûr que t'as pas vu le film ?
Commenter  J’apprécie          330
marina53   31 mai 2017
Sans pitié ni remords de Nicolas Lebel
Parlons-en de l'air du temps, putain ! Il a une sale odeur. Ça fait trente ans qu'on progresse vers la pestilence avec une indignation courtoise. On peut traiter une ministre de la Justice de "singe" et lui jeter des bananes parce qu'elle est noire, on peut appeler "ayatollah" une ministre de l'Éducation nationale parce qu'elle est d'origine marocaine. Il y a trente ans, on pouvait rire de l'autre, on pouvait même rire avec lui. Je me souviens des Smaïn, des Coluche, des Boujenah, des Desproges, des Fellag et d'autres qui endossaient le rôle de l'autre, de l'étranger, avec plus ou moins de talent, et se marraient d'eux, de nous, du choc de la rencontre. Finalement, de l'homme dans tous ses états. Aujourd'hui, les fachos de tout poil ont distillé le pire de ces différences pour faire de cette moquerie fraternelle une haine politique. On parlait hier de Branly et du musée des Colonies. Aujourd'hui, en France, on laisse revenir les conceptions colonialistes des années 30, dignes de Hergé : on jette des bananes au Noir ; l'Arabe est jihadiste ou délinquant. Je repense à Sarkozy qui voulait renvoyer les délinquants dans leur pays, comme s'il y avait un pays dont les habitants sont les Délinquants ! On a morcelé l'espèce humaine en groupuscules rivaux pour mieux nous monter les uns contre les autres : les Noirs, les Jaunes, les Arabes, les Juifs, les homos, les fonctionnaires, les riches, les communistes, les rentiers, les retraités, les banquiers, les francs-maçons, les politiques, les chômeurs, les Roms, les intégristes, les profiteurs... À la fin de la journée, on a tellement d'ennemis qu'on ne sait plus qui on doit haïr en priorité ! Heureusement qu'il y a le "20 heures" pour nous donner des repères !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          303
marina53   19 juin 2017
De cauchemar et de feu de Nicolas Lebel
Je crois en Dieu seulement quand j'ai perdu mes clés. Souvent ça m'aide à les retrouver. Pour le reste, je préfère prendre les choses en main plutôt que de les confier à un type qui existe sûrement pas... ou qui se fout de nous. Ça m'évite pas mal de déceptions, notamment celle de passer des heures à me larmoyer. La religion, c'est ce qu'il nous reste quand le toubib sort de la pièce, la tête basse, en répétant qu'il est désolé. Si certains peuvent trouver du réconfort dans la vénération d'un dieu, je leur laisse ma place à la cathédrale, à la synagogue, au prieuré, à la mosquée, au fanum et au wat, au temple et à la ziggourat, à l'église et au gurdwara, au pathi et au vihara, à la pagode, au sanctuaire, au mandir et au baptistère, à l'égyptien sérapéum et à l'antique mithraeum. Qu'ils aillent y prier leurs invisibles dieux de semer leurs bontés du plus haut de leurs cieux !
Commenter  J’apprécie          300
marina53   28 avril 2016
Le jour des morts de Nicolas Lebel
Il y a deux jours, j'étais invité à un dîner chez un client. Le repas de l'angoisse: j'avais deux grosses bourgeoises de chaque côté qui parlaient d'une voix haut perchée et me sortaient des banalités au kilomètre. Pour te donner une idée, j'étais entre Bachelot et Boutin, tu vois ? Non, tu ne vois pas, il y a des choses que le cerveau se refuse à imaginer par instinct de conservation.
Commenter  J’apprécie          304
garrytopper9   21 juin 2014
L'heure des fous de Nicolas Lebel
- Il habite avec sa femme, Jeanne Crémieux, dans le cinquième arrondissement, 34, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève.

- Là, tu peux dire « habitait » parce ce que, en ce moment, il habite dans le douzième arrondissement, 2, place Mazas, à l’institut médico-légal.
Commenter  J’apprécie          300
marina53   02 juin 2017
Sans pitié ni remords de Nicolas Lebel
La vie était un flot irrépressible, indifférente aux douleurs intimes, aux deuils étrangers, aux plus profonds chagrins. Elle était eau, elle était clarté et emportait dans les ombres nos peines et nos défunts.
Commenter  J’apprécie          291
marina53   03 juin 2019
Dans la brume écarlate de Nicolas Lebel
Après avoir consulté les fichiers officiels et n'avoir trouvé aucune trace de la jeune femme, Dossantos s'était naturellement tourné vers le plus gros fichier de données individuelles et personnelles dont disposait la police : Facebook. Le lieutenant sourit. Parce que si le quidam était prêt à hurler à la violation de sa vie privée à la première occasion, il livrait lui-même cette vie privée en pâture au public, affichant à longueur de pages les photos de ses enfants, de ses animaux, de son intérieur, détaillant ses activités, ses achats, ses déplacements, ses voyages, dessinant son réseau d'amis, ses connaissances professionnelles, jusqu'à ses émotions et sentiments concernant son emploi, ses collègues, sa famille. Une source inestimable pour l'enquêteur qui, en quelques clics, pouvait construire un portrait-robot assez détaillé et plutôt fiable de l'individu ciblé. (…) On avait beau mettre les gens en garde, se répétait Dossantos, l'égo était le plus fort. Alors ils disaient tout. Facebook et Twitter étaient devenus des confessionnaux planétaires où le virtuel s'accommodait d'une vérité embellie pour le prix d'un like, un pouce pour seul salut et l'indifférence comme pénitence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Stelphique   19 décembre 2015
L'heure des fous de Nicolas Lebel
La mort, ça secoue les humeurs, ça bouscule les molécules.
Commenter  J’apprécie          300
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Sans pitié, ni remords" de Nicolas Lebel.

Qu'est ce que Jacques a en grande quantité chez lui ?

des livres
des tableaux
des montres

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Sans pitié ni remords de Nicolas LebelCréer un quiz sur cet auteur
.. ..