AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.75/5 (sur 223 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Originaire de Bourgogne, Sylvie Wojcik est traductrice indépendante et vit aujourd'hui à Strasbourg. Passionnée de littérature classique et contemporaine, elle a commencé par écrire des nouvelles et de courts récits pour elle-même et pour ses proches. Elle trouve son inspiration en marchant, au fil des sentiers.

Ajouter des informations
Bibliographie de Sylvie Wojcik   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Il sera question de hasard, d'audace et de renoncement, de choix, de promesses tenues ou non, de silence et de secrets. Les paysages d'Ecosse, omniprésents, grandioses et purs, qui gardent la trace de ceux qui passent et veillent sur eux, dévoileront la fuite, le déchirement entre passion et raison, fidélité et abandon. Une peinture de l'Ecosse magnifique ! À retrouver sur la librairie en ligne de la Griffe Noire : - Les dernières volontés de Heather McFerguson, de Sylvie Wojcik chez Arléa. https://lagriffenoire.com/les-dernieres-volontes-de-heather-mac-ferguson.html - Abonnez-vous à notre actualité littéraire pour recevoir chaque semaine les conseils lecture des libraires de la Griffe Noire ! https://lagriffenoire.com Belles lectures !

+ Lire la suite

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
Impossible de quitter cette terre qui le retient par sa vérité, son authenticité et sa désolation heureuse, où la nature s’exprime dans toutes ses forces et où il est beau de ne pas pouvoir lutter contre parce que, même quand les éléments se déchaînent, quand la marée vient frapper violemment les rochers ou quand les nuages se mettent en ordre de bataille, il y a toujours une faille, un ruban d’écume assagie ou un rai de lumière qui apporte l’espoir d’un apaisement.
Commenter  J’apprécie          280
Sylvie Wojcik
Elle a peut-être connu tous ces gens, se dit-il. Ce sont peut-être son frère, son père, son cousin. Et elle, comment était-elle? Grande ou petite? Mince ou un peu forte ? Avait-elle un visage long et anguleux ou plutôt arrondi? Il n'a pas de photo d'elle. S'il en avait une, même floue, il la reconnaîtrait peut-être ou au moins il pourrait se faire une idée d'elle. Pour cela, il faudrait chercher, ouvrir les tiroirs et les armoires, mais en a-t-il le droit? Il a hérité de sa maison, pas de son intimité. Malgré le sentiment de familiarité qu’il éprouve depuis son arrivée, il ne peut se résoudre à explorer les lieux. Elle a forcément laissé une indication quelque part, une explication du pourquoi. Pourquoi lui? À Paris, personne n'a pu l'aider, ni les généalogistes, ni les détectives, ni les spécialistes en héritage. Ils sont tous formels: il n'a aucun lien de parenté avec cette femme. Mais ces photos au mur veulent lui dire quelque chose. p. 23
Commenter  J’apprécie          150
(Les premières pages du livre)
En sortant de l’étude du notaire à Inverness, Aloïs rejoint immédiatement sa voiture. Si vous voulez y aller dès aujourd’hui, tâchez d'arriver avant la nuit. La route n’est pas évidente, lui a confié l'homme serré dans son costume trois pièces, avant de refermer la porte capitonnée de son bureau.
Après le pont de fer au-dessus de la rivière Ness, Aloïs entre dans le vif du paysage: un vallonnement de lande à perte de vue sous un ciel dessiné au couteau. Il quitte la route principale pour suivre une voie unique, bordée de traits blancs, avec des espaces de croisement sur le côté tels les renflements d'une veine.
La visibilité est réduite. Chaque tournant pourrait être un tremplin vers le vide. Aloïs serre à droite. Non, à gauche. Ici on roule à gauche.
Ses repères sont bouleversés. L'essentiel est de garder le cap.
Aloïs ne croise personne, ce qui le rassure et l’inquiète à la fois. Il a hâte d'arriver. La route tourne et grimpe jusqu’à un plateau surplombant la baie. Il s'arrête et relâche ses bras qui s'étaient crispés sur le volant. La lumière du soir s’est déposée par cristaux en contrebas, à la surface de l'eau. Mer, lac, fjord? Il ne sait pas très bien. Il y a l’eau, il y a la terre, la terre percée d’eau ou la mer recouverte d’îlots, il ne saurait dire. Tout cela l’attire mais ne lui rappelle rien, ne lui parle pas. Seul le vent qui s'engouffre dans son caban lui souffle de continuer sa route. La Fiat 500 rouge, louée ce matin à l'aéroport d'Édimbourg, descend prudemment vers la baie d’Applecross.
Le cœur du village est une rue bordée de maisons blanches, tapies les unes contre les autres, comme rejetées d'un bloc par la marée, Aloïs arrive avec le crépuscule. C'est la dernière maison, lui a dit le notaire, avec un ancien fumoir à saumon à l'arrière. À quoi peut bien ressembler un fumoir à saumon? Il n'en a aucune idée.
Il s'engage doucement dans la rue jusqu'au pub. L'endroit est animé. Les vitres sont couvertes de buée. Quelques personnes fument devant la porte, d'autres discutent dans la rue. Aloïs est obligé de s'arrêter. Les gens s'écartent lentement en faisant un signe de la main. Par la porte ouverte, il discerne des voix fortes et des verres qui s'entrechoquent. Bientôt des notes échappées de cordes pincées émergent du brouhaha. Les voix si inégales quand elles parlaient, avec le chant ne font qu'une. Aloïs reste là quelques secondes avant de poursuivre son chemin.
Il y a de la lumière à l'intérieur et des bottes en caoutchouc sur le paillasson. Il a dû se tromper. C'est pourtant bien la dernière maison. Il cherche une sonnette et ne trouve qu'un heurtoir à mi-hauteur de la porte, une main effilée en bois dur qu'il n'ose pas toucher, mais déjà la porte s'ouvre. Une femme emmitouflée dans un châle à franges trop grand pour elle lui fait signe d'entrer.
Elle s'appelle Eileen et était la meilleure amie de l'ancienne propriétaire, Heather McFerguson. C'est elle qui a entretenu la maison depuis le départ de Heather. Le notaire lui avait demandé d'être là aujourd'hui. Depuis ce matin, elle attend, mettant encore de l'ordre par endroits.
— Heather était tellement méticuleuse, s'empresse-t-elle d'ajouter. Elle n'aurait pas souhaité que sa maison soit laissée à l'abandon, même si, à la fin, la pauvre ne s'en préoccupait plus. Elle ne pouvait même plus dire où elle habitait. C'est triste. Vous avez acheté la maison avec le mobilier, je crois ?
Acheté? Aloïs croit avoir mal compris. Pourtant les paroles d'Eileen sont parfaitement claires malgré son accent. Non, cette maison, il ne l'a pas achetée. Elle semble l'ignorer et c'est certainement mieux ainsi. D'ailleurs, personne n'avait prévenu Aloïs de la présence de cette femme. Il ne s'en offusque pas, il est juste un peu surpris.
— Oui, bien sûr, j'ai tout acheté.
— Alors, je vous montre. Mais avant, vous prendrez bien une tasse de thé?
Aloïs a hâte d'être seul mais il lui est impossible de refuser. Il comprendra vite qu'ici personne n'entreprend jamais rien d'important avant de boire une généreuse tasse de thé. Un thé fort, adouci par un nuage de lait frais, entier.
Après lui avoir signalé plusieurs défauts de la maison, le chauffe-eau qui siffle, la fenêtre de la chambre qui ferme mal, le portillon qui grince, Eileen se décide enfin à prendre congé. S'il a besoin de quoi que ce soit, qu'il n'hésite pas à venir la voir. Elle tient l'épicerie du village.
— Ah, j'oubliais. Voici ma clé, dit Eileen, hésitante, pensant peut-être qu'Aloïs lui proposerait de la garder.
— Merci. La clé d'Eileen serrée au creux de la main, il reste quelques minutes adossé à la porte d'entrée, observant l'intérieur de la maison.

«Selon les dernières volontés de Miss Heather Margaret Jane McFerguson…» Heather Margaret Jane McFerguson. Combien de fois avait-il prononcé, à haute voix ou en lui-même, ce nom inconnu, cette suite de sons qu'il trouvait harmonieuse mais qui n'éveillait rien en lui? Chaque soir avant de s'endormir, il se répétait: Heather Margaret Jane McFerguson, Applecross, pour essayer de faire ressurgir ne serait-ce que l'esquisse d'un souvenir. Il l'avait même prononcé dans son sommeil. C'est ce que lui avait dit Anne lorsqu'elle était venue chercher ses cartons et qu'ils avaient dormi sous le même toit pour la dernière fois. Mais trop impatiente de partir et absorbée par sa nouvelle vie, elle n'avait fait aucun cas de ces paroles, ni posé aucune question.
Une fois seul pour de bon, un lundi après-midi, Aloïs ferma la librairie et, dans l'arrière-boutique, il relut avec attention la lettre venue d'Écosse. Qui pouvait bien être cette femme? Applecross, Highlands, Écosse, où était-ce exactement? Aloïs ne connaissait personne dans ce pays. Il avait cru d'abord à une erreur mais son état civil, décliné dans les documents, était en tous points exact: Aloïs François Marie Delcos, né le 11 juillet 1969 à Paris, VIe.
Il se récita quelques phrases toutes faites en anglais, piochées dans un vieux Harrap's, et après maintes répétitions et hésitations, se résolut à téléphoner à Inverness. Le notaire lui expliqua la situation dans un français impeccable. La défunte lui avait dicté son testament environ deux ans avant son décès. Elle était venue seule, avec toutes les informations en tête concernant son héritier. Avec clarté et détachement, le notaire expliqua à Aloïs qu'il pouvait refuser l'héritage sans donner de motif, par simple lettre recommandée. Il disposait d'un délai légal d'un mois avant de se décider. Aloïs essaya d'obtenir quelques informations sur cette femme, mais le notaire lui répéta ce qui figurait déjà dans le courrier : nom, adresse, date et lieu de naissance. Il ajouta qu'elle était décédée à «l'entité spécialisée» de l'hôpital d'Inverness, qu'elle avait toujours vécu à Applecross, dans cette maison qu'elle lui léguait et qu'elle tenait de ses parents. Elle était célibataire, n'avait ni frère ni sœur, ni aucune autre descendance. Sur le formulaire officiel du testament, elle avait certifié sur l'honneur n'avoir aucun lien de parenté avec Aloïs. D'après les recherches généalogiques d'usage, elle n'en avait pas non plus avec quiconque encore de ce monde. Toutes ces informations figureraient sur l'acte de succession qui lui serait remis s'il acceptait le legs. C'est tout ce que le notaire avait à lui dire. Il avait exclusivement pour rôle de faire appliquer le droit et de respecter la volonté de ses clients, pas de fouiller dans leur passé. Aloïs aurait voulu lui demander si elle lui avait parlé de lui mais il sentit bien qu'il n'obtiendrait rien de plus de cet homme si attaché à son devoir. Il lui dit poliment qu'il allait réfléchir. Le soir même, dans son appartement, Aloïs ouvrit l'ancienne malle de voyage où il conservait les quelques objets qui lui restaient de ses parents. Sous les coussins en soie élimés, il sortit le Polaroïd et la caméra Super 8 de son père, les paquets de lettres et de cartes postales serrées par des élastiques et les boîtes à chapeau de sa grand-mère maternelle, remplies de photos en noir et blanc. Il explora la malle de fond en comble et relut chacune des lettres, à la recherche d'une photo, d'un mot, d'un signe ou d'une allusion à cette femme ou à ce pays. Il y passa la nuit, la suivante et encore la suivante. Parce que la nuit, pensait-il, serait plus propice à révéler les secrets. Mais ces nuits-là le laissèrent dans les ténèbres les plus profondes. Pas un début d'explication. Rien, à part des anecdotes qu'il connaissait déjà et qui l'avaient toujours ennuyé. Rien d'Écosse ni d'Applecross, rien de Heather ni de Margaret, ni de Jane, ni de McFerguson. Il replaça le tout dans la malle, à l'exception de l'album photo de son enfance et de quelques livres de sa jeunesse qu'il fut heureux de retrouver.
L'album recouvert de cuir peint avait été confectionné par sa mère, restauratrice de livres. À l'intérieur, elle avait inséré des photos de son fils. Les photos classiques d'un jeune enfant, entouré et choyé: premier sourire, premier anniversaire, premier Noël, premières vacances à la mer. Aloïs les connaissait par cœur mais, ce soir, il avait l'impression de les regarder pour la première fois. Il s'attachait aux détails, surtout aux visages et aux expressions. Il observait son enfance avec recul et, peu à peu, avec effroi. Était-il vraiment un des leurs?
Parmi les livres sortis de La malle, il mit la main avec émotion sur Le Seigneur des anneaux de Tolkien, version illustrée avec la carte détachable du monde où se déroule l'intrigue: la Terre du Milieu. Un livre qu'il avait lu tant de fois pendant ses jeunes années et qu'il n'avait pas touché depuis. Un monde où, adolescent, il s'était si souvent retranché. Il dépoussiéra délicatement la couverture et, assis sur son lit, il l'ouvrit et entra chez les Elfes et les Hobbits, dans des lieux qui le fascinaient et l'effrayaient à la fois. Il entama une nouvelle lecture de son Seigneur des anneaux jusqu'à tard dans la nuit
Commenter  J’apprécie          70
Depuis qu'elle avait trouvé ce magazine un soir d'errance dans le dernier tram, Gaëlle élaborait son plan. Elle quitterait Ludo, leur squat de la ruelle aux pinsons et leurs rêves qui s'épuisaient sur un bout de trottoir, pour suivre le tracé rouge de la carte, de point en point.

(Incipit - Page 7)
Commenter  J’apprécie          100
Pour Jeanne, marcher c'est vivre, avancer grâce à la force des instants passés et des êtres aimés, sans jamais s'arrêter et, parfois se laisser surprendre par une bête égarée.
Commenter  J’apprécie          80
Profite de chaque moment sans chercher à l'interpréter. Il en sera d'autant plus beau. Ce que tu as ressenti ce soir, garde-le comme une perle précieuse pour confectionner, avec toutes les autres que tu collectionneras, le collier de ta vie.
Commenter  J’apprécie          70
profite de chaque moment sans chercher à l’interpréter. Il en sera d’autant plus beau. Ce que tu as ressenti ce soir, garde le comme une perle précieuse pour confectionner, avec toutes les autres que tu collectionneras, le collier de ta vie.
Commenter  J’apprécie          70
Impossible de quitter cette terre qui le retient par sa vérité, son authenticité et sa désolation heureuse, où la nature s’exprime dans toutes ses forces et où il est beau de ne pas pouvoir lutter contre parce que, même quand les éléments se déchaînent, quand la marée vient frapper violemment les rochers ou quand les nuages se mettent en ordre de bataille, il y a toujours une faille, un ruban d’écume assagie ou un rai de lumière qui apporte l’espoir d’un apaisement.
Commenter  J’apprécie          50
Plusieurs groupes entrent bruyamment dans le pub. Des voix claires s'élèvent au-dessus du bruit. Jim boit une longue gorgée de bière. Il fredonne en tapant légèrement sur la table. Aloïs est lui aussi peu à peu habité par ces mélodies. Une mousse nourrissante déborde des verres. Depuis des générations, on vient s'abreuver de chants, se repaître de ces moments qui font lien.
....
Le soir, dans un pub, et encore plus un soir de concert, on ne reste jamais seul.
Commenter  J’apprécie          50
Impossible de rentrer, pour l'instant ou jamais. Impossible de quitter cette terre qui le retient par sa vérité, son authenticité et sa désolation heureuse, où la nature s'exprime dans toutes ses forces et où il est beau de ne pas pouvoir lutter contre parce que, même quand les éléments se déchaînent, quand la marée vient frapper violemment les rochers ou quand les nuages se mettent en ordre de bataille, il y a toujours une faille, un ruban d'écume assagie ou un rai de lumière qui apporte l'espoir d'un apaisement. 
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Sylvie Wojcik (283)Voir plus

Quiz Voir plus

Quand les aliments portent des noms insolites ou pas...

Les cheveux d'ange se mangent-ils ?

Oui
Non

10 questions
44 lecteurs ont répondu
Thèmes : nourriture , fruits et légumes , fromages , manger , bizarreCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..