AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 76 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Drancy , le 5/07/1977
Biographie :

Thomas Porcher est un économiste, membre du collectif Les économistes atterrés, professeur à PSB Paris School of Business et essayiste français.

Il est docteur en économie à l'université de Paris Panthéon-Sorbonne, professeur en Marchés des matières premières à l'ESG Management School et enseignant en Economie et géopolitique de l’énergie dans le Master 203 à l'université Paris-Dauphine. Il a également été chargé de cours à l'université Paris Descartes en Economie internationale et en Théories et modélisations financières. Il fait partie du groupe des économistes atterrés.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Interdit d'interdire, Frédéric Taddeï sur RT France. A quand le réveil du peuple français?
Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
BurjBabil   02 juin 2020
Les Délaissés de Thomas Porcher
La grande hypocrisie de notre société est de faire comme si les burn-out, le malaise au travail ou les suicides étaient les conséquences de problèmes individuels et non pas structurels. La solution à la souffrance au travail se trouverait donc dans le développement personnel.
Commenter  J’apprécie          151
carre   18 avril 2020
Les Délaissés de Thomas Porcher
Honnêtement, qu'avait fait de mieux François Hollande que Nicolas Sarkozy pour les agriculteur ? Vingt ans d'alternance droite-gauche qui avaient vu les exploitations fermer, les salaires diminuer et les suicides augmenter.

Pourquoi ? parce que s'occuper de nos agriculteurs suppose de remettre en cause des dogmes comme la productivisme, la mondialisation et la financiarisation de notre économie.
Commenter  J’apprécie          220
Dionysos89   04 avril 2020
Les Délaissés de Thomas Porcher
Cerise sur le gâteau, le 1 % des ménages les plus riches, qui possède déjà 25 % du patrimoine français et qui a été le principal bénéficiaire de la croissance économique ces trente dernières années, a obtenu une diminution d’impôts de 4 milliards d’euros avec la réforme de l’impôt sur la fortune ISF), tandis que symétriquement étaient annoncées une diminution des APL et des baisses de moyens pour le service public, notamment l’hôpital qui a dû faire 1,6 milliard d’économie en 2018.
Commenter  J’apprécie          112
Thomas Porcher
Hardiviller   20 mars 2020
Thomas Porcher
De 1980 à 2007 , cette logique libérale a été poussée à son paroxysme , au point qu'elle a fini par permettre à la première puissance mondiale , les Etats-unis , de distribuer des salaires très faibles pour compenser les coûts des entreprises et de créer des prêts spécialement pour les pauvres ( les subprimes ) pour qu'ils puissent consommer tout en ayant des salaires de misère . La déréglementation du système financier a ensuite permis de se débarrasser de ces emprunts non remboursables en les transformant en titres pour les faire disparaître dans un système financier parallèle nommé ' shadow banking " ce système complètement fou a fini par provoquer la crise de 2007 . Sauf que à la différence de la crise pétrolière des années 1970 , cette crise n'a pas engendré un chamboulement des forces aboutissant à un nouveau mode de régulation de l'économie . Bien au contraire , la logique libérale s'est renforcée .
Commenter  J’apprécie          101
Hardiviller   21 mars 2020
Traité d'économie hérétique de Thomas Porcher
Les prétendus défenseurs de l'Europe ------ aiment mettre en avant le modèle allemand , il est vrai que l'Allemagne a un excédent budgétaire , que sa dette est revenue à son niveau de 2005 et qu'elle a un excédent commercial ----c'est aussi le pays où les inégalités ont le plus progressé entre 2000 et 2010 , le taux de pauvreté y a augmenté de 54 % en dix ans , le taux de travailleurs pauvres a doublé , les personnes cumulant deux emplois ont augmenté de 80,7 %et le nombre de retraités pauvres de 30 % . Enfin le manque d'investissement de l'Etat a engendré une dégradation des infrastructures publiques . L'Allemagne est en fait un pays riche ---- avec beaucoup de pauvres .
Commenter  J’apprécie          105
Stemilou   21 mars 2018
Traité d'économie hérétique de Thomas Porcher
Ce que ne vous dirons jamais les représentants du MEDEF ou autres experts libéraux, c'est que des cadeaux fiscaux qu'ils ont défendus comme le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) -mis en place en 2013 puis remplacé par un allègement de cotisations sociales patronales depuis l'élection d'Emmanuel Macron - et le crédit d'impôt recherche (CIR) - entré en vigueur en 2006 - sont considérés comme des subventions et donc augmentent la dépense publique! Donc oui, il faut baisser la dépense publique quand il s'agit de service public, jamais quand il s'agit de subventions offertes aux entreprises.
Commenter  J’apprécie          90
talou61   23 février 2019
Traité d'économie hérétique de Thomas Porcher
Cette volonté d'uniformiser la pensée économique, d'étouffer la diversité des analyses est dramatique. Elle suppose qu'en démocratie il peut y avoir des alternances politiques mais pas d'alternatives économiques.
Commenter  J’apprécie          60
xTHX1138x   20 avril 2020
Traité d'économie hérétique de Thomas Porcher
Au départ, l'Union européenne fut tiraillée entre deux voies : l'une plus interventionniste et l'autre plus confiante dans le marché. Lors des négociations concernant le marché unique au début des années 1980, l'European round table - un puissant lobby du patronat - était divisé sur la voie à suivre. Une partie de ses membres défendait l'idée que le marché unique devait être un espace de concurrence, l'autre partie prônait qu'il fallait créer des champions européens en les protégeant, au départ, de la concurrence mondiale (type Airbus mais élargi à tous les champs : énergie, transports, etc.). C'est Jacques Delors, président de la Commission européenne (et socialiste), qui, au milieu des années 1980, fera pencher la balance en faveur de la concurrence.

Dès lors, la dynamique libérale va s'enclencher fortement avec la création du marché unique, la libre circulation des biens, des services et des personnes, la monnaie unique et enfin l'ouverture du marché européen aux échanges mondiaux. L'Union européenne est ainsi devenue la zone au monde la moins couverte par des tarifs douaniers. Gangrénée par les lobbies, elle ne sera qu'un bouclier de verre face à la financiarisation de l'économie, la spéculation, la malbouffe ou la pollution. L'Union européenne, plutôt que de protéger ses citoyens des effets délétères de la mondialisation, en est devenue la principale courroie de transmission.



Il n'est donc pas étonnant qu'en 2006, suivant cette idéologie, l'Union européenne mette en place une stratégie nommée "Global-Europe : Competing in the World" visant à signer des accords de libre-échange de nouvelle génération avec ses principaux partenaires commerciaux. Le terme "nouvelle génération" signifie que ces accords traitent des obstacles du commerce derrière les frontières, c'est-à-dire sur les normes établies à l'intérieur d'un pays, contrairement aux anciens traités qui se focalisaient sur les barrières douanières. Or, les normes peuvent être différentes d'un pays à un autre et elles représentent des obstacles ; le but est d'harmoniser ces normes afin qu'il n'y ait plus aucune (ou quasiment) entrave à la libre circulation des biens et des services. C'est dans le cadre de cette stratégie que s'inscrivent les fameux traités transatlantiques avec les Etats-Unis et le Canada dénommés TAFTA et CETA... (p.204-206)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ebardin   14 novembre 2018
Traité d'économie hérétique de Thomas Porcher
"Notre réflexion est contrainte par le cadre du raisonnable; vouloir en sortir, c'est devenir utopiste. Mais fixer un cadre de réflexion en dehors duquel il est impossible de débattre n'est-il pas la meilleure façon de dominer les esprits?" p. 15

"L'histoire économique montre pourtant que les frontières de ce cadre peuvent bouger, qu'elles ne sont pas déterminées objectivement mais qu'elles dépendent des rapports de force en vigueur. [...] Au cœur de la science économique, il existe un entremêlement de discours contradictoires, de sorte que les questions économiques n'admettent jamais une seule réponse."

p. 43

"Emmanuel Macron n'a jamais eu à se justifier de ses erreurs et a été élu président de la République. Quelqu'un lui a-t-il demandé pourquoi, alors qu'il a été un conseiller du président si présent et un ministre de l’Économie tellement dynamique, les chiffres du chômage ont continué à augmenter? [...] Interroger un ancien conseiller et ministre de l’Économie sur son bilan semble anormal. A l'inverse, dire à un chômeur qu'il doit se prendre en main, faire preuve de bonne foi, accepter des offres d'emploi qui ne correspondent pas à ses qualifications... semble relever du bon sens." p. 69

"Si vous n'adhérez pas au projet qu'on vous propose, la seule alternative est la suivante: soit vous n'avez pas compris ce dont il s'agit, et il suffit alors de vous expliquer plus longuement la réforme pour que vous soyez convaincus, soit vous avez tout à fait saisi les enjeux, mais vous n'êtes pas d'accord, alors vs vs comportez en enfant gâté." p. 79

"Personne pour rappeler que la dépense publique ne tombe pas dans un trou noir, mais finance l'éducation, les hôpitaux, la police, la justice, les retraites ou les prestations chômage." p. 93

"Dans les faits, il n'y a rien de plus stupide que de comparer la dette d'un pays à la dette d'un ménage (un pays ne meurt pas et ne peut être saisi). Il n'y a rien de plus idiot que de se focaliser sur la dette sans prendre en compte le patrimoine (surtout si le patrimoine est plus élevé que la dette.) p. 122

"sur le premier argument, de la fuite des riches, les chiffres de l'administration fiscale montrent que les départs sont de l'ordre de 800 par an et les retours de 300, soit un solde de départs nets de 500 ménages (0.2 assujettis à l'ISF) pour un manque à gagner moyen s'élevant à 170 millions d'euros par an pour les finances publiques. C'est donc pour éviter de perdre 170 millions par an que le gouvernement a décidé d'exonérer une partie de l'ISF et de perdre 3.5 milliards d'euros par an!"

p. 139

"au-delà d'un certain niveau de consommation d'énergie, le bien-être n'augmente plus (ce qui signifie que la consommation d'énergie supplémentaire devient superflue). Pourtant, un certain nombre de pays sont au-dessus de ce seuil comme les États-Unis, le Japon, la Suède ou l'Australie. Ces pays pourraient donc réduire leur consommation sans affecter leur qualité de vie. Il n'est donc plus question de nécessité mais de choix."

p. 152

" des pays se sont spécialisés dans des biens à l'export pour satisfaire la demande extérieure (principalement des pays riches) plutôt que de satisfaire leur demande intérieure; [...] des populations extrêmement pauvres, ont vu leur situation se dégrader [...] Le FMI .. est une instance autoritaire visant à imposer une logique libérale qui sert principalement aux intérêts des pays riches." p. 194

"Désormais, n'importe quelle loi ou n'importe quel choix politique peut être perçu comme une entrave à l'investissement de l'entreprise et faire l'objet d'une contestation devant les tribunaux. Avec ce type de mécanisme, les intérêts commerciaux se trouvent juridiquement placés au-dessus des préférences des nations."p. 212

"les limites du cadre de réflexion économique ne sont pas déterminées de manière objective et [...] elles peuvent donc, par définition, bouger. La sécurité sociale ou les congés payés étaient des mesures qui, en leur temps, pouvaient paraître en dehors du cadre autorisé de réflexion. Et s'ils ont vu le jour, c'est justement parce que certains ont repoussé les limites du débat." p. 219

"les pays pauvres, en se spécialisant, se sont enfermés dans le sous-développement. Les seuls véritables gagnants du libre-échange sont les multinationales qui peuvent optimiser leurs profits." p. 228
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
xTHX1138x   16 avril 2020
Traité d'économie hérétique de Thomas Porcher
Concrètement, un plan efficace pour le climat devrait reposer sur quatre piliers : développer massivement les énergies renouvelables ; investir dans l'efficacité et la maîtrise de notre consommation d'énergie (notamment avec la rénovation des bâtiments) ; consommer le plus localement possible (et donc en finir avec les traités de libre-échange) ; développer l'économie circulaire (notamment en élargissant le recyclage des déchets). Pourtant, plutôt que de mettre en place des politiques volontaristes, les dispositifs actuels reposent principalement sur des mécanismes incitatifs de marché : prix du carbone, subventions, fiscalité, crédit d'impôt. Ces instruments ont une certaine efficacité, mais force est de constater qu'ils sont largement insuffisants pour porter une transition énergétique ambitieuse. Dans le fond, tout le monde sait ce qu'il faut faire pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique mais personne ne veut le faire directement et préfère passer par des chemins détournés. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il ne faudrait pas heurter certains intérêts financiers importants comme ceux des grandes compagnies pétro-gazières ou des grandes banques qui ont prêté des sommes énormes à ces compagnies et qui veulent récupérer leur mise. Tout ce beau monde fait un lobbying énorme pour que le changement soit lent et repose majoritairement sur le consommateur. La lutte contre le réchauffement climatique est devenu un slogan publicitaire pour les compagnies comme pour les politiques. Jamais une réalité. (p.149-151)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur