AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.99 /5 (sur 91 notes)

Biographie :

Née dans les Yvelines en 1971, passionnée d'Histoire, V. Valeix a été membre de la Fondation Napoléon. À la suite d'un déménagement en Normandie, intéressée depuis toujours par l'apiculture (son arrière-grand-père était apiculteur en Auvergne), elle fonde les ruchers d'Audrey. Elle s'engage alors dans le combat contre l'effondrement des colonies, la "malbouffe" et dans l'apithérapie (soins grâce aux produits de la ruche). Elle eut l'honneur d'être amie - et le fournisseur de miel - de sa romancière favorite, Juliette Benzoni, reine du roman historique, malheureusement décédée en 2016. Cette dernière a encouragé ses premiers pas dans l'écriture "apicole". --Ce texte fait référence à l'édition pocket_book.

Ajouter des informations
Bibliographie de Valérie Valeix   (12)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
L'amitié voit le jour dans les moments joyeux ; elle grandit dans les épreuves.
Commenter  J’apprécie          120
Jérôme s'étonna que Vavasseur manifestât si ouvertement sa pédérastie.
Pratique condamnée sous l'Ancien Régime, le Code pénal de 1791 n'en fit plus mention. Cette absence de texte légal conduisit à ne plus la sanctionner, et cela embarrassait bien les forces de l'ordre, lesquelles continuer de brimer ceux qui si livraient à des actes "contre nature". En 1810, on ajouta "outrage public à la pudeur" au Code, car, dans les faits, si la pédérastie n'était pas pénalisée, la société la réprouvait et la police poursuivait sa traque des sodomites, sauf s'ils s'appelaient Cambacérès, bien sûr !
Commenter  J’apprécie          70
Le capitaine Blain est un soldat aguerri. S’il avait voulu vous tuer, croyez-moi, vous ne seriez pas là pour en parler.
Commenter  J’apprécie          70
- Bien que la cour des Miracles ait officiellement disparu avec monsieur de La Reynie au XVIIIe siècle, il subsiste par mal de bouges dans Paris où les malheureux se réfugient…
- Et où sévit une vermine dévastatrice, ce n'est pas à vous que je vais l'apprendre, monsieur Larrey.
- Certes.
- Tout comme dans vos services de santé, il me faut combattre l'ignorance, l'égoïsme, la roublardise, l'immobilisme des politiciens gras à lard qui ne songent qu'à leurs plaisirs immédiats et ne peuvent imaginer qu'un jour cette misère puisse se rebeller. Vous verrez, monsieur Larrey, nous n'en avons pas fini avec les bouleversements politiques …
Commenter  J’apprécie          20
Chaque contremarche était ornée d'une citation d'encouragement à devenir meilleur. Audrey en reconnut quatre, extraites des accords toltèques, règles de vie menant vers la liberté intérieure."Ayez la parole impeccable", "N'en faites jamais une affaire personnelle ", "Faîtes de votre mieux chaque jour, ni plus ni moins " , "Ne faites jamais de suppositions "
Audrey tâchait d'appliquer cette philosophie au quotidien, surtout depuis la disparition d' Antoine.
Avec plus ou moins de réussite, selon les jours.
Commenter  J’apprécie          20
Qui dit plus de longévité dit plus d’abeilles, plus de venin et plus de gelée royale et là on a les labos sur le dos et l’Apis Dei sur les talons.
Commenter  J’apprécie          30
Dans l'attente de déterminer le caractère intentionné ou non de ces blessures, tous ceux qui ont un doigt tronqué ou une main percée de balles, soit exactement deux mille sic cent trente-deux jeunes hommes, son enfermés dans un camp retranché de la douane à un quart de lieue de la ville sur la grande route de Bauzen. Les chefs des services de santé, Desgenettes, médecin en chef de la Grande Armée, Yvan, chirurgien personnel de Napoléon et en chef des Invalides, et Larrey, chirurgien en chef de la Grande Armée, sont convoqués afin de donner leur avis sur la question. Yvan et Desgenettes penchent pour la préméditation. Larrey émet de sérieux doutes. Napoléon, fou de rage à l'idée que la Grande Armée n'ait plus la foi au point que certaines de ses recrues veuillent se sectionner un membre, ne suit pas son chirurgien en chef et ordonne la constitution d'un jury médical chargé de désigner les coupables.
Commenter  J’apprécie          10
Un parfum sucré lui revint soudain à la mémoire.
- François, tu te souviens des pâtes de fruits de l'Impératrice ?
- Oui. Elles étaient délicieuses. Bientôt, ma Lisette, tu pourras en remanger.
Lise secoua la tête et ferma les yeux, toute à ses réminiscences.
- Jamais plus elles n'auront ce goût-là.
- Pourquoi pas, si l'on retourne chez Berthelemot...
- Parce que l'Impératrice est morte, tout comme l'esprit de la Révolution dont Napoléon avait hérité et qu'il a trahi en épousant Marie-Louise.
Commenter  J’apprécie          10
« – Ils disent que la mère Garcin a été étranglée avec un fil en acier. Comme celui dont on se sert pour filer les cadres afin d’y accrocher la feuille de cire.
Audrey avait en effet appris lors de sa déposition, deux heures plus tôt, que la propriétaire des Champagne Garcin avait été étouffée de face au moyen d’un fin fil d’acier qui, d’ailleurs, était resté dans les chairs entamées. L’assassin avait pris place côté passager. Des analyses étaient en cours pour déceler des empreintes ou des traces ADN sur le fil en question. La voiture était également passée au crible, de même que le corps de la victime envoyé à l’Institut médico-légal du CHU Robert Debré de Reims.
Elle observa Nadège Fleuriot dont les doigts tremblants tentaient d’ajuster grâce à des points de colle, les deux bords d’un anneau en résine transparent rempli de pollen multicolore préalablement déshydraté. La quadragénaire aux longs cheveux blonds et au nez pointu rougi s’était fait une spécialité des bijoux issus des produits de la ruche. Labellisés « Nad’Art », une quarantaine de pendentifs, bagues et autres bracelets de toutes sortes ornés d’abeilles ou de pollen sous verre s’alignaient sur la longue table de bois de son atelier du premier étage. »
Commenter  J’apprécie          00
- Hélas, la corruption a toujours régné à peu près partout, et pas que dans la police - tu l'as vu comme moi -, également dans l'armée, chez les commissaires des guerres censés chercher le meilleur pour habiller le soldat, mais en réalité, trichant sur la qualité de la marchandises blancs-becs ou vieilles culottes, tous allaient pieds nus assez rapidement faute de vrais souliers.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

L'univers de Valérie Valeix en 10 questions

Quel est le vrai nom de l'héroïne des enquêtes de l’apicultrice ?

Audrey Atiers
Audrey Astier
Audray Astier
Audrey Atier

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Valérie ValeixCréer un quiz sur cet auteur