AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.77 /5 (sur 2313 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : St Columb Minor , le 19/09/1911
Mort(e) à : Perranarworthal , le 19/06/1993
Biographie :

Sir William Gerald Golding était un écrivain britannique.

Fils d'instituteur, il fréquente l'école de Marlborough et poursuit ses études à Oxford où il obtient son diplôme de littérature anglaise. Il travaille ensuite quelque temps dans un petit théâtre en tant qu'auteur, acteur et producteur. Il devient professeur d'anglais et de philosophie à Salisbury en 1939.

Marié en 1939 et père de deux enfants, il est mobilisé en 1940 dans la marine et participe au débarquement sur les côtes françaises. Après la guerre, il reprend son poste à Salisbury de 1945 à 1962 pour se consacrer à l'écriture. Il est fait commandeur de l'ordre de l'Empire britannique en 1966.

Il est également connu pour avoir proposé au scientifique et ami, James Lovelock, la terminologie de Gaia, du nom de la déesse grecque de la Terre, synonyme de biosphère et géomorphologie dans les sciences naturelles et de Mère Nature dans les mouvements ésotériques.

Appartenant au courant postmoderniste, ses romans ont souvent traité du mal, de l'opposition entre la barbarie instinctive de l'homme et l'influence civilisatrice de la raison. Thèmes que l'on retrouve dans "Sa Majesté des mouches", son premier roman (1954) et son livre le plus connu.

Pendant les années 80, il reçoit plusieurs honneurs. D'abord, il obtient le prix Booker en 1980 pour "Rites de Passage", ensuite il reçoit le prix Nobel de littérature en 1983 et finalement, il est fait chevalier (anobli) en 1988.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
"Sa Majesté des mouches", de William Golding (Alchimie d'un roman, épisode n°43)
Citations et extraits (179) Voir plus Ajouter une citation
Gwen21   25 juin 2013
Sa majesté des mouches de William Golding
Note bibliographique sur William Golding (par lui-même)



Le salut de l'humanité réside en chacun de nous, non pas dans un système, une croyance, ou à l'intérieur d'une frontière donnée. L'ennemi n'est pas au-dehors, mais en dedans.
Commenter  J’apprécie          621
pdemweb1   21 juin 2017
Sa majesté des mouches de William Golding
page 20

Ralph comprit et souffla en comprimant son diaphragme.

Immédiatement la conque répondit. Une note sonore vibra sous les palmiers, parcourut les dédales de la forêt et son écho fut renvoyé par le mur de granit rose des montagnes. Des nuées d'oiseaux sortirent des arbres, quelque chose glissa dans les broussailles avec un cri perçant.

Ralph décolla ses lèvres de la conque :

- Formidable ! S'exclama-t-il.

Commenter  J’apprécie          601
cicou45   28 novembre 2014
Sa majesté des mouches de William Golding
"Les plus grandes idées sont les plus simples. "
Commenter  J’apprécie          430
ninosairosse   14 avril 2020
Sa majesté des mouches de William Golding
Les yeux mi-clos de la bête étaient alourdis par le cynisme infini des adultes. Ils affirmaient à Simon que la vie ne valait pas grand-chose.

- Je le sais.

p168
Commenter  J’apprécie          370
ninosairosse   11 avril 2020
Sa majesté des mouches de William Golding
Quand le soleil basculait, la nuit tombait sur l'île comme un éteignoir et les abris bruissaient d'angoisse sous les étoiles lointaines.

p71
Commenter  J’apprécie          360
Gwen21   23 juin 2013
Sa majesté des mouches de William Golding
[...] il eut une révélation soudaine. Il comprit tout à coup le caractère fastidieux de la vie où tout sentier représente l'imprévu et dont une part importante se passe à surveiller ses pas.
Commenter  J’apprécie          330
Alexein   21 février 2018
Sa majesté des mouches de William Golding
Simon leva les yeux vers le ciel et sentit peser sur son crâne sa chevelure mouillée. Pour la première fois, il vit des nuages dans le ciel : d’immenses tours aux renflements abondants, grises, blanches, cuivrées, qui se pressaient très bas sur l’île et provoquaient cette chaleur suffocante, épaisse. Les papillons eux-mêmes désertaient la clairière où cet objet hideux souriait et bavait. Simon baissa la tête et s’appliqua à garder les yeux fermés, les protégeant de sa paume. Point d’ombre sous les arbres, mais partout une immobilité nacrée qui enrobait d’irréel la réalité et en effaçait les contours. Le tas d’entrailles formait une masse grouillante de mouches qui bourdonnaient avec un bruit de scie. Gorgées, elles se précipitèrent sur Simon pour pomper la sueur qui lui dégoulinait sur le visage. Elles lui chatouillaient les narines et jouaient à saute-mouton sur ses cuisses. Innombrables, noires et d’un vert irisé. Devant Simon, pendue à son bâton, Sa-Majesté-des-Mouches ricanait. Simon céda enfin et lui rendit son regard. Il vit les dents blanches, les yeux ternes, le sang… Du fond des âges, une certitude de déjà vu, inexorable, enchaînait le regard de Simon. Dans sa tempe droite, une pulsation s’enflait, frappait le cerveau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
palamede   24 janvier 2020
Sa majesté des mouches de William Golding
Les yeux brillants, la bouche entrouverte, triomphants, ils savouraient leur droit de conquérants. Le même sentiment les enivrait, les liait : ils étaient amis.
Commenter  J’apprécie          270
palamede   25 janvier 2020
Sa majesté des mouches de William Golding
Il comprit tout à coup le caractère fastidieux de la vie où tout sentier représente l'imprévu et dont une part importante se passe à surveiller ses pas.
Commenter  J’apprécie          250
bilodoh   04 avril 2014
Les Héritiers de William Golding
Les odeurs formaient un dessin dans l’espace et dans le temps. Ici près de son épaule, se trouvait l’odeur la plus fraîche, celle de la main de Nil sur le rocher. Dessous, il y avait tout un groupe d’odeurs, celles de la sueeur et du lait, et le relent aigre de Mal et de la souffrance. (p.79)
Commenter  J’apprécie          230
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature anglaise : XVIIIème ou XIXème siècle ?

Orgueil et préjugés - Jane Austen

18ème siècle
19ème siècle

20 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature anglaise , 19ème siècle , 18ème siecleCréer un quiz sur cet auteur
.. ..