AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.91 /5 (sur 55 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 30/12/1962
Biographie :

Éric Teyssier est un universitaire et historien français.

Il est agrégé d'histoire (1991), licencié en histoire de l'art et archéologie, diplômé en sciences politiques et docteur en histoire moderne.

Après avoir enseigné trois ans en lycée, il devient professeur agrégé d’histoire (1994) au sien du département d’histoire de l’art de l’Université de Montpellier avant de devenir Maître de conférences à l’Université de Nîmes en 2003. Il est habilité à diriger des recherches (HDR) en histoire ancienne en 2008.

Après son doctorat sur la vente des biens nationaux en Ardèche (2000), il publie de nombreux articles sur l’histoire économique et sociale de la Révolution et de l’Empire. Par le biais de l’histoire vivante et de l’archéologie expérimentale, il s’intéresse ensuite à l’époque romaine et notamment aux gladiateurs dont il devient l’un des spécialistes.

Depuis 2010, il est conseiller historique, scénariste et metteur en scène des "Grands jeux romains" à Nîmes créés par Culturespaces.

Depuis 2014, il anime une émission quotidienne sur France Bleu Gard Lozère : "La minute romaine autour des arènes". Un ouvrage tiré de ces émissions est paru aux éditions Alcide en 2015.

En 2018, il publie son premier roman "Napoléon est revenu !". En 2020 parait un second roman, "L'an 40. La bataille de France" (Michalon), un roman sur la Seconde Guerre mondiale.

À travers différents médias, (reconstitution historique, spectacles, émissions de radio, documentaires, biographies, livres pour enfants, roman...) il est très actif dans le domaine de la vulgarisation historique.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Éric Teyssier   (19)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Eric Teyssier - Nîmes ou Arles , quelle est la ville la plus romaine


Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
BazaR   11 septembre 2017
Chroniques Romaines, tome 1 de Éric Teyssier
A Nîmes comme dans toutes les villes romaines, les morts ne sont pas entassés dans des cimetières clôturés par de hauts murs. Au contraire, les tombes doivent être visibles. Dans ce but, dès que l'on sort de la ville, les monuments funéraires s'offrent aussitôt à la vue des passants. Qu'ils soient humbles ou prestigieux, ces tombeaux se succèdent le long des axes de circulation.
Commenter  J’apprécie          230
BazaR   13 septembre 2017
Chroniques Romaines, tome 1 de Éric Teyssier
Si Arles conserve de nombreux témoignages de ces sépultures chrétiennes, Nîmes n'en possède pratiquement aucun et les rares exemples conservés au musée ou en ville proviennent des campagnes environnantes. En effet, dès le IIème siècle apr. J.-C. la ville est entrée dans un déclin irréversible et les dernières inscriptions nîmoises datent du tout début du IIIème siècle, bien avant que le christianisme ne s'installe dans la vieille cité romaine.
Commenter  J’apprécie          210
BazaR   07 septembre 2017
Chroniques Romaines, tome 1 de Éric Teyssier
Ainsi, s'il bénéficie de moyens financiers suffisant, d'une bonne recommandation du gouverneur et de la bienveillance de l'empereur, le fils de notable provincial peut espérer faire carrière à Rome et accéder à des fonctions prestigieuses au sein de l'administration de l'Empire. Plusieurs familles nîmoises ont suivi ce cursus des honneurs et la plus célèbre d'entre elles est celle de l'empereur Antonin le Pieux (138-161). En trois générations, sa famille est passée des magistratures municipales nîmoises à une place au sénat de Rome pour finir sur le trône impérial.
Commenter  J’apprécie          200
BazaR   14 septembre 2017
Chroniques Romaines, tome 1 de Éric Teyssier
Une autre idée véhiculée par les péplums suggère que tout se passe à Rome ou éventuellement à Pompéi, jamais dans les autres villes de l'Empire. Pourtant, dans cet "Empire-monde" (peuplé de dizaines de différents peuples), rien n'est mieux partagé que la passion des gladiateurs. Au moment de son apogée, au IIème siècle apr. J.-C., le monde romain ne compte pas moins de deux cent cinquante amphithéâtres en pierre. A Nîmes, cette gladiature "provinciale" a laissé des traces particulièrement importantes, à commencer par son amphithéâtre qui, par le nombre de places, se situe parmi les vingt plus grands de l'Empire.
Commenter  J’apprécie          192
BazaR   03 septembre 2017
Chroniques Romaines, tome 1 de Éric Teyssier
Du temps des Gaulois, il reste surtout le nom de Nîmes. Ce nom vient de "Nemausus" qui est lui-même le dérivé romanisé d'un très vieux nom gaulois, le "nemeton", qui désigne le sanctuaire ou le lieu sacré. Ce "nemeton" a servi de racine au nom propre du dieu local, "Nemaus", un dieu qui résidait voici vingt-trois ou vingt-quatre siècles dans la source des jardins de la Fontaine et dans le bois sacré qui était tout autour.
Commenter  J’apprécie          180
BazaR   16 septembre 2017
Chroniques Romaines, tome 1 de Éric Teyssier
Aussi, lorsque saint Baudile tente de détourner les Nîmois de leurs antiques rituels, la réaction des habitants du lieu est assez violente. Le premier évangélisateur de la ville est décapité. Les Nîmois n'ont manifestement pas apprécié le discours de cet Orléanais hostile aux anciens dieux qui sont toujours honorés dans le bois sacré.
Commenter  J’apprécie          160
BazaR   05 septembre 2017
Chroniques Romaines, tome 1 de Éric Teyssier
Ce que l'on attend d'un magistrat, c'est avant toute chose qu'il soit généreux. En effet, l'homme politique n'est pas payé pour son action mais c'est lui qui doit dépenser énormément pour avoir l'honneur de diriger un jour la cité. Aussi faut-il promettre beaucoup. Un spectacle, une fontaine, un banquet, un aqueduc, un amphithéâtre, tout est bon pour être apprécié de ses concitoyens. C'est le principe de l'évergésie, le fondement de toute cité antique: une forme de redistribution des notables au profit de leurs concitoyens en échange du pouvoir et de la respectabilité.
Commenter  J’apprécie          151
BazaR   04 septembre 2017
Chroniques Romaines, tome 1 de Éric Teyssier
Une fois les Pyrénées passées, Hannibal emprunte la voie Héracléenne qui traverse le sud de la Gaule... Ces dizaines de milliers de guerriers ne s'attardent pas dans la région car Hannibal est pressé d'atteindre Rome où il a une revanche à prendre... Mais ce déferlement n'est pas sans conséquences sur la région car il remet en cause les intérêts commerciaux de Rome et de sa fidèle alliée marseillaise. Aussi les Grecs de Marseille s'empressent de prévenir les Romains du danger. Ces derniers envoient des ambassadeurs qui viennent pour la première fois en Gaule du Sud. La mission de ces émissaires est de convaincre les Gaulois de la région de résister à l'invasion qui menace l'Italie. Cette demande déclenche l'hilarité des chefs gaulois accompagnés de leurs guerriers en armes. D'après Tite Live leur réaction est sans appel: "Quelle impudence! Quelle sottise! Demander que nous attirions sur nous la guerre, pour l'empêcher de passer en Italie! Que nos campagnes soient dévastées, pour préserver du pillage celles de l'étranger."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
BazaR   08 septembre 2017
Chroniques Romaines, tome 1 de Éric Teyssier
Régulièrement, le flamine, la flaminique, le pontife et les six sévirs augustaux procèdent aux sacrifices sur un autel de pierre placé devant les escaliers de la "Maison Carrée". C'est bien "devant" le temple que les prêtres pratiquent les sacrifices dédiés au culte de Rome - en effet, seuls les initiés sont habilités à pénétrer à l'intérieur du temple que les Romains appellent le "fanum". Face à eux se tiennent les fidèles, ils sont "pro fanum" (placés devant le fanum). Cette expression est restée en français avec le terme "profane" qui désigne un "non-initié".
Commenter  J’apprécie          100
Kjeld   29 juin 2014
Spartacus : Entre le mythe et l'histoire de Éric Teyssier
Cette image que l'on associe à Spartacus est emprunte d'une certaine naïveté : on imagine volontiers les hommes et les femmes réunis autour du rebelle comme des victimes d'une déportation de masse rentrant chez elles pour retrouver leurs amis et leurs parents. Il n'en est rien, et d'autres références symboliques viennent encore brouiller la réalité historique pour mieux forger le mythe.

Page 237.
Commenter  J’apprécie          31

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Petit Pays

Comment s'appelle le père de Gabriel ?

Martin
Mathieu
Michel
Mohammed

50 questions
1747 lecteurs ont répondu
Thème : Petit pays de Gaël FayeCréer un quiz sur cet auteur