AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.78 /5 (sur 107 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Carthage (Tunisie) , le 26/04/1943
Biographie :

Yann Le Bohec est un historien français. Il est spécialiste de l'Antiquité romaine, en particulier d'Afrique romaine et d'histoire militaire.

En 1982, sa thèse d'État porta sur le camp de la IIIe légion Auguste d'Afrique à Lambèse, soutenue à l’Université de Paris X-Nanterre, où il a ensuite été assistant (1972-1981) puis maître-assistant (1981-1985).

Il enseigna à Grenoble II de 1985 à 1989, puis à Lyon III (où il créa puis dirigea le DESS “Formation aux métiers de l’archéologie”) jusqu'en 2001, avant d'être nommé à Paris IV (Paris-Sorbonne), où il enseigne aujourd'hui en tant que Professeur des Universités.

En 2000, il a été élu vice-président de la section "Histoire et archéologie des civilisations antiques" du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques. Il est aussi vice-Président du Conseil Scientifique du Centre d’Étude d’Histoire de la Défense.

D'autre part, il publie depuis 1986 une bibliographie annuelle sur l'Afrique romaine, et il dirige la collection "Antiquité/Synthèses" aux éditions Picard.

Yann Le Bohec s'est notamment vu confier la direction de The Encyclopedia of the Roman Army, monumental ouvrage décrit comme "un outil indispensable pour l'étude de l'histoire militaire antique" qui comble le manque jusque là d'"un livre de référence fiable qui rende hommage à l'importance du sujet".
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Yann Le Bohec   (39)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rencontre avec Yann le Bohec autour de son ouvrage "Lucullus : général et gastronome" aux Éditions Tallandier. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2313009/yann-le-bohec-lucullus-general-et-gastronome Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/

+ Lire la suite

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   25 octobre 2015
César, chef de guerre : César stratège et tacticien de Yann Le Bohec
La dernière année de le guerre des Gaules, 51 av. J.-C., fut marquée par des opérations multiples et quelques cruautés supplémentaires. Une première difficulté est de mesurer l'ampleur de ces mouvements car, on le verra, les auteurs les ont différemment appréciés. Les déplacements que fit César ne l'empêchèrent pas de préparer l'après-guerre et de tourner ses pensées vers la politique, une politique dans laquelle les légions pourraient jouer un rôle.

Un des lieutenants de César, appelé Hirtius, reprit la rédaction du De Bello Gallico, abandonnée par le proconsul. Il dit clairement que l'année 51 vit encore une véritable guerre. […] La liste des peuples mentionnés par Hirtius et encore impliqués dans ces conflits est impressionnante. […] Il ne faut pourtant pas se laisser impressionner par Hirtius qui, comme César, et pour des raisons analogues, est un grand menteur : il ne veut pas diminuer les mérites de son armée, ses propres exploits et ceux de son supérieur. Pourtant non seulement les pertes en hommes de ses ennemis avaient atteint des chiffres considérables, sur lesquels nous reviendrons, mais encore l'effondrement du moral était patent. Les Gaulois, dans leur majorité, avaient compris qu'ils ne pourraient pas l'emporter sur les Romains, qu'ils ne devaient rien attendre d'un chef, providentiel ou non, et que l'union de 52 n'avait rien apporté de plus que les divisions antérieures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Nastasia-B   09 octobre 2013
César, chef de guerre : Stratégie et Tactique de la République romaine de Yann Le Bohec
César a rempli des fonctions politiques, et il est devenu consul et dictateur. C'est pour servir cette ambition qu'il s'est fait écrivain : il a rédigé des livres pour montrer ses talents, sa compétence et, au besoin, se justifier. Quand il n'éprouva plus le besoin de faire passer des informations et de plaider sa cause, il cessa de rédiger ses Commentaires.
Commenter  J’apprécie          120
Fontenella   05 décembre 2020
La guerre romaine : 58 avant J.C. - 235 après J.C. de Yann Le Bohec
Karl Marx et ses premiers disciples imaginaient que les légionnaires participaient en permanence à des chasses aux esclaves, main-d'œuvre qu'ils pensaient indispensable au bon fonctionnement de l'économie.
Commenter  J’apprécie          120
CasusBelli   11 juin 2016
L'armée romaine sous le Haut-Empire de Yann Le Bohec
Enfin le commandement pouvait dans des cas extrêmes pour châtier des déserteurs ou des lâches, recourir à la peine de mort, sous forme de punition soit individuelle soit collective ; dans ce dernier cas était pratiqué la décimation : les soldats étaient alignés, on en faisait sortir des rangs un sur dix ; ceux que le hasard avaient ainsi désignés étaient exécutes sur le champ.
Commenter  J’apprécie          61
Pseudo   24 avril 2017
Histoire des guerres romaines de Yann Le Bohec
Les légions en grève



La mort d'Auguste entraîna des désordres extraordinaires au sein de l'armée romaine. Les légions de Pannonie se mirent en grève ! Les causes profondes du malaise relèvent de la politique : les soldats espéraient une nouvelle façon de gouverner, qui ne privilégierait ni le Sénat, ni le pouvoir du prince. Les causes immédiates sont un catalogue de revendications qui a dû inspirer les syndicats français actuels : les légionnaires demandaient une hausse de salaire, un abaissement de l'âge de la retraite et de meilleures conditions de travail. En particulier, ils souhaitaient que les centurions les battent moins souvent et moins durement.

En attendant une réponse de leur employeur, l'empereur, et pour appuyer leurs revendications, ils cessèrent le travail : plus de tours de garde, plus d'exercice, plus de corvées, plus d'obéissance. La situation s'aggrava quand les légions de Germanie imitèrent leurs soeurs de Pannonie ; elles se conduisirent, pour les mêmes motifs, avec le même mode d'action.

Quoi qu'on en ait dit, Tibère mesura avec justesse la gravité de la situation et, devant l'incapacité de ses légats à rétablir l'ordre, il désigna deux princes impériaux pour suppléer ces médiocres. Il n'est pas sans intérêt de voir comment ils s'y sont pris. Dépêché en Pannonie, Drusus II fut aidé des dieux, qui lui envoyèrent une éclipse de lune. En homme cultivé, il savait que c'était un phénomène naturel. Mais les soldats l'ignoraient, et leurs esprits superstitieux y virent une expression de la colère divine, ce qui les ramena à l'obéissance. Quelques exécutions de meneurs, pour l'exemple, achevèrent de rétablir la discipline.

Sur les bords du Rhin, Germanicus eut moins de chance. Les dieux ne le favorisèrent pas, et il fut faire preuve de plus d'habileté, d'autant que les grévistes l'acclamèrent comme empereur à son arrivée, espérant lui faire plaisir. Il ne pouvait pas faire autrement que de proclamer son obéissance à Tibère. Puis il agit sur trois plans. Pour apaiser le plus grand nombre, il accorda quelques faveurs : des permissions et des gratifications. Pour donner mauvaise conscience aux révoltés, il éloigna sa femme et ses enfants, comme s'il les croyaient capables de s'en prendre à des êtres sans défense. Et il distribua quelques punitions.







Pages 393-394
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
raynald66   25 juillet 2017
Histoire de la Rome antique de Yann Le Bohec
Les Romains avaient su organiser une armée supérieure à toutes celles qui existaient de leur temps, fondée sur un principe de qualité et sur un encadrement très compétent.

En plus, ils avaient pris aux autres ce qu'ils avaient de meilleur utilisant un armement disparatre, grecs, gaulois, ...

copiant la poliorcétique des grecs.

Mais la force ne peut pas tout résoudre à elle seule.

Les Romains avaient su associer les anciens vaincus à leur Empire
Commenter  J’apprécie          40
Allily   03 novembre 2019
César, chef de guerre : Stratégie et Tactique de la République romaine de Yann Le Bohec
Enfin, à la différence d'autres nobles, il avait choisi le camp des populaires, et l'avait fait sans états d'âme, dans la tradition de son parent, Marius : la loi agraire faisait partie de son programme. Il se montrait aussi attentif aux misères des proscrits et des exilés. Surtout, il réservait sa pitié pour le peuple romain, qu'il ne méprisait pas, qu'il estimait même, car il ne lui a pratiquement jamais proposé de l'assistance, sous forme de distributions de blé ou d'argent, préférant lui donner du travail. Enfin, il aimait ses soldats, qui représentaient le peuple romain en armes. Avec eux, il allait vivre dorénavant de longues années de guerre.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   23 juin 2016
Histoire de la Rome antique de Yann Le Bohec
Quand c’était possible, la « trilogie méditerranéenne », blé-vigne—olivier, était exploitée.

La vigne vient facilement et se comporte comme un vrai chiendent ; elle ne demande que du soleil et, si l’on veut du bon vin, beaucoup de travail et d’intelligence (pentes du Vésuve et Étrurie en Italie, îles de Chio et Rhodes en Grèce). Le vin était très répandu, et en offrir une coupe était un geste de courtoisie, d’amitié, mais l’ivresse était mal vue ; jamais consommé pur, il était mélangé avec de l’eau, du miel, du plâtre… Les soldats buvaient parfois une piquette appelée posca.
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   19 juillet 2020
Spartacus chef de guerre de Yann Le Bohec
On pourrait croire que la première vie de Spartacus, celle qui s'est déroulée avant sa célèbre révolte, n'a intéressé aucun auteur de l'Antiquité. Certes, Florus, pas plus que Plutarque ou Appien, ne s'est beaucoup étendu sur cette partie de sa biographie. Pourtant, à défaut de certitudes et de précisions, des éléments de description sont disponibles sur le moment et le lieu de sa naissance, sur ce qu'on pourrait appeler sa "carrière", sur son "épouse" et sur sa personnalité ; leur regroupement permet d'esquisser un portrait du personnage au temps de sa splendeur.
Commenter  J’apprécie          10
Lenocherdeslivres   13 mars 2020
Lucullus: Général et gastronome de Yann Le Bohec
Le vin consommé par les gens fortunés était amélioré par des additions de miel, épices diverses, eau de mer, plâtre (!), etc. Et personne ne le buvait pur, sauf les ivrognes, mal vus des Romains.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

le diable au corps

1. Quel âge a le narrateur au début de la guerre ?

12 ans
15 ans
8 ans
20 ans

9 questions
405 lecteurs ont répondu
Thème : Le Diable au corps de Raymond RadiguetCréer un quiz sur cet auteur