AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

City Editions

City Editions est une maison d'édition généraliste publiant environ 110 ouvrages par an : romans, biographies, documents (musique, loisir, culture générale), livres de cuisine, de jeux et d'humour.

Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez City Editions


Dernières critiques
monparadisdeslivres
  25 février 2018
Night Boss, tome 2 de Léna Storme
Après un début en demi-teinte, j'ai été curieuse de savoir ce que l'auteur allait me réserver dans cette suite. Et bien, je suis heureuse de vous confirmer que Léna Storme ait répondu à certaines de mes attentes. Car je ressors de ma lecture agréablement surprise...



Dans cette suite qui reprend exactement là où s'est terminée la précédente, nous retrouvons  Jenny et Chris qui forment désormais un couple. Cependant, bien que leur relation prenne un nouveau tournant, elle reste toute même instable. Surtout avec le sombre passé de Chris qui refait surface...



Avec une plume qui est toujours autant fluide et attrayante, Léna Storme nous offre une suite bien tumultueuse. Une intrigue qui est toujours intense en sensations et riche en révélations ainsi qu'en rebondissements. Le petit plus ? L'auteur plonge notre duo dans une relation BDSM. Des scènes certes explicites mais ultra torrides pour notre plus grand plaisir. Cependant, j'ai à nouveau eu quelques soucis avec nos protagonistes.



Bien qu'elle commence enfin à changer, je n'arrive toujours pas à cerner Jenny. Elle me semble bien trop passive à mon goût et ferme les yeux sur certains faits qui pour ma part me semblent important.



Quand à Chris ? Même s'il commence enfin à s'ouvrir, on ne sait toujours pas sur quel pied danser avec lui. D'un côté nous avons une âme blessée et tourmentée. Et la seule qui puisse panser ses blessures et apaiser ses démons c'est Jenny. Et de l'autre nous avons un être ignoble qui s'emporte un peu trop et dont la possessivité ainsi que la jalousie sont un peu trop excessifs. Et j'avoue que c'est assez perturbant.



Quand aux personnages secondaires, ils sont intéressants et ont également leur importance dans l'histoire. Trois petits nouveaux font leur entrée. Et je peux vous dire qu'ils ne sont pas si petits que cela et qu'ils font froid dans le dos. Surtout le leader.



En bref... Une suite sous haute tension. Et même si de nouvelles questions restent sans réponses, j'ai tout de même passé un bon moment. Il est vrai j'ai été quelque peu dubitative et très frustrée pendant ma lecture. Mais Léna Storme a su changer la donne en introduisant de nouveaux éléments au bon moment...
Lien : https://wp.me/p5AuT9-3MF
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ClaireG
  25 février 2018
Les enfants du dernier salut de Colette Brull-Ullmann
Beaune-la-Rolande (1939), Pithiviers (1941), Drancy (1941), lieux restés dans les mémoires en tant que camps de transit, pudiquement appelés camps de rassemblement des Juifs, avant leur transfert vers la gare du Bourget et la déportation en Pologne durant la Deuxième Guerre mondiale.



L’hôpital Rothschild à Paris (1852 – 12e arrondissement) comporte, outre un établissement de soins, un hospice et un orphelinat initialement destinés aux personnes de confession juive. Durant la Première Guerre mondiale, il devient un hôpital auxiliaire militaire et reçoit des blessés sans distinction philosophique. Il est aussi le seul hôpital juif toléré par les Allemands.



A partir de 1940, il sert d’annexe au camp de Drancy dépourvu d’unités de soins spécialisés. Hommes, femmes et enfants y sont envoyés provisoirement. Rothschild devient alors un hôpital-prison pour les Juifs en traitement, contrôlé méticuleusement et souvent très durement par les Allemands et la police française.



En 1941, la jeune Colette Brull y entre comme étudiante en médecine et côtoie chaque jour la barbarie humaine. Rapidement, elle perçoit la même colère rentrée chez certains de ses collègues. Notamment, la plus que discrète, Claire Heyman, assistante sociale. La rafle du Vel d’hiv’ en juillet 1942 la meurtrit plus encore. Elle apprend alors qu’un groupe de résistants s’est formé à l’hôpital afin d’éviter que les enfants soient renvoyés à Drancy et déportés. C’est ainsi que des dossiers de jeunes malades sont escamotés ou maquillés, que certains sont déclarés décédés, que d’autres se voient attribuer des infections graves alors qu’en fait, ils sont évacués de l’hôpital et dirigés vers des institutions de bienfaisance ou des personnes sûres.



Cela représente un risque énorme tant pour les enfants que pour le personnel, d’autant plus que certains médecins collaborent pleinement avec les Allemands. Colette Brull participe à certaines de ces évasions. Mot d’ordre impératif : motus et bouche cousue. Jamais ils n’ont fait évader des enfants dont les parents, prisonniers des camps, n’en acceptaient pas le principe… alors que de toutes façons…Auschwitz… Un drame humain de plus pour Claire Heyman, Colette Brull et leurs collègues.



Après sa fuite de l‘hôpital, Colette entre dans la Résistance aux côtés de son père (croix de guerre de la Première Guerre mondiale) et participe à des repérages de l’artillerie allemande sur les toits de Paris, à la fabrication de faux papiers, etc.



Après la guerre, elle reçoit la croix de guerre avec palmes et devient pédiatre pour soigner un maximum d’enfants et tenter d’oublier tous ceux qui n’ont pu être sauvés… Peine perdue, elle n’a jamais pu oublier, et c’est en se rendant compte qu’elle était le dernier témoin de ces années de guerre épouvantables à l’hôpital Rothschild (et ailleurs) qu’elle a décidé de témoigner, à ses enfants d’abord, puis d’en faire un devoir de mémoire.



Ce livre est dédié au courage et à la ténacité de Claire Heyman, instigatrice du réseau d’évasion de l’hôpital Rothschild. Modeste jusqu’à l’abnégation. Claire Heyman est décédée en 1997 emportant avec elle le secret de son héroïsme et le nombre d’enfants sauvés grâce à ses multiples stratagèmes



En 2011, une plaque commémorative a été apposée sur le mur d’entrée de l’hôpital avec le nom de tous ceux qui ont refusé la collaboration avec l’ennemi et qui, souvent, l‘ont payé de leur vie.



Grand merci à enjie 77 qui a écrit un billet très émouvant sur ce livre, seul témoignage, forcément dur et nécessaire, de ce qu'il s'est passé à l'hôpital Rothschild.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          474
dupuisjluc
  24 février 2018
Colère Ardente de Richard Castle
Un honnête polar avec tous les ingrédients du genre.

Selon moi l'histoire personnelle de l'inspecteur et du reporter prend un peu beaucoup de place et il ne me parait pas très crédible qu'un reporter puisse comme cela participer aux enquêtes...

Sinon n'ayant pas vu la série TV (j'ai appris qu'il y en avait une en lisant les autres critiques) j'ai apprécié le rythme et le fond.

Divertissant !
Commenter  J’apprécie          10