AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Auzou


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Auzou


Dernières critiques
DreamBookeuse
  17 février 2020
Des jours de feu et de neige de Lisa Lueddecke
Si ce roman a été une bonne lecture je n’ai pas eu le coup de cœur que j’espérais. Il faut dire qu’après celui que j’avais eu pour Des nuits des sang et d’étoiles j’avais vraiment envie de renouveler l’expérience et mes attentes étaient peut être trop hautes. Toujours est-il qu’en terme de nature, de glace et de neige, ce roman est un véritable vivier. Foisonnant de détails, de métaphores et de poésie, les descriptions vous donneront froid dans le dos… quand on ne tentera pas de faire brûler vive nos deux héroïnes.



On suit d’abord le personnage de Janna qui, après avoir perdu l’amour de sa vie, se réfugie dans les grottes et parcourt longtemps, seule, la nature et ses mystères. Et il faut dire qu’il y en a beaucoup autour de sa vie, à commencer par les loups qui semblent lui répondre un peu trop souvent, et les sensations étranges qu’elle ressent face aux étoiles et aux éléments. Solitaire, revêche, et plutôt silencieuse, les regards ne sont déjà pas tendres sur ce brin de femme qui n’en fait qu’à sa tête. Alors quand le ciel se teinte de rouge, présage de catastrophe à venir, et qu’un homme meurt alors qu’on la vue près de lui, les esprits s’échauffent. C’est un des passages du roman que j’ai le plus apprécié. La façon dont on voit les humains se retourner les uns contre les autres. Par méconnaissance. Par peur. Par rage. Il y a une forme de sauvagerie là dedans, d’inhumanité, qui est tout à fait fascinante. Et qui n’est pas sans rappelé ce que nous sommes nous même capables de faire dans notre monde bien réel lorsque quelque chose nous effraie.



Janna doit fuir mais elle ne le fera pas seule. Enja, la petite sœur de l’amour perdu, sera à ses côtés dans cette quête de sens, d’identité et d’apprentissage. Accompagnées d’un petit renard, Siiva, des flèches d’Eri (qui les suit pour les protéger envers et contre tout) et des hurlements de loups géants, elles vont devoir traverser l’île de Skane de part en part pour échapper aux hommes de leur village, à la mort, et pour mener à bien la mission qu’elles se sont trouvée. Et c’est là que ça n’a pas collé avec moi. Le sujet de leur mission. Je l’ai trouvé trop rapidement amener. Sans vraiment qu’on ne s’y attende, sans vraiment qu’on comprenne pourquoi c’était si important. Qu’elles soient guidées par la Déesse, soit, mais qu’on nous l’explique plus clairement. De plus, et bien malgré moi, les héroïnes ne m’ont pas paru aussi attachantes que Osa dans l’autre volume, et je n’ai pas arrêté de les comparer. Pourtant ce sont aussi deux jeunes filles de caractère, qui vont devoir braver bien des tempêtes pour s’en sortir, à commencer par leurs propres tourments intérieurs.



La partie flash back avec Janna et feu son petit copain ne m’a pas du tout touchée, ce qui m’a frustrée parce que je pense que ça aurait pu donner un peu plus de sentiment et d’émotion au récit, plutôt que de le rendre répétitif. En effet, Janna et Enja n’arrêtent pas de s’excuser l’une l’autre, ça en est frustrant !



Toutefois j’ai adoré retrouver le côté magique et poétique de l’île de Skane. Je ne sais pas pour vous mais les univers de neige me fascinent littéralement. Ils ont un côté effrayant, mystique et sauvage qui me met des frissons. Et s’il y a bien quelque chose pour laquelle Lisa Lueddecke excelle c’est nous parler de cette nature inhospitalière mais ô combien étrange et intrigante de Skane. De plus, on retrouve aussi des créatures tantôt amicales tantôt dangereuses qui constituent pas à pas la mythologie de l’île et complètent à merveille celle déjà avancée du premier volume. On ne sait toujours rien de la fuite des habitants, du pourquoi ils ont quitté leur île précédente, et peu de choses sur leurs dieux, mais le peu de choses qui nous est donné est beau et effrayant.



Au delà de tout cela, le rythme du récit est assez lent, avec des phases d’action plus ou moins brutale. J’avoue que ce n’est pas quelque chose qui me dérange, surtout quand la nature y est si bien décrite, mais je comprends que cela puisse être un frein pour certaines personnes. Mais je pense que l’écriture de l’autrice, fluide, avec ce qu’il faut d’émerveillement saurait vous convaincre.



En résumé



Des jours de feu et de neige conte combien sont durs les préjugés et tenaces les ressentiments. Dans un monde glacial, où les bons sentiments n’ont que peu leur place, deux adolescentes se tiennent droites et bravent l’hiver. C’est tantôt lent comme un flocon tantôt violent comme des grêlons et l’autrice n’a pas son pareille pour nous embarquer sur son île aux mille dangers. Je ne retrouve pas le coup de coeur que j’avais eu pour Des nuits de sang et d’étoile, dans la même série, mais cela reste une lecture agréable.
Lien : https://lesdreamdreamdunebou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Radwan74
  17 février 2020
Mes premières comptines de Noël de Raphaëlle Michaud
Les enfants (en tout cas les miens) ont du mal à tourner la page de Noël. Ils ne se lassent donc pas des chansons, musiques et refrains entêtants qui, certes très jolies, sont rapidement très fatigantes à la longue.

Ce livre comporte 8 comptines de Noël avec le texte des paroles et de jolies illustrations. Même si ce livre contient un CD des comptines, c’est décevant de n’avoir que 2 phrases pour chaque chansons surtout quand il y a les paroles entières de la comptine inscrites. Décevant et, comme je le disait au début, cela contribue à des comptines « prises de tête » avec toujours le même refrain qui revient (l’enfant ne se lasse pas d’appuyer sur le même bouton plusieurs fois).
Commenter  J’apprécie          00
Gwenaweb
  17 février 2020
Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll
J'avais lu Alice au pays des merveilles il y a longtemps, sous les recommandations d'amis super fans de l'univers, des adaptations diverses et de la plume de Lewis. Je me souviens avoir éprouvé un ennui mortel ainsi qu'un désintérêt profond juste après les premières pages. Je me demandais l'intérêt de déblatérer autant de choses dépourvues de sens. À l'époque, je n'avais pas publié de critique car je ne connaissais pas encore Babelio. Aujourd'hui, je relis ce livre en version électronique et je me rends compte qu'il est minuscule. À peine 120 pages qui m'avaient semblé faire la longueur d'une série de 10 tomes. Encouragée par la petitesse du livre, je (re)commence ma lecture.



Au final, c'était pas si pire. Certes, même les animaux n'ont ni queue ni tête, mais disons que c'était pas si désagréable. J'avais lu Histoires pour les filles, que j'avais adoré et un extrait d'Alice y est présent. Je m'étais dit alors que je n'y couperais pas, je devais le relire. Disons que ce n'est pas mon préféré dans la sélection de ce recueil pour vieilles adultes nostalgiques, mais ça passe. Je suis contente d'avoir surpassé mon dégoût.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60