AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Faton


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Faton


Dernières critiques
BisousLesLivres
  29 mai 2021
Yang Ermin : La réapparition de la couleur de Oliveira/Comentale
Je ne suis pas une grande connaisseuse d'art mais la couverture de ce catalogue m'a tout de suite attirée lors de la masse critique Babelio.



Ce document est en effet très beau et très agréable à manipuler.

J'ai découvert un artiste et aussi une technique que je connaissais, ma foi, assez peu.

Certaines toiles m'ont vraiment subjuguées.

Merci à Babelio pour cet envoi. C'est vraiment ce que je recherche en m'inscrivant aux opérations masse critique : découvrir des choses vers lesquelles jamais je ne m'orienterai et sortir de ma zone de confort.
Commenter  J’apprécie          00
michel.carlier15
  27 mai 2021
Carmontelle ou Le temps de la douceur de vivre de Nicole Garnier-Pelle
Louis Carrogis , dit Carmontelle , issu d'un milieu modeste , est surtout connu comme dessinateur et graveur . Mais ses talents ne se limitent pas à l'art pictural , il a dessiné les plans du parc Monceau ( architecte-paysagiste ) et s'est fait connaître en tant qu'auteur dramatique .

Si le confinement avait été moins restrictif , j'aurais pu voir de près ces portraits de Carmontelle au musée Condé de Chantilly ; heureusement , cette belle collection est réunie sur ce magnifique livre cartonné des éditions Faton (merci à eux )

La couverture du livre nous met dans l'esprit de l'époque : cette gravure nous montre le jeune Mozart au clavecin , accompagné au violon par son père et au chant par sa soeur Nannerl . Le graveur a vécu toute cette fin de siècle et la période avant la Révolution au service de la maison d'Orléans , il n'a pas vécu dans l'opulence , mais a été toujours soutenu par un mécène .

La première partie du livre est consacrée à la biographie de Carmontelle , on le voit à la guerre de Sept Ans , plutôt soldat d'opérette , puis tuteur des enfants d'un prince . Il vit dans l'ombre de la famille d'Orléans (il enseigne la gravure au futur Philippe Egalité ) , mais finit par se faire une belle réputation auprès des princes et de la Cour du roi .

C'est ainsi qu'il devient le portraitiste préféré du Tout-Paris , princes de sang , philosophes , musiciens , scientifiques , princesses , écrivains , belles élégantes du "temps de la douceur de vivre" (c'est un mot de Talleyrand ) .

Mais il ne contente pas de tirer le portrait des puissants , il est notamment influencé par Jean-Jacques Rousseau , il peint le retour à la nature dans de nombreuse feuilles de paysages arborés , bordés par des cours d'eau .

Il peint également des sujets beaucoup plus modestes , comme ce garde-blé dépenaillé de Villers-Cotterêts , tenant en laisse son chien .

C'est en tout près d'une centaine de dessins et de gravures qui sont présentés dans ce beau livre , c'est tout un pan de notre Histoire qui défile devant nous , grâce aux bons soins du duc d'Aumale qui a constitué cette belle collection ( à Chantilly , il y en a bien d'autres , toutes intéressantes ) . Il faut reconnaître que je ne connaissais aucune de ces oeuvres et c'eût été dommage que l'on ne puisse pas en profiter .

Merci donc aux Editions Faton et à Babelio pour ce beau livre d'art !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Zakuro
  24 mai 2021
Le siècle des poudriers de Anne de Thoisy-Dallem
J'apprécie particulièrement les Editions FATON pour leur publication d'ouvrages et magazines sur l'art, l'histoire et l'archéologie à destination d'un large public, jeunesse et adulte. C'est donc avec plaisir que j'ai participé à la masse critique graphique en sélectionnant le catalogue d'exposition  Le siècle des poudriers (1880-1980) consacré à la Poudre de Beauté et ses Ecrins qui va se tenir cet été au Musée International de la Parfumerie de Grasse.



L'exposition est le fruit d'une collaboration entre l'importante collection particulière de Anne de Thoisy-Dallem qui explique sa passion venue par hasard, la Bibliothèque Forney de Paris spécialisée dans les arts décoratifs et le Musée International de la Parfumerie de Grasse.



Boîtes à poudre, poudriers, belles affiches publicitaires rétro ou modernes et cartes parfumées sont donc mis à l'honneur dans la ville des parfums sans oublier l'hommage aux petites mains qui fabriquent et conditionnent les objets de la cosmétique.



Je me suis donc fait plaisir en compulsant ce très beau catalogue de plus de 200 pages très bien fourni et bilingue français-anglais de surcroît.



Ce bel ouvrage rend compte de l'historique de l'usage de la poudre de beauté dont chaque grande évolution (de la poudre blanche des perruques de la Cour à la poudre de visage compact d'aujourd'hui) est présentée par un intervenant différent, écrivain, maître de conférence, responsable scientifique en cosmétiques ce qui permet à chaque lecteur de trouver son compte.



Vous serez peut-être surpris comme moi d'apprendre que la poudre de visage est d'origine minérale et sa composition n'a pas changée depuis sauf les progrès technologiques pour la rendre complètement non toxique et fine.

La production massive de la poudre de beauté notamment dans les usines Coty en 1930 va de pair avec la fabrication industrielle des boîtes à poudre dont la matière est d'abord le carton.



J'aime particulièrement l'hommage rendu aux ouvrières et ouvriers du compactage et du cartonnage sans qui rien n'aurait été possible.



le catalogue présente de très nombreuses photos de boîtes à poudre en carton, verre, papier mâché, buis, bronze, porcelaine et même en os, de toutes les formes, de toutes les couleurs et je dirais de toutes les bizarreries possibles.



Les boîtes aux parures griffées par les plus grandes marques des parfumeurs de l'époque subjuguent par leur audace et leur fantaisie.

Puis avec l'usage des sacs à main pour dames, toute une gamme de poudriers fashion et facilement maniables est offert au public féminin avec un côté érotique dans le repoudrage du nez dans les vieux films en noir et blanc.



Pour cette exposition aux beaux objets, la Bibliothèque Forney de Paris qui me tarde tant de visiter prête de merveilleuses affiches publicitaires et carteries correspondant à des grandes transitions sociologiques, du XIX ième siècle jusqu'aux années 2000 en passant par les années folles et les années Kennedy.



Celles présentées sont très belles graphiquement et rivalisent bien sûr en matière de communication car «  si la poudre de beauté dissimule, la publicité dévoile ».



Alors, si vous êtes dans les environs de Grasse cet été, ne manquez pas cette belle exposition car elle est vraiment exceptionnelle d'après ce qu'en dit le catalogue que j'ai beaucoup aimé.



Je remercie infiniment Babelio et les éditions FATON pour cette belle promenade muséale très instructive et plaisante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372