AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Libretto


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Ys
  24 novembre 2017
Journal d'une jeune fille russe à Berlin : 1940-1945 de Marie Vassiltchikov
Issue de la haute aristocratie russe, apparentée à tout le gotha européen mais née en pleine révolution, Marie Vassiltchikov vivra toute sa vie en exil. En 1940, toute jeune fille encore, la voilà qui débarque avec sa soeur à Berlin pour tenter de trouver du travail. Les parents laissés derrière elles commencent à être sérieusement sur la paille, les demoiselles n'ont pas grand chose en poche, mais du moins vivent-elles dans un bel appartement prêté par des amis que les prémices de la guerre ont fait fuir en terrain plus paisible. Commence alors une existence bien particulière, où se mêlent les angoisses de la recherche d'emploi quand l'argent fond à vue d'oeil et des soirées à siroter du champagne en compagnie des amis Metternich ou Wittelsbach.

Là se trouve le ton, mi mondain mi réaliste, tout en décalages quoique de plus en plus dramatique, de cet intéressant journal, composé au jour le jour avant d'être retravaillé pour une première édition au milieu des années 70.



Embauchée au ministère des Affaires Etrangères, Missie se lie avec plusieurs hauts fonctionnaires et militaires qui partagent avec elle un point commun : la haine absolue, viscérale, de ce monstre malfaisant qui dirige leur pays, ce monstre dont, pour le bien même de l'Allemagne, il faut trouver moyen de se débarrasser. Mais comment ? Le journal - on comprend facilement pourquoi - reste très discret sur la participation effective de Missie au complot qui se tisse peu à peu entre civils et militaires, mais les allusions, les sous-entendus sont assez nombreux pour laisser comprendre qu'elle fut activement impliquée, sous l'influence directe d'Adam von Trott et de Gottfried Bismark. Le résultat - la tentative d'assassinat d'Hitler et de renversement du régime nazi, le 20 juillet 1944 - sera, on le sait, un désastre pour les conjurés. Commence alors les heures les plus noires, celles où l'on ne peut plus que regarder les amis tomber, sans savoir qui sera arrêté, impliqué ensuite, sans savoir ce que sont devenus ceux qu'on a déjà arrêté, sachant très bien en revanche que chaque question, chaque tentative pour leur venir en aide, peut attirer une attention déplacée sur votre propre tête. Et pendant ce temps, les bombes continuent de pleuvoir sur un Berlin déjà dévasté, affamé, où la simple survie devient de plus en plus difficile...



Complété d'abondantes notes historiques qui éclairent le contexte et les acteurs du drame, c'est là un témoignage extrêmement intéressant sur l'Allemagne en guerre, tant du côté de la vie quotidienne que de nombreuses implications politiques bien méconnues outre-Rhin. Souligne-t-on jamais assez, en effet, ce que fut l'implication des allemands non-nazis dans la guerre, tous les conflits moraux soulevés par l'opposition à Hitler dans l'armée... et même l'attitude très ambiguë des Alliés (des Anglais surtout semble-t-il), pour qui l'anéantissement de l'Allemagne l'emportait sur l'anéantissement du nazisme et les tentatives de négociation des "bons allemands".

Le genre de bouquin qui donne envie d'aller ouvrir des tas de livres d'histoire pour approfondir le sujet.
Lien : https://ys-melmoth.livejourn..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
badioio
  24 novembre 2017
Par le fer et par le feu de Henryk Sienkiewicz
Bonjour amis de babelio.

Je viens de finir ce bouquin commencé il y a un plus d'un mois. Ouf ! Je vais enfin pouvoir changer de livre et retrouver -enfin !- les plaisirs des bonnes lectures du soir qui m'ont tant manqués.

J'en pouvais plus de ces descriptions sans passions, sans détails rocambolesques. Juste des faits qui se suivent. Pourtant il y en a des choses énumérées dans ce livre. Mais un peu comme dans Tolkien. Il y en a trop avec au final peu de liens entre elles.

Je me rends compte maintenant que je n'arrive même pas à mettre un visage sur les quatre personnages principaux. Pas assez de descriptions affectives et sentimentales. Des scènes d'action où l'on ne sue pas avec les personnages puisqu'on n'y est pas invités. Des scènes de brutalités ou tortures où on ne tremble pas pour les suppliciés car on n'y participe pas. Deux amoureux séparés par la guerre dont on ne partage pas la frustration puisqu'elle n'est pas décrite. Quel dommage !

Le seul plaisir : un duel au sabre page 500 sur 20 pages.

je mets une demi-étoile parce que y a pas plus bas sur le site.

Amis lecteurs qui te passionnent pour les bouquins que tu lis, renonce à celui-ci. Tu perdras ton temps.

Il n'y pas que les cent premières pages qui sont chi..tes. Les 600 dernières aussi.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
dechosal
  24 novembre 2017
Mémoires inutiles de Carlo Gozzi
Un bijou !
Commenter  J’apprécie          00